LES ATTENTES DES FRANCAIS RAPATRIES

Mise à jour le 10.10.2015

ACTUALITES - RECHERCHES

Depuis la création des premières associations de Français rapatriés en 1956 de nombreuses tentatives d'union ont été engagées pour essayer de rendre plus efficace les actions de défense des droits moraux et matériels des Français spoliés par la politique de décolonisation voulue par l'Etat français. Si, en plus de 50 ans de combat commun aucune forme d'union organique n'a pu aboutir ou si aucune fédération nationale n'a pu voir le jour, il n'en est pas de même des revendications essentielles sur lequelles se retrouvent unies dans l'action toutes les associations de Français rapatriés. Cette rubrique developpe les "attentes" des Français rapatriés par rapport aux thèmes récurants des différentes chartes, motions, dossiers, commissions... rédigés par les Associations nationales. Le bilan qui vous est présenté compare les "engagements" du candidat Nicolas Sarkozy aux réalisations du Président Nicolas Sarkozy. Chacun peut ainsi juger de son action "en faveur" des Français rapatriés. Cette rubrique étant, par nature, évolutive nous vous remercions de nous faire part de vos éventuelles suggestions et remarques en précisant bien pour chaque citation, sa source (date, lieu, etc... avec si possible en pièce jointe tout document pouvant la justifier de façon formelle).
Faites un don : déduction fiscale de 66% + 34% de livres, DVD, CD-Audio... offerts pour vous remercier = 0 euros !
ACTUALITES *** ACTUALITES *** ACTUALITES *** ACTUALITES ***ACTUALITES ***ACTUALITES ***ACTUALITES
*** POUR EN SAVOIR PLUS *** POUR EN SAVOIR PLUS *** POUR EN SAVOIR PLUS *** POUR EN SAVOIR PLUS ***

Nous vous invitons pour compléter vos recherches à utiliser GOOGLE et WIKIPEDIA en mettant l'expression recherchée entre "guillements".

RECHERCHE RAPIDE : ACTUALITES - ADHESION A JPN - ARCHIVES - ARMEE D'AFRIQUE - ASSOCIATIONS - ATTENTES DES FRANCAIS RAPATRIES - CHARTE CLAN-R - CIMETIERES - COLONISATION - DISPARUS - ELECTIONS PRESIDENTIELLES - EMPLOI/FORMATION - FONDATION - GOUVERNEMENT - ENGAGEMENTS DE NICOLAS SARKOZY - HARKIS.EUROPEENS - HISTOIRE - INJURES - LIBRE.CIRCULATION.DES.HARKIS - LIVRES - MANIFESTATIONS - MEDIAS - MEMORIAL - MIR - MORTS POUR LA FRANCE - MOTION.13.MAI.2008 - RECONNAISSANCE DU CRIME D'ETAT DU 19 MARS 1962 - REPARATION/INDEMNISATION - TEMOIGNAGES - REPENTANCE - 26 MARS 1962 -

RECHERCHE PAR NOM : N. SARKOZY -

ET AUSSI .... *** ET AUSSI ... *** ET AUSSI .... *** ET AUSSI ... *** *** ET AUSSI .... *** ET AUSSI ...*** ET AUSSI .... *** ET AUSSI ...

------------------------------------------------------------ JUSTICE --------------------------------------------------------------

VERITE ET JUSTICE POUR LES FRANCAIS RAPATRIES :

NOUVELLE PLAINTE CONTRE L'ETAT FRANCAIS POUR "CRIME CONTRE L'HUMANITE" !

Article paru dans Le Figaro du 17 février 2014

--------------------------------- CHARTE JUSTICE MEMOIRE HISTOIRE CULTURE -------------------------------

CHARTE JUSTICE MEMOIRE HISTOIRE CULTURE

ENGAGEMENTS DU CANDIDAT NICOLAS SARKOZY
PAR RAPPORT A LA CHARTE NATIONALE 2007 DES RAPATRIES

Bilan fait par rubrique au 30 novembre 2008

(Cette Charte à été faite à Paris le 23 mars 2007, coordonnée par le CLAN et co-signée par de nombreuses associations nationales de rapatriés, pieds-noirs et harkis. JPN a participé à sa rédaction et en est signataire)

La première analyse comparative a été réalisée par Gilles Bonnier que nous remercions pour son excellent travail. JPN a complété cette première démarche essentielle par des références plus précises et de nouvelles citations.

Voir aussi notre rubrique : HARKIS - RECONNAISSANCE -

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Nicolas Sarkozy en avril 2007 : « C'est plus qu'un engagement, ce sera un honneur de défendre votre cause. »

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Après 43 ans d'attente, la loi du 23 février 2005 n'a pas satisfait l'ensemble des revendications des Rapatriés de toutes origines concernant leur exigence de justice, leur Mémoire, leur Histoire et leur Culture.

En conséquence, cette section du peuple français demande solennellement aux pouvoirs publics :


I – LA RECONNAISSANCE DE LA RESPONSABILITE DE L'ETAT ET LA REPARATION NATIONALE

1 – La reconnaissance par l'Etat de sa responsabilité dans la tragédie des Rapatriés : le défaut, voire le refus de protection, après les Accords d'Evian, des Français d'Algérie de toutes origines, qui a conduit aux enlèvements et disparitions, aux assassinats et massacres de plusieurs dizaines de milliers de Harkis et de Pieds-noirs, et pour les vivants à l'abandon de la terre natale.

Nicolas Sarkozy « Si je suis élu (Président de la République), je veux reconnaître officiellement la responsabilité de la France dans l’abandon et le massacre de Harkis et d’autres milliers de ’’musulmans français’’ qui lui avaient fait confiance, afin que l’oubli ne les assassine pas une nouvelle fois » - le 31 mars 2007 devant les représentants de la communauté harkie réunie au siège de campagne du candidat UMP. Etaient présents le ministre Hamloui Mekachera, Renaud Bachy, l'actuel président de la MIR, les députés Christian Kert, Philippe Vitel et Michel Diefenbacher.

BILAN : Rien à ce jour

2 – La reconnaissance des conditions indignes de leur exode et de la relégation de certains d'entre eux, les Harkis survivants, dans des camps avec des séquelles morales et matérielles qui perdurent.

EMPLOI/FORMATION

Nicolas Sarkozy - « Si je suis élu, je m'engage à faire pour vous une discrimination positive - plus, plus -, politique individualisée de formation et concours spécifiques d'accès à l'emploi public, et une politique individualisée d'accès à l'emploi et au logement. »

BILAN : Un « Plan Emploi Harkis » pour favoriser l’accès aux emplois publics a été annoncé début juin 2008 par la mission interministérielle aux Rapatriés. Cible annoncée : 10 000 personnes. Les résultats sont si décevants, que le Vice-président du HCR, Boussad AZNI, conseiller du ministre Jean-Marie BOCKEL, a demandé publiquement la démission du Président de la MIR, M. Renaud BACHY. Une situation jamais vue auparavant. Voir aussi la rubrique : MIR

REPARATION et INDEMNISATION

3 – La réparation des préjudices de tous ordres subis en Algérie, au Maroc, en Tunisie ou ailleurs Outre-Mer puis, après le repli, en Métropole :
- une indemnisation loyale et définitive des biens spoliés ou perdus,
- des mesures complémentaires pour les Harkis et leurs familles,
- le règlement du contentieux immobilier franco-tunisien,
- le règlement des dossiers d'endettement,
- le règlement des dossiers de retraite de différentes catégorie

Nicolas Sarkozy - en avril 2007 : « Mon troisième engagement est de régler définitivement la question des réparations. »

NEGATIF : La recommandation du Conseil économique et social CES dans son rapport publié début 2008 : c’est à l’Algérie de payer car « l’Etat algérien n’a pas respecté les accords d’Evian ». Et aux rapatriés de s'en occuper directement ! Voir aussi les rubriques CES et ANIFOM

LIBRE CIRCULATION DES HARKIS

4 – La libre circulation des Harkis entre la France et l'Algérie : obtenir des autorités algériennes le respect du principe de l'égalité de traitement de tous les citoyens français dans la délivrance de visas temporaires.

Nicolas Sarkozy - « Si je suis élu, je m'attacherai à ce qu'aucune discrimination ne soit possible entre citoyens français sur ces questions de circulation ».

Rien à ce jour : Après plusieurs voyages en Algérie du Président de la République française et des membres du gouvernement français, il n’y aucune évolution de la position algérienne.

5 – L'examen favorable par la France des demandes de visas présentées par les quelques Harkis restés en Algérie et leurs familles.

Rien à ce jour : Des demandes émises par l'Assoiations des Anciens Officiers SAS concernant des enfants de Harkis morts pour la France sont restées sans réponse.

HARKIS EUROPEENS

6 – La reconnaissance de droits militaires spécifiques pour les supplétifs d'origine européenne.

Rien à ce jour.

INJURES ENVERS LES HARKIS ET PIEDS-NOIRS

7 – La pénalisation des injures et diffamations proférées et de la discrimination exercée à l'égard des Rapatriés de toutes origines ou des Métropolitains persécutés pour leur patriotisme. Les droits moraux des Français rapatriés ou métropolitains persécutés pour leur patriotisme doivent être reconnus.

Négatif : Les plaignants des « harkis sous-hommes » contre Georges Frêche ont été déboutés.

RECONNAISSANCE DE LA VERITE HISTORIQUE

II – L'ETABLISSEMENT DE LA REALITE DES FAITS

8 – L'accès aux rapports, dossiers et documents divers, l'ouverture d'enquêtes et la recherche de témoignages devant permettre de faire toute la lumière sur le désarmement des supplétifs, sur le massacre des Harkis et de leurs familles, sur les enlèvements et les disparitions (notamment par une commission bilatérale), sur les assassinats, sur les charniers, sur la fusillade du 26 mars 1962, sur les massacres du 5 juillet 1962 et sur les autres tragédies de sang.

RECONNAISSANCE DU STATUT DE "MORTS POUR LA FRANCE" - 26 MARS 1962

Nicolas Sarkozy - En avril 2007 : « Plusieurs milliers de Harkis ont été massacrés, au mépris des accords d'Evian. En l'absence de plan d'évacuation ou, il faut le dire, de volonté politique, seuls 10% d'entre eux purent s'établir en France entre 1962 et 1968… Le premier devoir c'est la vérité. Ne laissons pas l'oubli recouvrir la mort et les douleurs du passé ».
«Je souhaite que les victimes françaises innocentes de cette guerre, jusqu'à l'indépendance, et je pense tout particulièrement aux victimes du 26 mars, se voient reconnaître la qualité de morts pour la France et que leurs noms figurent sur une stèle officielle afin que personne n’oublie ces épisodes douloureux ».

NEGATIF : Alain MARLEIX lors d’un voyage en Algérie en mars 2008 : « Le président Sarkozy a été le premier chef d’État à reconnaître les crimes et les fautes commis pendant la période coloniale. Je sais que ce discours a été apprécié par de nombreux responsables » (en Algérie…on suppose).

19 MARS 1962

9 – La dénonciation de la célébration du faux cessez-le feu du 19 mars 1962 et de la participation de représentants de l’Etat et des collectivités territoriales aux cérémonies privées le commémorant malgré tout, ainsi que la suppression des stèles, noms de rues et de places « 19 mars 1962 ».

Nicolas Sarkozy - « Il n'est pas question que le 19 mars soit une date officielle de commémoration. Il est arrogant de condamner et de mépriser la douleur qui fut la votre et celle de vos familles lorsque vous fautes chassés de vos terres , de vos maisons, et séparés de vos amis. Je le répète, c'est par respect pour vous que je n'accepterai pas que la date officielle de la commémoration des morts de la guerre d'Algérie soit celle d'un cessez- le- feu, qui de surcroît, n'a pas été respecté ».

NEGATIF : Pour le 19 mars 2008 : de nombreux représentants des autorités civiles et militaires se sont rendues à la cérémonie organisée par la FNACA à l’Arc de triomphe.

DISPARUS

10 – L'établissement de la liste la plus complète possible des disparus, l'édification d'un mémorial national nominatif, l'identification et le traitement digne des dépouilles éventuellement retrouvées.

Nicolas Sarkozy « Vous m 'avez demandé de me prononcer sur les réparations dues aux victimes ; Je vous confirme qu'outre la mémoire due aux "disparus, je souhaite que les victimes françaises innocentes de cette guerre, jusqu'à l'indépendance, se voient reconnaître la qualité de morts pour la France et que leurs noms figurent sur une stèle officielle afin que personne n’oublie ces épisodes douloureux »

Nicolas Sarkozy « Il faut notamment confier à un comité des sages la mission enquêter sur les disparus (fondation pour la mémoire de la guerre d’Algérie). Près d’un demi-siècle après les faits, il est grand temps que toute la lumière soit faite sur ces disparitions, que l’on aide les familles à retrouver la paix, et que les disparus aient une reconnaissance de la Nation par l’inscription de leur nom sur un monument public ».

NEGATIF : Les lettres de demande d’audience (ou d’enquêtes sur le sort des disparus) des familles de disparus sont restées sans réponse.

ARCHIVES

11 – La protection des sources et des archives ainsi que la recherche de témoignages par la Fondation pour la Mémoire de la guerre d‘Algérie et des combats du Maroc et de Tunisie.

Nicolas Sarkozy « Je souhaite la création rapide d'une Fondation pour la mémoire sur la guerre d'Algérie. Les Harkis y ont toute leur place, avec les autres rapatriés. Dirigée par vous et pour vous, cette Fondation aura vocation à mettre en lumière vos histoires, vos cultures, vos richesses ».

NEGATIF : A ce jour aucune concertation n’a été engagée avec les associations de rapatriés à propos de la préparation de cette Fondation prévue par l’article 3 de la loi du 23 février 2005. Le 25 septembre 2007, François Fillon annonce sa création pour fin 2008.

Alain Marleix en Algérie en mars 2008 : «Nous souhaitons que des historiens algériens et français travaillent ensemble dans la future Fondation pour la mémoire annoncée par le Premier ministre François Fillon».

Accord France-Algérie : Le 4 décembre 2007, un accord INA -EPTV cède une copie du fond d'archives de l'Algérie française à l'Algérie avec droits gratuit d'exploitation et de diffusion, sans aucune contrepartie ni aucun contrôle. L'Etat algérien va pouvoir, à partir des archives française, réaliser à sa guise tous les montages possibles avec les dérives que l'on peut facilement imaginer. Ni le HCR, ni la MIR, ni les Associations de rapatriés n'ont été consultées pour cet accord qui s'est préparé dans le plus grand secret.

NEGATIF : Ceci est contraire aux assurances reçues- Voir notre rubrique MEDIAS.

III – LE RESPECT DE LA MEMOIRE ET LE MAINTIEN DE LA CULTURE

JOURNEE NATIONALE DU 5 DECEMBRE

12 – Le respect et le maintien du 5 décembre comme date de la journée nationale unique d’hommage à tous les morts militaires et civils d’AFN. Le 25 septembre, date de la journée nationale d’hommage aux Harkis, doit être mise en valeur. Toutes les stèles ou monuments en mémoire des victimes doivent être respectés, comme doivent l’être aussi les hommages rendus à ces victimes et les célébrations des dates marquantes des tragédies vécues.

NEGATIF : La cérémonie prévue le 5 juillet 2007 à l’Arc de triomphe en mémoire des victimes des massacres de civils à Oran en 1962 a été interdite la veille sous le prétexte futile de "risque de trouble à l’ordre public".

Absence (alors en visite en Algérie) du Président français aux cérémonies du 5 décembre 2007 à Paris, au quai Branly et à l’Arc de triomphe. Le soir, à son retour d’Algérie son discours à l’Elysée a été très décalé par rapport aux engagements ou déclarations de mars / avril 2007 ( en particulier pour les rapatriés pieds-noirs). Le 5 décembre 2008, ni le Président de la République, ni le Premier ministre n'ont assisté à la cérémonie du Quai Branly. Depuis sa création en 2002, Nicolas Sarkozy n'a jamais assisté à un hommage aux victimes civiles et militaires de la guerre d'Algérie. Voir la rubrique : 5 décembre.

FR3 a diffusé, le 26 janvier 2008, un « reportage » - les Porteuses de Feux - qui glorifie les exploits des femmes terroristes qui ont posé de nombreuses bombes a Alger en 1956/57 sans prévoir le moindre témoignage des victimes ou de leurs familles (dans le reportage ou après comme droit de réponse) - Voir la rubrique : "Médias"

L’invitation insistante du Président français à A. Bouteflika pour le 14 juillet 2008, sans que ce dernier ne soit revenu sur ses propos antérieurs, injurieux pour la France, pour tous les Français et notamment les Français d’Algérie, rapatriés ou morts, est un manque de respect pour notre pays et notre histoire.

CIMETIERES

13 – La garantie de la pérennité, dans leur périmètre, de tous les cimetières chrétiens et juifs d'Algérie et de Tunisie, leur restauration, leur entretien et leur protection à la charge de la France et, pour l'avenir, leur respect. Dans des cas extrêmes, à la demande des familles, le transfert des corps doit être assumé par l'Etat français.

Nicolas Sarkozy - « Je proposerai que la participation de l’État au fond de concours pour la réhabilitation des cimetières français en Algérie soit doublé »

NEGATIF : Le plan de réhabilitation et de protection des cimetières commencé en 2003 est loin d’être achevé
De nouvelles profanations ont été perpétrées depuis 2007 (à Bône en particulier) sans réaction de l’Etat français. Le cimetière des marins français de Mers-el-Kébir a été saccagé, les tombes violées et les ossements répartis sur le sol sans aucune protestation de l'Etat français.

ENGAGEMENT : Alain Marleix en Algérie en mars 2008 : « nous souhaitons soumettre aux autorités algériennes un projet de fondation commune pour assurer l’entretien et la restauration des cimetières européens, mais aussi, pourquoi pas, des monuments les plus remarquables d’avant l’indépendance ».

Rien à ce jour.

ARCHIVES

14 – La restitution des registres d'Etat civil des Rapatriés d'Algérie ainsi que de leurs archives patrimoniales et celles, les concernant, des institutions, services administratifs et sociaux.

NEGATIF : Aucune nouvelle archive a été obtenue de l’Algérie, en revanche La France a cédé les archives de L’INA. Alain Marleix en Algérie en mars 2008 : « Enfin, l’Institut national audiovisuel français a transmis récemment toutes les archives télévisuelles correspondant à l’Algérie. Je dis bien toutes, sans exception. On peut regretter que les images ne montrent pas les souffrances des Algériens, mais il s’agit pour beaucoup d’images de la télévision officielle française. Elles choisissaient de montrer une partie seulement de la réalité. Ce n’est qu’une face de la vérité et je le reconnais sans difficulté. » - Voir la rubrique "MEDIAS".

MEMORIAL - FONDATION

15 – L’engagement de l’Etat sur un échéancier relatif au Mémorial de la France Outre-Mer et sur la participation réelle des Rapatriés au projet et dans ses instances. Le Mémorial doit être un lieu de transmission de la culture algérianiste, un lieu de création, de rencontres et d’échanges ; il doit aussi mettre en valeur le rayonnement culturel, scientifique, économique et social de la France Outre mer.

Nicolas Sarkozy - « Il est temps que le Mémorial de la France Outremer à Marseille voit le jour. Le Mémorial devra être inauguré en 2009 et les associations de rapatriés ont vocation à participer au comité de pilotage »

NEGATIF : A ce jour rien de précis. Aucune date, ni aucun détail du projet n’a été annoncé. Le projet du Parc Chanot à Marseille reste un terrain vague depuis plus de 3 ans. Il a été annoncé comme abandonné, puis de nouveau comme repris par la Mairie de Marseille.

REPENTANCE

16 – L’exclusion de toute repentance relative à l’expansion de la présence française Outre- Mer, au 19ème siècle et au 20ème siècle.

Nicolas Sarkozy « Mon premier engagement est de ne jamais sombrer dans la démagogie de la "repentance». Vos ancêtres ont traversé la Méditerranée pour servir la France et pour bâtir un monde nouveau. La France doit leur en être et vous en être à jamais reconnaissante."... " Vous avez tout perdu. Vous avez été victimes d'une histoire et encore victimes d'un mépris.... Votre mémoire a été incomprise et parfois souillée par des idéologies plus que par des réalités »

NEGATIF : Certains propos du Président de la République française en Algérie en décembre 2007 à Constantine apparaissent comme des signes de repentance unilatérale : « les noms des grands résistants, héros de la cause algérienne » et pour les massacres de pieds-noirs dans le Constantinois en 1955 : « Le déferlement de violence et le déchaînement de haine qui tuèrent tant d’innocents étaient le produit de l’injustice que depuis plus de cent ans le système colonial avait infligé au peuple algérien »

Ces propos ont été renforcés par Alain Marleix en Algérie en mars 2008 qui a déclaré : « Le président de la République, dans un discours très novateur, a souhaité que nos deux peuples regardent l’histoire en face, sans se cacher derrière les idéologies et les polémiques que certains, en France, mais peut-être aussi en Algérie, souhaitent en permanence raviver. Il a condamné la colonisation, de la manière la plus solennelle. Il a reconnu, sans détour, sans langue de bois, que la France avait commis en Algérie des fautes et des crimes. Aucun de ses prédécesseurs ne l’avait fait avant lui.»

COLONISATION

17 – L’objectivité dans l'enseignement de l'expansion Outre-Mer au 19ème siècle et au début du 20ème : encouragement de la recherche sur cette période dans le respect du pluralisme, comme garantie de neutralité.

Rien à ce jour

MONUMENT AUX MORTS ARMEE D'AFRIQUE

18 – L’édification à Paris, par souscription publique, d’un Monument national nominatif dédié aux Morts pour la France de tous les temps, originaires de tout l’Outre-Mer.

Nicolas Sarkozy « Si je suis élu, je souhaite ouvrir, une souscription nationale pour que soit érigé en France, un monument national qui regroupera les noms de tous ceux venus d'Outre-Mer, quelles que soient leurs origines, leurs religions, leurs provenances, qui ont participé derrière le drapeau français à la construction de notre pays, à sa défense ou à sa libération. »

Rien à ce jour. Le monument aux morts d Alger recouvert aujourd‘hui de béton !

19 – La mise en valeur de l'Armée d'Afrique et de son histoire, de la diversité des hommes qui la constituaient, de la fraternité qui la caractérisait et de son rôle dans la libération de la France en 1942-1945. La participation majoritaire, dans les forces terrestres françaises, des Pieds-Noirs et des Musulmans ne doit plus être occultée.

Rien à ce jour.

--------------------------------------- COLLECTIF 13 MAI 1958 - 2008 -----------------------------------------

MOTION DU COLLECTIF DU 13 MAI 1958 - ALGER

Dimanche 11 mai 2008

VOUS AUSSI SIGNEZ LA MOTION QUI SERA REMISE LE 13 MAI 2008 AU CHEF DE L'ETAT

MOTION ADRESSEE AU PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE

Monsieur Nicolas SARKOZY
Président de la République
Palais de l’Elysée - 55, rue du Faubourg Saint-Honoré - 75008 PARIS

Monsieur le Président de la République Française,

- Attendu que les Départements Français d'Algérie ont été abandonnés en violation de l'article 2 de la Constitution : «La France est une République une et indivisible »

- Attendu que le référendum du 8 avril 1962, anticonstitutionnel puisque les habitants des départements français d'Algérie ont été exclus de cette consultation qui scellait leur destin, est une forfaiture du pouvoir de cette époque.

- Attendu que l'immense espoir de paix soulevé par le 13 mai 1958 a été trahi alors que la lutte contre le FLN était gagnée sur le terrain, que des réformes importantes étaient engagées et que les populations donnaient des témoignages de fraternisation sur tout le territoire.

- Attendu que lors de sa conférence de presse du 23 octobre 1958, le Général De Gaulle a déclaré : « Quelle hécatombe connaîtrait l’Algérie si nous étions assez stupides et assez lâches pour l’abandonner ».

- Attendu que les promesses qui ont été faites n'ont jamais été tenues par le chef de l'Etat qui avait notamment déclaré en 1959 : « Moi vivant, jamais le drapeau du FLN ne flottera sur l'Algérie».

- Attendu qu’après le cessez le feu du 19 mars 1962, le Chef de l’Etat, Chef des armées, parfaitement informé, a refusé de donner les ordres nécessaires à l’armée de protéger les ressortissants français de souche européenne comme nord-africaine, des assassinats et enlèvements.

- Attendu que le gouvernement français n'a pris aucune disposition pour faire respecter les dispositions des accords d’Evian.

Nous demandons que la Nation reconnaisse par une loi, les responsabilités de l’Etat français :

- Responsabilité directe dans les massacres, commis par des troupes françaises à Alger le 26 mars 1962 rue d'Isly et dans d’autres villes, à l'encontre de foules pacifiques et sans armes défilant derrière le drapeau français et clamant leur attachement à la France.

- Responsabilité pour non intervention et donc complicité avec le FLN et l'ALN dans les massacres et enlèvements commis après le 19 mars 1962 :

- sur des dizaines de milliers de Harkis et leurs familles, désarmés, abandonnés sur ordre et livrés sans défense à des actes de barbarie dès le 19 mars 1962

- sur des milliers d'Européens et notamment à Oran le 5 juillet 1962.

- Responsabilité pour avoir empêché l’évacuation vers la métropole des harkis et leurs familles, menacés en Algérie par le FLN.

- Responsabilité dans le massacre de Harkis refoulés de la Métropole, assassinés quelquefois sur les quais où ils avaient été débarqués.

- Responsabilité dans l'exode inorganisé et l'accueil indigne des «Rapatriés » en métropole.

- Dans l'absence délibérée de recherche des civils disparus et des militaires prisonniers, certains pourtant suivis à la trace durant des années après l'indépendance, par nos services secrets.

Nous Français de toutes origines réunis en ce 13 mai 2008 à Marseille, en mémoire de cette date historique, nous attendons de vous, le respect de l’engagement que vous avez pris lors de la campagne électorale auprès des représentants de la communauté harkie réunie à votre siège de campagne, le 31 mars 2007, en déclarant solennellement : "Si je suis élu Président de la République, je veux reconnaître officiellement la responsabilité de la France dans l'abandon et le massacre des Harkis et d'autres milliers de "musulmans français" qui lui avaient fait confiance, afin que l'oubli ne les assassine pas une nouvelle fois." Engagement que vous avez confirmé devant les représentants de la communauté pied-noire le 13 avril 2007 en affirmant votre volonté de reconnaître la réalité de tous les crimes commis par l’Etat français envers les Français d’Algérie et rapatriés.

Confiant dans vos décisions, nos compatriotes vous demandent :

- les réparations morales et matérielles qui s’imposent

- l'ouverture de toutes les archives sans délais ni entraves d'aucune sorte

- le statut de « Morts pour la France » pour toutes les victimes civiles et pour ceux qui se sont dressés pour défendre l’intégrité du territoire national

- le droit de réponse dans les médias publics, chaque fois que la vérité historique est bafouée

- la réhabilitation immédiate des cimetières profanés depuis l'indépendance et leur protection

- le refus de toute forme de repentance ou d'excuse

- que Français et ceux qui ont collaboré à l’action terroriste du FLN ne soient pas honorés sur notre sol national,

- le respect par les représentants de l’Etat des dates officielles de commémoration des victimes de la guerre d’Algérie

46 ans après leur exode, deux millions de Français rapatriés attendent que vous honoriez les engagements pris à leur égard.

Veuillez agréer, Monsieur le Président, l'expression de notre très haute considération.

SIGNE : « LE COLLECTIF DU 13 MAI 1958 A ALGER », Fait le 13 MAI 2008

Le Coordinateur : André LORE
Président du Comité d’Action Patriotique des Alpes-Maritimes

Collectif du 13 mai 1958 - 9 rue Paganini – 06000 Nice

Tél 06 68 87 77 77 ou 04 93 87 26 22 - E-mail : mailto:andre.lore@wanadoo.fr

**************************************************** Première liste de signataires ************************************************

MEMBRES DU COLLECTIF DU 13 MAI 1958

Jean-Paul SELLES, Coordination Nationale des Français d'Algérie, Cannes (06) - Viviane EZAGOURI - Collectif des familles de disparus du 5 juillet 1962 à Oran, Marseille (13) - Pierre BARISAIN-MONROSE - Président de Droit de Mémoire - Armand BELVISI, Ecrivain (95) - Gilles BONNIER, Paris - Maurice CALMEIN, Président fondateur du Cercle algérianiste, Président de Sos Outre Mer, Président d'honneur du Souvenir des Français disparus d'Algérie, Chevalier de la Légion d'honneur et de l'Ordre national du Mérite, (34) - Bernard COLL - Secrétaire général de Jeune Pied-Noir pour les 15.000 signataires de la pétition pour la "reconnaissance de la responsabilité de l'Etat français dans l'abandon et le massacre des Harkis, les milliers de disparitions de pieds-noirs et soldats français, et l'exode de plus d'un million de Français de leur terre natale.", Bièvres (91) - Hervé CUESTA, Président de l'Association des Amis du Tournant Rovigo - France et Serge DOMENECH - Président du Cercle Algérianiste de Marseille (13) - Jean-Pierre ERNST, Radio Pied-Noir Internationale, TV PN, Dijon (21) - Denis FADDA, Président du CLAN, Paris - Nicole FERRANDIS-DELVARE, Présidente de l'Ass. des Familles des Victimes du 26 mars 1962, Saint-Leu (95) - Christiane GARCIA, Président Ass. Lyon (69) - Claude GARCIA, Président de l'ARAPREM - Simone GAUTIER, Présidente Ass., Cannes (06) - Jean-Paul GAVINO, Chanteur, Auteur-compositeur, Espagne - Kader HAMICHE - Ecrivain, Directeur de "La Sentinelle", Béziers (34) - Joseph HATTAB-PACHA, dernier Maire de la Casbah d'Alger, Président de VERITAS, Aix-en-Provence (13) - Jean-Marc LOPEZ, Directeur de "Pied-Noir d'Hier et d'Aujourd'hui", Six-Fours (83) - Alain MARTIN, Directeur des Editions de l'Atlanthrope - Francette MENDOZA, Présidente Ass. les Echos d'Alger, Nîmes (30) - Louis METERT, Président de la Maison des Rapatriés de Grenoble (36) - Christian MIGLIACCIO, Président de l'UHNAS - André ORDINES, MDR, Marseille (13) - Jacqueline PEREZ, CNFA, Marseille (13) - Joselyne REVEL-MOUROZ, Universitaire, Nice (06) - André ROSSFELDER, Docteur es sciences, Géologue, auteur du Onzième Commandement (Gallimard 2001), Médaille militaire, Croix de guerre - Gilbert SANDMAYER, UHNAS, Moghaznis européen à 17 ans durant 3 ans - Jean-Paul SPINA, Président de CNFA, Verrières (91) - Geneviève de TERNANT, écrivain, Nice (06)

PREMIERE LISTE DES ASSOCIATIONS, PERSONNALITES ET SIGNATAIRES DE LA MOTION

Guy ABETINOT - Alain ALGUDO, Président de l'Ass. Codefra (34) et Monique, Marie-Claire, Régis ALGUDO (34) et Aline FOURNIER-ALGUDO (34) - Michel BALDINO, Président de LA SMALA'H, Amicale des Anciens et Rapatriés d ' Outre-Mer pour le Bassin Hyèrois (83) - Marc BALLE, Joué-Lès-Tours (37) - Semch-Eddine BEN BRAHIM, fils du Lt YOUSSEF du Commando Georges, abandonné par le Cpt Griot et la France en 1962, UNHAS, Argenteuil (95) - Pierre-Marie BERNARD, Officier en Algérie, Maire honoraire de Monfermeil (95) - Jean Philippe BOUISSET, né à Kouba en 1959, Genas (69) - Catherine CANDAT, Blesmes (24) - Michel CARBONNIER, Paris - François CAUDRILLIER, Hyères (83) - Clément CHARRUT, écrivain, Bayonne (64) - Michel de CROUSNILHON, Toulon (83) - Henri DERMAY, Montferrirer (34) - Pierre DESCAVES, Président du Comité de Défense des victimes civiles en Algérie, Paris - Jean DIAZ, Soustons (40) - Jacques DUCAROUGE, Dax (10) - André ESCOBEDO, Juvignac (34) - Alexis ESCOFFIER, La Seyne-sur-Mer (83) - Claude FARRUGIA, Saint Raphaël (83) - Jean-Pierre FERRER, Saint-Laurent du Var (83) - Pierre GAYA, Président de l'Amicale des Pieds-Noirs Mourenx-Béarn, Mourenx (64) - Mireille GUITARD, Nîmes (30) - Claude MALEVAL, Plaisir (78) - François MATEO - Mme Paul MATHIAS, Saint-Jean d'Angely (17) - José MERCIECCA - Jean-Paul MISSUD, Toulon (83) - Louis MOUILLE, Général de Gendarmerie, Capitaine en Algerie de 1958 a 1962 . Victime d'un attentat , à Constantine , le 3 juillet 1962 , le jour de l'independance de l'Algerie, Saint-Pierre Quiberon (56) - Gilbert ORRAND, Président de l'Ass. des Français de Tunisie ADEPT- Antoine ORSERO, Marseille (13) - Emile PASTOR, La Réunion (97) - MC PIERSON - Nafissa REDJIMI-BARASCUD, fille de Harkis, Présidente de l'Ass. de prévention de la violence chez l'enfant Bron (69) - Jean-Yves ROBERT, Fréjus (83) - Jean-Pierre ROCHE, Président de l'Association pour la Mémoire des Soldats disparus en Algérie, Hyères (83) - Docteur Harry SCHEPENS, Lyon (69) - Jean SCOTTO, Marignane (13) - Bertrand SILVESTRE, Villeurbanne (69) - Paul TIBERI, Antibes (06) - Jeanine VALOIS - Jean-Pierre VIVES, Saint-Médard-en-Jalles (33) - Eric-Hubert WAGNER, La Réunion (97)...

ET DES CENTAINES D'AUTRES SIGNATAIRES !

UNE LISTE ACTUALISEE DES SIGNATAIRES SERA MISE A JOUR PROCHAINEMENT

(Merci de nous signaler les éventuelles corrections et modifications à apporter à votre signature)

Si vous souhaitez vous aussi signer cette motion, veuillez adresser un courriel à mailto:andre.lore@wanadoo.fr avec copie à mailto:jeunepiednoir@wanadoo.fr en indiquant vos nom, prénom, association, fonction, adresse, téléphone, courriel. Merci

Pour en savoir plus, cliquez sur la demande de "Reconnaissance nationale"

--------------------------------- ENGAGEMENTS DU PARTI SOCIALISTE ---------------------------------

SPECIAL ELECTION PRESIDENTIELLE 2007
11 avril 2007

Une Charte pour les Français rapatriés

Partis-PS-présidentielle-harkis
Hollande rappelle les engagements de son parti sur les harkis

PARIS, 10 avr 2007 (AFP) - François Hollande, premier secrétaire du parti socialiste, a rappelé mardi que son parti "reconnaît la responsabilité de l'abandon volontaire des harkis par le gouvernement français en 1962", "dans la continuité des engagements pris par Ségolène Royal". François Hollande a reçu ce mardi plusieurs associations représentant les harkis, selon un communiqué du PS. Cette rencontre intervient après que l'association "Jeune pied noir", une des principales associations de rapatriés et harkis, a interrogé tous les candidats à la présidentielle sur les conséquences de la Guerre d'Algérie. Au vu de la réponse de Ségolène Royal qui leur est parvenue la semaine dernière, "Jeune pied noir" avait regretté dans un communiqué qu'elle ne réponde pas "à la principale des attentes des Français d'Algérie, celle de reconnaître (...) les drames de la décolonisation". Ils demandaient aussi à être reçus par elle "avant le premier tour de l'élection et non après celle-ci", si elle est élue, comme elle le leur proposait. Dans sa lettre, en date du 28 mars, dont le texte a été transmis à l'AFP, Mme Royal s'engage à mettre en oeuvre, si elle est élue, une politique sur quatre thèmes : "devoir de connaissance", "travail de mémoire", qui doit pouvoir "se développer sans repentance ni amnésie", "solidarité et reconnaissance de la nation", avec des correctifs aux lois d'indemnisation des rapatriés, et enfin "engagement de l'avenir", avec "mesures d'aide systématique aux descendants de harkis qui s'investissent dans la vie économique, sociale et culturelle de la France". Le communiqué du PS non seulement réitère la reconnaissance par le PS de l'abandon des harkis par le gouvernement, mais affirme que "la nouvelle majorité adoptera un texte sur cette reconnaissance explicite".
Il rappelle aussi que le groupe socialiste à l'Assemblée nationale avait déposé un amendement à la loi de février 2005 reconnaissant cet abandon, amendement qui "n'avait pas été accepté par la majorité UMP/UDF".
chc/jmt/sh

------------------------------------------------------ ARCHIVES -----------------------------------------------------

COMMUNIQUE D'AJIR POUR LES HARKIS

24 décembre 2006
REVENDICATIONS PRIORITAIRES POUR LES HARKIS


1/ La reconnaissance officielle de la responsabilité de l‘Etat dans la tragédie des Harkis après le 19 mars 1962

Les plus hautes autorités de l’Etat français portent une responsabilité importante dans les massacres et les disparitions de milliers de Harkis ( ex-supplétifs ou civils menacés à cause de leur engagement ) et de membres de leurs familles, par l‘abandon de tous ces civils livrés aux exactions du FLN et de ses affidés.
Le gouvernement français avait le devoir de porter assistance à ces personnes en danger, d‘évacuer ses ressortissants menacés ou d’intervenir pour faire respecter les accords d’Evian.
Cette responsabilité doit être aussi reconnue pour l‘accueil et l‘installation sur le sol français de ceux qui ont pu fuir .
Le Président de la République , lors de la journée d’hommage aux Harkis le 25 septembre 2001 , et la Loi du 23 février 2005 ont esquissé cette reconnaissance.
Nous demandons une reconnaissance officielle et solennelle de la responsabilité de l‘Etat et une réparation morale et matérielle des préjudices vis à vis des Harkis et leurs familles..
Cette réparation doit concerner aussi les oubliés des mesures antérieures d’indemnisation , les enfants ayant passé un certain temps dans des structures d’exclusion ( comme les camps ou les hameaux forestiers) , et les parents, frères de supplétifs qui ont subi les mêmes traumatismes de l‘exode et l’épreuve des camps que les supplétifs.

2/ La libre circulation des anciens Harkis en Algérie – principe de non discrimination entre les citoyens français et réciprocité entre les deux États

Le gouvernement français doit obtenir de l’Etat algérien la reconnaissance officielle de ce principe de libre circulation des anciens Harkis et d’égalité des droits fondamentaux entre tous ses citoyens .
Plus largement et en préalable à tout partenariat renforcé avec l’Algérie , la France doit faire respecter l‘histoire et la mémoire des Français rapatriés et spécifiquement la tragédie des Harkis .

3/ Fondation pour la mémoire et l‘histoire des Harkis

La création d’une « Fondation pour la mémoire de la guerre d’Algérie » dont le principe avait été établi dès 2003 ne semble pas devoir se concrétiser . Ses objectifs n‘ont mêmes pas été clarifiés à ce jour .
Nous demandons d’instituer une fondation spécifique pour l’histoire et la mémoire des Harkis portant à la fois sur leur histoire en Algérie avant 1962, et en France après leur repli, y compris leur situation actuelle
Nous demandons en parallèle une ouverture totale des archives et une enquête sur le sort des disparus en 1962 , de préférence en liaison avec les autorités algériennes si une coopération est envisageable dans ce domaine .
Une place légitime doit être faite dans l ‘enseignement à l’histoire des Harkis .

4/ Egalité des chances – Handicaps socio-économiques

-De nouvelles mesures de soutien ciblées doivent réparer les séquelles subies par les Harkis et leurs familles (et spécifiquement aujourd’hui les enfants ) qui ont transité et vécu en ghetto dans les camps, les Hameaux de forestage ou les cités et rétablir l'égalité des chances qui a manqué au départ . Des organismes comme l’Ancsec devraient réserver une part de leur financement à des projets de « Harkis et assimilés ».
-Dans le même esprit, un attention particulière devrait être portée à la présence et à la visibilité dans les structures de l‘Etat de certains membres de la collectivité harki, dont le mérite et le parcours sont reconnus et les compétences adaptées à ces postes

5/ Les Harkis restés en Algérie

Lorsque des descendants de Harkis ou même des Harkis qui n'ont pas gagné la France dans les années 60, du fait des entraves de l'époque, souhaitent s'établir en France une attention particulière doit être réservée à l’examen de leur demande .

Communiqué AJIR pour les Harkis
décembre 2006

-------------------------------------------- ADHESION ET SOUTIEN ---------------------------------------------

POUR D'AMPLIFIER NOTRE ACTION, NOUS AVONS BESOIN DE VOUS !

SOUTENEZ DES MAINTENANT NOS ACTIONS ET PROJETS 2010 - 2012 !

Jeune Pied-Noir, 34 ans de liberté d'action grâce à votre confiance.

Adhérez pour 0 euros ! Explication

30 €, 50 € ou 100 € ou plus = 0 € !

Pour les dons à partir de 30 €, vous recevrez un justificatif fiscal permettant une déduction de 66% du montant du don de vos impôts et l'envoi d'un ou plusieurs ouvrages ou documents de votre choix d'une valeur de complémentaire de 34 % de votre don, ce qui réduit votre participation à 0 € ! Beaucoup de nôtres soutiennent des Associations humanitaires pour un montant annuel supérieur à plusieurs centaines d'euros par an afin de bénéficier de la réduction légale d'impôts. Pourquoi ne pas en faire bénéficier les Associations de Français d'AFN qui, pour la plupart, ont le droit de le faire ?

VOIR LE DETAIL DES OFFRES DE LIVRES ET DOCUMENTS SUR LA PAGE D'ACCUEIL DU SITE : ACCUEIL

CONTACTEZ-NOUS SI VOUS RECHERCHEZ UN OUVRAGE EN PARTICULIER : 06 80 21 78 54

Adhésion 15 € - Soutien 30 € - Bienfaiteur 75€ et plus

JPN - BP 4 - 91570 Bièvres

SOUTIEN INCLUANT L'AFFICHE DE LA CAMPAGNE "HOMMAGE AUX FRANCAIS D'AFRIQUE DU NORD"

GAGNONS ENSEMBLE !