HOMMAGE AU BACHAGA BOUALAM

Mise à jour le 10.10.2015

ACTUALITES - RECHERCHES

Le Bachaga BOUALAM est la figure emblématique des Français musulmans et des Harkis fidèles à la France. Jeune Pied-Noir appelle toutes les Associations et Amicales de Français rapatriés, ainsi que tous les particuliers qui voudraient nous rejoindre, à demander un hommage solennel de la Nation au Bachaga BOUALAM, Officier français combattant de 1939-45, Commandeur de la Légion d'Honneur, député et vice-président de l'Assemblée nationale de 1958 à 1962, symbole du combat pour que Vérité et Justice soit rendu aux Harkis et à leurs familles. Nous vous demandons de soutenir l'initiative du député Lionel LUCA auprès du Ministre Jean-Marie BOCKEL, Secrétaire d'Etat à al Défense et aux Anciens Combattants.
Faites un don : déduction fiscale de 66% + 34% de livres, DVD, CD-Audio... offerts pour vous remercier = 0 euros !
ACTUALITES *** ACTUALITES *** ACTUALITES *** ACTUALITES ***ACTUALITES ***ACTUALITES ***ACTUALITES

 

*** POUR EN SAVOIR PLUS *** POUR EN SAVOIR PLUS *** POUR EN SAVOIR PLUS *** POUR EN SAVOIR PLUS ***

Nous vous invitons pour compléter vos recherches à utiliser GOOGLE et WIKIPEDIA en mettant l'expression recherchée entre "guilBachaga BOUALAM : Nous voulons demeurer français !lements".

RECHERCHE PAR THEME : JPN - ASSOCIATIONS - CLAN-R - COLLOQUE DE VINCENNES - EXPOSITION - UNE GRANDE FAMILLE FRANCAISE - LIVRES - MEDIAS - SOUTIEN - TEMOIGNAGES

RECHERCHE PAR NOM : Bachaga BOUALAM -

ET AUSSI .... *** ET AUSSI ... *** ET AUSSI .... *** ET AUSSI ... *** *** ET AUSSI .... *** ET AUSSI ...*** ET AUSSI .... *** ET AUSSI ...

20e ANNIVERSAIRE DE LA MANIFESTATION DE LONGJUMEAU (91)
HOMMAGA AU BACHAGA BOUALAM

Jeudi 3 décembre 2009

1500 Harkis, Pieds-noirs et Anciens Combattants occupent LONGJUMEAU (91) en hommage au Bachaga BOUALAM pour protester contre la décision du maire socialiste de débaptiser la rue portant son nom.

Reportage exclusif sur cette grande manifestation du 3 décembre 1989 !

 

 

 

 

Jeune Pied-Noir demande à Mme Nathalie KOSCIUSKO-MORIZET, ministre-maire de Longjumeau, de bien vouloir proposer à son conseil municipal de rebaptiser une des voies de sa ville du nom du Bachaga Saïd BOUALAM !

Vous aussi, signez la pétition pour que la Nation reconnaisse nos compatriotes Français-musulmans comme des Français à part entière. Des Français par le "sang versé" en 1870, 1914-18, 1939-45, en Indochine, en Tunisie, au Maroc, en Algérie et dans tous les territoires où la France a eu à défendre son drapeau.

UTILISEZ POUR CELA LE TRACT SOUVENIR DE 1989 !
******************
Tract diffusé en 1989 pour la manifestation


**************************** SOUTENEZ NOS ACTIONS ! ******************************

Jeune Pied-Noir vous propose des actions collectives ouvertes à tous. Vos remarques et suggestions constructives sont les bienvenues. Pour faciliter nos échanges, nous vous remercions de vous identifier (nom, adresse, N° de téléphone) et de préciser à quel(s) titre(s) vous intervenez (responsable associatif, adhérent, sympatisant etc...). Merci.

Bernard COLL - Secrétaire général de JPN
01 69 41 01 12 - 06 80 21 78 54

------------------------------------------------------------ CLAN-R ----------------------------------------------------

ASSEMBLE GENERALE
Comité de Liaison des Associations Nationales de Rapatriés - CLAN-R

Diffusion jeudi 11 décembre 2008

PROGRAMME DE L'ASSEMBLEE GENERALE
Vendredi 12 décembre 2008

11h : Messe à la mémoire du Ministre Jacques AUGARDE, en la Cathédrale Saint-Louis des Invalides
14 h : Assemblée générale réservée aux adhérents et aux invités (inscription obligatoire)
Hommage au Bachaga BOUALAM par Denis FADDA, président du CLAN-R
Intervention des représentants des pouvoirs publics
Rapports moral et financiers
Election du Président
Questions diverses et débat général
18h : Clôture

CONTACT CLAN-R

Président Denis FADDA
http://www.clan-r.org/portail/ - mailto:clanr@orange.fr
ou mailto:francois.paz@orange.fr - Tel : 08 79 16 03 35 - 01 42 03 23 58

***********************
HOMMAGE AU BACHAGA BOUALAM
par Denis FADDA, président du CLAN-R

A l'occasion du 50e anniversaire de son élection à la vice-présidence
de l'Assemblée nationale française le 10 décembre 1958

Sénat - Palais du Luxembourg - Vendredi 12 décembre 2008

Il y a cinquante ans, le 10 décembre 1958, le Bachaga Saïd BOUALAM, député d'Algérie, était élu vice-président de l'Assemblée nationale. A la suite des événements du 13 mai 1958, cette élection concrétisait l'union de la France et de l'Algérie que le nouveau gouvernement du général De Gaulle voulait traduire dans des symboles visibles. C'est donc en tenue de Bachaga, que le vice-président Saïd BOUALAM présidera durant 4 ans les séances des députés français parmis lesquels 71 députés d'Algérie, dont 45 Français musulmans, représentant nos 15 départements algériens. La famille du Bachaga Boualam pour rester française payera un lourd tribut : 17 membres assassinés, dont le frère du Bachaga et son fils Abdelkader. Une intégration par le "sang versé".

L'assemblée générale du CLAN-R sera placée, en hommage au Bachaga BOUALAM, sous son haut patronage moral. A travers cette figure légendaire des Harkis et des Français musulmans, c'est aussi un hommage qui sera rendu à tous les sénateurs, députés, élus qui représentèrent nos départements algériens jusqu'en 1962. Les participants pourront découvir avec l'exposition "Hommage au Bachaga BOUALAM", réalisé par Jeune Pied-Noir et inaugurée le 25 septembre dernier à Issy-les-Moulineaux par le ministre-maire André SANTINI, l'extraordinaire destin de ce grand Français.

------------------------------------------- ISSY-LES-MOULINEAUX ---------------------------------------------

HOMMAGE AU BACHAGA BOUALAM A ISSY-LES-MOULINEAUX

Une exposition de 4 panneaux à votre disposition !

26 septembre 2008

POUR RESERVER CETTE EXPOSITION EN LOCATION 15 JOURS : 200 EUROS

POUR ACHETER LES 4 PANNEAUX : 450 EUROS (HORS SUPPORTS ET TRANSPORT)

Contact : 06 80 21 78 54

------------------------------------------------------- DEPUTES -----------------------------------------------------

POUR UN HOMMAGE OFFICIEL NATIONAL

AU BACHAGA SAID BOUALAM

Député français , Vice-président de l'Assemblée Nationale (1958-1962)

12 septembre 2008

SOUTENEZ LA DEMANDE DU DEPUTE LIONEL LUCAS !

CONTACT

Jeune Pied-Noir : 06 80 21 78 54

----------------------------------------------- ASSEMBLE NATIONALE ------------------------------------------

HOMMAGE AUX HARKIS 2008

HOMMAGE AU BACHAGA SAID BOUALAM

Député français , Vice-président de l'Assemblée Nationale (1958-1962)

12 septembre 2008

EXPOSITION "HOMMAGE AU BACHAGA BOUALAM" LE 25 SEPTEMBRE A ISSY-LES-MOULINEAUX (92)

Le Bachaga BOUALAM, député français et vice-président de l'Assemblée nationale de 1958 à 1962. Durant la même période, 71 Français d'Algérie dont 46 Français musulmans ont représenté nos départements algériens.

Si vous disposez de photographies, films et documents sur la Bachaga BOUALAM, merci de nous contacter.

A l'occasion du 50e anniversaire de son élection comme député français et comme vice-préisdent de l'Assemblée Nationale, un appel est lancé aux Parlementaires, aux élus, aux Français pour rendre un hommage national solennel au Bachaga Saïd BOUALAM, Officier français, combattant 1939-45, Commandeur de la Légion d'Honneur, élu député "Algérie française" ave 70 autres députés, dont 46 Français musulmans, lors des élection du 26 novembre 1958.

A travers cet hommage, c'est un hommage à tous les Français musulmans "qui avaient fait confiance en la France" que rendra la Communauté des Français d'AFN et leurs Amis à ces Français "par le sang versé".

Robert ABDESSELAM, Mohamed AGHA-MIR, Ouali AZEM, BAOUYA Mohamed, Banalia BENZLKADI, Bachaga BEN HAMIDA, Ali CHEKKAL, Mustapha CHELHA, Mustapha DERAMCHI, Ahmed DJEBOUR, Makhlouf GAHLAM, Ali GUETTAF, Mohamed IHADDADEN, Ahcène IOULALEN, Augustin IBAZIZEN, Mourad KAOUAH, Général Agha BEN ISMAEL, Mohamed LARADJI, Ali MALLEM, René MEKKI, Général RAFA, Ali SAADI, Chérif SID-CARA, Mlle Néfissa SID-CARA, Abdallah TEBIB, Mohamed ZEGHOUF...

Aux 45.000 Français d'origines arabe et berbère morts pour la France durant les deux guerres mondiales

Aux 230.000 Français musulmans morts pour la France durant la guerre d'Algérie

A tous les Français musulmans "morts" sur les champs de bataille pour défendre leur Patrie, la France.

voir aussi la rubrique HOMMAGE AUX HARKIS

CONTACT

Jeune Pied-Noir : 06 80 21 78 54

--------------------------- EXPOSITION HOMMAGE AU BACHAGA BOUALAM -------------------------------

EXPOSITION

ISSY-LES-MOULINEAUX

Jeudi 25 septembre 2008

2008

4 PANNEAUX POUR UN HOMMAGE

La ville d'Issy-les-Moulineaux présentera le 25 septembre prochain l'exposition "Hommage au Bachaga BOUALAM" conçue et réalisée par Jeune Pied-Noir. Cette exposition entre la série des expositions déjà réalisées par JPN qui sont mise à disposition des Villes et des Associations pour une participation modeste permettant la réalisation de nouvelles expositions. Voir aussi la rubrique : "Expositions"

LA SERIE DES 4 PANNEAUX SUR BACHE SOUPLE AU FORMAT 80 X 120 CM

4 OEILLETS DE FIXATION POUR GRILLES DE MAIRIE

LA SERIE "HOMMAGE AU BACHAGA BOUALAM"

EN ACHAT : 450 EUROS HORS PORT - EN LOCATION 15 JOURS : 250 EUROS

CONTACT : 06 80 21 78 54

----------------------------------------- COLLOQUE DE VINCENNES -----------------------------------------

NOUS VOULONS DEMEURER FRANCAIS

11 septembre 2008

Allocution du Bachaga BOUALAM

au 2e Colloque de Vincennes du 3 novembre 1960

Le 20 juin 1960, M. QUISON, député-maire de Vincennes, accueillait dans la grande salle de l'Hôtel de Ville de Vincennes le premier colloque du "Comité de Vincennes" en présence de plus de 150 personnalités voulant sauver l'Algérie française : Georges BIDAULT, Bachaga BOUALAM, Maurice BOURGES-MAUNOURY, Alfred COSTE-FLORET, Robert LACOSTE, André LAFOND, Mohamed LARADJI, Marc LAURIOL, André MALTERRE, Philippe MARCAIS, André MORICE, Azam OUALI, Jacques SOUSTELLE, Henri YRISSOU...

NOUS VOULONS DEMEURER FRANCAIS

Les cahiers du Comité de Vincennes – N°2 Novembre 1960

Par Saïd BOUALEM

Je vais vous parler du combat des Français musulmans pour la paix: française en Algérie. MM. les organisateurs de ce Second Colloque m'ont réservé le redoutable honneur d'en clore la première partie. Nous venons d'entendre définir de façon magistrale et formelle les conditions réelles d'une paix durable en Algérie et le rôle de tous dans cette marche vers la paix. Il n'y a rien, je crois, à ajouter à tout cela. Cependant, je voudrais souligner le rôle, la participation et l'engagement des Français musul¬mans dans cette guerre fratricide qui leur est imposée. La presse, les radios française et étrangères, sous prétexte d'information ou d'objectivité, se sont transformées en instruments terribles de propagande pour les rebelles, oubliant souvent d'énoncer le mobile de l'action quotidienne et constante de ceux qui combattent dans les rangs français, don¬nant plus de publicité au sensationnel et au crime qu'à l'accomplissement de l'austère devoir au service du droit. Ainsi donc, dans le monde entier, chacun parle du G.P.R.A., du F.L.N., etc., et ce langage suscite, dans les esprits, des images de puissance. C'est ainsi qu'à l'aide de formules complai¬santes, d'interviews trompeuses, de montages à sensation, furent créées de toutes pièces l'importance et la représenta¬tivité de ceux qui ne sont, nourris de respect à la face du monde, que des ambitieux, des rebelles, des hors-la-loi, aux¬quels viendront s'ajouter des exaltés et de tristes victimes. Ces victimes, dans les rangs du F.L.N., se recrutent chez ceux qui, de guerre lasse, cèdent à la pression et à la me¬nace. Les victimes sont ceux-là aussi que le F.L.N. compro¬met volontairement, en les mettant en difficulté avec la loi, l'Administration, ou leurs familles, en forçant ces malheu¬reux à se retrancher, le désespoir au cœur, de la communauté, et à basculer dans le drame...
Cette rébellion qui remplit de bruit le monde, cette rébel¬lion qui se veut gouvernement, nation, peuple, armée, qu'est-elle ? Un soi-disant gouvernement composé d'ambitieux qui ont choisi de vivre sans risques une vie d'ambassadeurs iti¬nérants. Des hommes que l'on fait semblant de découvrir aujourd’hui seulement, comme étant liés aux puissances com¬munistes (alors qu'ils le sont, pour certains, depuis toujours !)

Les combattants ? 15.000 hommes massés aux frontières et qui mettent en péril la sécurité des Etats ; ceux-ci, pris de démagogie, veulent même les soutenir contre la France. A l'intérieur: des bandes qui, elles, se cachent, refusant les combats ouverts et usant, pour subsister, des armes de la terreur, de l'assassinat, du viol et du pillage. Aucun homme de bonne foi ne saurait donner à ces bandits le titre de combattants !

Voilà donc ce camp de la réhe1lion, cette minorité effroya¬ble dont on voudrait nous voir tenir compte ! Face à elle, qui sommes-nous et combien sommes-nous ? 386 officiers dans l'Armée d'active ; 61.500 Musulmans servent dans l'Armée française ; aux côtés des jeunes soldats métropolitains. 85.000 harkis, moghaznis, ou G.M.S. ; 55.000 gars armés dans les troupes d'autodéfense. Nous sommes des combattants ! Les seuls sous la bannière tricolore. Nul ne nous fera changer de pavillon. Ce pavi1lon nous sommes sous ses plis depuis cent trente ans ! Depuis cent trente ans nos pères se sont fait tuer pour cet emblème. Ce redoutable honneur ne nous fut jamais marchandé.

Dans les tâches pacifiques, d'autres Musulmans aussi ont engagé le combat : accepter une charge, un emploi. un poste, c’est prendre parti contre le F.I...N., c'est s'engager dans la guerre. 37000 Musulmans occupent des emplois administratifs. Des milliers d’autres, dans les villes et les villages tra¬vaillent auprès de l'Armée ou dans les entreprises d'exploitation française. cela au péril de leur vie. Tous ces hommes, avec leurs familles qui les aident et les soutiennent repré¬sentent une population de plusieurs millions d'individus.

Il n'est pas inutile de rappeler qu'après les journées de mai 1958 l'engagement fut pris sur l'honneur de ne voir en nous que des Français à part entière, Européens et Musulmans mêlés pour toujours, nous avons apporté sans réciproque 3.400.000 engagements d'honneur. Certains viendront vous dire que si tous ceux-ci veulent demeurer Français, il y a aussi la grande masse des attentistes et on laisse entendre leur goût pour la rébellion. Voulez-vous dire, Mesdames et Messieurs, si les attentistes existent seulement chez les Musulmans ? La Métropole n’a-t-elle pas, elle aussi, ses attentistes ? … des gens qui murmurent tout bas, donnant des gages à l'un, puis à l'autre, et qui ne s'engageront qu'une fois la victoire acquise ? Croyez-vous qu'il s'agisse là de la richesse de la Nation, de l'élément dynamique qui nous permettra d'ancrer un espoir en l'avenir? Non, ce sont les mous, les tièdes, les prudents. Ce ne sont ni des soldats, ni des bâtisseurs ? Et notre province, pour triompher de sa peur, de sa misère, ne doit s'appuyer que sur ceux qui s'engagent gé¬néreusement !
Les Musulmans qui se sont engagés, soit depuis toujours, comme moi-même, soit depuis l'élan de mai 1958, SONT DES FRANÇAIS ! Et ils entendent le demeurer. LEUR VOLONTE SERAIT-ELLE NEGLIGEABLE, FACE A CELLE DES REBELLES ?

Pour nous, malgré l'incertitude où la situation présente nous plonge, NOUS VOULONS TOUJOURS CROIRE EN LA VALEUR DES ENGAGEMENTS, DES SERMENTS ET DES MOTS. C'est parce que nous voulons encore y croire d'être des engagés dans ce que l'on appelle la « politique ». Pour cela, nous avons dû surmonter nos répugnances, quitter nos villages, laisser nos tâches inachevées. NOTRE SEULE POLITIQUE, C'EST LA DEFENSE DE NOS DROITS DE FRANÇAIS, DE LA SOUVERAINETE FRANÇAISE EN ALGERIE. C'est aussi la raison pour laquelle vous nous voyez approuver et soutenir toutes les initiatives qui se lè¬vent en faveur de l'Algérie française, de l'Algérie dans la République française !
Pour moi, qui suis un montagnard et un soldat, 3.000 goumiers ont répondu à mon appel et servent la France dans toute l'Algérie. Je ne suis ni de droite, ni de gauche, ni d'aucun parti, mais ne suis pas pour autant un homme seul, car, venus de tous les horizons, des hommes me comprennent, me soutiennent, sont mes amis, ma force. Dans ce combat pour la paix française en Algérie, pour la défense du monde libre, tous les Français sont engagés. Qu'ils le comprennent ou non, pour mener ce combat nous avons besoin de l'aide de tous, sans exclusive, sans arrière-pensée. Nous avons besoin de l'Armé, des intellectuels, des industriels, des bâtisseurs, des commerçants et des paysans. Hommes politiques, princes, bourgeois ouvriers, c'est envers vous que nous nous sommes engagés. Nous avons dit oui, avec reconnaissance, avec foi, avec enthousiasme. NOUS N'AVONS PAS CHANGE. MAIS VOUS? C'est à vous de dire, de redire par vos affirmations et votre action que, FRANÇAIS COMME VOUS NOUS SOMMES, ET, FRANÇAIS COMME VOUS, NOUS RESTERONS. C'est à vous de déclarer que vous ne supporterez pas d'autre solution ; que cette détermination. qui est la nôtre, proclamée à la face du monde, est aussi la vôtre. C'est le meilleur ferment d'une paix réelle et durable.

Que le monde entier sache, et sache bien, que sur nos provinces déchirées, la mort, la violence et les larmes passe¬ront, parce que la France éternelle demeurera. Et c'est à ce seul prix qu'elle demeurera la France. Vive la France ! Vive l'Algérie française !

Bachaga BOUALAM

-------------------- LES SACRIFICES D'UNE GRANDE FAMILLE FRANCAISE -------------------

UNE GRANDE FAMILLE FRANCAISE

5 septembre 2008

17 Boualam "morts pour la France"

durant la guerre d'Algérie

Après avoir perdu son frère "Si Lassen", assassiné le 26 juillet 1956, le Bachaga BOUALAM perd son fils Abdelkader BOUALAM "mort pour la France" le 28 janvier 1958. De 1954 à 1962, 17 BOUALAM seront assassinés par le FLN. Quelle famille française peut se s'honorer d'avoir perdu autant des siens de 1939 à 1945 dans la lutte contre le nazisme ?

------------------------------------------------------ LIVRES ---------------------------------------------------------

TROIS OUVRAGES FONDAMENTAUX POUR COMPRENDRE LA GUERRE CIVILE D'ALGERIE

11 septembre 2008

"Mon pays, La France" (1962) - "Les Harkis aux service de la France" (1963) - "L'Algérie sans la France" (1964)

CONTACT

EDITION FRANCE - EMPIRE

Quelques exemplaires d'occasion disponibles auprès de JPN - Tel : 06 80 21 78 54

---------------------------------------------------- ARCHIVES -----------------------------------------------------

HOMMAGE AUX HARKIS 2008

HOMMAGE AU BACHAGA SAID BOUALAM

Député français , Vice-président de l'Assemblée Nationale (1958-1962)

19 août 2008

POUR LE 25 SEPTEMBRE 2008, UNE EXPOSITION EST EN COURS DE PREPARATION

Si vous disposez de photographies, films et documents sur la Bachaga BOUALAM, merci de nous contacter.

A l'occasion du 50e anniversaire de son élection comme député français et comme vice-préisdent de l'Assemblée Nationale, un appel est lancé aux Parlementaires, aux élus, aux Français pour rendre un hommage national solennel au Bachaga Saïd BOUALAM, Officier français, combattant 1939-45, Commandeur de la Légion d'Honneur, élu député "Algérie française" ave 70 autres députés, dont 46 Français musulmans, lors des élection du 26 novembre 1958.

A travers cet hommage, c'est un hommage à tous les Français musulmans "qui avaient fait confiance en la France" que rendra la Communauté des Français d'AFN et leurs Amis à ces Français "par le sang versé".

Robert ABDESSELAM, Mohamed AGHA-MIR, Ouali AZEM, BAOUYA Mohamed, Banalia BENZLKADI, Bachaga BEN HAMIDA, Ali CHEKKAL, Mustapha CHELHA, Mustapha DERAMCHI, Ahmed DJEBOUR, Makhlouf GAHLAM, Ali GUETTAF, Mohamed IHADDADEN, Ahcène IOULALEN, Augustin IBAZIZEN, Mourad KAOUAH, Général Agha BEN ISMAEL, Mohamed LARADJI, Ali MALLEM, René MEKKI, Général RAFA, Ali SAADI, Chérif SID-CARA, Mlle Néfissa SID-CARA, Abdallah TEBIB, Mohamed ZEGHOUF...

Aux 45.000 Français d'origines arabe et berbère morts pour la France durant les deux guerres mondiales

Aux 230.000 Français musulmans morts pour la France durant la guerre d'Algérie

A tous les Français musulmans "morts" sur les champs de bataille pour défendre leur Patrie, la France.

voir aussi la rubrique HOMMAGE AUX HARKIS

CONTACT

Jeune Pied-Noir : 06 80 21 78 54

-------------------------------------------- ADHESION ET SOUTIEN ---------------------------------------------

POUR D'AMPLIFIER NOTRE ACTION, NOUS AVONS BESOIN DE VOUS !

SOUTENEZ DES MAINTENANT NOS ACTIONS ET PROJETS !

Jeune Pied-Noir, 34 ans de liberté grâce à votre confiance.

Adhérez pour 0 euros ! Explication

30 €, 50 € ou 100 € ou plus = 0 € !

Pour les dons à partir de 30 €, vous recevrez un justificatif fiscal permettant une déduction de 66% du montant du don de vos impôts et l'envoi d'un ou plusieurs ouvrages ou documents de votre choix d'une valeur de complémentaire de 34 % de votre don, ce qui réduit votre participation à 0 € ! Beaucoup de nôtres soutiennent des Associations humanitaires pour un montant annuel supérieur à plusieurs centaines d'euros par an afin de bénéficier de la réduction légale d'impôts. Pourquoi ne pas en faire bénéficier les Associations de Français d'AFN qui, pour la plupart, ont le droit de le faire ?

VOIR LE DETAIL DES OFFRES DE LIVRES ET DOCUMENTS SUR LA PAGE D'ACCUEIL DU SITE : ACCUEIL

CONTACTEZ-NOUS SI VOUS RECHERCHEZ UN OUVRAGE EN PARTICULIER : 06 80 21 78 54

Adhésion 15 € - Soutien 30 € - Bienfaiteur 75€ et plus

JPN - BP 4 - 91570 Bièvres

SOUTIEN INCLUANT L'AFFICHE DE LA CAMPAGNE "HOMMAGE AUX FRANCAIS D'AFRIQUE DU NORD"

GAGNONS ENSEMBLE !