RECONNAISSANCE OFFICIELLE DE LA RESPONSABILITE DE L'ETAT FRANCAIS DANS LES DRAMES SURVENUS EN ALGERIE

APRES LE 19 MARS 1962

Ne soyons plus les "stupides et lâches" complices d'un crime contre l'Humanité

ACTUALITES - RECHERCHES - INDEX - PAGE D'ACCUEIL

Mise à jour le 11.10.2015

Faites un don : déduction fiscale de 66% + 34% de livres, DVD, CD-Audio... offerts pour vous remercier = 0 euros !
Seule cette la reconnaissance de la responsabilité de l'Etat français permettra de clore définitivement le dossier de la fin tragique de la présence française en Algérie. Toutes les associations nationales de Français rapatriés ont signé le message du 22 septembre 1995 adressé, à l'initiative de Jeune Pied-Noir, au Chef de l'Etat. Ce message lui a été remis en main propre par M. Guy Forzy, alors Délégué aux Rapatriés. Plus de 16.000 Français ont signé la pétition nationale demandant cette reconnaissance officielle. Vous aussi signez-la. Faites la connaître à votre famille et à vos proches. Demandez à votre député, à votre sénateur, à votre maire de s'engager sur le programme "Vérité et Justice pour les Français rapatriés".
ACTUALITES *** ACTUALITES *** ACTUALITES *** ACTUALITES ***ACTUALITES ***ACTUALITES ***ACTUALITES

AU FORUM N°3

150.000 victimes de la "raison d'Etat"

AU FORUM N°3

Nicolas SARKOZY reconnait...

AU FORUM N°3

Jean DANIEL reconnait...

AU FORUM N°3

 

La LDH reconnait...

AU FORUM N°3

Un crime dénoncé depuis 1990...

Ne soyons plus les "stupides et lâches" complices d'un crime contre l'Humanité

Nous vous invitons pour compléter vos recherches à utiliser GOOGLE et WIKIPEDIA en mettant l'expression recherchée entre "guillements".

RECHERCHE PAR THEME : ARCHIVES - AFFAIRE SAINT-AUBIN - AFP - ELECTIONS 2007 - ELECTION 2012 - JPN - PETITION - 22 SEPTEMBRE.1995 - SOUTIEN - TEMOIGNAGES

RECHERCHE RAPIDE PAR NOM : A.APPRUZZESE - Renaud BACHY - DominIque BAUDIS - J-M BOCKEL - J-P CHEVENEMENT - DE GAULLE - J-P DUBOIS - Guy FORZY - V. GISCARD D'ESTAING - F. HOLLANDE - A. MADELIN - F.MITTERRAND - R.ROMANI - André SANTINI - Nicolas SARKOZY- Philippe SEGUIN - Benjamin STORA - Michel TUBIANA -

ET AUSSI .... *** ET AUSSI ... *** ET AUSSI .... *** ET AUSSI ... *** *** ET AUSSI .... *** ET AUSSI ...*** ET AUSSI .... *** ET AUSSI ...

RIVESALTES, UN GRAND MOMENT DE L'HISTOIRE DE FRANCE : LA FIN DE 50 ANS D'UN MENSONGE FRANCAIS

Samedi 14 avril 2012, après 5 années de silence et d'oubi, le Président de la République reconnaît la responsabilité de la France

dans l'abandon et le massacre des Harkis après le 19 mars 1962 en Algérie.

Samedi 14 avril 2012 à Rivesaltes , plus de 5 ans après, Nicolas SARKOZY tient son engagement du 31 mars 2007 .

5 années perdues pour des milliers de vieux Harkis, pour leurs épouses et leurs enfants.

Que va faire maintenant l'Etat français pour rattraper 50 années de mensonge et d'injustice ?

L'ENGAGEMENT DE NICOLAS SARKOZY DE 2007 : MEME L'AFP S'EN SOUVIENT !

POUR SIGNEZ LA PETITION : POUR LA RECONNAISSANCE DE LA RESPONSABILITE DE L'ETAT FRANCAIS !

Le Président de la République Nicolas SARKOZY doit tenir les engagements du candidat Nicolas SARKOZY

------------------------------------------------ RECONNAISSANCE : HISTORIQUE ----------------------------------------

17 ANNEES D'ACTION CONTINUE : 22 SEPTEMBRE 1995 - 14 AVRIL 2012 - 22 MARS 2013 - 10 MAI 2014

------------------------------------------------ REUNION DU 22 SEPTEMBRE 1995 ----------------------------------------

Nicolas SARKOZY, réunion des représentants harkis au siège de campagne de l'UMP - 31 mars 2007

"Si je suis élu, je veux reconnaître officiellement la responsabilité de la France dans l'abandon et le massacre des Harkis et d'autres milliers de "musulmans français" qui lui avaient fait confiance, afin que l'oubli ne les assassine pas une nouvelle fois." - Un engagement que le candidat avait dit tenir avant la fin 2007. Un engagement que chaque candidat aux prochaines élections municipales doit lui demander personnellement de tenir s'il veut avoir le soutien des Français rapatriés et leurs amis.

L'ENGAGEMENT DE NICOLAS SARKOZY DE 2007 : MEME L'AFP S'EN SOUVIENT !

Sarkozy décore des harkis lors d'une journée nationale d'hommage

(AFP) –PARIS - 25 septembre 2011 - 19 heures

Nicolas Sarkozy a décoré dimanche, lors d'une cérémonie aux Invalides, dix harkis ou supplétifs à l'occasion de la journée nationale d'hommage aux anciens combattants de la guerre d'Algérie.

Le chef de l'Etat, qui était accompagné du secrétaire d'Etat à la Défense Marc Laffineur, a également déposé une gerbe en leur hommage mais n'a pas pris la parole pendant la cérémonie.

Lors de sa campagne électorale en 2007, M. Sarkozy avait promis s'il était élu de reconnaître "officiellement la responsabilité de la France dans l'abandon et le massacre des harkis", un engagement que leurs associations lui reprochent de ne pas avoir encore tenu.

Quelque 200.000 supplétifs musulmans ont été recrutés par l'armée française pendant la guerre d'Algérie. La journée d'hommage a lieu tous les 25 septembre.

******************************************************************* SUR LE SITE DE RFI *********************************************************************

France/ Hommage aux harkis  -  Article publié le : dimanche 25 septembre 2011 - Dernière modification le : dimanche 25 septembre 2011

Nicolas Sarkozy décore des harkis aux Invalides

Par RFI

En France, une cérémonie a eu lieu pour la première fois aux Invalides, ce dimanche 25 septembre, en présence du chef d'Etat Nicolas Sarkozy, à l'occasion de la Journée nationale d'hommage aux harkis, les anciens combattants algériens ayant servi l'armée française durant la guerre d'Algérie. Lors de sa campagne électorale en 2007, Nicolas Sarkozy avait promis s'il était élu de reconnaître «  officiellement la responsabilité de la France dans l'abandon et le massacre des harkis  », un engagement que les associations lui reprochent de ne pas avoir encore tenu.

------------------------------------- 2010 - LETTRE DE LA LDH A N. SARKOZY ------------------------------------------

APRES 40 ANS DE SILENCE ET 15 ANS DE RETARD LA LDH DEMANDE LA RECONNAISSANCE DE LA RESPONSABILITE DE L'ETAT FRANCAIS DANS LE "CRIME D'ETAT" DU 19 MARS 1962 !

Lettre ouverte à Nicolas Sarkozy au sujet des harkis

adressée le 6 mars 2010 par Jean-Pierre Dubois, président de la LDH

Mise sur site le 22 avril 2011

Lettre restée à ce jour sans réponse, comme les milliers d'autres adressées depuis le 22 septembre 1995 par les 200 Associations de Français Rapatriés et 16.000 Français de toutes origines.

Monsieur le Président de la République,

Comme la Ligue des droits de l'Homme a déjà eu l'occasion de vous l'écrire, la France s'honorerait si elle reconnaissait qu'elle a eu, durant la guerre d'Algérie et au lendemain de l'indépendance de ce pays, un comportement envers les harkis indigne d'un pays attaché aux droits de l'Homme et aux principes de sa devise républicaine. En effet, elle se grandirait en reconnaissant :
- sa responsabilité dans les promesses qu'elle a faites, pendant la guerre, que l'Algérie resterait française quoiqu'il arrive, et ses efforts pour enrôler des supplétifs, qui ont conduit certains Algériens indécis et voulant faire vivre et protéger leur famille à devenir harkis ;
- son refus de protéger, en 1962, ceux d'entre eux qui étaient menacés et d'autoriser leur rapatriement ;
- et la discrimination dont ont été victimes ceux qui ont pu néanmoins gagner la France avec leur famille et qui ont été parqués dans des camps, dans des conditions déplorables.

Le 31 mars 2007, pendant votre campagne pour l'élection présidentielle, vous avez déclaré : « Si je suis élu président de la République, je veux reconnaître officiellement la responsabilité de la France dans l'abandon et le massacre de harkis et d'autres milliers de musulmans français, et je le veux afin que l'oubli ne les assassine pas une nouvelle fois ». La Ligue des droits de l'Homme, constatant que ces paroles que vous avez prononcées il y a trois ans n'ont pas été suivies d'effets et persuadée que la France doit regarder en face toutes les pages de son passé, y compris les moins glorieuses, s'adresse de nouveau à vous pour que notre pays opère au plus vite cette nécessaire reconnaissance. Je vous prie d'agréer, Monsieur le Président de la République, l'expression de ma haute considération.

Paris, le 6 avril 2010.

------------------------------------- 2007 - APPEL AUX PARTIS POLITIQUES ------------------------------------------

ELECTIONS LEGISLATIVES 2007

15 mai 2007

VERITE ET JUSTICE POUR LES RAPATRIES

APPEL AUX PARTIS POLITIQUES ET AUX CANDIDATS

Ces élections doivent marquer la concrétisation de la reconnaissance de la responsabilité de l'Etat français dans les drames ayant suivi le 19 mars 1962

Le nouveau Président de la République s'est engagé lors de la campagne pour l'élection présidentielle à reconnaître la responsabilité de l'Etat français dans les crimes commis contre les Français d'Algérie après le 19 mars 1962 en violation des accords d'Evian (article 2 de la loi du 23 février 2005). Le Sécrétaire général du Parti socialiste aussi, ainsi que les Présidents du Front National et du MPLF. Les candidats aux élections législatives doivent aussi s'engager personnellement pour marquer leur volonté de voir cette reconnaissance affirmée officiellement dans les meilleurs délais. Les associations et les Français rapatriés leur demandent pour cela de répondre au questionnaire "Vérité et Justice pour les Français rapatriés".

LE PARTI SOCIALISTE S'ENGAGE AUSSI !

------------------------------- 1995 - REUNION AU SENAT DU 22 SEPTEMBRE 1995 -----------------------------

POUR LA RECONNAISSANCE OFFICIELLE PAR LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE DE RESPONSABILITE DE LA Vème REPUBLIQUE DANS LE MASSACRE DE 150.000 HARKIS ET LA DISPARITION DE 25.000 PIEDS-NOIRS APRES LE 19 MARS 1962 EN ALGERIE

(Motion proposée par Jeune Pied-Noir et adoptée par toutes les associations présentes)

Fac-similé de l'original du message remis à Jacques Chirac par Guy Forzy, Délégué aux Rapatriés

------------------------------- 1995 - REUNION AU SENAT DU 22 SEPTEMBRE 1995 -----------------------------

Message des associations de Français d'AFN réunies au Sénat le 22 septembre 1995

à l'initiative de Jeune Pied-Noir

Monsieur le Président de la République,

Vous venez d'engager la Nation en reconnaissant la responsabilité de l'Etat français pour son action, sous l'occupation allemande, envers la population d'origine juive.Or, il y a trente trois ans, le Gouvernement de la République française, sous l'autorité du Chef de l'Etat, engageait notre Pays dans une politique d'abandon de nos départements algériens qui conduisit au massacre de 150.000 harkis et à la disparition de 25.000 pieds-noirs selon M. André SANTINI, ancien Secrétaire d'Etat aux Rapatriés.Fait exceptionnel dans notre histoire, à deux reprises, en 1986 et en 1994, le gouvernement a reconnu la dette de la Nation envers les 15 000 harkis survivants de l'exode de 1962 en votant deux lois leur attribuant des compensations financières de "reconnaissance nationale".Ces dernières années, plus d'une dizaine d'ouvrages, des émissions de radio et de télévision, et des témoignages de hauts fonctionnaires directement impliqués dans la mise en oeuvre de cette politique ont confirmé la véracité des faits exposés dès mai 1962 par le Bachaga Saïd BOUALAM à l'Assemblée Nationale ou par le Professeur Maurice ALLAIS dans son ouvrage "L'Algérie d'Evian".Les associations de Français d'AFN réunie ce 22 septembre 1995 au Sénat, sous la Présidence de M. Roger ROMANI, Ministre chargé des Relations avec le Parlement, et de M. Guy FORZY, Délégué aux rapatriés, apportent leur soutien aux actions engagées auprès de vous par les harkis et leurs enfants pour que soit officialisée la responsabilité de la Vème République et vous demandent que justice soit enfin rendue aux survivants d'un massacre qui indigne aujourd'hui, selon tous les sondages, la majorité des Français de toutes sensibilités politiques.Veuillez croire, Monsieur le Président de la République, à l'assurance de notre très haute considération.Associations signataires le 22 septembre 1995 Fait au Sénat.ADIMAD Sud, L'Algérienne, ANFANOMA Nationale, ANFANOMA Paris, ANFANOMA Sud, CAFA, AFNART, Cercle Algérianiste National, Cercle Algérianiste de Boulogne (92), Cercle Algérianiste de Châtillon (92), Comité National pour les Français Musulmans, FNR National, Jeune Pied-Noir, Mémoire de la France d'Outre-mer, Pieds-Noirs d'Hier et d'Aujourd'hui, RECOURS... Auxquelles se sont jointes depuis la quasi-totalité des associations représentatives des Français d'AFN. Ce message à été remis en main propre à M. Jacques Chirac par M. Guy Forzy, Délégué au Rapatriés. Il a été intégralement publié dans Présent du 27 septembre 1995 et des extraits dans le Figaro du 11 octobre 1995. Sans réaction du Chef de l'Etat ou de la Présidence de la République.

************** Réponse de la Présidence de la République du 15 janvier 1996 ***************

Cette réponse du Conseiller Technique Pierre de Bousquet (Réf : SCE/E & A/I 101389) rejette la responsabilité des massacres sur l'Etat algérien au nom des "Accord d'Evian". Cette conception très particulière du respect d'un accord qui dégage le seul signataire de ses propres engagements unilatéraux est unique dans l'histoire de France. L'Etat algérien étant selon la Présidence de la République seul responsable après le 3 juillet 1962, elle ne précise pas quelle est la responsabilité française entre le 19 mars et le 2 juillet 1962, période ou notre Pays exerçait sa pleine souveraineté dans nos départements algériens.

************* Extrait de la lettre du 16 mars 1996 de Jeune Pied-Noir au Président de la République ************

Le 22 septembre dernier, les associations nationales représentatives des Français d'Algérie, du Maroc et de Tunisie réunies au Sénat par le Comité de liaison sous la présidence de M. Roger ROMANI, Ministre chargé des Relations avec le Parlement et de M. Guy FORZY, Délégué aux Rapatriés, vous ont adressé un message vous demandant de reconnaître officiellement la responsabilité de la Vème République dans le massacre de 150.000 harkis et la disparition de 25.000 pieds-noirs en Algérie après le 19 mars 1962. Plusieurs publications ont reproduit ce message qui, à ce jour, est resté sans réponse de votre part. Plus de 2.000.000 de Français d'Afrique du Nord attendent de vous cette reconnaissance officielle implicitement annoncée au cours des débats des lois de 1986 et 1994 ainsi que dans votre projet de loi N°2361 du 20 novembre 1991. De nombreuses personnalités, dont M. André SANTINI, député-maire d'Issy-les-Moulineaux et ancien Sécrétaire d'Etat aux Rapatriés dans votre gouvernement en 1986-87, désirent connaître la position du Président de la République.Celle-ci apparaît en effet nécessaire pour éclairer certains élus qui semblent encore ignorer les conséquences des "Déclarations unilatérales françaises" du 19 mars 1962, dites "accords d'Evian", puisqu'une demande d'un timbre pour commémorer le 35e anniversaire du "cessez-le-feu" en Algérie vient d'être officiellement déposée par deux d'entre-eux, que la situation actuelle de ce pauvre pays devrait pourtant inciter à plus de réserve. A cet effet, nous vous demandons de bien vouloir autoriser l'ouverture de toutes les archives officielles sur les négociations avec le FLN et la présentation de l'original du texte signé le 18 mars 1962, document qui n'a jamais été présenté au public.... A la suite de la visite du Président algérien Abdelhaziz Bouteflka et des propos inacceptables envers la France et les Français tenus par ce Chef d'Etat venu chercher 22 milliards de francs pour sortir son pays de l'impasse économique dans laquelle l'a menée la carence des dirigeants algériens depuis 1962, et de son propre aveux de reconnaissance de la participation du F.L.N au massacre prémédité par l'Etat français de 150.000 harkis et de la disparition de 25.000 pieds-noirs, selon les propres chiffres d'André SANTINI, ancien Secrétaire d'Etat aux Rapatriés, une pétition nationale ci-dessus est reprise par plus de 70 associations de Français d'Algérie auprès du Président de la République française. Cette pétition s'adresse à tous les Français qui désirent effacer le crime d'Etat du 19 mars 1962.Il est demandé à chacun de la dupliquer et de la faire signer par votre famille, vos amis, les membres de votre associations etc... et de l'adresser directement auprès au Président de la République par télécopie au : 01 42 92 81 17/81 79/ 81 45/81 93 , par Internet : http://www.elysee.fr - ou par courrier au Palais de l'Elysée - 55, rue duå Faubourg-Saint-Honoré -75008 Paris. Nous vous rappelons que le courrier au Préåident de la République eåt dispensé d'affranchisåement, même en recommandé avec accusé de råeacute;ception! Vous aurez ainså en retour la preuve de votre envoi avec la cachet de la Présidence.

Pour être complètement informés, commander le dossier "Pour la Reconnaissance nationale" contenant la copie des principaux courriers au Chef de l'Etat, des réponses obtenues et des articles de presse - 10 € (port inclus) - Ecrivez à : JPN BP 4 - 91570 Bièvres - Chèque à l'ordre de JPN - Contact : jeunepiednoir@wanadoo.fr

--------------------------- 1995 - 2015 : PETITION NATIONALE RECONNAISSANCE -------------------------

16.000 FRANÇAIS ONT DEJA SIGNE CETTE PETITION NATIONALE PERMANENTE. ET VOUS ?

Lancée le 22 septembre 1995 au Sénat

PAR LES ASSOCIATIONS DE FRANCAIS D'AFN

MESSAGE AU PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE POUR LA RECONNAISSANCE OFFICIELLE DE LA RESPONSABILITE DE LA Ve REPUBLIQUE DANS LE MASSACRE DE 150.000 HARKIS ET LA DISPARITION DE 25.000 PIEDS-NOIRS APRES LE 19 MARS 1962 EN ALGERIE

Monsieur le Président de la République,Vous venez d'engager la Nation en reconnaissant la responsabilité de l'Etat français pour son action, sous l'occupation allemande, envers la population d'origine juive.Or, il y a trente trois ans, le Gouvernement de la République française, sous l'autorité du Chef de l'Etat, engageait notre Pays dans une politique d'abandon de nos départements algériens qui conduisit au massacre de 150.000 harkis et à la disparition de 25.000 pieds-noirs selon M. André SANTINI, ancien Secrétaire d'Etat aux Rapatriés.Fait exceptionnel dans notre histoire, à deux reprises, en 1986 et en 1994, le gouvernement a reconnu la dette de la Nation envers les 15 000 harkis survivants de l'exode de 1962 en votant deux lois leur attribuant des compensations financières de "reconnaissance nationale".Ces dernières années, plus d'une dizaine d'ouvrages, des émissions de radio et de télévision, et des témoignages de hauts fonctionnaires directement impliqués dans la mise en oeuvre de cette politique ont confirmé la véracité des faits exposés dès mai 1962 par le Bachaga Saïd BOUALAM à l'Assemblée Nationale ou par le Professeur Maurice ALLAIS dans son ouvrage "L'Algérie d'Evian".Les associations de Français d'AFN réunie ce 22 septembre 1995 au Sénat, sous la Présidence de M. Roger ROMANI, Ministre chargé des Relations avec le Parlement, et de M. Guy FORZY, Délégué aux rapatriés, apportent leur soutien aux actions engagées auprès de vous par les harkis et leurs enfants pour que soit officialisée la responsabilité de la Ve République et vous demandent que justice soit enfin rendue aux survivants d'un massacre qui indigne aujourd'hui, selon tous les sondages, la majorité des Français de toutes sensibilités politiques.Veuillez croire, Monsieur le Président de la République, à l'assurance de notre très haute considération.

ASSOCIATION - REPRÉSENTÉE PAR - SIGNATURE (nom du représentant et adresse complète)

A adresser par lettre (dispensée d'affranchissement), télécopie ou e-mail à

Monsieur le Président de la République
Palais de l'Elysée - 55, rue du Faubourg-Saint-Honoré, 75008 Paris

Fax : 01 42 92 81 17 / 81 79 / 81 45 / 81 93 - Internet : www.elysee.fr

MERCI D'ADRESSER UNE COPIE DE CETTE PAGE A JPN BP4 - 91570 BIEVRES POUR LE SUIVI NATIONAL DE CETTE PETITION

*************************************************

PETITION INDIVIDUELLLE

(A reproduire par un "copier/coller) ou àrecopier sur une feuille libre)

MESSAGE AU PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE POUR LA RECONNAISSANCE OFFICIELLE DE LA
RESPONSABILITE DE LA Ve REPUBLIQUE DANS LE MASSACRE DE 150.000 HARKIS
ET LA DISPARITION DE 25.000 PIEDS-NOIRS APRES LE 19 MARS 1962 EN ALGERIE

Nous, soussignés, demandons cette reconnaissance selon les termes du message qui vous a été adressé le 22 septembre 1995 par nos associations réunies au Sénat. Pétitions réunies par l'association

Nom-prénom I Adresse complète I Code postal -Ville I

Date et signature

A adresser par lettre (dispensée d'affranchissement), télécopie ou e-mail à

Monsieur le Président de la République - Palais de l'Elysée - 55, rue du Faubourg-Saint-Honoré, 75008 Paris

Fax : 01 42 92 81 17 / 81 79 / 81 45 / 81 93 - Internet : www.elysee.fr

 

PETITION NATIONALE POUR LA RECONNAISSANCE NATIONALE

Nous avons tous à titre individuel le devoir d'obtenir que soit effacée la honte des crimes du 19 mars 1962. Imprimez le texte de cette pétition, dupliquez le, faites le connaître à vos amis. Contactez la liste des associations signataires. Adressez au Chef de l'Etat les signatures obtenues. Ecrivez lui ainsi qu'au Premier ministre, aux élus et aux médias.- Texte de la lettre ouverte de Cagnes-sur-mer du 12 juin 2000- Formulaire à remplir et faire remplir par chaque association, chaque famille, chaque particulier désirant la reconnaissance nationale et à adresser au Président de la République.- Liste et coordonnées des associations signataires de Cagnes-sur-mer le 12 juin 2000.

Tenez nous au courant des réponses obtenues . JPN BP 4 - 91570 Bièvres -

Pour nous laisser un message : mailto:jeunepiednoir@wanadoo.fr

------------------------------------ 2000 - REFERENDUM DU 24 SEPTEMBRE -----------------------------------

COMMUNIQUE DE PRESSE DU 26 AOUT 2000

 REFERENDUM DU 24 SEPTEMBRE 2000

LES FRANÇAIS D'ALGERIE APPELLENT TOUS LEURS COMPATRIOTES A VOTER POUR LA RECONNAISSANCE DE LA RESPONSABILITE DE L'ETAT FRANÇAIS DANS LE MASSACRE DE 150.000 HARKIS ET LA DISPARITION DE 25.000 PIEDS-NOIRS APRES LE 19 MARS 1962.

Prenant acte qu'aucune réponse n'a été faite par le Chef de l'Etat à la déclaration, parue dans le Figaro du 10 juin 2000, de M. André SANTINI, ancien Secrétaire d'Etat aux rapatriés dans le gouvernement de Jacques CHIRAC de 1986 à 1988, de demande de reconnaissance officielle de la responsabilité de la Ve République dans le massacre de 150.000 harkis et dans la disparition de 25.000 pieds-noirs en Algérie après le 19 mars 1962, les associations de Français d'Afrique du Nord invitent tous leurs compatriotes à soutenir cette demande lors du référendum du 24 septembre. Un bulletin de vote compensatoire a été conçu et largement diffusé. Il rappelle que les Français d'Algérie n'ont pas eu le droit de voter lors du référendum du 8 avril 1962 demandant d'approuver les déclarations gouvernementales françaises du 19 mars 1962 alors que celles-ci décidaient de leur destin.Cette action fait suite à la pétition nationale adressée par des dizaines de milliers de Français au Chef de l'Etat. Elle entre dans le cadre des droits fondamentaux garantis par les Droits de l'Homme et par la Constitution de 1958 votée par les "10 millions de Français à part entière" d'Algérie.Cette initiative originale et démocratique va permettre à tous les Français d'exprimer leurs sentiments comme l'a clairement désiré le Président de la République dans son intervention télévisée du 6 juin dernier : " je souhaite que le référendum devienne d'un usage plus régulier… Les Français doivent pouvoir s'exprimer eux-mêmes sur certains grands sujets. C'est la voie démocratique sereine, où chaque citoyen affirme à la fois sa volonté et sa responsabilité ".Les associations de Français d'AFN tiendront une conférence de presse à Paris le samedi 16 septembre.Bernard COLLSecrétaire général de JPN

Coordination nationale assurée par Jeune Pied-Noir

Site Internet : http://perso.wanadoo.fr/jeunepiednoir/jpn.wst

----------------------------- 2000 - LETTRE DE SOUTIEN DE DOMINIQUE BAUDIS ---------------------------------

LETTRE DE SOUTIEN DE DOMINIQUE BAUDIS (2000)
Député de la Haute-Garonne et Maire de Toulouse
ASSEMBLEE NATIONALE - République Française - Liberté-Egalité-FraternitéToulouse, le 15 septembre 2000Monsieur Le Secrétaire GénéralJEUNE PIED-NOIR - BP 4 91570 BIEVRESRéférence à rappeler : DB/MC/158175-nlMonsieur le Secrétaire Général,C'est avec attention que j'ai pris connaissance du courrier que vous venez d'adresser à Monsieur le Président de la République, à l'occasion du référendum du 24 septembre prochain ainsi que du dossier relatif à la pétition nationale "Justice pour les Harkis".Il convient effectivement que l'État reconnaisse officiellement sa responsabilité dans le massacre des Harkis et des Pieds-noirs disparus en Algérie après le 19 mars 1962.Cependant, le Maire d'une commune, ne peut modifier de sa propre initiative, l'organisation de tout scrutin qu'il s'agissent des élections législatives, cantonales, régionales, municipales, présidentielles, européennes, ou d'un referendum.Par contre, vous avez le droit de porter une mention manuscrite sur les bulletins qui seront présentés. Vous pouvez également arriver avec un bulletin pré-imprimé? Néanmoins, ces votes, comme le vote blanc, ne seront pas pris en compte et seront considérés comme nuls.Quoi qu'il en soit, votre démarche me paraît légitime et je suis prêt à défendre ce dossier à l'Assemblée Nationale. J'ai d'ailleurs saisi le Président de mon groupe parlementaire.Je vous prie de croire, Monsieur le Secrétaire Général, à l'assurance de mes sentiments les meilleurs. Dominique BAUDIS
------------------------------------------
REPONSE DE REMERCIEMENT DE JEUNE PIED-NOIR 
Monsieur le Député-maire,C'est avec beaucoup d'émotion que les Français d'Algérie et leurs amis ont écouté votre message de soutien du 15 septembre. Ils vous remercient de vos conseils et de considérer leur démarche comme légitime.Malgré nos relances, à ce jour nous n'avons eu aucune réponse du Chef de l'Etat à notre lettre du 26 août 2000.En vous renouvelant nos sincères remerciements pour votre volonté de voir aboutir notre légitime revendication et restant à votre disposition,Nous vous prions d'agréer, Monsieur le Député maire, l'expression de nos fidèles et respectueuses salutations.Bernard Coll

Secrétaire général de JPN

-------------------------------------------------------- TEMOIGNAGES ----------------------------------------------------

André Santini multiplie les interventions

Dès 1995, le député-maire et ancien Secrétaire d'Etat aux Rapatriés André SANTINI va multiplier ses interventions des gouvernements français et dans les médias pour demander la reconnaissance de la responsabilité de l'Etat de 1962.

**********************************

COMMUNIQUE DE PRESSE JPN – 13 OCTOBRE 2006

HARKIS : UN CRIME D’ETAT
150.000 Harkis massacrés et 25.000 Pieds-noirs disparus.

Hommage aux Harkis – 25 septembre 2006

André SANTINI, député-maire d’Issy-les-Moulineaux
Ancien Secrétaire d’Etat aux Rapatriés (1986-1987)
confirme sa déclaration au Figaro du 15 juin 2000

L’audience exceptionnelle du film HARKIS - plus de 6 millions de téléspectateurs - diffusé le 10 octobre sur France 2 et les multiples réactions qu’il provoque dans les médias confirment de désir des Français de connaître la vérité sur ce drame humain dont ils découvrent la cruelle réalité depuis l’instauration le 25 septembre 2001 de la Journée nationale d’Hommage aux Harkis.

Le 22 septembre 1995, les Associations de Français d’Afrique du Nord, réunie au Sénat en présence du ministre M. Roger Romani et de M. Guy Forzy, Délégué aux Rapatriés, lançaient un appel au Chef de l’Etat pour lui demander de reconnaître la responsabilité de l’Etat français dans le massacre de 150.000 Harkis et la disparition de 25.000 Français d’Algérie après le 19 mars 1962. Dans un article du Figaro paru le 15 juin 2000, MM. André Santini et Maurice Benassayag, anciens Secrétaires d’Etat aux Rapatriés, reprenaient cet appel en affirmant que les massacres ayant suivi le 19 mars 1962 en Algérie étaient bien de 150.000 Harkis et de 25.000 Pieds-noirs (cf. dossier ci-joint).Lors de l’inauguration de l’exposition « Harkis, Soldats de France, Soldats de l’Armée d’Afrique », le 25 septembre dernier à Issy-les-Moulineaux, en présence de M. Michel Bart, Préfet des Hauts-de-Seine, M. André Santini a confirmé l’ampleur de chiffres de son article du Figaro du 15 juin 2000 (cf. texte intégral de son allocution ci-joint). L’Etat français, qui condamne depuis plusieurs années les crimes commis contre nos compatriotes juifs et arméniens, peut-il continuer à ne pas vouloir reconnaître les responsables de ce crime d’Etat alors que l’article 2 de la loi du 23 février 2005 en reconnaît désormais les faits?

A la veille de l’année 2007 qui va marquer le 45e anniversaire de l’exode des Français d’Algérie, plus de 2 millions de Français d’Afrique du Nord attendent de l’Etat français ce geste de reconnaissance indispensable pour permettre aux victimes, à leurs familles et à tous les Français de clore définitivement cette dramatique page de notre histoire contemporaine.Bernard COLL, Secrétaire général de JPN

________________________________________________________________________________________________________

Journée nationale d’hommage aux harkis

Lundi 25 septembre 2006 - 18h45 - Salon Elysée à la Mairie d'Issy-les-Moulineaux

INTERVENTION D'ANDRE SANTINI


Monsieur le Préfet, Chers Collègues Chers Amis,La Ville d’Issy-les-Moulineaux est honorée d’avoir été choisie comme l’année dernière parmi les 36 communes du Département pour être ville pilote de la célébration de la journée nationale d’hommage aux harkis.Il faut dire que nous attachons une importance toute particulière au devoir de mémoire.Qu’ils soient victimes du génocide arménien, déportés, résistants ou anciens combattants, nous tâchons de ne pas les oublier et de transmettre le souvenir de ces héros anonymes ou célèbres aux générations futures.Je ne vous cacherai pas le lien personnel que j’entretiens avec les harkis, puisque, secrétaire d’Etat aux Rapatriés de 1986 à 1987, j’ai œuvré en faveur de leur reconnaissance et de la réparation de leur sacrifice.Souvenons-nous en effet de ces chiffres terribles, que j’avais alors communiqués :Supplétifs, militaires d’active, agents de l’Etat ou anciens combattants, ce sont près de 380.000 musulmans restés fidèles à la France pendant la guerre d’Algérie qui ont été directement menacés de mort par le FLN à la fin de la guerre, soit plus d’un million de personnes si l’on y ajoute les familles.Du fait du refus du gouvernement français de prendre les mesures nécessaires pour les protéger, 150.000 d’entre elles seront assassinés dans des conditions abominables, après le 19 mars 1962, date officielle du cessez-le-feu. Après cette date 25.000 pieds-noirs ont également été massacrés ou enlevés, sans avoir davantage été ni secourus ni recherchés.La loi du 23 février 2005 portant reconnaissance de la Nation et contribution nationale en faveur des Français rapatriés a été une nouvelle étape dans la reconnaissance et la réparation, mais nous devons continuer d’avancer sur le chemin de la mémoire et de la justice.Issy-les-Moulineaux essaie d’y apporter sa contribution.En 1986, nous avons inauguré la Place Bachaga Boualam, en hommage au plus célèbre des harkis, ancien Vice-Président de l’Assemblée nationale, Grand Officier de la Légion d’Honneur, « le plus fidèle des infidèles », comme il se surnommait lui-même. La Municipalité a déposé ce matin une gerbe en son souvenir.Du 27 septembre au 3 octobre prochain, le Ciné d’Issy programme le fil Indigènes, qui raconte l’histoire en 1943 de quatre soldats oubliés de la première armée française recrutée en Afrique, un film qui a valu à ses quatre comédiens le prix d’interprétation masculine au dernier Festival de Cannes. Une séance spéciale, gratuite, est organisée le 30 septembre à 18h00 pour les anciens combattants.Enfin, vous avez pu voir tout à l’heure à l’Espace Boullée de l’Hôtel de Ville l’exposition « les Harkis, Soldats de la France, Soldats de l’Armée d’Afrique », conçue par l’Association Jeune Pied-Noir.Nous sommes la seule ville en France avec Avignon à proposer une telle exposition sur les harkis. Elle sera visible jusqu’au 4 octobre prochain.Rappeler leur sacrifice est notre devoir. Les harkis croyaient en la France. N’ayons pas peur des morts, ils on été trahis. C’est à travers ce type d’hommage, à travers votre présence à tous aujourd’hui, que nous retrouverons la confiance des harkis qui sont encore parmi nous, de leurs enfants et de leurs petits-enfants.Je vous remercie.


André SANTINI
Ancien Ministre
Député-Maire d’Issy-les-Moulineaux

--------------------------------------------------- ILS TEMOIGNENT -----------------------------------------------

Alain Madelin écrit au Président de la République et au Premier Ministre (2000) Jeudi 30 novembre - Lors de sa visite aux Harkis et à leurs familles du camp de Fuveau, Alain Madelin a présenté les lettres qu'il a adressées au Chef de l'Etat et au Chef du gouvernement pour leur demander "de reconnaître, au nom de la France, la responsabilité de l'Etat français" dans l'abandon criminel des Harkis. Pour tout complément d'information consulter le site http://demlib.com ou écrire à Démocratie Libérale - 113, rue de l'Université - 75007 Paris - Tél : 01 40 62 30 30 - Fax : 01 40 62 30 40.

Philippe Séguin écrit à JPN le 25 septembre 2000"C'est avec une attention toute particulière que j'ai lu les différents documents que vous m'avez adressés, rappelant le drame vécu par les pieds-noirs d'Algérie et les Harkis, drame où l'état français porte sa part de responsabilité. Il faudra qu'il le reconnaisse. Sachez que j'ai bien compris le sens de votre combat. Je vous prie ... " ACTION : vous pouvez remercier Philippe Séguin de cette prise de conscience qu'il saura, nous l'espérons, traduire rapidement par des actes avant la prochaine élection du maire de Paris, en lui écrivant : 32, rue Saint-Dominique è 75007 Paris - Fax : 01 44 42 07 88 - Tél : 01 44 42 07 75

Questions écrites du sénateur Marcel-Pierre CLEACH (2000)- Marcel-Pierre CLEACH demande le 3 août au secrétaire d'Etat à la défense de prendre en compte les revendications des associations de Harkis et notamment la reconnaissance des massacres des Harkis en Algérie après le 19 mars 1962 - Détails sur le site du Sénat : http://www.senat.fr/airs-cgi/question.cgi - ACTION : vous pouvez lui faire part de votre satisfaction en lui écrivant : Mairie 72450 Lombron - Tél : 02 43 76 71 97

Jacques GARELLO dénonce les crimes contre les harkis et les pieds-noirs (2000)- La visite de M. Bouteflika aura eu le mérite de libérer les mémoires. Dans la revue "La Une" N°43 d'août 2000, le faste déployé pour l'accueil du président algérien révolte Jacques Garello qui rappelle les souffrances des Français d'Algérie. Dans ce même numéro, la discrète rubrique "Confidentiel LA UNE" mentionne que "André SANTINI demande de reconnaissance officielle par la République de la disparition de 150 000 Harkis et de 25 000 pieds-noirs après le 19 mars 1962 en Algérie". ACTION : Encouragez cette publication à aller plus loin en écrivant à son directeur Robert Lafont, signataire de l'appel "Justice pour les Harkis"- La Une - 6, bis rue Auguste Vitu - 75015 Paris - Tél : 01 45 77 41 41 - Fax : 01 45 79 22 11.

-------------------------------------------- L'AFFAIRE SAINT-AUBIN --------------------------------------------

L'affaire Saint-Aubin

UN CRIME D'ETAT : 36 ANS APRES LA MORT DE SON FILS JEAN-CLAUDE, LE COMBAT D'UNE MERE QUI RECLAME JUSTICE

L'affaire de l'assassinat en France, le 5 juillet 1964 soit deux ans excactement après la fin officielle de la "guerre" d'Algérie, les services spéciaux français cherche à "neutraliser" les derniers membres actifs de l'OAS. Parmi eux, Jean Ménigaud, ancien avocat en Algérie, et trésorier de l'organisation, réfugié en Suisse. Il vient souvent en France dans le Var à bord de sa Volvo immatriculée en Suisse. Jean-Claude de Saint-Aubin, 23 ans, et sa passagère, 16 ans, ont le malheur de rouler ce 5 juillet 1964 dans une Volvo indentique à celle de Jean Méningaud sur la route qu'emprunte régulièrement celui-ci. Et c'est l'accident. Leur voiture est retrouvée écrasée contre un arbre, les deux passagers morts. La gendarmerie bâcle l'enquête et conclut à un excès de vitesse. En 1975, François Mitterrand écrit dans la "La Paille et le Grain" : "Les Saint-Aubin, déboutés, errent de tribunal en tribunal. La justice n'est pas curieuse. La vérité a-t-elle besoin de tant mentir pour être vraie?". En 1981, la Justice met en cause un véhicule de l'Armée dans un accident "involontaire". En 1985, 500 000 francs de dommages et intérêts sont versés aux parents par les ministères de la Justice et de la Défense. En 1992, selon les confidences d'un colonel il s'agissait "d'une méprise,(...) le véhicule confondu avec un autre, (...) pour neutraliser quelqu'un". En 1997, des archives militairesofficielles sont présentées à la Justice : "Intercepter et neutraliser Méningeaud Jean au lieu-dit "Les Esclapes", Puget-sur-Argens"."J'accuse l'Etat français de couvrir l'assassinat de mon fils" affirme Madame Andrée de Saint-Aubin, 81 ans, mère de Jean-Claude de Saint-Aubin, qui réclame la reconnaissance de la vérité. Toutes les familles de harkis et de pieds-noirs réclament aussi cette vérité. Car pour un attentat manqué, combien de ont réussi ? Combien d'assasinats pour "raison d'Etat" ont-ils étaient ordonnés par le gouvernement français après le 19 mars 1962? Jusqu'à quand ces crimes ont-ils été commis ? Tous les Français ont droit à la vérité. Dossier JPN "L'Affaire Saint-Aubin" contenant de nombreuses coupures de presse et articles - Prix 8 Euros.SOURCES- ILS ONT TUER NOTRE FILS - Témoignage des parents du jeune de Saint-Aubin- Libération - Article de Patricia Tourancheau - page 17 - 6 avril 2000- "Affaire Saint-Aubin : meutre pour raison d'Etat" - Article de Pascal Krop dans l'Evénement du Jeudi du 26/11 au 2/12/92

- "Accident ou "bavure" des services spéciaux - Témoignage d'un officier relance l'affaire Saint-Aubin" - Article de Ph. Br. dans du Monde du 13 novembre 1992.

-------------------------------------------- ADHESION ET SOUTIEN ---------------------------------------------

POUR D'AMPLIFIER NOTRE ACTION, NOUS AVONS BESOIN DE VOUS !

SOUTENEZ DES MAINTENANT NOS ACTIONS ET PROJETS !

Jeune Pied-Noir, 34 ans de liberté d'action grâce à votre confiance.

Adhérez pour 0 euros ! Explication 30 €, 50 € ou 100 € ou plus = 0 € !

Pour les dons à partir de 30 €, vous recevrez un justificatif fiscal permettant une déduction de 66% du montant du don de vos impôts et l'envoi d'un ou plusieurs ouvrages ou documents de votre choix d'une valeur de complémentaire de 34 % de votre don, ce qui réduit votre participation à 0 € ! Beaucoup de nôtres soutiennent des Associations humanitaires pour un montant annuel supérieur à plusieurs centaines d'euros par an afin de bénéficier de la réduction légale d'impôts. Pourquoi ne pas en faire bénéficier les Associations de Français d'AFN qui, pour la plupart, ont le droit de le faire ?

VOIR LE DETAIL DES OFFRES DE LIVRES ET DOCUMENTS SUR LA PAGE D'ACCUEIL DU SITE : ACCUEIL

CONTACTEZ-NOUS SI VOUS RECHERCHEZ UN OUVRAGE EN PARTICULIER : 06 80 21 78 54

Adhésion 15 € - Soutien 30 € - Bienfaiteur 75€ et plus

JPN - BP 4 - 91570 Bièvres

SOUTIEN INCLUANT L'AFFICHE DE LA CAMPAGNE "HOMMAGE AUX FRANCAIS D'AFRIQUE DU NORD"

GAGNONS ENSEMBLE !