HISTOIRE ET MEMOIRE

" Vous ne paraissez par fort en Histoire. Il y a deux Histoires : l’Histoire officielle, menteuse, qu’on enseigne, l’Histoire adusum delphini ; puis l’Histoire secrète, où sont les véritables causes des événements, une histoire honteuse." - Honoré de Balzac dans « Illusions perdues ».

Mise à jour le 20.11.2015

ACTUALITES - BON DE COMMANDE - INDEX GENERAL - RECHERCHES

Faites un don : déduction fiscale de 66% + 34% de livres, DVD, CD-Audio... offerts pour vous remercier = 0 euros !
Depuis quelques années la guerre d'Algérie connaît un nouvel épisode assez inattendu, celui de la "guerre des mémoires". Les historiens "stalinogaullistes", pour reprendre une expression de Maurice Benassayag dans le Nouvel Observateur, n'ayant pas réussi à imposer leur version de l'Histoire, ont opté pour une nouvelle stratégie, celle de faire disparaître progressivement la mémoire adverse, selon le principe illustré par la remarque du Maréchal Foch "Les peuples ne perdent la vie que lorsqu'ils perdent la mémoire". Dans ce contexte, il est de plus en plus difficile aux victimes de se faire entendre. C'est la raison pour laquelle, Jeune Pied-Noir a toujours invité les historiens "spécialistes" de la "guerre" d'Algérie et de la colonisation aux nombreux colloques, réunions et rencontres organisées par ses soins, ou auxquels l'associaiton participait, au Sénat ou à l'Assemblée nationale. Auncun des faits et documents que nous y avons présentés n'a, à ce jour, été contesté publiquement par un historien de notoriété connue. Jeune Pied-Noir reste ouvert à tout débat public radio-télévisé avec les historiens qui voudraient aborder le sujet tabou du "crime d'Etat" du 19 mars 1962. Contact - Bernard Coll - Tel : 06 80 21 78 54.
ACTUALITES *** ACTUALITES *** ACTUALITES *** ACTUALITES ***ACTUALITES ***ACTUALITES ***ACTUALITES

4 mai 2011 - Colloque "Vers la paix des mémoires ?" au Sénat : Lette ouverte de Jeune Pied-Noir aux organisateurs

*** POUR EN SAVOIR PLUS *** POUR EN SAVOIR PLUS *** POUR EN SAVOIR PLUS *** POUR EN SAVOIR PLUS ***

Nous vous invitons pour compléter vos recherches à utiliser GOOGLE et WIKIPEDIA en mettant l'expression recherchée entre "guillements".

RECHERCHE PAR NOM : - Jacques AUGARDE - Honoré de BALZAC - Claude BEBEAR - René BAIL - Guy FORZY - Patrice GELINET - Raoul GIRARDET - Jeanine de LA HOGUE - Jean-Jacques JORDI - Michel KLEN - J-F MATTEI - Jean MONNERET - Pierre MONTAGNON - Guy PERVILLE - Benjamin STORA - Jacques VALETTE - Jean-Paul VITORY -

RECHERCHE PAT THEME : - ACUF - ACTIONS JPN - ACTUALITES - ARCHIVES - BATISSEURS DE MEMOIRES - ETUDES COLONIALES - HISTORIENS DE LA GUERRE D'ALGERIE - LIEUX DE MEMOIRE - LIVRES - RENCONTRES - 70e ANNIVERSAIRE DE LA BATAILLE DE FRANCE (mai-juin 1940) - TEMOIGNAGES

ET AUSSI .... *** ET AUSSI ... *** ET AUSSI .... *** ET AUSSI ... *** *** ET AUSSI .... *** ET AUSSI ...*** ET AUSSI .... *** ET AUSSI ...

" Vous ne paraissez par fort en Histoire. Il y a deux Histoires : l’Histoire officielle, menteuse, qu’on enseigne, l’Histoire adusum delphini ; puis l’Histoire secrète, où sont les véritables causes des événements, une histoire honteuse." - Honoré de Balzac dans « Illusions perdues ».

------------ LES HISTORIENS DE LA "GUERRE D'ALGERIE ET DE LA COLONISATION ------------

Les Historiens

Les contacts de Jeune Pied-Noir avec les spécialistes de la "guerre" d'Algérie

Mise du 20 novembre 2015

JPN propose aux historiens de la "guerre" d'Algérie d'organiser un débat radio-télévisé sur le thème : "Qui est responsable dee l'abandon et du massacre des Harkis, des milliers de disparus pieds-noirs et militaires français après le 19 mars 1962 ? " Contatc - Bernard COLL - 06 80 21 78 54

 

L'historien Jean-Jacques JORDI dédicaçant à Jeune Pied-Noir son ouvrage un "Silence d'Etat" lors de la rencontre d'Antibes de début décembre 2012;

Jean-Jacques JORDI

Jeune Pied-Noir a eu l'occasion de rencontre plusieurs fois l'historien Jean-Jacques JORDI. Notamment lors de la première journée de la Convention Nationale des Rapatriés d'Antibes des samedi 3, dimanche 4 et lundi 5 décembre 2012 à ANTIBES (06), ouverte et présidée par Pierre Descaves. Une rencontre réunissant plus de 2000 participants Harkis, Pieds-noirs et Amis, représentés par 22 associations. A cette occasion, JPN a offert à Jean-Jacques JORDI le DVD "Harkis les sacrifiés". Interviewé en vidéo par Charly Cassan et Bernard Coll sur la responsabilité de De Gaulle, J-J Jordi a simplement répondu que ce n'était aux historiens de la démontrer mais aux victimes ! L'historien Jean-Jacques JORDI dans son ouvrage "Silence d'Etat" révèle que le Chef de l'Etat français, le général De Gaulle, était parfaitement informé des crimes commis par le FLN et les "barbouzes" en Algérie après le 19 mars 1962 sur les Pieds-noirs et les Français musulmans. Une responsabilité accablante d'un "crime d'Etat" que doit reconnaître désormais le Président Nicolas SARKOZY comme il s'y était engagé le 31 mars 2007.

 

HISTOIRE & MEMOIRE

samedi 23 avril 2005

De Gaulle est-il responsable de l'abandon volontaire des Harkis et de leur massacre ? Une question à laquelle aucun historien n'a, à ce jour, voulu répondre clairement.

Guy PERVILLE

Dans les années 1980, l'historien Guy PERVILLE a été l'auteur d'articles très remarqués dans différentes revues d'histoire sur les causes du drame des Harkis. Jeune Pied-Noir a rencontré la première fois l'historien Guy PERVILLE lors de l'émission "Le massacre des Harkis" de Patrice GELINET sur France Culture en 1992. A l'occasion du débat qui a suivi la première partie composées des témoignages d'hommes politiques, de témoins et de harkis, Jeune Pied-Noir a ouvertement accusé , en direct, De Gaulle d'être responsable de l'abandon et du massacre des Harkis. A la fin de l'émission, Patrice GELINET est venu nous dire qu'il pensait qu'il allait perdre son poste suite à cette accusation. Il n'en a rien été.

Guy PERVILLE a été régulièrement invité aux différents Colloques "HISTOIRE e MEMOIRE" organisés par Jeune Pied-Noir et des associations amies au Sénat ou d'autres lieux. Ses interventions ont toujours été très appréciées par les participants.

Contrairement à d'autres historiens, Guy PERVILLE n'a jamais refusé de s'associer aux rencontres de Jeune Pied-Noir. Comme de nombreux autres historiennes et historiens :

Michèle BAUSSANT, Maurice FAIVRE, Jacques FREMEAUX, Raoul GIRADET, Jean MONNERET

 

FRANCE CULTURE

Samedi 19 mars 2005

En direct de 17 à 18h du Salon du Livre

Pour écouter l'émission :
http://www.radiofrance.fr/chaines/france-culture2/emissions/bouge_tete/

Benjamin STORA

Jeune Pied-Noir a invité régulièrementl'historien Benjamin Stora aux différentes rencontres "HISTOIRE et MEMOIRE" organisées au Sénat ou à l'Assemblée nationale. En 2005, JPN s'est invité à l'émission "BOUGE DANS TA TETE ! 19 mars : comment peut-on finir la guerre d'Algérie " organisée en direct sur France Culture par Benjamin Stora en présence de Jacques Fremeaux, historien professeur à l'Université de Paris IV, Raphaëlle Branche, maître de conférence en histoire contemporaine à l'université Rennes 2, Serge Drouot de la FNACA (Fédération Nationale des Anciens Combattants en Algérie, Maroc et Tunisie).

A cette occasion, Bernard Coll, secrétaire général de Jeune Pied-Noir, a offert à Benjamin Stora un exemplaire du "Livre de Harkis" (photo ci-contre) écrit en collaboration avec Mme Taouès Titraoui (JPN, 1991). Une présentation de cette ouvrage a été faite par B.Stora dans son étude sur les ouvrages écrits sur la guerre d'Algérie.

En 2006, à la demande de Boussad Azni, JPN a invité à la réunion du mois de novembre 2006 à Paris, Georges-Marc Benamou et Benjamin Stora. Celui-ci, après avoir assité à la réunion et venu nous dire qu'il avait été très heureux de participer à celle-ci et qu'il avait regretté de ne pas avoir été invité auparavant à desréunions organisées par les Harkis.

En 2010, lors d'un débat à la télévision, Boussad Azni a remis en main propre le DVD "Harkis les sacrifiés" à Benjamin Stora qui n'en a fait, semble-t-il, aucun commentaire public.

CONTACT : JPN – BP 4 – 91570 BIEVRES – Tel : 06 80 21 78 54

------------------------------ 2011 - COLLOQUE VERS LA PAIX DES MEMOIRES ? -----------------------

"La colonisation, vecteur d'universalité"

Voir le Point N°2019 du 26 mai 2011

Mise sur site le samedi 4 juin 2011

Courriel de Jean-Paul VITORY que nous remercions de cette information.

Chers Amis ,

Dans " Le Point " N° 2019 du 26 mai dernier, à la page 128-129, nous découvrons avec plaisir l'interview d'un de nos anciens camarades de classe  Jean-François MATTEI (il était avec  moi en philo chez Vié le Sage ) qui  a pour titre " la colonisation , vecteur d'universalité" . Voilà ce que dit entre autres notre ami :  " Toutes les cultures ont été colonisées ou colonisatrices. L'originalité de la colonisation européenne , qu'elle soit le fait des Français, des Anglais , des Espagnols ou des Portugais , c'est qu'elle a apporté aux autres peuples son universalité .  Loin  d'être l'abomination que l'on dénonce aujourd'hui, et en dépit de ses abus et de ses violences , la colonisation a été le processus historique  de développement de l'humanité dans sa recherche de^principes et de savoirs universels.. ..En outre la plupart des peuples, à un moment ou à un autre,ont été colonisateurs, et pas seulement les peuples européens. .Enfin , on ne veut voir que les méfaits de la colonisation, qui sont indubitables, et on oublie ses bienfaits. Prenez l'Algérie. La colonisation par la France a été la plus courte de ce pays , de 1830 à 1962, après celle des Phéniciens, des Romains, des Arabes et des Ottomans, parmi d'autres envahisseurs . Mais elle a été la plus prodigue dans le développement de la Régence d'Alger, qui n'était pas encore un pays unifié et autonome ."

Je rappelle que Jean-François est né en 1941 à Oran , il est agrégé de philosophie et professeur à l'université de Nice . Il a écrit plusieurs ouvrages remarquables et remarqués que je ne préfère pas lire car j'aurais trop honte d'avoir fréquenté la même classe et d'avoir si peu retenu par rapport à lui !... J'ai eu le plaisir  de l'entendre faire une conférence sur Albert CAMUS il n'y a pas bien longtemps à la fac de Toulouse où un autre des nôtres Jean SARROCHI, ancien du lycée Lamoricière également,  était intervenu lui aussi brillamment sur le sujet . Jean-François Mattéi était venu en octobre 2009 se joindre à  notre grand rassemblement d'Arles .

Si vous souhaitez l'encourager après avoir lu l'intégralité de l'interview dans Le Point , voici ses coordonnées :

MATTEI JFrançois , 39 rue Daumier , 13008 Marseille tél : 04 91 37 18 42 ou 04 91 81 64 71

Amitiés à vous tous

Jean-Paul VITORY

Voir le site du Point :

Jeune Pied-Noir adhère à l'analyse de bon sens de Jean-François MATTEI qui rejoint celles des regrettés Professeur Maurice ALLAIS, prix Nobel d'économie et de l'historien Jacques MARSEILLE. La colonisation est un phénomène historique ayant touché tous les peuples à toutes les périodes de l'Histoire de l'Humanité. Elle est le reflet des cultures et des civilisations colonisatrices. En ce qui concerne la colonisation française de l'Afrique du Nord, dont les véritables autochtones sont les Berbères, elle a apporté en un peu plus d'un siècle ce que 10 siècles d'occupation arabe n'avait pas apporté à cette région. Les abus et excès commis sont du même niveau que ceux subissait par la population française de métropole à la même période. Au XIXe siècle, le sort des ouvriers agricoles en France n'était guère plus enviable que celui des ouvriers agricoles en Algérie ! Il en est de même dans de nombreux autres domaines. A contrario, l'Algérie a connu un développement culturel, sociale et technique semblable à celui de la France, voire meilleur, car tout était à construire. Par exemple, dans le domaine des habitations, les villes et villages d'Algérie ayant connu leur développement à partir des années 1840-50, ils n'eurent pas à souffrir des taudis, zones et lieux insalubres des villes anciennes françaises qui ne disparurent définitivement en métropole que dans les années 1970-80. Une simple lecture des articles sur ce sujet de la revue "L'Illustration" des années 1920-1940 permet de se rendre compte de cette réalité. En 1962, lors de l'arrivée, les Français d'Algérie furent surpris de l'état de vétusté des appartements d'accueil. En 1975, les appartements de nombreux immeubles anciens ne disposaient pas de salle d'eau ou de bain, voire même de WC qui se trouvaient à l'étage ! Les études économiques de cette période montrent l'apport incontestable au renouveau de la France dû à l'arrivée imprévue et massive de plus d'un million de "rapatriés" d'Algérie, précédés par nos compatriotes de Tunisie, du Maroc et des anciens territoires sous souveraineté française. Il est temps que la Nation le reconnaisse.

-------------------------------------------------- ETUDES COLONIALES --------------------------------------------------

Colonisation positive

Voir le site Internet "Etudes coloniales"

Mise sur site le jeudi 19 mai 2011

Voir le site : http://etudescoloniales.canalblog.com/archives/2011/05/19/2805092.html

JPN – BP 4 – 91570 BIEVRES – Tel : 06 80 21 78 54

------------------------------------ COLLOQUE VERS LA PAIX DES MEMOIRES ? -------------------------------

Colloque "Vers la Paix des Mémoires"

Lettre ouverte de Jeune Pied-Noir à Claude BEBEAR

Président de la Fondation de la Mémoire de la Guerre d'Algérie

et des combats du Maroc et de Tunisie

Mise sur site le jeudi 5 mai 2011

Monsieur le Président,

Vous avez assisté hier à un bien curieux "colloque" qui avait l'ambition, en une demi-journée, d'établir la "paix" des mémoires entre les différents acteurs de la "guerre" d'Algérie à l'occasion du "cinquantième anniversaire de la fin de la guerre d'Algérie".

Les 70 personnes qui assistèrent à ce non événement, en votre présence non annoncée, en furent pour leurs frais faute de "combattants". En effet, l'Ambassadeur d'Algérie a décliné l'invitation, comme "les parlementaires, membres du groupe d'études rapatriés" - dont l'honneur a été sauvé par la présence solitaire de leur président M. Elie ABOUD qui a dû oublier d'informer ses collègues du changement de date - "les nombreuses personnalités du monde politique, artistique et intellectuel" - il n'y avait que vous pour représenter l'intelligentsia française - et "les présidents et administrateurs des associations de rapatriés" , réduits aux rares adhérents de la seule association organisatrice MAFA-ARMR dont les dirigeants ont des titres qui s'entremêlent pour créer cette illusion du nombre qui n'abuse qu'eux et ceux qui désirent être abusés. Sans parler des Harkis « oubliés » et les Anciens combattants ignorés.

De tous les aspects originaux de ce "colloque", les Français rapatriés s'interrogent aussi sur le rôle de Monsieur loyal joué par M. Frédéric GRASSET, ancien ambassadeur et administrateur de la Fondation de la Mémoire de la Guerre d'Algérie, et aussi, le hasard faisant bien les choses, Vice-président de la MAFA !

Ce mélange des fonctions, des genres et des rôles, comme celui du cumul des fonctions de M.Renaud BACHY comme président de la MIR et Directeur général de l'ANIFOM, est-il compatible avec la loi ou, tout simplement, avec le bon sens ? La MAFA-ARMR est une des rares associations de "rapatriés" dans cette situation ambiguë. Une situation que vous avez la possibilité de faire cesser en demandant à M. Frédéric GRASSET de démissionner immédiatement de son poste d'administrateur de la Fondation, car nous supposons que ce compatriote d'Oran, dont personne n'a jamais entendu parler de l'action en faveur des Français rapatriés, préférera naturellement se dévouer tardivement à la cause de la MAFA-ARMR, plutôt qu'à celle d'obscure administrateur de la Fondation.

Vous qui avez connu à la fin de l'Algérie française, comme officier SAS, l'abandon et le massacre des Harkis, puis qui avait participé aux côtés de Georges JASSERON et Xavier CAMILLERAPP à l'accueil des survivants en Normandie, aucun témoignage nouveau, aucun document inédit, aucune analyse intégrant les révélations publiques des complices du "crime d'Etat" du 19 mars 1962 ne furent évoqués ou présentés durant le « colloque » d'hier. Au-delà des témoignages toujours émouvants de J-F VALLAT et de Mme Colette DUCOS-ADER, qui a déjà longuement témoigné dans les colloques que nous avons organisés pour les disparus en Algérie, cette brève rencontre amicale n'avait pas comme objectif la recherche de la Vérité historique mais, semble-t-il, celle uniquement de faire croire que M. Renaud BACHY et M. Elie ABOUD se préoccupent des "problèmes" de nos compatriotes Harkis, Pieds-noirs et Français "rapatriés" victimes de la politique de "décolonisation" de l'Etat français et plus particulièrement de l'abandon de nos départements algériens par le général De Gaulle.

Pourtant dans leur introduction, nos collègues du Haut Conseil des Rapatriés, J-F VALLAT et J-P SEROIN se sont rappelé que le premier des points du rapport final HCR1 (le seul qui ait réellement fonctionné grâce à son président M.Alain VAUTHIER et à Marc DUBOURDIEU, alors Président de la MIR), établi par Claude POLI début 2005, était la demande des Français rapatriés de « reconnaissance de la responsabilité de l'Etat français dans les drames qui ont suivi la « paix » du 19 mars 1962 »

Vous avez accepté l'être désigné par le Chef de l'Etat comme Président de la Fondation de la Mémoire de la Guerre d'Algérie et des combats du Maroc et de Tunisie, prévue par la loi du 23 février 2005 pour rechercher les responsabilités dans les drames qui ont suivi la signature des "accords d'Evian" du 19 mars 1962 comme l'avait déclaré au Sénat le 17 décembre 2003, en conclusion des débats, notre compatriote et ami Hamlaoui MEKACHERA, Secrétaire d'Etat aux Anciens Combattants : "J'en arrive aux questions, que vous avez tous évoquées : la vérité historique et les responsabilités, notamment celle de l'Etat français, dans les drames intervenus après le 19 mars 1962… Je vous remercie pour ce débat qui va nourrir notre travail, pour parvenir à de justes réponses ». Car telle est la vocation initiale de la Fondation telle qu'elle ressort des débats préparatoires à la loi du 23 février 2005. Mais cette recherche des responsabilités est aujourd'hui dépassée par l'engagement de l'actuel Président de la République du 31 mars 2007, confirmé lors de la réunion du 13 avril 2007 : "Si je suis élu Président de la République, je veux reconnaître officiellement la responsabilité de la France dans l'abandon et le massacre des Harkis et d'autres milliers de "musulmans français" qui lui avaient fait confiance, afin que l'oubli ne les assassine pas une nouvelle fois." Moment historique que vous retrouverez dans le film documentaire DVD « HARKIS, LES SACRIFIES » que nous avons réalisé en partenariat avec l'ECPAD et que nous sommes heureux de vous offrir.

Nous vous prions de bien vouloir intervenir personnellement auprès du Chef de l'Etat pour lui rappeler qu'il a annoncé lors de la campagne officielle de 2007 : "je tiendrai scrupuleusement tous mes engagements " . Si l'on en croit les propos de M. Renaud BACHY du 26 janvier dernier, Nicolas SARKOZY le fera le 5 décembre 2011 lors de l'inscription sur la colonne centrale du Mémorial national des « Morts pour la France » du Quai Branly à Paris de la liste de toutes les victimes civiles innocentes françaises assassinées par le FLN de 1954 au 4 juillet 1964 - comme le demande, à juste titre, l'UNC et son Président Hugues DALLEAU pour les soldats français assassinés ou disparus après le 3 juillet 1962 - et par l'Etat français après 19 mars 1962, des victimes du massacre de la rue d'Isly à Alger du 26 mars 1962, en passant par les milliers de disparus dont ceux du 5juillet à Oran, jusqu'à l'assassinat par les services spéciaux français du jeune SAINT-AUBIN et de sa passagère le 5 juillet 1964. Toujours selon les affirmations de M.BACHY du 26 janvier 2011, les listes ont déjà été communiquées à la DMPA.

Les Français d'Algérie vous demandent que cette reconnaissance soit anticipée au 5 juillet 2011, pour les raisons historique évoquées dans le paragraphe précédent, et aussi pour permettre au Parlement de concrétiser l'engagement du Chef de l'Etat par le vote du seul amendement qui a été écarté lors du vote de la loi du 23 février 2005. Cet amendement, pourtant demandé par de nombreux députés et sénateurs de toutes tendances comme Mmes DINI, LETARD, PRINTZ et MM.J-P ALDUY, RETAILLEAU, PEYRAT, MESQUIDA, LIBERTI, BACQUET, LACHAUD, FISCHER, MEREST, etc. :

Article 1 : « La Nation reconnaît la responsabilité de l'Etat Français dans les massacres, enlèvements, et disparitions postérieures à la date du 19 mars 1962 des civils européens, des militaires et des civils harkis et leurs familles engagés à ses côtés.»

Cet article doit être complété par un article permettant la concrétisation de cette reconnaissance de la Vérité historique :

Article 2 : Il est créé une instance unique de dialogue entre l'Etat et les Français rapatriés afin de déterminer les réparations des préjudices moraux et des spoliations matérielles subis par les Français victimes de la politique de décolonisation de l'Etat français et l'abandon de nos départements algériens. Cette instance devra présenter un projet de loi début septembre 2012 pour le vote avant fin 2012 d'une loi définitive de reconnaissance de la Nation envers les Français rapatriés.

Il s'agit de résoudre définitivement les problèmes humains dont souffrent encore nos compatriotes Harkis, Pieds-Noirs et Amis, problèmes qui par nature n'ont pas de couleur "politique" comme cela a été démontré par les parlementaires lors des débats de 2003 et 2004 sur la loi du 23 février 2005.

Si nécessaire, vos collaborateurs trouveront sur les sites de l'Assemblée nationale, du Sénat, du Conseil économique et social, et Jeune Pied-Noir, et aussi sur Internet, les informations complémentaires qui vous permettront d'intervenir rapidement auprès du Président de la République.

Nous restons à votre disposition pour vous fournir tout complément d'information pouvant vous être utile et, nous espérons que vous aurez la possibilité, ainsi que l'ensemble des membres de la Fondation, de venir découvrir à NICE 2011 les 4 et 5 juin prochains le véritable visage de la Communauté « HARKIS, PIEDS-NOIRS UN MEME CŒUR » pour discuter directement à nos compatriotes de leur désir de VERITE et de JUSTICE après 50 ans d'oubli. C'est avec plaisir que nous vous offrions à notre stand le verre de l'amitié autour d'une khémia bien de chez nous.

Mais peut-être aurons-nous le plaisir de vous revoir auparavant à l'occasion de l'exposition que nous présentons sur Versailles du 24 mai au 19 juin 2011 sur « L'Afrique du Nord dessinée – De l'image d'Epinal à la Bande dessinée d'aujourd'hui » dont l'objet est de montrer à la jeunesse française l'Histoire de la présence française en Algérie, au Maroc et en Tunisie - et aussi malheureusement de l'exode de ses populations après 1962 - de 1830 à aujourd'hui au travers du regard des dessinateurs français, dont le très célèbre J-P PICHON, créateur de la non moins célèbre BECASSINE et auteur de la BD «  Gringalou en Algérie » racontant les aventures d'un jeune parisien venu visiter l'Algérie française en 1930.

Dans cette attente, nous vous prions d'agréer, Monsieur le Président, l'expression de nos salutations distinguées.

 

Bernard COLL - Alger - 1947- 4e génération - Père oranais - Mère : Algéroise - Ingénieur télécom et cadre marketing/communication retraité. Actif depuis 1974. - Secrétaire général de JPN

Co-auteur avec Mme Taouès TITRAOUI – née à M'sila - Fille de Harki, active depuis 1974, Membre du HCR depuis sa création - Elue local (3e mandat), Responsable Relations Publiques de JPN, du LIVRE DES HARKIS (JPN 1991) et du DVD "HARKIS LES SACRIFIES" (JPN 2010) et concepteurs-réalisateurs, avec le regretté Jean-Claude KHIARI, de la campagne "HOMMAGE AUX HARKIS".

Voir aussi le site JPN : http://jeunepiednoir.pagesperso-orange.fr/jpn.wst/

JPN – BP 4 – 91570 BIEVRES – Tel : 06 80 21 78 54

----------------------------- 2011 - Colloque "Vers la Paix des Mémoires" ---------------------------

Colloque "Vers la Paix des Mémoires"

Message de Jeune Pied-Noir en introduction à notre Lettre ouverte.

Mise sur site le vendredi 29 avril 2011

Chers Compatriote, Chers Amis,
Internautes inconnus et autres destinataires,

Vous trouverez sur le site JPN, la Lettre ouverte que nous avons adressée aux organisateurs du Colloque du 4 mai "POUR LA PAIX DES MEMOIRES", qui nous offrent la possibilité de mettre à plat l'ensemble des problèmes résultant d'une situation qui dure depuis 50 ans.

http://jeunepiednoir.pagesperso-orange.fr/jpn.wst/Histoire%20&%20Memoire.htm#colloque040511

La conviction de JPN c'est que 2012 est notre dernière occasion d'obtenir VERITE et JUSTICE.

Nous ne souhaitons pas nous jeter dans une "guerre" des Associations qui viendrait troubler, au profit de l'Etat qui n'attend que cela, une "guerre" des mémoires qui représente un enjeu majeur pour les pouvoirs politiques français et algériens.

Il s'agit de résoudre définitivement les problèmes humains dont souffrent encore nos compatriotes Harkis/PN/Amis, problèmes qui par nature n'ont pas de couleur "politique".

Nous sommes ouverts au débat public entre gens responsables, c'est-à-dire, bien identifiés par leur passé et leur présent en faveur des Harkis et Pieds-noirs et Amis. Nous sommes favorables au dialogue Etat/Rapatriés, sans lequel aucune solution ne peut être trouvée, avec des responsables qui ont une réelle délagation de pouvoir et peuvent prendre des décisions.

Nous pensons que seuls des ETATS GENERAUX de la communauté des Français "Rapatriés" permettront en fin d'année 2011 à TOUS nos compatriotes "responsables" rapatriés de s'exprimer et à TOUS les candidats à la présidentielle de 2012 de prendre l'engagement contractuel, et non plus verbale, de reconnaître officiellement la responsabilité de l'Etat français dans le crime d'Etat du 19 mars 1962 , comme l'avait fait publiquement Nicolas SARKOZY et François HOLLANDE en 2007 . Naturellement ces Etats généraux ne s'imposeront que si le Président de la République ne tient pas maintenant ses engagements des 31 mars et 13 avril 2007, en les concrétisant par le vote d'une projet de loi avant la fin de la législature actuelle. Il lui restent encore quelques semaines, voire quelques mois pour le faire. Jusqu'au 5 juillet 2011 au plus tard, semble-t-il.

Restant à votre disposition, nous vous donnons rendez-vous à NICE 2011 les 4 et 5 juin prochains pour en discuter directememt à notre stand. En attendant, nous sommes à l'écoute via Internet de votre proposiiton concrètes.

Gagnons ensemble dans l'intérêt de TOUS.

Bien cordialement

Bernard COLL - Sécrétaire général de JPN
06 80 21 78 54

PS : JPN ne répond qu'aux courriels dont les auteurs ont la courtoisie de s'identifier complètement par leur nom, prénom, adresse, téléphone et un court CV nous permettant de savoir qui ils sont. La première des politesse lorsqu'on ne se connaît pas est de présenter sa carte de visite. Or, de nombreux destinataires sont inconnus, ou certains trop jeunes ou nouveaux pour connaître les "anciens". Cela évitera à beucoup une recherche via Google !

----------------------------- 2011 - Colloque "Vers la Paix des Mémoires" ---------------------------

Colloque "Vers la Paix des Mémoires"

Au Sénat - Salle Victor Hugo - 101, rue de l'Université - 7007 Paris

Mercredi 4 mai 2011 à 10 heures

Organisé par l'A.R.M.R er la M.A.F.A

LETTRE OUVERTE DE JEUNE PIED-NOIR A JEAN-FELIX VALLAT PRESIDENT DE L'ARMR

et Jean-Pierre SEROIN, PRESIDENT DE LA M.A.F.A

Mise sur site le vendredi 29 avril 2011

Messieurs les Présidents, Chers Compatriotes et Collègues,

Chers Jean-Félix et Jean-Pierre,

Votre initiative d'organiser ce Colloque en 27 octobre 2010, alors que le dialogue officiel Etat/Rapatriés était interrompu depuis le 6 juillet, avait déjà suscité de vives réactions au sein de la communauté des Français "rapatriés". Nous venions juste de recevoir votre nouvelle invitation pour une reprise de ce Colloque le 4 mai 2011, lorsqu'ont paru hier 28 avril les deux importants articles de notre compatriote Frédéric PONS, dans Valeurs Actuelles.

Nous avons été obligé d'adresser un démenti car l'introduction de l'article intitulé « JUSTICE POUR LES PIEDS-NOIRS » laisse croire que la démarche de vos deux seules associations, la MAFA et l'ARMR, « illustre le travail mené par les organisations de rapatriés, notamment les Cercles algérianistes ou Jeune Pied-Noir » . Bien au contraire votre démarche, même si elle semble remplie de bonnes intentions, va a contrario de l'action de Jeune Pied-Noir qui n'a jamais considéré que le problème des Français « rapatriés » étaient de rétablir la relation entre le « peuple » algérien et le « peuple » français – relation fraternelle qui d'ailleurs n'a jamais été rompue - mais bien d'obtenir VERITE et JUSTICE du seul Etat français dont nous sommes des citoyens de plein droit, du moins théoriquement. Il appartient à l'Etat français, signataire des « Accord d'Evian du 19 mars 1962» avec le seul FLN, d'en faire respecter les closes par l'Etat algérien né le 3 juillet 1962 de part la seul volonté du général De Gaulle. Aucun homme politique, journaliste, historien et encore moins aucun responsable « rapatriés » sérieux ne peut aujourd'hui faire croire que les « Accords d'Evian » n'étaient autre chose qu'un leurre politico-juridique permettant au général De Gaulle de mener à bien sa décision de se débarrasser du « boulet algérien» en transformant cette province française en un état indépendant, solution radicalement opposée à celle des « 10 millions de Français à part entière » de son célèbre discours du 4 juin 1958 sur le Forum d'Alger qui, au nom de «l'Algérie française » , lui avait permis de retrouver, de façon inespérée, le pouvoir à la suite du 13 mai 1958. Vous qui étiez pourtant présents parmi les 1200 participants du Colloque que Jeune Pied-Noir a organisé les 6 et 7 mars 1999 au Pavillon Gabriel à Paris, à deux pas de l'Elysée, pour rendre hommage au Professeur Maurice ALLAIS, prix Nobel d'Economie, et auteur d'articles dès avril 1962 dans le journal Combat de Philippe TESSON puis en juillet 1962 du livre « L'ALGERIE D'EVIAN » dans lequel il démontrait scientifiquement le « crime d'Etat du 19 mars 1962 » et le « génocide » de la population française d'Algérie avec le massacre de plus de 100.000 Harkis et l'assassinat et la disparition de milliers de Pieds-noirs et soldats français ? L'avez-vous oublié ?

Le rétablissement de relations « apaisées » entre la France et l'Algérie passe obligatoirement en premier lieu par la reconnaissance par le Président de la République française de la responsabilité de l'Etat français dans le « crime d'Etat » du 19 mars 1962.

Et une relation « apaisée » entre le gouvernement actuel et les représentants des « rapatriés » passe aussi par cette reconnaissance promise par le candidat Nicolas SARKOZY en 2007. N'aurait-il pas été souhaitable que la MAFA et l'ARMR profitent des 6 mois de décalage de votre Colloque pour ouvrir le dialogue aux autres Associations qui, depuis des décennies, participent comme vous aux réunions Etat/Rapatrié au cours desquelles nous essayons ensemble d'obtenir de nos nombreux et variables interlocuteurs (nous en avons eu 16 conseillers "rapatriés" en 4 ans sous 4 ministres différents !) ? N'aurait pas été souhaitable, que dans cette mouvance surprenante, le seul élément fixe, un pivot, un homme qui n'a, selon ses propos du 26 janvier 2010, que des "amis" parmi les Français rapatriés qui le connaissent depuis 1994, ne soit cette interface d'un dialogue rompu par l'Etat depuis plus de 9 mois ? Votre ami Renaud BACHY ne pouvait-il vous aider dans sa connaissance du milieu « rapatriés » pour faciliter la reprise de ce dialogue avec TOUTES les associations qu'il connaît si bien ?

Nous ne reviendrons pas sur le thème surprenant de votre colloque "Vers la paix des mémoires" pour « la célébration du cinquantième anniversaire de la fin de la guerre d'Algérie » qui est contredit par l'actualité de tous les jours ! Vous en avez eu encore la semaine dernière un bel exemple avec la commémoration à NICE de la révolte des généraux par nos amis - et forcément ceux de Renaud BACHY - Michèle SOLER, Présidente du Cercle Algérianiste de NICE, André LORE, organisateur de MARSEILLE 13 MAI 2008 avec Jean-Paul SELLES, de Pierre DESCAVES, Président du Comité pour la défense de la Mémoire des Morts de l'Algérie française, en présence de nombreux acteurs de cette période désormais entrée dans l'Histoire de France, comme Jean-Claude PEREZ, Serge JOURDES, Gaby ANGLADE, Roger HOLLEINDRE et Jean François COLLIN. Faut-il évoquer la « paix des mémoires » faites à nos morts par l'Etat et les certaines associations humanitaires ou de harkis et pieds-noirs « progressistes » avec lesquelles vous semblez vouloir aussi dialoguer sans évoquer la Stèle de Marignane, celle de Béziers ou les attaques constantes contre le Mur des Disparus de Perpignan élevé grâce à la persévérance du Cercle Algérianiste de Perpignan et à la détermination de sa président Mme Suzy SIMON-NICAISE soutenue par les milliers de familles de disparus et de rapatriés ?

Nous ne voyons aucun des noms de ces acteurs reconnus de notre communauté dans les invités de votre Colloque.

Mais la France est encore une terre de liberté et chacun peut y organiser les événements de son choix, même si à priori ce n'est pas la vocation de la MAFA et de l'ARMR d'aborder les attentes mémorielles de la communauté des Français d'Algérie. La lecture attentive de votre site comme celle de votre dernier Bulletin N°148 vous présente comme "en pointe" du combat pour l'indemnisation. Jeune Pied-Noir ayant d'ailleurs organisé au Sénat depuis sa création en 1981 une dizaine de Colloque sur le thème HISTOIRE & MEMOIRE, nous ne nous ne souvenons pas de votre intérêt à vous y être associés. Et pourtant vous trouverez dans les noms d'intervenants et historiens présents à nos Colloque, ceux de Mme DUCOS-ADER et Guy PERVILLE, avec lequel nous avions participé en 1992 - il y a 19 ans déjà ! - à l'émission sur FRANCE-CULTURE, "l'Histoire en direct" de Patrice GELINET dont le titre était déjà révélateur : "LE MASSACRE DES HARKIS". A la sortie de la deuxième partie de cette émission, Guy PERVILLE, qui n'était plus intervenu après les accusations que j'avais portées publiquement sur la responsabilité criminelle du général De Gaulle dans ce massacre, nous a fait part de ses craintes comme universitaire de ne pas pouvoir nous suivre sur cette voie, même si elle était de la VERITE. Je constate à ses déclarations d'aujourd'hui que rien ne semble avoir changé entre « spécialistes » de la « guerre d'Algérie » ! De même Patrice GELINET, après l'émission, m'avait dit : "A cause de vos accusations contre De Gaulle, demain je vais être viré". Heureusement pour lui, ça n'a pas été le cas, et cette émission a été une des meilleures ventes en K7 audio de Radio-France ! Nous tenons naturellement une copie CD de ces témoignages exceptionnels de nos amis Harkis à votre disposition pour votre Colloque.

Nous rappelons aussi que Jeune Pied-Noir fournit régulièrement, depuis plus d'une vingtaine d'années, de nombreux documents originaux aux réalisateurs de rencontres, émissions radio ou de télévision, réalisateurs de films sur la « guerre » d'Algérie, les Pieds-noirs, les Harkis et leur enfants. L'un de vos historiens invités, notre compatriote Jean-Jacques JORDI, qui a été le conseiller historique de COSTELLE et CLARKE pour le film de Benjamin STORA "Harkis, la blessure" peut vous en parler, comme Mme Morgane BARRIER, cette exceptionnelle documentaliste de la série APOCALYSE qui a sélectionné 70 documents du fonds d'archives Jeune Pied-Noir et 4 à 5 heures d'images vidéo pour que J-J JORDI et Jean-Pierre STORA n'en retiennent aucun ! C'est d'ailleurs grâce à ce travail préparatoire de plus de 6 mois, que nous avons pu réaliser en 3 mois et 3 semaines de montage le film documentaire DVD "Harkis, les sacrifiés" en coproduction avec l'ECPAD, dont nous avons le plaisir de vous offrir un exemplaire. Ce film, comme celui de notre ami Charly CASSAN « La Valise ou le Cercueil », sera présenté lors du second rassemblement « HARKIS PIEDS-NOIRS, UN MEME CŒUR » organisé par la ville de NICE sous la dynamique impulsion de notre compatriote Mme Agnès RAMPAL, maire-adjoint.

Mais ce n'est pas sur le thème du Colloque, son organisation et le choix de vos invités et intervenants que nous vous demandons une faveur.

Si vous n'étiez pas comme nous à la réunion "Harkis" organisée par Renaud BACHY le 31 mars 2007 pour le candidat Nicolas SARKOZY, vous étiez, comme Jeune Pied-noir, parmi la vingtaine de représentants rapatriés "pieds-noirs" présents 13 avril 2007, lorsque Nicolas SARKOZY nous a présenté ses engagements pour répondre aux attentes de tous nos compatriotes (cf. sur notre site les Chartes "rapatriés" notamment celle du CLAN-R et la MOTION DU COLLECTIF de MARSEILLE du 13 MAI 2008 à la rédaction desquelles JPN a participé ou celle du CLAIR dont vous êtes membres). Il y avait aussi à cette réunion, organisée par Renaud BACHY, présents Michel LEVY pour le GNPI, Philippe NOUVIOU pour le RECOURS, Denis FADDA pour le CLAN-R, Yves SAINSOT pour l'ANFANOMA et le CLAIR, Mme Nicole FERRANDIS pour les Familles des Victimes du 26 mars 1962, Jean-François COLLIN pour l'ADIMAD, Jean CEPI pour les Pieds-noirs d'Antibes Juan-les-Pins, Mme MONTERO pour la MAFA, etc… la plupart étant vos collègues au sein des différents Hauts Conseils des Rapatriés. Lors de cette réunion, j'ai posé au candidat Nicolas SARKOZY la question qu'imposait sa déclaration du 31 mars : "Quand allez-vous reconnaître officiellement la responsabilité de l'Etat dans l'abandon et le massacre des Harkis ?" . Tous les participants, comme vous et M. Renaud BACHY probablement, avaient été frappés de la détermination et la rapidité de la réponse de Nicolas SARKOZY qui avait fusé en quelques secondes : "Avant la fin de l'année 2007 !" Vous en souvenez-vous ?

Vous étiez aussi présents parmi les deux cents représentants des rapatriés et Anciens combattants qui eurent le privilège d'être invités par le Chef de l'Etat lors de la mémorable soirée du 5 décembre 2007 à l'Elysée, au cours de laquelle le nouveau Président de la République devait tenir son principal engagement, comme il l'avait affirmé avec force le 13 avril 2007. Ce que, le matin du 5 décembre 2007, EUROPE 1 puis toutes les télévisions avaient confirmé. Au lieu de cela nous eûmes droit, le soir à l'Elysée, de la part du Chef de l'Etat à une "reprise" allégée du discours de Constantine sur " la colonisation un système injuste" , une colonisation composée de braves gens, nos ancêtres, qui construisaient des routes, des ports, des barrages, des écoles, des hôpitaux, une agriculture prospère en y laissant des dizaine de milliers de morts pour assainir les marécages ... bref qui bâtissaient un pays moderne, tout ce qui manquait à la Régence turque d'Alger dans ce pays  "qui n'a pas de nom" , selon la célèbre boutade de Emile-Félix GAUTHIER, que le Roi Louis Philippe baptisa alors d'Algérie.  « Un système injuste » , comme l'a affirmé l'ancien Ambassadeur de France en Algérie Bernard BAJOLET, sans être démenti par le gouvernement, sous les lois de la République française durant 132 ans (sic). Philippe NOUVION peut vous en parler car il a rencontré avec Yves SAINSOT cet étonnant représentant de la France qui n'a rien semblé comprendre leur demande d'explication. C'est cette reconstruction de l'Histoire, due probablement au très gaulliste conseiller Henri GUIANO, que semble avoir définitivement adoptée Nicolas SARKOZY et son entourage.

Vous étiez présents aussi lors des vœux présentés à la communauté "Rapatriés" par M. Renaud BACHY le 26 janvier dernier. Vous êtes avec le RECOURS une des rares Associations à avoir demandé sa nomination, - très discrète car il n'en n'a pas parlé lors de ses vœux - comme Directeur général de l'ANIFOM. Nomination que nos compatriotes ont pu découvrir grâce à la diffusion des Bulletins JPN N°220 et N°221. Bulletins que vous recevez et pour lesquels vous n'avez pas fait part au 2 millions de nos compatriotes et descendants (représentant environ 400.000 familles et 600.000 dossiers ANIFOM) concernés d'aucun commentaire public, notamment via Internet ou par courriel comme vous le faites, très rarement d'ailleurs, pour exprimer vos positions et propositions. L'ANIFOM, dont la disparition programmée avait été saluée par M. Philippe SEGUIN il y a déjà deux ans, ne dispose aujourd'hui que d'un effectif de 4 personnes. Si tout le monde connait les énormes capacités de travail de M. Renaud BACHY, va-t-il pouvoir à lui seul remplacer les 31 fonctionnaires déplacés sur les 300 que comptait son effectif initial ? Dans ce contexte, comment l'ANIFOM de M. BACHY va-t-elle pouvoir répondre à votre légitime demande d'indemnisation ?

Dans un Message au Président de la République présentée au Sénat et remis en main propre à Guy FORZY, alors Délégué aux Rapatriés et ancien Président du RECOURS, 200 Associations de Harkis/PN et 16.000 de Français réclament en premier lieu la reconnaissance du "crime d'Etat du 19 mars 1962" , et ceci depuis le 22 septembre 1995, message dont la MAFA est signataire. Ce que 42 Associations de Rapatriés et Anciens combattants, dont l'UNC, ont rappelé au Président de la République dans une campagne de 8 annonces d'une demi-page parues dans Le MONDE et Le FIGARO  de septembre 2008 à septembre 2010. Peut-être, comme 8 millions de Français lecteurs de ces quotidiens, les avez-vous vues ?

Or ce point capital, première de toutes les revendications des "Rapatriés" n'apparait pas dans les sujets du Colloque du 4 mai . Elle figurait pourtant déjà en première position des points revendiqués par le premier HCR en 2004, Philippe NOUVIOU et Boussad AZNI étant alors les vice-présidents, dont vous avez fait partie depuis sa création avant d'en démissionner le 19 mars 2009 devant la carence de son fonctionnement, dont M. Renaud BACHY avait, comme président de la MIR, la responsabilité. Or, vous approuvez à chaque réunion officielle Etat/Rapatriés les interventions de JPN, comme celles de nos autres collègues, affirmant que seule une réponse favorable de l'Etat à cette légitime demande permettra d'apporter une solution de TOUTES les autres attentes dont vous proposez de débattre, notamment le problème mémoriel et celui de l'indemnisation. Cette revendication première a encore donné lieu récemment à de nombreuses actions des Harkis, Pieds-noirs et Amis à Paris avec la présence pendant durant plus de deux ans de nos amis Zohra BENGUERRAH et Hamid BOURAI devant l'Assemblée nationale et en province, notamment dernièrement à NIMES, à l'action spectaculaire de la COORDINATION du MOUVEMENT HARKIS DU GARD ou à celles contre le 19 mars menées par des "jeunes pieds-noirs" comme Lionel VIVES, Jean-Yves BARRERE à BAYONNE, Bernard CINI à VALENCE, ou par les Associations de « rapatriés » à TOULOUSE, ISTRES, NARBONNE, NICE, ou PERPIGNAN.... aidés efficacement par le Cercle Algérianiste, le Comité Véritas, l'ANFANOMA, le CLAN-R, l'ADIMAD, le Comité PACA Non au 19 mars 1962 du dynamique Hervé CUESTA, le CRI de notre ami Jaques TORRES, Jeune Pied-Noir, etc. Nous sommes désolés de ne pouvoir toutes les mentionner, mais en quelques secondes chacun peut suivre les actions de nos associations grâce à Google ou par l'excellent bulletin de presse quotidien de Jean-Louis GRANIER ou encore par RADIO-TELEVISION PIEDS-NOIRS du dynamique Jean-Pierre ERNST ! On voit rarement, pour ne pas dire jamais, la MAFA et l'ARMR s'associer à ces actions collectives. A quelque jours près, votre réunion, si elle s'était tenue le 13 mai, aurait eu le caractère symbolique de marquer le 3e anniversaire de la grande manifestation de MARSEILLE due à nos amis André LORE et Jean-Paul SELLES et aux Associations qui les ont soutenus. Une manifestation unitaire collective réussie que vous retrouverez comme temps fort de la communauté en fin du documentaire DVD "HARKIS LES SACRIFIES".

Ce bref rappel, nous invite à vous solliciter pour savoir s'il vous encore possible de demander à M.BACHY s'il a enfin obtenu une réponse du Chef de l'Etat sur sa décision de tenir son engagements du 31 mars 2007 envers les Harkis par la "reconnaissance officielle, du crime d'Etat du 19 mars 1962", première et seule question que JPN a posée à M. Hubert FALCO et Renaud BACHY lors de dernières réunions officielles, notamment le 6 juillet dernier, vous en souvenez-vous ?

M.BACHY aura-t-il la réponse ? Que pourra-t-il dire de plus aux personnes qui vont se déplacer, parfois de loin, pour entendre ce que nous ont dit durant 4 années les 16 conseillers « rapatriés » de l'Elysée, Matignon, du Secrétariat d'Etat aux Anciens Combattants et (accessoirement) au Rapatriés que nous avons rencontrés ensemble ou séparément, en présence ou non de M.BACHY, lors d'une bonne quarantaine de réunions diverses et variées, comme M. FALCO lui-même lors de sa dernière réunion le 6 juillet 2011 au Secrétariat d'Etat, ou M. BACHY était à ma droite :  "Nous posons vos questions à Matignon et à l'Elysée mais nous n'obtenons aucune réponse ni du Premier ministre ni du Chef de l'Etat" . Les responsables "rapatriés" venus de loin pour le voir, auront-ils à cœur de faire dépenser à leurs associations plusieurs centaines d'euros pour entendre une redite des non réponses de M. BACHY, ou son discours du 26 janvier 2011 « qui n'avait vocation à être diffusé » (on se demande alors pourquoi il l'a prononcé ?) selon sa réponse laconique à notre diffusion imprévue, accessible gracieusement sur notre site ou disponible en DVD pour la somme modique de 13 euros port compris auprès de JPN ? Car le site de la MIR est toujours en panne. Et ceci depuis des années !

M. BACHY n'y est en effet pour rien dans cela. Seul le Chef de l'Etat peut tenir ses engagements en prenant enfin la décision de le faire. Sa réponse à ce jour ne tient-elle pas dans son silence et dans ses actes depuis 4 années de pouvoir ?

Outre qu'il n'a tenu personnellement aucun de ses engagements, Nicolas SARKOZY n'a jamais honoré de sa présence une seule Journée nationale d'HOMMAGE AUX HARKIS depuis sa création en 2001 dont le Nation commémorera le 10e anniversaire le 25 septembre 2011. Nous serions heureux que la MAFA et l'ARMR apportent leur soutien moral au projet présenté par JPN depuis 6 ans d'abord à M.BACHY, puis aux 16 conseillers « rapatriés », d'un grand spectacle audiovisuel retransmis en direct sur une chaîne publique de télévision (France 2 nous doit bien cela depuis la diffusion des "porteuses de mort" documentaire faisait l'apologie du terrorisme FLN) comme cela le fût pour l'hommage au général LECLERC, pour LA LEGION ETRANGERE ou dernièrement pour LE SPECTACLE EQUESTRE DE SAUMUR. L'Etat français doit bien cela aux Harkis et à leurs enfants. L'argument de que la MIR ne dispose pas du budget nécessaire de 150.000 euros ne peut être accepté car cette somme ne représente pas ce que certaines associations de rapatriés ou non reçoivent de l'Etat en quelques années et ceci pour certaines depuis des décennies. A ce sujet, pourriez-vous d'ailleurs demander à M.BACHY de publier, comme la loi l'exige, l'usage qu'il a fait du budget de la MIR durant ces 4 dernières années et les subventions allouées aux associations de Rapatriés depuis 2003, date à laquelle ces chiffres ne sont plus accessibles ? Un engagement verbal qu'il avait fait pourtant lors de ses vœux en 2008 à Thierry ROLANDO, Président du Cercle Algérianiste, et moi-même lorsque nous lui en avions fait la demande. Une demande renouvelée ensuite plusieurs fois par écrit au président de la MIR et auprès du Groupe d'étude parlementaire « rapatriés » président par le député Elie ABOUD. Sans succès à ce jour. M. Elie ABOUD peut-il aussi intervenir auprès de M. Renaud BACHY ou du gouvernement pour que soient respectées notre Constitution et les lois françaises ?

Il est de même pour l'hommage national officiel aux civils et militaires "Morts pour la France" en AFN du 5 décembre. Depuis sa création en 2002 par Jacques CHIRAC, ni Nicolas SARKOZY, ni François FILLON n'ont trouvé le temps de faire les 500 mètres qui séparent l'Elysée et Matignon du Quai Branly. Ni l'un, ni l'autre n'ont estimé nécessaire de recevoir les familles de disparus de l'après 19 mars 1962, des victimes du massacre du 26 mars 1962 de la rue d'Isly à Alger ou des disparus d'Oran du 5 juillet 1962. Pourtant, en 4 années de pouvoir, M. SARKOZY a reçu personnellement à l'Elysée des dizaines de familles de victimes de « faits divers », et M. FILLON a tout de même trouvé le temps en 2007 de faire 7000 km pour aller honorer la mémoire deux françaises disparues en Argentine. Le 26 janvier 2011, lors de son allocution "qui n'avait pas vocation à êtres diffusée" , M.BACHY a fait l'annonce assez extraordinaire de l'inscription le 5 décembre 2011, à moins de 4 mois de l'élection présidentielle, des noms de toutes les victimes civiles françaises innocentes sur la colonne centrale du Mémorial national du Quai Branly. Il a même annoncé que les listes avaient déjà été communiquées à la DPMA. La diffusion de la transcription par JPN de cette allocution a naturellement suscité des réactions des familles des victimes de disparus, notamment de celles ayant déposé plainte en 2002 pour "crime et complicité de crime contre l'Humanité" grâce à l'assistance de JPN et des plusieurs autres associations amies. Ces plaintes avaient bénéficié, grâce à l'action menée en 2001 par Le Comité National de Liaison Des Harkis, présidé par notre ami Boussad AZNI, d'une large retombée médiatique, permettant notamment les émouvants témoignages de Mme DUCOS-ADER, de Philippe BANON sur TF1 et de Mme TEUMA sur A2, dont vous connaissez l'action exemplaire en mémoire de son père disparu à Oran le 5 juillet 1962 auquel l'Etat avait accordé la mention "Mort pour la France" pour la retirer quelques mois après. M. BACHY aura probablement à cœur d'expliquer ce cafouillage qui hélas, dans ce cas dramatique, constitue une nouveau « crime » pour ces victimes « oubliées » comme l'a si justement rappelé Nicolas SAROZY le 31 mars 2007.

Le temps vous manquera probablement le 4 mai pour demander à M.BACHY de faire le bilan qu'il n'a pas pu faire le 26 janvier dernier, sur tous les autres dossiers que vous connaissez aussi bien que nous : LE PLAN EMPLOI HARKIS (quels résultats ?), LE VOTE D'UNE LOI RENDANT POSSIBLE L'APPLICATION DE L'ARTICLE 5 DE LA LOI DU 23 FEVRIER 2005 PROTEGENT LES HARKIS DES INSULTES DONT ILS SONT REGULIEREMENT L'OBJET DANS LES MEDIAS (proposition de loi déposée en février 2010 par Raymond COUDERC, sénateur-maire de Béziers et grand ami d'Hubert FALCO, sans résultat à ce jour !) LES DISPARUS, LE RESPECT DE NOTRE HISTOIRE, LE 19 MARS, LE MEMORIAL de la FRANCE D'OUTRE-MER DE MARSEILLE (en attente depuis 27 ans et dont M. Jean-Jacques JORDI est toujours le Président réel d'un Mémorial virtuel !), LE RETOUR DU MUSEE LYAUTEY DE LA PORTE DOREE A SA VOCATION (devenu en 4 ans seulement le Musée de l'Immigration), LA FONDATION DE LA MEMOIRE (bien silencieuse depuis sa création il y a 7 mois par M.FALCO et qui n'est pas invité à votre Colloque, sauf par M. Frédéric GRASSET qui est à la fois Ambassadeur de France, comme M. Bernard BAJOLET, et aussi Vice-président de la MAFA, un mélange des genres qui posent bien des questions !), NOTRE PRESENCE DANS MEDIAS (où sont les engagements de France 2 ?), LE RENOUVELLEMENT DU 4e HAUT CONSEIL DES RAPATRIES (en panne depuis 14 mois et dont M. Renaud BACHY à la responsabilité!), LA REALISATION D'UN MEMORIAL NATIONAL A PARIS AUX UN MILLION DE FRANCAIS D'AFN et DES COLONIES "MORTS POUR LA FRANCE" (2 réunions Etat/Rapatriés présidé par M. Xavier DELARUE, Directeur de Cabinet d'Hubert FALCO, auxquelles nous avons ensemble participés et puis plus rien !), LES ARCHIVES DE "L'ALGERIE FRANCAISE" DE L'INA (données à l'Algérie algérienne pour qu'elle réalise et diffuse sans droits ses propres « documentaires »), NOS CIMETIERES EN ALGERIE, L'INDEMNISATION (enterrée par le rapport du CES du 19 décembre 2007), NOS LIEUX DE MEMOIRE comme LA STELE DE MARIGNAN et les autres condamnés, et aussi, entre autres, l'annonce du défilé des troupes algérienne le 14 juillet 2012 sur les Champs Elysées, l'hommage officiel au communiste-stalinien et « anticolonialiste » Aimé CESAIRE « enterré » virtuellement au Panthéon, etc. Un Colloque d'une demi-journée suffira-t-il ?

La liste des attentes auxquelles M.BACHY aurait déjà dû répondre depuis 4 ans, vous la trouverez aussi dans les comptes-rendus que JPN a diffusés dans ses Bulletins d'information relatifs aux deux dernières réunions avec M.FALCO comme Secrétaire d'Etat aux "Rapatriés". Une excellente synthèse actualisée vient d'être diffusée par Gilles BONNIER comparant les engagements de Nicolas SARKOZY aux attentes exprimées par la Charte du CLAN-R. N'ayant reçu des associations présentes à ces réunions aucune demande de correctif (sauf une précision de Gilles BONNIER sur les cimetières) ou d'ajout, nous pouvons penser que leur contenu répond à la réalité et que vous l'approuvez.

Dans ce contexte, est-il raisonnable de penser que Nicolas SARKOZY tiendra dans sa dernière année de Président de la République les engagements qu'il n'a pas tenus en 4 années de plein pouvoir ?

Plutôt qu'un Colloque mémoriel ne faut-il pas que les Français Rapatriés organisent fin 2011 des ETATS GENERAUX à PARIS pour demander – comme l'a fait à NIMES fin 2004 avec efficacité l'USDIFRA et son Président, notre ami Gabriel MENE, avec le soutien de JPN – en invitant les candidats à l'élection présidentielle de 2012 et à leurs partis de s'engager publiquement devant les Français rapatriés, avec cette fois-ci, la précaution d'accompagner cet engagement d'un projet de loi marquant définitivement de reconnaissance officielle de la responsabilité de l'Etat et complétant la loi du 23 février 2005 ? Une proposition à laquelle nous invitons toutes les responsables rapatriés à faire part publiquement du point de vue officiel de leurs associations.

Restant à votre disposition pour toute information complémentaire pouvant vous être utile, nous invitons tous nos compatriotes qui peuvent le faire à se rendre à votre Colloque pour s'exprimer directement. Pour les responsables rapatriés qui ne peuvent si rendre, ils peuvent, comme nous, vous faire part de leurs avis par Internet. C'est gratuit, rapide et tout le monde pourra ainsi être informés de leurs attentes et propositions concrètes.

Bon succès à votre Colloque et gagnons ensemble pour que TOUS nos compatriotes obtiennent de l'Etat français, à l'occasion de cette année 2012 qui s'annonce riche en événements avec l'élection présidentielle, le 50e anniversaire de notre exode qui est aussi, il ne faut pas l'oublier celui de l'abandon de nos départements algériens et la naissance de l'Algérie indépendante dont nous fûmes chassés au nom du très démocratique slogan « La Valise ou le Cercueil » - titre et sujet de l'excellent et récent film du réalisateur Charly CHASSAN - malgré les Droits de l'Hommes, la Constitution française votée en septembre 1958 à 96,7% par les "10 millions de Français à part entière d'Algérie" selon la célèbre déclaration du général De Gaulle du 4 juin 1958 sur le Forum d'Alger, les "garanties" d'Evian, les Associations humanitaires et les hommes politiques de gauche et de droite au pouvoir devenus aussi amnésiques de leurs engagements précédents. Décidemment ces troubles de la mémoire inquiétants et persistants semblent plus particulièrement toucher cette catégorie de Français de 1962 jusqu'à aujourd'hui. Il ne faudrait pas qu'ils contaminent aussi par contagion le monde des Français « rapatriés ».

Si nous nous rencontrons depuis des décennies lors des réunions officielles Etat/Rapatriés, nous ne vous connaissant pas suffisamment, et souhaitant mieux apprécier vos actions en faveur de nos compatriotes nous avons regardé le site de la MAFA. Il n'est pas hélas actualisé. Et via Google, nous avons trouvé sur vos "prénoms noms" (entre guillemets) malheureusement que peu d'informations sur vous. C'est la raison pour laquelle nous proposons aux responsables rapatriés, comme à nos autres correspondants, de donner un rapide CV ou le lien Internet vers un site les présentant.

Comme vous l'avez constaté comme nous, à notre plus grande satisfaction, il y a désormais de "jeunes pieds-noirs et harkis, un même cœur", comme Lionel VIVES, Eric SAFRAS, Jean-Pierre BARRERE, François CALMEIN (fils de notre ami Maurice CALMEIN, président fondateur du CERCLE ALGERIANISTE, qui vient de sortir une histoire passionnante de l'Algérianisme que nous conseillons à vos invités de lire "Algériens nous sommes, qué" aux éditions ALTLANTIS), Zohra et Hamid (désolés de ne pouvoir citer tous les enfants de Harkis qui ont repris le flambeau qui sont trop nombreux, mais la relève semble assurée), courageux et déterminés prêts à défendre notre mémoire collective. Pourquoi ne les inviteriez vous pas à votre Colloque du 4 mai au Sénat ? M. BACHY trouvera probablement dans ses tiroirs de quoi payer leurs déplacements, notamment en prenant dans les frais de fonctionnement du HCR4 qu'il devait relancer en avril-mai 2010 et qui est toujours inexistant.

Nous espérons que ce bref rappel du combat que nous menons ensemble depuis des décennies, n'est pas entaché par une défaillance de nos mémoires qui ne seront en paix que lorsque TOUS nos compatriotes auront obtenus VERITE et JUSTICE. Et cela ne dépend que d'un seul homme, nom pas M. Renaud BACHY au demeurant personnalité fort sympathique et cultivée avec laquelle nous avons dû passer en réunions entre la date de sa nomination fin 2007 et la dernière réunion du 6 juillet 2010, au moins une vingtaine d'heures pour n'obtenir aucune réponse. Celui qui détient la solution à nos problèmes est naturellement le Président de la République, dont le Directeur de Cabinet vous a reçu longuement le 23 septembre 2010, information que nous avons découverte en lisant il y a quelques jours le Bulletin électronique N°148 de la MAFA. Il est dommage que vous ne n'ayez pas diffusé à tous vos collègues, responsables rapatriés comme vous, le bilan cette rencontre qui concernait TOUS le Rapatriés et non un petit groupe d'heureux élus.

N'hésitez pas à nous faire parvenir les correctifs des éventuelles erreurs que nous aurions commises, la rapidité de rédaction de cette brève demande repose sur la MEMOIRE et chacun sait sa fragilité quand elle ne s'appuie pas sur l'HISTOIRE. A la « guerre » des mémoires voulue par certains, il n'est pas nécessaire d'ajouter une « guerre » des Associations de « Rapatriés » qui n'est visiblement pas ni dans vos intentions ni dans les nôtres. Or seul un dialogue ouvert à TOUS permettra d'éviter ce faux conflit car, à vous lire, nous sommes bien d'accord sur le fond : l'impérieuse nécessité d'obtenir la reconnaissance de la responsabilité de l'Etat française dans le crime du 19 mars 1962. Ce à quoi JEUNE PIED-NOIR va consacrer toute son énergie et ses moyens durant cette année précédant l'élection présidentielle, avec l'aide des 42 Associations et 1400 Français qui nous soutiennent matériellement et celles de 200 Associations et 16.000 Français qui nous apportent un réconfort moral. Il n'est pas difficile d'imaginer l'audience que nous pourrions avoir si TOUTES les 500 Associations, Amicales et les 2 millions de Français rapatriés et descendants se joignaient à nous. En espérant que la MAFA et l'ARMR prennent désormais une part active, au moins morale, dans cette action collective pour l'obtenir.

Amitiés Harkis et Pieds-noirs. Et gagnons ensemble.

Bernard COLL - Alger - 1947- 4e génération - Père oranais - Mère : Algéroise - Ingénieur télécom et cadre marketing/communication retraité. Actif depuis 1974. - Secrétaire général de JPN

Co-auteur avec Mme Taouès TITRAOUI – née à M'sila - Fille de Harki, active depuis 1974, Membre du HCR depuis sa création - Elue local (3e mandat), Responsable Relations Publiques de JPN, du LIVRE DES HARKIS (JPN 1991) et du DVD "HARKIS LES SACRIFIES" (JPN 2010) et concepteurs-réalisateurs, avec le regretté Jean-Claude KHIARI, de la campagne "HOMMAGE AUX HARKIS".


Voir le site JPN et nos ouvrages pour notre parcours plus détaillé.
http://jeunepiednoir.pagesperso-orange.fr/jpn.wst/

------------------- 70e ANNIVERSAIRE DE LA BATAILLE DE FRANCE : MAI-JUIN 1940 ---------------

MINISTERE DE LA DEFENSE
DELEGATION A L’INFORMATION ET E LA COMMUNICATION DE LA DEFENSE

COMMUNIQUE DE PRESSE

Paris, le jeudi 1er avril 2010

Secrétariat général pour l’administration (SGA) - Direction de la mémoire, du patrimoine et des archives

70e anniversaire de la bataille de France

Samedi 10 avril 2010 à 14h30, à l’École militaire

La Direction de la mémoire, du patrimoine et des archives (DMPA) organise le samedi 10 avril 2010, à l’École militaire, en partenariat avec l'Établissement de communication et de production audiovisuelle de la défense et le magazine L'Histoire, une journée débat sur le thème : "France 1940. Le printemps tragique".

Ouverte à tous dès 14h30, la journée est conçue en deux temps : deux tables rondes suivies de la projection en avant-première du film "Carnets volés". Ce film, réalisé à partir des fonds inédits d'archives du Service historique de la défense (SHD), témoigne de la condition du soldat pendant la campagne de France. Véritables journaux intimes, ces carnets, confisqués par les Allemands après la défaite de 1940, puis récupérés par les Russes en 1945 et finalement rendus à la France en 2001, retracent la vie quotidienne des soldats, de leur mobilisation à leur captivité.

Les débats réuniront des spécialistes reconnus de cette période. Les historiens Jean-Pierre Azéma, Frédéric Guelton, Laurent Henninger, Julian Jackson, Jean-Noël Jeanneney, Stefan Martens, Claude Quétel, Maurice Vaïsse, Robert Paxton (en duplex depuis New York) et Michel Winock débattront entre eux et avec le public, apportant un regard contemporain sur les événements qui ont conduit à la défaite de juin 1940.

Au sein du SGA, la DMPA apporte un soutien scientifique aux services du ministère de la Défense dans le domaine des archives, des bibliothèques et des musées. Dans le cadre de la politique de mémoire, elle offre son appui technique et financier aux fondations et associations du monde combattant ainsi qu'aux collectivités territoriales. Elle assure le suivi de l’actualité mémorielle et des actions liées au tourisme de mémoire et anime la politique de mémoire partagée entre la France et des pays étrangers. Pour le 70e anniversaire de la bataille de France, le site Mémoire des hommes sera enrichi de la base des militaires tués au cours de la seconde guerre mondiale : http://www.memoiredeshommes.sga.defense.gouv.fr

Cette journée débat se déroulera dans l’amphithéâtre Foch de l’École militaire (1 place Joffre, Paris 7e)

SGA - Eve-Marie IBGHI - Tél. : 01 42 19 88 42 - Fax : 01 42 19 89 23 - mailto:eve-marie.ibghi@defense.gouv.fr

DICoDCentre Presse : Tél. : 01 44 42 54 02 – Fax : 01 44 42 41 22 - mailto:presse@dicod.defense.gouv.fr

Pour plus d'infos, voir le site http://www.memoiredeshommes.sga.defense.gouv.fr

------------------- 70e ANNIVERSAIRE DE LA BATAILLE DE FRANCE A LAVAL ---------------

ACUF

70e anniversaire de la bataille de France à Laval

Congrès national du 30 septembre au 2 octobre à Neuvy-sur-Brangeon

Réunis en assemblée générale, les membres de l'Association des combattants de l'union française (Acuf) de la Mayenne ont débattu des activités 2009 et présenté le calendrier des activités 2 010. Le point d'orgue sera la célébration du 70 e anniversaire de la bataille de France avec une exposition à la Maison du tourisme à Laval, du 4 au 16 mai 2010. Des conférences dans les écoles compléteront cette action de mémoire.

« Une bataille qui n'a pas toujours eu les honneurs légitimes pour les 90 000 Français tués entre le 10 mai et le 25 juin 1940, 245 000 blessés ou mutilés dont 10 000 succomberont peu après », regrette Marcel Cousin, président de l'Acuf. Le président regrette la vétusté du matériel de certaines armes et le départ de régiments de villes de garnison.

La journée champêtre est fixée au 19 juin. Le congrès national aura lieu du 30 septembre au 2 octobre à Neuvy-sur-Brangeon (18). Le bureau se compose de : président Marcel Cousin ; vice-président Bernard Raboteau ; secrétaire général Marc Boutier ; trésorière Simone Brun ; adjoint Pierre Guichard ; porte-drapeau René Bulot.

Contact : ACUF - Tél. : 02 43 66 83 20.

----------------------------------------------------- RENCONTRES -----------------------------------------------

Rencontre Histoire & Mémoire

COLONISATION ET DECOLONISATION : QUEL BILAN ?

Elus, historiens et témoins devant la loi 2005-158
en faveur des Français rapatriés ?

Vendredi 23 septembre 2005 à 14h 30 précises
Palais du Luxembourg - 15, rue de Vaugirard – 75006 Paris

Quelle était la situation politique, économique et sociale des « colonies » avant la présence française ? Qu’elle fut l’action de la France et des Français d’outre-mer ? L’œuvre française en Algérie est-elle comparable à l’occupation nazie en France ou a-t-elle été un facteur de développement des populations? Algérie, Cambodge, Congo, Côte d’Ivoire, Haute-Volta, Maroc, Sénégal, Tchad, Togo, Tunisie, Vietnam… quel bilan depuis la décolonisation ? Que dit la loi 2005-158 en faveur des Français rapatriés ? Faut-il l’abroger ?

Avec la participation de (liste provisoire):
Jacques Augarde, Ancien ministre, ancien maire de Bougie,
Président du Comité National de Liaison des Rapatriés
Guy Forzy, Ancien Délégué aux Rapatriés
Raoul Girardet, historien
René Bail, écrivain
Jeanine de La Hogue, écrivain
Michel Klen, docteur ès lettres et sciences humaines
Jean Monneret, docteur en histoire
Pierre Montagnon, historien
Jacques Valette, historien

Sont aussi invités : Charles-Robert Ageron, Jean-Marc Ayrault, Michèle Baussant, Pascal Blanchard, Arthur Conte, Jean Daniel, Alain Decaux, Eric Deroo, Philippe Douste-Blazy, Jacques Frémeaux, Patrice Gélinet, Jean-Charles Jauffret, Jean-Jacques Jordi, Evelyne Joyaux, Jean Lacouture, Daniel Lefeuvre, Claude Liauzu, Jacques Marseille, Gilbert Meynier, Josseline Revel-Mouroz, Kléber Mesquida, Pierre Messmer, Raymond Muelle, Gisèle Prinzt, André Santini, Jean Sevilla, Benjamin Stora, Germaine Tillon, Jeannine Vergès-Leroux, Pierre Vidal-Naquet…
(*en attente de leur réponse)

Témoignages :

« J’étais Chef de poste à Madagascar en 1948 »
Fernand Coll, ancien officier d’artillerie coloniale
« Je reviens du Cambodge»
Remi de Vulpillières, photographe
« Quel avenir pour Mayotte ? »
Didier Béoutis, Président de l’Association « Mayotte française »

Rencontre organisée et animée par Jeune Pied-Noir

Contact Médias : Bernard Coll – Gsm : 06 80 21 78 54
Courriel : jeunepiednoir@wanadoo.fr
Bulletin de réservation sur le site : http://perso.wanadoo.fr/jeunepiednoir/jon.wst

----------------------------------------------------- RENCONTRES -----------------------------------------------

Jeune Pied-Noir

Rencontre Histoire & Mémoire

 

COLONISATION et DECOLONISATION
Faut-il abroger la loi 2005-158 en faveur des Français rapatriés ?

Paris – Vendredi 23 septembre 2005 à 14h 30 précises

En présence d’élus, d’historiens, de personnalités et de grands témoins :
Jacques Augarde, Mme Baussant, Guy Forzy, Raoul Giradet, Michel Klen, Jean Monneret, Pierre Montagnon, Jacques Vallette…

Le 10 février 2005 le Parlement adoptait le projet de loi N°2005-158 "portant reconnaissance de la Nation et contribution nationale en faveur des Français rapatriés" (J.O du 23 février 2005). Plus de 43 ans après leur exode, cette loi reconnaît la réalité des crimes commis contre les Français d'Algérie après le 19 mars 1962 mais n’en détermine pas les causes. Elle reconnaît aussi l’œuvre positive de la France en Afrique du Nord et dans ses anciennes colonies ce qui a soulevé une vague de protestations chez certains historiens, associations et élus et repose la question du bilan de la colonisation mais aussi celui de la décolonisation. Quelle était la situation des « colonies » avant l’occupation française ? Quelle fut l’action de notre Pays ? Peut-elle être considérée comme positive pour les populations concernées ou est-elle assimilable au nazisme comme l’affirme le Président algérien ? Vietnam, Cambodge, Algérie, Côte-d’Ivoire, Congo, Sénégal, Tchad, Togo, Bénin… quel est le sort des populations depuis la décolonisation ? En conclusion, faut-il abroger la loi 2005-158 en faveur des Français rapatriés ? Ces questions seront abordées en présence d’historiens, de parlementaires et de témoins.

Le nombre de places étant limité, inscrivez-vous dès aujourd'hui !

En fonction des places disponibles,
une priorité sera donnée aux adhérents et ami
de Jeune Pied-Noir qui auront adressé leur réservation
avant le vendredi 16 septembre

Télécharger ce texte en Pdf : Bulletin d'inscription

----------------------------------------------------- RENCONTRES -----------------------------------------------

HISTOIRE & MEMOIRE du samedi 23 avril 2005

Nous avons le plaisir de vous annoncer, qu'autour de l'historien Guy PERVILLE, seront présents les historiennes et historiens :

- Michèle BAUSSANT, Maurice FAIVRE, Jacques FREMEAUX, Raoul GIRADET*, Jean MONNERET
* en attente de confirmation

et que plusieurs chercheurs en histoire assisteront à cette rencontre avec les "oubliés" de la guerre d'Algérie et les victimes de l'après 19 mars 1962 dont les interventions seront illustrées des témoignages de :

- Hervé BOURGES, Jean Pierre CHEVENEMENT, Jean FAURE, sénateur, Alain KRIVINE, Jean LACOUTURE, Kléber MESQUIDA, député...

Cette rencontre organisée par Jeune Pied-Noir entre historiens et témoins les conséquences du19 mars 1962 en Algérie, ouvre le débat sur les responsablités politiques.

En effet la loi 2005-158 (JO du 24 février 2005) portant reconnaissance de la Nation et contribution nationale aux Français rapatriés, reconnaît dans son article 2 la réalité de ces massacres mais pas leurs causes. Dans son article 3, elle crée une Fondation de la mémoire de la guerre d'Algérie dont la vocation sera de définir la part de responsabilité de l'Etat français. Chercheurs et historiens auront cette lourde mission.

Est-il nécessaire d'attendre les travaux de la Fondation? Les archives et les témoignages disponibles permettent-ils de déterminer dès aujourd'hui les responsabilités? Dans la négative, quelles archives doivent être rendues accessibles aux historiens et chercheurs ? Que peuvent déjà répondre les historiens et les chercheurs ? Autant de questions dont les réponses vont peut-être permettre à plus de 1,5 millions de Français et leurs descendants, spoliés de leurs droits, d'obtenir justice.

A cette rencontre, qui aura lieu au Sénat le samedi 23 avril de 14h à 18h, sont invités tous les chercheurs et historiens spécialistes de la guerre d'Algérie de toutes sensibilités.

Le professeur Maurice Allais, prix Nobel d'Economie et auteur de "L'Algérie d'Evian" (juillet 1962), adressera un message aux participants. Des parlementaires et des journalistes seront présents.

L'idée est d'alterner pour chaque question entre des témoignages des "oubliés" de la guerre d'Algérie et les réponses des historiens.

Ainsi interviendront :

- un gendarme témoin du refus des autorités française de délivrer des otages alors que leur lieu de détention était connu
- un soldat de métropole resté en Algérie à la demande de l'Etat français enlevé le 1er septembre 1962, torturé et miraculeusement rescapé.
- une jeune femme grièvement blessée lors d'un attentat FLN à Alger
- un soldat français prisonnier du FLN durant 114 jours,
- des témoins de la fusillade de la rue d'Isly,
- des harkis prisonniers durant des années dans les geôles algériennes,
- un marin français ayant rencontré des européennes détenues en Algérie en 1964, etc...

Bref tous ces "oubliés" de la guerre d'Algérie qui n'ont pas pu s'exprimer durant plus de 40 ans.

Merci de diffuser cette information auprès des chercheurs et historiens spécialistes de la guerre d'Algérie que vous connaissez.

----------------------------------------------------- RENCONTRES -----------------------------------------------

Jeune Pied-Noir

________________________

Rencontre Histoire & Mémoire
________________________

Après le vote de la loi 2005 – 158 en faveur des Français rapatriés.

Les chercheurs et historiens peuvent-ils déterminer les responsabilités dans les massacres, les assassinats, les enlèvements, les séquestrations arbitraires dont ont été victimes les Français d’Algérie après le 19 mars 1962 ?

Samedi 23 avril 2005 à 13h 30 précises
Au Sénat - 15, rue de Vaugirard – 75006 Paris

Avec Guy Pervillé
Professeur d’Histoire contemporaine de l’Université de Bordeaux
Spécialiste de la guerre d’Algérie

Le 10 février 2005 le Parlement adoptait le projet de loi N°2005-158 "portant reconnaissance de la Nation et contribution nationale en faveur des Français rapatriés" (J.O du 23 février 2005). Plus de 43 ans après leur exode, cette loi reconnaît la réalité des crimes commis contre les Français d'Algérie après le 19 mars 1962 mais n’en détermine pas les causes. Selon les propos même du Ministre des Anciens Combattants, M. Hamlaoui Mekachera, il appartient aux chercheurs et historiens de déterminer la part de responsabilité de l’Etat français de 1962 dans ces drames. Peuvent-ils le faire à partir des archives déjà disponibles et des témoignages des victimes ? Faut-il leur donner accès à de nouvelles archives encore inaccessibles ? De nouveaux témoignages peuvent-ils éclairer les zones d’ombre ? Des questions qui seront abordées en présence d’historiens, de députés et sénateurs, de journalistes et de témoins. Afin de permettre une large consultation un questionnaire est mis à disposition des historiens, chercheurs et élus qui ne pourront se rendre à cette première rencontre.

Le nombre de places étant limité, inscrivez-vous dès aujourd'hui !

En fonction des places disponibles, une priorité sera donnée aux adhérents de Jeune Pied-Noir qui auront adressé leur réservation avant le mardi 19 mai

Bulletin de réservation à retourner dans les meilleurs délais
Seules les réservations accompagnées de leur règlement seront prises en compte

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Jeune Pied-Noir - BP 4 - 91570 Bièvres - Courriel : jeunepiednoir@wanadoo.fr


Nom : .............................................................……….……Prénom : ...............................…................
Qualité : ................................................................……………………………………………………….….
Association (si responsable associatif) : ….…….…………………….….……………………….…..…….......
Adresse : …………………………………………………………………………………………….…..…….....…
Code postal : ………………….. Ville : ………………..…………….…………..Pays : ………………....….…
Téléphone :……………………..….… Fax : …………..………….…. Email : …………….……………...……


O Adhérent de Jeune Pied-Noir à jour de cotisation : gratuit.
O Réserve ………………place(s) non-adhérent au prix de 40 € = …………. €
O Association de Français d’AFN é d’Outre-mer : 100 € donnant droit à 2 places.
O Historiens, chercheurs, étudiants … (autres que ceux invités) : 20 €
O Ne pouvant me rendre à cette rencontre, je verse ……….. € pour contribuer à son succès.
O Je commande ……….…… dossier(s) comprenant les interventions et la documentation remise aux participants : 50 € franco de port.

Chèque à libeller à l'ordre de Jeune Pied-Noir Date - signature

Pour enregistrer ce texte au format pdf cliquez ici (lorsque le document est ouvert faire Fichier et Enregistrer)

------------------------- DESTRUCTEURS D'HISTOIRE ET "BATISSEURS" DE MEMOIRE ---------------------

Le Premier Ministre a confirmer en juin 2004 l’attribution du « Palais Lyautey », l’ancien Musée des Colonies, Porte Dorée à Paris, à la Fondation de la mémoire de l’immigration. Cette Fondation a pour vocation, selon les propres termes des associations d’immigrés associées à ce projet, de « déconstruire l’image de la colonisation, de retourner les symboles comme un gant. Dire et montrer que la page de la colonisation est définitivement tournée et détourner le bâtiment de sa vocation première» qui était, selon le vœu du maréchal Lyautey, de montrer aux Français de métropole l’œuvre des Français des Outre-mer ( Site Internet histoire-immigration.fr).

Un nouveau genre d'historiens est apparu ces derniers années : les "historiens militants" comme il aime à se désigner eux-mêmes. A l'aide de témoignages adaptés, de documents imaginés, d'oublis étudiés... ils construisent l'Histoire qui aurait dû être pour remplacer celle qui a été et qui ne leur convient pas.

----------------------------------------------------------- ARCHIVES -------------------------------------------------------------

HISTOIRE & MEMOIRE

SUCCES DU COLLOQUE

"MEMOIRE ET VERITES" (2000)

UN OBJECTIF HISTORIQUE : LA RECHERCHE DES RESPONSABILITES

Avec une participation de plus de 500 personnes, le colloque organisé par le Cercle Algérianiste le samedi 14 octobre au Théâtre Municipal de Neuilly-sur-Seine a été un vrai succès. Ouvert au public, ce colloque voulait apporter une contribution à la recherche de la vérité historique en analysant les responsabilités dans le déroulement de trois situations dramatiques qui ont marqué la fin de l'Algérie française.

PROGRAMME

11h - 14h : Accueil des participants et visite des stands

14h - Ouverture du Colloque par Pierre DIMECH, Président National du Cercle Algérianiste

14h05 - Projection du film-documentaire "La page arrachée" de Jean-Paul SOLER

14h30 - 15h45 - Première table ronde animée par Pierre DIMECH sur le thème : "Révolte de Bab-el-Oued, 26 mars 1962 : peut-on parler d'une action préméditée des autorités?"

Avec la participation de Marie DUMONT, universitaire, Raoul GIRADET, professeur à l'IEP de Paris, Marcel RONDA, ancien commandant des Unités Territoriales à Alger, Serge JOURDES, rédacteur en chef de "Rizières et Djebels", Ralph PINTO, journaliste à France-Inter

15h45 - Proclamation du Prix Universitaire Algérianiste par Michèle SOLER, Présidente du Cercle Algérianiste de Nice.

16h15-16h45 - Pause et visite des stands

16h45 - 18h - Table ronde animée par Thierry ROLANDO, Vice-Président du Cercle Algérianiste sur le thème : "Oran, 5 juillet 1962: les responsabilités des autorités françaises peuvent-elles encore être recherchées?"

Avec la participation de Geneviève de TERNANT, auteur de "L'agonie d'Oran", Christelle MAURIN, le Révérend Père Michel de LAPARRE, auteur de "Oran 1961-62 : journal d'un prêtre en Algérie", Jean MONNERET, historien, Maître Thomas DUMONT, avocat.

18h-19h30 - Table ronde animée par Boris KHAN sur le thème : "L'abandon des Harkis était-il une condition indispensable à l'accession de l'Algérie à l'indépendance?".

Avec la participation de Mme Taouès TITRAOUI, co-auteur du "Livre des Harkis", du général François MEYER, ancien Chef de Harka, du général Maurice FAIVRE, historien, auteur des "Archives inédites de la politique algérienne", de Jean-Paul ANGELLELI, journaliste-historien.

10h30 - Dîner au restaurant "L'Arc en Ciel" et proclamation du Prix Littéraire Algérianiste par Hubert GROUD? Président du Cercle Algérianiste de Mont-de-Marsan.

PARTICIPATION AU COLLOQUE : 20 F pour les adhérents du Cercle Algérianiste - 50 F pour les non-adhérents

PARTICIPATION AU COLLOQUE ET AU DINER : 300 F pour les adhérents de CA et 330 F pour les non-adhérents.

REGLEMENT A ADRESSER au : CERCLE ALGERIANISTE - 2 bis due du Château - 92200 Neuilly-sur-Seine

ORGANISATION DU COLLOQUE : Jean-Yves DERRIEU - Tél/Fax : 01 47 64 97 60

SOUTENEZ NOTRE ACTION - JPN BP 4 - 91570 BIEVRES  

Pour nous laisser un message : mailto:jeunepiednoir@wanadoo.fr

----------------------------------------------------- RENCONTRES -----------------------------------------------

Colloque du Cercle Algérianiste "Mémoire et Vérité

" le samedi 14 octobre 2000 - Neuilly-sur-Seine. Un succès !

Avec une participation de plus de 500 personnes, le colloque organisé par le Cercle Algérianiste le samedi 14 octobre au Théâtre Municipal de Neuilly-sur-Seine a été un vrai succès. Ouvert au public, ce colloque voulait apporter une contribution à la recherche de la vérité historique en analysant les responsabilités dans le déroulement de trois situations dramatiques qui ont marqué la fin de l'Algérie française - Voir aussi l'article de "Présent" du 20 octobre 2000.

ARCHIVES : Jeune Pied-Noir donne rendez-vous aux journalistes lors du Colloque " Mémoire et Vérités ", organisé par le Cercle Algérianiste, le samedi 14 octobre au Théâtre Municipal de Neuilly-sur-Seine de 11h à 19h30 - 167, Avenue de Neuilly (ex Avenue Charles De Gaulle) - 92200 Neuilly-sur-Seine (Métro : Pont de Neuilly) - Thèmes des tables rondes : "19 mars 1962, l'abandon des Harkis", "Bab-el-Oued 26 mars 1962", "Oran 5 juillet 1962 ". Organisation du coloque : Jean-Yves DERRIEU - Tél/Fax : 01 47 64 97 60

Colloque "Crimes sans Châtiment" organisé par le C.E.P.N.

- CENTRE D'ETUDES PIED-NOIR a organisé les 7 et 8 septembre à Nice un colloque "mémoire, Histoire et justice" sur l'abandon des Touaregs et des Harkis en 1962 et sur leur situation actuelle : la fusillade du 26 amrs 1962, l' massacre d'Oran du 5 juillet 62, les polices parallèles, les tribunaux d'exception, l'armée et ses chefs - Contact : Josseline Revel-Mouroz - 14, av Alfred de Vigny - 06000 Nice - Tel/Fax : 04 93 98 11 75 - mailto:rjosseline@aol.com

----------------------------------------------------- ADHESION ET SOUTIEN ---------------------------------------------------

POUR D'AMPLIFIER NOTRE ACTION, NOUS AVONS BESOIN DE VOUS !

SOUTENEZ DES MAINTENANT NOS ACTIONS ET PROJETS !

Jeune Pied-Noir, 34 ans de liberté d'action grâce à votre confiance.

Adhérez pour 0 euros ! Explication 30 €, 50 € ou 100 € ou plus = 0 € !

Pour les dons à partir de 30 €, vous recevrez un justificatif fiscal permettant une déduction de 66% du montant du don de vos impôts et l'envoi d'un ou plusieurs ouvrages ou documents de votre choix d'une valeur de complémentaire de 34 % de votre don, ce qui réduit votre participation à 0 € ! Beaucoup de nôtres soutiennent des Associations humanitaires pour un montant annuel supérieur à plusieurs centaines d'euros par an afin de bénéficier de la réduction légale d'impôts. Pourquoi ne pas en faire bénéficier les Associations de Français d'AFN qui, pour la plupart, ont le droit de le faire ?

VOIR LE DETAIL DES OFFRES DE LIVRES ET DOCUMENTS SUR LA PAGE D'ACCUEIL DU SITE : ACCUEIL

CONTACTEZ-NOUS SI VOUS RECHERCHEZ UN OUVRAGE EN PARTICULIER : 06 80 21 78 54

Adhésion 15 € - Soutien 30 € - Bienfaiteur 75€ et plus

JPN - BP 4 - 91570 Bièvres

SOUTIEN INCLUANT L'AFFICHE DE LA CAMPAGNE "HOMMAGE AUX FRANCAIS D'AFRIQUE DU NORD"

GAGNONS ENSEMBLE !

Voir aussi la rubrique JPN