RUBRIQUES

ACTUALITES - EVENEMENTS

ADRESSES UTILES

HISTORIQUE

INDEX GENERAL

RECHERCHES PAR MOTS

NOUVEAU !

DVD "HARKIS LES SACRIFIES"

Personne ne peut plus dire : "Je ne savais pas !

HOMMAGE A

Georges MELEO

Guy FORZY

Gabriel MENE

NOS HOMMAGES

"Des hommes sans mémoire ne seraient plus rien" - Jean GUEHENNO

22 Février 2016 - Hommage à Jeanine de LA HOGUE.

Jeudi 29 octobre 2015 - Succès du déjeuner-débat avec Alain Hebert auteur de "Jacques SOUSTELLE, l'homme de l'intégration" à Paris
15 déc . 2015 - Hommage à Guy FORZY

20 août 2015 à Antibes : Hommage à notre ami Jean Cépi

Mise à jour le 08.05.2017

ACTUALITES - BON DE COMMANDE - RECHERCHES - INDEX GENERAL

Faites un don : déduction fiscale de 66% + 34% de livres, DVD, CD-Audio... offerts pour vous remercier = 0 euros !
Ils ont été des dizaines de milliers à s'opposer à la politique menée en Algérie de 1959 à 1962 par le Chef de l'Etat, le général De Gaulle. Pour faire aboutir cette politique, le général De Gaulle a dû prendre des décisions criminelles : retrait de la protection militaire des populations civiles, désarmenent des combattants français-musulmans qui avaient cru dans ses engagements solennels de maintenir l'Algérie française, action de polices parallèles et de l'Armée française contre les Français d'Algérie (Attentats, tortures, assassinats, blocus de Bab-el-Oued, massacre de la rue d'Isly du 26 mars 1962, non intervention le 5 juillet 1962 à Oran..), alliance avec le FLN pour lutter contre la résistance française en Algérie (destruction du maquis "Algérie française" de l'Ouarsenis, assassinats des Français-musulmans fidèles, enlèvement massif d'européens, assassinats de femmes et d'enfants pour terroriser la population, massacre du 5 juillet à Oran...), exode de plus d'un million de Français de leur terre natale, refus de reconnaître la réalité des drames de l'exode, des souffrances morales et des spoliations matérielles subies... Les femmes et les hommes qui ont cherché à s'opposer à ces crimes, au risque de leur vie, de leur confort et de leur carrière, méritent le respect de tous. Aujourd'hui, les archives et les témoignages confirment la réalité historique de la politique criminelle de l'Etat français de 1962. Les articles 1 et 2 de la loi 2005 -158 du 23 février 2005 reconnaissent les crimes commis contre les Français d'Afrique du Nord et d'Outre-mer lors de la décolonisation, et en Algérie en "violation des accords d'Evian". La cause de ces drames doit aujourd'hui être reconnue. L'Etat français de 1962 est responsable de ces crimes. Cette rubrique est complétée en fonction des informations reçues. D'autres sites mentionnent ces acteurs connus et anonymes de ce combat pour l'honneur et la dignité humaine.
INDEX GENERAL - Accès alphabétique : A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - 0 - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z
ACTUALITES *** ACTUALITES *** ACTUALITES *** ACTUALITES ***ACTUALITES ***ACTUALITES ***ACTUALITES

Au JT de TVLibertés du 16 mars 2015

Hommage au Cdt Denoix de Saint-Marc

Clara LANZI

DVD *** FILMS *** VIDEO *** DVD *** FILMS *** VIDEO ***DVD *** FILMS *** VIDEO *** DVD *** FILMS *** VIDEO ***DVD

AU FORUM N°3

Invité : Louis de Condé, membre de l'équipe du Cl Jean BASTIEN-THIRY

AU FORUM N°3

Hommage a Jean de BREM

AU FORUM N°3

Témoignage du général ZELLER

RECHERCHE PAR NOM : Maurice ALLAIS - Gabriel ANGLADE - René ATTARD - Boussad AZNI - Xavier CAMILLERAPP - Jean CEPI - Fernand COLL - Pierre DESCAVES - Guy FORZY - Michel GONNAUD - Raoul GIRARDET - Gl Edmond JOUHAUD - Salah KERBADOU - Pierre LAGAILLARDE - Jeanine de La HOGUE - André LORE - Mal LYAUTEY - M.MALAJOU - Georges MELEO - Gabriel MENE - Alain MINOUM - Robert Charles PUIG - Claude RAYMOND - Marcel RONDA - Me Philippe REULET - Helie de SAINT-MARC - Gl SALAN - Jo SOHET - Jacques SOUSTELLE - Robert TABAROT -

RECHERCHE PAR THEME : ACTUALITES - ACTION JPN - ANCCORE - ARCHIVES - BARRICADES D'ALGER 1960 - IN MEMORIAM - LEGION - LIVRES - MEDIAS - ASS. MEMOIRE D'AFIQUE DU NORD - NICE 23 AVRIL 2011 - SOUTIEN

Nous vous invitons pour compléter vos recherches à utiliser GOOGLE et WIKIPEDIA en mettant l'expression recherchée entre "guillemets"

INDEX GENERAL - Accès alphabétique : A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - 0 - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z
ET AUSSI .... *** ET AUSSI ... *** ET AUSSI .... *** ET AUSSI ... *** *** ET AUSSI .... *** ET AUSSI ...*** ET AUSSI .... *** ET AUSSI ...

----------------------------- HOMMAGE A SUZANNE BADARACCHI ---------------------------

HOMMAGE A SUZANNE BADARACCHI

Nous avons la profonde tristesse d'annoncer le décès de

Madame Suzanne BADARACCHI, née BURKANDT,

épouse d'Adrien BADARACCHI, président de Jeune Pied-Noir

survenu à Clamart, le jeudi 22 juillet 2016, à l'âge de 53 ans, à la suite d'une longue maladie.
La cérémonie religieuse aura lieu

le vendredi 29 juillet 2016, à 10 heures

en l'église Saint-Philippe-et-Saint-Jacques, 1 Place de l'Eglise à Châtillon (92320).

L'équipe de Jeune Pied-Noir, ses adhérents et ses amis présentent à leur président, ainsi qu'à sa famille et celle de son épouse, leurs très sincères condoléances.

Les messages de condoléances peuvent être adressés par courrier ou courriel à

Jeune Pied-Noir - BP4 - 91570 Bièvres.

mailto:jeunepiednoir@wanadoo.fr

----------------------------- HOMMAGE A GABRIEL ANGLADE ---------------------------

HOMMAGE A GABRIEL ANGLADE

D'Alger, Cagnes-sur-Mer, Nice :
Mme Jacqueline Anglade, son épouse ; Mme Christine Silvia, sa fille, et son époux René ; M. Gabriel Anglade et son épouse Marie-Ange ; M. Philippe Anglade et sa compagne Nathalie ; Sa petite-fille Chrystelle, et Stéphane, son compagnon ; Ses petits-fils Jérémy, Christopher, Olivier, Guillaume et Arnaud ; Mme Josiane Marques, sa soeur, et son beau-frère Gilbert ; Les familles Padovani, Barber, Blaise et Abad
Ont l'immense douleur de faire part du décès de
Monsieur Gabriel ANGLADE
Ancien adjoint au maire de Cagnes-sur-Mer, délégué aux rapatriés. Président de l'association de la Maison du Pied-Noir et de ses Amis de Cagnes-sur-Mer.
survenu à Cagnes-sur-Mer, le jeudi 7 janvier 2016, à l'âge de 81 ans.
La cérémonie religieuse s'est déroulée le lundi 18 janvier 2016, à 10 h 30, en l'église de La Sainte-Famille, 1, boulevard du Maréchal-Juin, à Cagnes-sur-Mer.

----------------------------- HOMMAGE AU PROFESSEUR MAURICE ALLAIS ---------------------------

LIVRES DISPONIBLES du PROFESSEUR MAURICE ALLAIS

19 décembre 2015

En plus de la réédition de "L'Algérie d'Evian" (JPN, 1999), JPN dispose de nombreux ouvrages

scientifiques et documents du professeur Maurice ALLAIS

Liste des ouvrages sur demande.

Voir le bon de commande à la rubrique LIVRES & DOCUMENTS JPN

 

 

Le premiers des grands intellectuels Français à avoir dénoncé dès mai 1962 dans le journal COMBAT, puis dans son ouvrage "L'Algérie d'EVIAN" (réédition JPN - 1999) le "crime d'Etat" du général De Gaulle envers les Français d'Algérie.

Voir son ouvrage : L'ALGERIE D'EVIAN

HOMMAGE AU PROFESSEUR MAURICE ALLAIS

Grand-Croix de la Légion d'Honneur - Prix Nobel d'Economie
L'un des plus grands savants français actuels qui, par l'expérience, a démontré l'invalidité de la théorie de la Relativité d'Einstein !

Voir le site de la FONDATION MAURICE ALLAIS

Maurice ALLAIS - (au Who's Who in France depuis 1953) - La promotion du Nouvel An à l’ordre national de la Légion d’honneur récompense l’un de ses plus anciens membres. Maurice Allais – seul prix Nobel d’économie français – est en effet élevé à la dignité de Grand’Croix. Né à Paris de parents commerçants, il n’abordera l’économie qu’après de brillantes études d’ingénieur à Polytechnique et à l’Ecole des Mines. Commence alors une carrière d’enseignant et de chercheur qui durera près de 40 ans et qui sera couronnée par de nombreux prix, dont la médaille d’or du CNRS en 1978. Penseur parfois méconnu dans son propre pays, il a développé dans les années 50 ce qui est resté sous le nom de « paradoxe d’Allais » – la mise en évidence d’un paradoxe dans le domaine de la théorie de la décision. Tout au long de sa carrière, Maurice Allais n’a jamais cessé de réfléchir et de travailler à ses deux violons d’Ingres, la physique et l’histoire des civilisations. L'économiste, qui aura 100 ans l’année prochaine, est resté très actif et continue d'intervenir dans les débats. Il a notamment milité ces dernières années contre les excès de la mondialisation des échanges et s’est prononcé pour un protectionnisme raisonné et raisonnable. (D'après la Lettre du Who's Who).

------------------------- HOMMAGE AU PROFESSSEUR MAURICE ALLAIS -----------------------

Grand-Croix de la Légion d'Honneur
Prix Nobel d'Economie

Décédé le samedi 9 octobre 2010 à l'âge de 99 ans

Cérémonie religieuse Samedi 16 octobre 2010 à 10 heures en la cathédrale Saint-Louis des Invalides - Paris 7e

Voir l'ouvrage du professeur Maurice ALLAIS : L'ALGERIE D'EVIAN

HOMMAGE AU PROFESSEUR MAURICE ALLAIS

Le professeur Maurice ALLAIS est décédé samedi 9 octobre 2010 à son domicile à l'âge de 99 ans. Les Français d'Algérie perdent un de leurs plus fidèles défenseurs. Le professeur Maurice ALLAIS est, outre un des plus grands économistes et scientifiques contemporains, un citoyen français exemplaire qui n'a pas hésité, au risque de sa carrière et sa liberté, à dénoncer par une série d'articles dans le journal "Combat", dès le lendemain de la signature des "accords d'Evian" du 19 mars 1962, le "crime", le "véritable génocide commis au nom de la France à l'égard de la minorité française et musulmane pro-française d'Algérie" qui "a débouché sur un bain de sang, celui de dizaines de milliers de harkis".

Ce "crime d'Etat", aujourd'hui reconnu par des personnalités de toutes sensibilités, le professeur Maurice ALLAIS en a démontré scientifiquement les causes et les conséquences dans son ouvrage "L'Algérie d'Evian" paru en juillet 1962, réédité le 6 mars 1999 à l'occasion de l'hommage qui lui a été rendu solennellement par les harkis, les pieds-noirs et leurs amis au Pavillon Gabriel à Paris. Pour la première fois, un important extrait de la déclaration qu'il prononça lors de cette rencontre est présenté dans le film documentaire historique "Harkis, les sacrifiés" qui a été présenté le 25 septembre 2010 pour la 10e cérémonie en Hommage aux Harkis.

Penseur plus connu à l'étranger que dans son propre pays, tout au long de sa carrière Maurice Allais n’a jamais cessé de réfléchir et de travailler à ses deux violons d’Ingres, la physique et l’histoire des civilisations. L'économiste, qui aurait eu 100 ans le 31 mai 2011 (il était le plus ancien membre du Who's Who !), est resté très actif jusqu'à ces derniers mois. Sa dernière grande découverte scientifique, présentée lors d'un colloque à l'ancien siège de l'Ecole Polytechnique le 22 mai 2006, a été de démontrer l'exactitude des travaux de Dayton C.Miller sur la variation de la vitesse de la lumière dans différentes directions de l'espace, marquant ainsi "l'effondrement de la théorie de la relativité" prévu par Albert Einstein lui-même en cas de confirmation des résultats de Dr. Miller.

Jeune Pied-noir tient à rendre hommage à cet exceptionnel et grand Français courageux, libre, indépendant et non conformiste qui fait honneur à notre Pays et à son Histoire. Un exemple d'indépendance d'esprit et de rigueur intellectuelle qu'il apparaît indispensable de valoriser pour les générations actuelles et à venir.

Jeune Pied-Noir adresse à sa fille, à sa famille et ses proches ses sincères condoléances et ses reconnaissantes amitiés.

 

HOMMAGE RENDU AU PROFESSEUR MAURICE ALLAIS

Le 11 novembre 2010 sur la tombe du Colonel Jean-Bastien Thiry à Bourg-la-Reine (92)

Chère Hélène,

Vous m'avez aimablement demandé de rendre hommage aujourd'hui, en ce haut lieu de la mémoire des Français morts pour leur Patrie, au professeur Maurice Allais, prix Nobel d'économie, Grand-croix de la Légion d'Honneur, qui nous a quitté le samedi 9 octobre 2010.

La France a perdu avec lui, en effet, un de ses plus brillants scientifiques et économistes contemporains, et les Français d'Algérie et leurs Amis ont perdu un de leurs plus fidèles défenseurs.

Scientifique et penseur plus connu à l'étranger que dans son propre pays, le professeur Maurice Allais n'a jamais cessé, tout au long de sa carrière de réfléchir et de travailler à ses deux violons d'Ingres, la physique et l'histoire des civilisations. L'économiste et scientifique, qui aurait eu 100 ans le 31 mai 2011, est resté très actif jusqu'aux derniers mois de sa longue vie. Sa dernière grande découverte scientifique, présentée lors d'un colloque à l'ancien siège de l'Ecole Polytechnique le 22 mai 2006, a été de démontrer l'exactitude des travaux de Dayton C. Miller sur la variation de la vitesse de la lumière dans différentes directions de l'espace, marquant ainsi "l'effondrement de la théorie de la relativité" prévu par Albert Einstein, lui-même, en cas de confirmation des résultats de Dr. Miller. Il est aisé de comprendre, par ce seul exemple, les difficultés qu'il rencontra tout au long de sa vie de la part de la société officielle déconcertée et agacée par sa fascinante et lucide intelligence. Maurice Allais a toujours dit tout haut et fort ce qu'il pensait.

Et ce regard scientifique intransigeant, guidé la « vérité » dont, pour lui, "le seul critère de la vérité, c'est l'accord avec les données de l'expérience" , il le portait aussi sur le monde politique, n'hésitant pas, là aussi, à se faire beaucoup d'ennemis.

En 1962, il s'est élevé contre les "Accords d'Evian". Non pas parce qu'il était partisan de l'Algérie française, mais par ce qu'il considérait, d'un point de vue éthique, que la négociation avec le seul FLN était une violation de la démocratie. Son analyse scientifique du texte de ces accords le conduisit à constater qu'ils étaient illusoires et conduisaient au "génocide" des Français d'Algérie, Harkis et Pieds-noirs. Les faits, hélas, lui donnèrent raison tout en confirmant d'ailleurs la prévision de l'auteur de ce crime, le général De Gaulle, qui avait affirmé dans sa conférence de presse du 23 octobre 1958 : "Quelle hécatombe connaîtrait l'Algérie si nous étions assez stupides et assez lâches pour l'abandonner". C'est pourtant ce qui fit.

Au regard des Hommes, le professeur Maurice Allais restera ce citoyen français exemplaire qui n'a pas hésité, au risque de sa carrière et de sa liberté, à dénoncer dès avril 1962 par une série d'articles parus dans le journal "Combat", le "crime" , selon son propre terme, des "Accords d'Evian" du 19 mars 1962 , "véritable génocide commis au nom de la France à l'égard de la minorité française et musulmane pro-française d'Algérie" qui "a débouché sur un bain de sang, celui de dizaines de milliers de harkis et aussi de milliers de pieds-noirs et soldats français.

Le 22 février 1963, le professeur Maurice Allais publiait dans le journal "Combat" un article dans lequel, il écrivait : "Je ne vois pas, du point de vue de la pensée humaniste en général, et de la pensée chrétienne en particulier, quelle différence il y a lieu de faire entre la vie du général De Gaulle et la vie de l'un quelconque des milliers de harkis et musulmans pro-français qui sont morts sous d'horribles tortures, parce qu'ils ont été livrés désarmés à ceux qui étaient devenus leurs adversaires en raison de la politique française. " Et plus loin d'ajouter : "Je comprends et j'approuve ceux qui condamnent dans son principe l'attentat politique, mais je ne puis les suivre lorsqu'ils ne dénoncent pas, dans le même temps, comme une honte nationale et un crime contre l'humanité, l'abandon à une mort horrible de harkis, citoyens et soldats français, et lorsqu'ils ne proposent pas d'en rechercher et d'en poursuivre les responsables. "* . .. "Je ne puis, personnellement, reconnaître l'expression de la justice lorsqu'on traduit devant un tribunal d'exception, pour les faire condamner à mort, les auteurs de l'attentat du Petit-Clamart dans le même temps qu'aucune poursuite n'est intentée contre ceux dont les ordres ont abouti à faire fusiller à bout portant et dans le dos une foule désarmée d'hommes et de femmes, d'enfants et de vieillards, rue d'Isly, le 26 mars 1962, fusillade qui a fait au moins cents morts." Texte dont vous pouvez retrouver l'intégralité dans l'ouvrage "Présence de Jean Bastien-Thiry" édité par le Cercle.

Loin de s'arrêter à cet article, le 2 mars, le professeur Maurice Allais écrivait au Procureur général Gerthoffer, qui venait de plaider la "peine de mort" contre trois des auteurs de l'attentat du Petit-Clamart, dont le colonel Jean Bastien-Thiry, pour répondre à son "jugement quelque peu sommaire" concernant l'argumentation présentée dans "L'Algérie d'Evian", ouvrage cité par Jean Bastien-Thiry. Car, incontestablement, le polytechnicien Jean Bastien-Thiry avait trouvé dans les arguments de son ainé, le polytechnicien Maurice Allais, matière à justifier son action de solidarité envers les Français d'Algérie.

Premier des grands intellectuels français à avoir dénoncé le « crime d'Etat » des Accords d'Evian du 19 mars 1962, crime aujourd'hui reconnu par des personnalités de toutes sensibilités, le professeur Maurice Allais en a effectivement démontré scientifiquement les causes et les conséquences dans son ouvrage "L'Algérie d'Evian" paru en juillet 1962, et réédité le 6 mars 1999 pour l'hommage qui lui a été rendu solennellement par les harkis, les pieds-noirs et leurs amis au Pavillon Gabriel à Paris. Lors de la préparation de cet hommage, mon épouse et moi-même avons eu l'honneur de rencontré de nombreuses fois le professeur Maurice Allais. Il avait alors 88 ans. Ce qui était frappant chez lui, c'était sa jeunesse d'esprit, sa capacité écoute, sa modestie, son étonnante simplicité et sa grande disponibilité, alors qu'il poursuivait ses travaux scientifiques, pour nous aider à faire connaître la vérité sur le crime du 19 mars 1962. Cette volonté à faire connaître la vérité, il l'exprima fortement dans la déclaration qu'il prononça lors de cette rencontre, dont un importante extrait est présenté dans le film documentaire historique "Harkis, les sacrifiés" , réalisé pour la 10e cérémonie en Hommage aux Harkis du 25 septembre dernier.

Rendre hommage à cet exceptionnel et grand Français courageux, libre, indépendant et non conformiste qui fait honneur à notre Pays et à son Histoire, n'est-ce pas le devoir de mémoire de chaque citoyen Français ? Rendre cet hommage ici, en ce 11 novembre journée nationale en mémoire des morts pour la France - avec une pensée plus particulière pour les "morts de la France d'outre-mer" qu'avait donné à cette cérémonie Pierre Richard, notre regretté ami et premier président du Cercle Jean Bastien-Thiry – c'est associer ensemble tous les serviteurs de la France, des plus modestes aux plus brillants et aux plus héroïques.

La valorisation auprès des générations actuelles et à venir de leurs exemples de courage, d'indépendance d'esprit et rigueur intellectuelle apparaît plus que jamais indispensable. Si nous sommes tous les gardiens de leur mémoire, nous devons être, comme eux, les gardiens de cette valeur fondamentale de solidarité qui unit entre eux les hommes libres et qui est le gage de notre liberté future. La compréhension de notre passé doit avant tout servir les générations futures. Comme Maurice Allais, Jean Bastien-Thiry et beaucoup de ceux qui ont défendu la France, ne restons pas passifs face aux défis qui nous sont lancés. Le désespoir et le renoncement ne faisaient pas partie de leur univers.

Les mois à venir vont être de nouveau riches en occasion pour chacun d'entre nous de montrer notre capacité à dire cette "vérité" si chère à celles et ceux que nous honorons aujourd'hui. Les nouvelles générations comptent sur nous comme nous avons pu compter sur eux.

* textes soulignés par le professeur Maurice Allais.

Bernard Coll - Secrétaire général de Jeune Pied-Noir

JPN - BP4 - 91570 Bièvres

---------------------------- HOMMAGE AU COLONEL ANTOINE ARGOUD -----------------------------

LIVRES DISPONIBLES - ANTOINE ARGOUD

22 décembre 2008

JPN dispose de plusieurs exemplaires de l'ouvrage indispensable du Colonel Antoine ARGOUD

"La décadence, l'imposture et la tragédie" - Fayard - 1974

Prix : 20 € - Adhérent JPN : 15 € (port 5 €)

Voir le bon de commande à la rubrique LIVRES & DOCUMENTS JPN

------------------------------------------ HOMMAGE A M. René ATTARD ------------------------------------

 

 

LES FRANÇAIS RAPATRIES PERDENT UN AMI et UN DE LEURS GRANDS DEFENSEURS

le grand journaliste

René ATTARD

C'est avec une profonde tristesse que nous avons appris le décès de notre ami le grand journaliste René ATTARD, connu de tous les Français rapatriés pour sa rubrique dans L'AURORE et ses nombreux articles dans LE FIGARO et la presse rapatriée. Notre communauté perd un de ses plus actifs et brillants défenseurs.

Ses obsèques auront lieu :
le lundi 24 juin 2013 à 15 h15

en l'Eglise Saint-Louis de GARCHES (92)

Jeune Pied-Noir adresse à son épouse Collette, à ses enfants, parents et proches ses sincères condoléances

pour ce décès qui endeuille l'ensemble de la grande famille des Français rapatriés.

----------------------------------------- HOMMAGE A BOUSSAD AZNI -------------------------------------

La communauté des Français rapatriés perd un de ses plus éminents défenseurs
Hommage à notre ami Boussad AZNI

qui nous a quitté le vendredi 28 décembre 2012

Mise en ligne le 28 décembre 2012

Une cérémonie en hommage à Boussad AZNI aura lieu samedi 29 décembre 2012 à 11h au Camp de Bias (Haute-Garonne)

Jeune Pied-Noir s'associe au deuil qui vient de toucher la famille de notre ami Boussad AZNI et adresse à son épouse, ses enfants et ses proches et amis du Comité de Liaison des Harkis ses très sincères condoléances.

Photographie Jeune Pied-Noir (© - Droits réservés - mention obligatoire)

M. Boussad AZNI devant le Palais de Justice de PARIS en compagnie de Me Philippe REULET et Me Emmanuel ALTIT, les deux avocats de la plainte contre X pour crime contre l'humanité déposée le 30 août 2001 par les Harkis du Comité National de Liaison. Cette plainte fut suivie le 13 mars et 3 juillet 2002 de deux autres plainte contre X de 43 familles de disparus pieds-noirs qui ont permis de faire connaître aux Français la réalité des drames vécus par les Français d'Algérie après le crime d'Etat du 19 mars 1962.

****************

Boussad AZNI

UN OUVRAGE FONDAMENTAL SUR LE CRIME D'ETAT DU 19 MARS 1962

"HARKIS, CRIME D'ETAT, généalogie d'un abandon"

Achetez et diffusez ce livre qui apporte toutes les preuves du "crime d'Etat" du 19 mars 1962

Chez tous les bons libraires

**********

HOMMAGE A NOTRE AMI BOUSSAD AZNI

AUTHENTIQUE ET EFFICACE DEFENSEUR DE LA JUSTE CAUSE DES HARKIS

La communauté des Français rapatriés, Harkis, Pieds-noirs et Amis, vient de perdre l'un de ses plus éminents défenseurs qui depuis plusieurs années menait, avec la même détermination et le même courage que son combat contre l'injustice faite aux Harkis, un combat inégal contre la maladie. Ceux qui ont été à ses côtés durant les nombreuses actions exemplaires qu'il mena comme président du Comité National de Liaison des Harkis savent la contribution fondamentale de ses initiatives dans la reconnaissance de la réalité de l'abandon et du massacre des Harkis accomplis, sur ordre du général De Gaulle, par les gouvernements de Michel Debré et Georges Pompidou responsables du "crime d'Etat" du 19 mars 1962 du "crime contre l'Humanité" de 100.000 Français d'Algérie de toutes confessions Harkis, Pieds-noirs et Soldats français sacrifiés pour permettre l'indépendance de l'Algérie. Initiateur de la plainte contre X pour "crime contre l'Humanité" envers les Harkis déposée le 30 août 2001 à Paris qui eut un retentissement international, Boussad AZNI fut à la pointe du combat pour la reconnaissance de la Vérité historique dont l'aboutissement devait avoir lieu le 5 décembre 2007 avec l'annonce par les médias du respect par Nicolas SARKOZY de son engagement du 31 mars 2007 dont il avait été le principal animateur. Malheureusement, un engagement qui ne fut tenu par le Président Sarkozy que le 14 avril 2012 et que François HOLLANDE n'a pas encore honoré comme il s'y est lui-même engagé.

Toutes celles et ceux qui tiennent à honorer le combat et la mémoire de notre ami Boussad AZNI pour obtenir cette reconnaissance de la responsabilité de l'Etat français dans l'abandon et le massacre des Harkis auront à coeur de poursuivre son action tant que cette reconnaissance ne sera pas officialisée par une loi.

Boussad AZNI a relaté sa vie dans le camp de Bias et son combat pour la cause Harkis dans le livre "Harkis, généalogie d'un abandon" (Editions Ramsay, Paris 2002 et J'ai lu 2002), dans de nombreuses participations à des émissions de télévision, dont l'excellent documentaire de Mickaëla Gagnet "Harkis, le crime" (ARTE, 2002) et dans le DVD "Harkis, les sacrifiés" (JPN/ECPAD, 2010).

UN TEMOIGNAGE DE L'ACTION EXEMPLAIRE DE BOUSSAD AZNI

Retrouvez le combat de notre ami Boussad AZNI dans plusieurs de ses actions dans le DVD "Harkis, les Sacrifiés"

Prix de 10 euros port compris

JPN - BP 4 - 91570 Bièvres

HOMMAGE AUX HARKIS

M. Boussad AZNI

UN FILS DE HARKI CONSEILLER DU SECRETAIRE D'ETAT AUX ANCIENS COMBATTANTS

24 septembre 2007

Secrétariat d'Etat aux Anciens Combattants

M. Alain Marleix, nouveau Secrétaire d'Etat aux Anciens Combattants présente M.Boussad AZNI (Photo JPN © Droits réservés)

Lundi 24 septembre, devant les présidents d'associations harkis et pieds-noirs réunis au Secrétariat d'Etat aux Anciens Combattants, M. Alain Marleix, a présenté M.Boussad Azni, son nouveau conseiller au monde combattant, aux harkis et à la citoyenneté.

Jeune Pied-Noir adresse ses félicitations à M. Boussad Azni pour cette nomination méritée en espérant que d'autres membres compétents de la communauté Harkis/Pieds-noirs/Amis soient prochainement choisis pour des postes de responsabilité dans les ministères et les institutions oeuvrant pour la défense de la mémoire et des interêts moraux et matériels des Français d'Afrique du Nord et d'Outre-mer.

------------------------------ HOMMAGE AU COLONEL JEAN BASTIEN-THIRY--------------------------

Voir la page BASTIEN-THIRY

Voir la page BASTIEN-THIRY

AU FORUM N°3

Hommage a Jean de BREM

-------------------------------- HOMMAGE A Me ROLAND BLANQUER -------------------------------

La communauté des Français Rapatriés perd un de ses défenseurs
Hommage à Me Roland BLANQUER

Nous avons appris le décès jeudi 11 février de notre ami Me Roland BLANQUER, Président du Cercle des Anciennes Provinces Français d'Afrique du Nord - CAPFA, anciennement l'ALGERIENNE, et Président de l'Académie d'Outre-mer. Jeune Pied-Noir rend hommage à cet infatigable défenseur des Français d'Afrique du Nord et adresse à son épouse, Mme Anne-Marie BLANQUER, qui a toujours accompagné efficacement le combat de son époux, et à ses enfants ses sincères condoléances et ses dévouées amitiés. La Messe des obsèques a eu lieu le lundi 15 février à 11 heures en l'Eglise du Val de Grâce à Paris. Un faire-part paraîtra dans le Figaro du samedi 13 février 2010

-------------------- 25 janvier 2016 - Hommage au Cpt Guy Robert BRANCA -----------------

HOMMAGE A GRAND SOLDAT FRANCAIS

Le capitaine

Guy Robert BRANCA

Vendredi 12 février 2016

Eloge funèbre du Capitaine Guy Robert BRANCA

prononcé le lundi 1 er février 2016 lors des honneurs militaires rendus devant la cathédrale

d'Orange par le Capitaine Pierre MONTAGNON.

Tiaret (Algérie) 12 février 1926 / Orange 25 janvier 2016

Capitaine BRANCA

Mon Capitaine,

Voici venue cette heure que j'espérais ne jamais devoir vivre. Celle de vous dire au revoir.

Ah c'est une longue route commune qui s'achève aujourd'hui. Elle a débuté il y a 62 ans. Dans l'ambiance guerrière du dernier Camerone de Paix à Sidi Bel Abbès, où les pensées se tournaient vers ceux qui luttaient à Diên Biên Phu, vous fêtiez votre retour d'Indochine et votre affectation au 3ème BEP à Sétif.

Enfant de Tiaret en Oranie, né dans un milieu universitaire, vous aviez choisi le métier des armes. La Corniche Weygand au Lycée Bugeaud à Alger vous voit préparer Cyr.

Reçu en 1946, des soucis de santé vous retardent d'un an. Vous serez de la « Rhin et Danube 47-49 ». A la sortie de l'EAI, en tête de promo, vous choisissez la Légion. A bon ouvrier, bon outil. Vous ne serez pas déçu.

Première affectation. Le Keff en Tunisie, au 6ème REI, avec pour patron, le colonel Babonneau, personnage folklorique, Compagnon de la Libération. Vous retrouverez Babonneau à Sétif et Télergma 5 ans plus tard.

C'est le départ pour l'Indochine. Vous débarquez à Haïphong le 26 juin 1951 et vous êtes affecté au célèbre régiment du Tonkin, au III/5ème REI, bataillon en formation. En octobre 1952, le commandant Dufour, futur chef du 1er REP., en prendra le commandement. Vous vous ennuyez un peu à Tîen Yên, en bordure de la Mer de Chine, puis très vite le III/5 devient l'une des grandes unités d'intervention du Corps expéditionnaire. Avec lui vous êtes au Mont Bavi, sur le Day, dans le Delta. Toujours en octobre 1952 vous êtes aérotransporté à Na San. Vous allez être des gros combats de novembre décembre, à la tête de la 9ème compagnie. De ces engagements, vous tirez de riches enseignements sur la rasance des champs de tir et l'emploi des mines.

En 1953, vous êtes au Point d'Appui de la Plaine des Jarres, sur la Rivière Claire et le Delta.

Volontairement vous prolongez votre séjour de 6 mois et vous n'embarquez à Saïgon que le 5 janvier 1954.

Vous quittez l'Indochine avec la Légion d'Honneur, une blessure à la jambe gauche – 4 citations dont deux à l'ordre de l'armée, et la croix de la vaillance Vietnamienne.

Plus encore, vous pouvez arborer à titre personnel, la fourragère aux couleurs de la croix de guerre des T.O.E. C'est dire que vous étiez présent au corps lors des combats

qui ont valu à l'unité 2 citations à l'ordre de l'Armée.

De l'une de vos citations, il me semble encore entendre celui qui était à l'époque le Commandant Le Testu, présent lui aussi à Na San, dire : « Cette citation là, il ne l'avait pas volée ». Durant de longs moments vous aviez du ramper dans un champ de mines pour aller relever un légionnaire blessé. Il vous avait fallu neutraliser plusieurs mines pour vous ouvrir un chemin.

Ayant rejoint Sétif, le 18 septembre 1954, je vous retrouve peu après revenant d'El Outaya près de Biskra. Là, il suffit de vous observer pour apprendre le métier d'officier de Légion.

Le 1er novembre 1954 la guerre d'Algérie débute. Cette guerre vous allez l'entamer dans les rangs du 3ème BEP qui fin 1955 s'intègre au 2ème BEP pour devenir 2ème REP. Vous la mènerez trois ans comme chef de section – un métier à hauts risques - . Promu capitaine, le 1er avril 1958 vous prenez le commandement de la 2ème compagnie en août 1958.

Une belle compagnie cette 2ème Compagnie. Une palme au fanion obtenue à Ba Cum le 1er avril 1950 sous les ordres du lieutenant Cabiro. D'août 58 à avril 1960, j'aurai l'honneur d'y être votre adjoint.

En août 1960, vous passez la compagnie au capitaine Pouilloux et vous devenez chef d'Etat-major. Vous retrouverez la 2, Pouilloux et son adjoint blessés au Chélia le 2 décembre 1960, vous en reprenez le commandement durant quelques heures sur le terrain.

Cette guerre de chef de section et de commandant de compagnie vous apporte 7 citations dont 3 à l'ordre de l'Armée, la rosette d'officier de la Légion d'Honneur qui vous est remise par le général Gilles le 30 avril 59 à Souk-Ahras.

Votre première citation vous la méritez dans la chaleur estivale de l'Aurès en août 1955 – Devant la lourdeur des grandes opérations coups de marteau stériles, vous innovez. Au passage d'un fond de chabet vous sautez de votre GMC avec une poignée de légionnaires. Camouflés dans la broussaille vous attendez le client. Votre attente ne sera pas déçue.

Après vous hantez tous les hauts lieux du régiment : Aurès, Némentchas, Tébessa, Guelma, Souk-Ahras, la frontière Tunisienne, petite Kabylie...

Au cours de ces combats, toujours à l'avant, vous êtes blessé trois fois :

? le 18 décembre 1957 à l'Hamimat-Guerra touché par balle et éclat de grenades

? le 13 février 1960 dans les Ouled Askeur, secteur de Djidjelli.

Nous sommes atteints par la même balle qui, après avoir blessé mortellement le légionnaire Riedel me laboure le cuir chevelu et vous brise des dents.

Blessé à nouveau une semaine plus tard, toujours dans le même secteur des Ouled Askeur – Après une quinzaine de jours à l'hôpital, la blessure pourtant mal cicatrisée, la 2ème compagnie vous revoit.

Chef d'Etat-major à l'automne 1960, vous êtes la cheville ouvrière du régiment qui sur le terrain s'actionne en EMT commandés par le Commandant Cabiro, le capitaine Amet et parfois par vous même.

C'est l'heure où le chef de corps écrit dans vos notes « Personnifie l'élite des capitaines ».

Une belle carrière vous attend. Vous êtes de ceux promis à commander le régiment et à obtenir les étoiles.

Le « Clash » que nous attendions sans trop y croire surprend le régiment à Philippeville au matin du 22 avril 1961.

Nous partions en opération dans les Guerbes. Durant la journée les esprits s'échauffent et veulent s'engager. Vous maintenez l'unité du régiment qui entraîné par ses capitaines part pour Alger le 22 au soir, le Colonel s'étant retiré sous sa tente. Le plus ancien, le capitaine Amet se dévoue et prévient le Commandant Cabiro, Commandant en second, qui décide de suivre le mouvement. Cabiro et Amet nous rejoindrons à Sétif.

Après des heures chaudes à Maison-Blanche, c'est l'échec. Le pays, las de la guerre qui lui prend ses fils, a renoncé à l'Algérie Française.

Le 3 mai, nous sommes 5 à quitter définitivement le régiment. Cabiro, Amet, Devousges, vous et moi. Maison-Carrée, les Forts de Nogent et de l'Est, Fresnes nous attendent.

Le 21 juillet le verdict tombe Amet, Branca, Montagnon, un an de prison avec sursis. Le 22 août, nous sommes remis à l'Etat-civil en qualité de 2ème classe.

Pour vous, l'enfant de Tiaret fidèle à sa terre natale, rien n'est encore totalement perdu. Vous prenez les contacts voulus. Le 18 septembre, la Tramontane du SDECE parti de Persan Beaumont, nous ramène à Alger via Perpignan.

Une autre vie toujours consacrée à la défense de l'Algérie française s'annonce. Quelques jours après notre arrivée, le général Salan vous nomme Commandant du secteur d'Alger-Centre avec mission de défendre tous ceux qui veulent rester français.

Sans distinction d'origine. Vous l'avez rappelé lors de votre procès. Vos parents vous ont élevé avec pour frère Kaïd Ahmed qui se dresse aujourd'hui contre la France sous le nom de commandant Slimane.

La clandestinité use – La mort, l'arrestation guettent. Des camarades sont arrêtés, le Capitaine Le Pivain est abattu le 7 février 1962. Chaque jour l'horizon s'assombrit.

Début mars, devant les risques du moment et les incertitudes du lendemain, vous me déclarez : « J'ai rendu sa parole à ma fiancée ». La fiancée, Jocelyne – c'est vous. Evidemment vous n'en ferez rien et vous l'attendrez.

Dans la nuit du 27 au 28 mars, un train chauffé clandestinement par les C F A, nous conduit direction l'Ouarsenis. Et c'est là, à Aïn Sultane, petit village du Chéliff que nous allons nous séparer. Dans la Jeep du Capitaine Arfeux, en tenue de simple légionnaire, vous partez pour Sidi Bel Abbès où des concours sont annoncés. Il n'en sera rien et le maquis de l'Ouarsenis qui se voulait une poche française échouera.

De retour à Alger vous échappez par miracle à l'opération contre l'immeuble du Telemly au cours de laquelle est arrêté le Lieutenant Degueldre. Après quoi vous partez sur l'Oranie pour tenter de rallier d'ultimes bras.

Si le cœur dit oui, la raison dit que malheureusement la cause est perdue. Le bon accueil général qui vous est réservé n'est pas suivi d'effet. Vous échappez là encore par miracle à une embuscade du FLN, et au génocide du 5 juillet à Oran. Le 6 juillet en tenue d'officier de marine, vous quittez à jamais l'Algérie sur un bâtiment de la Royale.

Débarqué à Toulon, vous vous noyez dans la foule des rapatriés et après un bref séjour en Corse, une filière des Anciens du bataillon de choc de Roger Camous vous mènera en Afrique du Sud.

Là il vous faudra vivre. Vous trouvez emploi, modeste au départ, dans une filiale du Carbone Lorraine. En quelques années vous passerez de « sixième balayeur » à celui de Directeur. Témoignage de l'estime qui vous entoure, lorsque vous partirez, il vous sera donné votre voiture de fonction, une magnifique Mercedes blanche. Seul défaut son volant à droite.

Entre temps, Joselyne a pu vous rejoindre et vous avez pu vous marier. Par deux fois une première fois sous votre nom d'emprunt. Une seconde sous votre identité réelle après les mesures d'amnistie.

La retraite venue, vous plantez votre guitoune à Orange. Le soleil du midi vous rappelle un peu celui d'Algérie.

Avez-vous une retraite heureuse ? Je crains que non. Le passé vous suit par trop. L'Algérie, votre terre natale. L'Armée, votre Vocation. La Légion, le cadre où vous avez pu vous épanouir. Accroché à ce passé, vous êtes un fidèle des Anciens de la Corniche Weygand, des cérémonies militaires à Orange, à Aubagne à Calvi.

Vous n'oubliez rien. Chaque année le 6 juillet, le chrétien que vous êtes fait célébrer une messe au Barroux pour le Lieutenant Degueldre.

Peut-être vos satisfactions proviennent elles de votre cravate que le Père Casta vous remet à Calvi le 25 juillet 2004 et de la plaque de Grand-Officier de la légion d'Honneur reçu à Aubagne en juillet 2012.

Il vous a manqué quelques mois. La promotion proche vous aurait apporté le Grand Cordon, bien mérité avec 15 titres de guerre, 16 si l'on compte la croix de la Vaillance Vietnamienne (12 citations – 4 blessures).

Mais déjà la maladie vous frappait. A Aubagne, en juillet 2012 vous avez du faire grand effort pour rester digne et droit. Vous ne pouvez plus guère quitter votre domicile et il ne vous est plus possible chaque été de vous rendre à Bocagnano votre village corse. Heureusement Jocelyne veille sur vous mais, que d'heures douloureuses pour elle. Quelle soit, par ma voix, au nom de tous mes camarades, remerciée pour tout ce qu'elle a fait pour vous jusqu'au bout.

Capitaine Branca, vous étiez un soldat homme de courage, et un chef, homme d'autorité. Vous étiez aussi beaucoup plus. Homme de culture, passionné d'Histoire, vous ne cessiez d'enrichir vos connaissances. Vous possédiez une langue très pure avec un vocabulaire précis du sûrement à vos parents universitaires.

Votre imagination sans cesse en éveil recherchait constamment les meilleures solutions aux problèmes qui se posaient à vous. La 2ème compagnie partait toujours allégée dans une guerre qui se voulait très mobile. Vous aviez appris à vos cadres l'usage des mines, combien utiles pour les longues embuscades de nuit. L'hélicoptère était le moyen de transport que vous dominiez. Avec vous, que de posers d'assaut au plus près !

Votre intelligence vive vous permettait de voir loin. Il me souvient de ce jour, c'était avant avril 1960 où vous évoquiez déjà le moment où vous devriez défendre vos compatriotes par d'autres moyens.

Ah, certes, vous aviez parfois le contact difficile voire vindicatif – votre sang corse peut-être ?

Malheureux sergent que vous avez entendu un jour dire à ses légionnaires : « Allez rassemblez-vous, faites-moi plaisir ». Ce ne sont pas là ordres d'un chef. Mais derrière cette carapace parfois rugueuse et votre exigence de service, se cachait un homme de cœur, à grande chaleur humaine.

Sans doute aviez vous fait votre le précepte de Saint Exupéry : « Aimez ceux que vous commandez mais sans le leur dire ». Ceux-là vous le rendaient bien. Ils vous aimaient et vous admiraient, sachant que vous payiez de votre personne, toujours en tête à l'heure des assauts.

Ils connaissaient aussi votre Honnêteté profonde, préférant l'Honneur aux honneurs.

C'est fini. Vous allez nous manquer, oui vous allez nous manquer. Mais quel magnifique exemple d'honneur et de fidélité vous nous laissez.

Mes respects, mon Capitane.

Capitaine Pierre Montagnon

Tous nos remerciements à notre ami Roger SABOUREAU de Secours de France pour la communcation de cet hommage

------------------------------------ HOMMAGE A XAVIER CAMILLERAPP -------------------------------

La communauté des Harkis perd un de ses grands défenseurs
Hommage à notre ami Xavier CAMILLERAPP

qui nous a quitté le dimanche 6 janvier 2013

Mise en ligne le 10 janvier 2013

La cérémonie religieuse aura lieu en l'Eglise N-D de la Miséricorde à Mont Saint-Aignan (76130 Rouen)

http://egliseinfo.catholique.fr/lieu/76451_01#lieu:76/mont-saint-aignan/notre-dame-de-misericorde

LUNDI 14 JANVIER 2013 A 14 HEURES

Notre ami Xavier CAMILLERAPP s'est éteint à 94 ans, paisiblement dans la sérénité d'une vie au service des plus humbles des Harkis au sein de l'Association d'Aide aux Musulmans Français Repliés d'Algérie - A.M.F.R.A, qu'il a dirigée de façon continue durant 46 ans d'action discrète mais efficace. La communauté des Français rapatriés perd un très grand Ami et la France un très grand Français.

Les médias ne vous parleront pas du décès de Monsieur Xavier CAMILLERAPP qui durant 46 ans a été l'une des chevilles ouvrières d'une oeuvre humanitaire exceptionnelle en faveur de nos compatriotes harkis et de leurs enfants de la région de Rouen et de Normandie. Ancien élève de l'Ecole polytechnique, Ingénieur du Corps des Mines de Paris (élève du Professeur Maurice ALLAIS), Xavier CAMILLERAPP a été ingénieur, puis Président de la Société Industrielle d'appareillage et de lampes électriques de 1947 à 1981. Président d'honneur de l'Union régionale des groupements d'ingénieurs de la Haute-Normandie, Président honoraire de l'Union des aveugles de guerre et Président de l'Association d'Aide aux Musulmans Français Repliés d'Algérie jusqu'à 2008.

Avec Georges JASSERON (auteur de l’admirable livre « Les Harkis en France" – Ed. du Fuseau 1965) et aidés du jeune Claude BEBEAR, Xavier CAMILLERAPP, dès 1962, va inlassablement défendre nos compatriotes Harkis chassés de leur pays natal et laissés dans le dénuement le plus complet par un pouvoir politique parjure et indigne.
Xavier CAMILLERAPP est tout simplement un Français qui a fait son devoir de Français envers ses compatriotes dans le malheur. Un Juste que la Nation devrait honoré.

Pour que Xavier CAMILLERAPP ne soit pas un « oublié des Oubliés de l’Histoire », Jeune Pied-Noir vous invite à vous associer à la cérémonie d'adieu qui lui sera rendue en l'Eglise Notre-Dame de Miséricorde à Mont Saint-Aignan dans la banlieue de Rouen. Nous tenons à renouveler à sa famille et à ses amis notre témoignage de grande admiration et son profond respect pour l’œuvre qu’il a accomplie, aidé par son admirable épouse et tous les membres bénévoles de son association.

JPN invite toutes celles et ceux qui ont connu M. Xavier CAMILLERAPP, ou qui souhaiteraient s’associer par la pensée aux condoléances que nous adressons à son épouse, à ses enfants et à sa famille à nous envoyer un message par courriel ou nous contacter au 06 80 21 78 54. Nous transmettrons à Mme CAMILLERAPP et à ses enfants les messages reçus.

Vous pouvez aussi adresser directement un message d'amitié et de solidarité à Mme Xavier CAMILLERAPP
10, rue Louise de Bettignies - 76130 Mont Saint-Aignan

BIOGRAPHIE DE XAVIER CAMILLERAPP :http://www.annales.org/archives/x/camillerapp.html



HOMMAGE A XAVIER CAMILLERAPP ET A SON EPOUSE,
DEUX JUSTES AU SERVICE DE LA JUSTE CAUSE DES HARKIS.

------------------------------------------ HOMMAGE A JEAN CEPI --------------------------------------

HOMMAGE

A JEAN CEPI

M. Jean CEPI, Président de l'Amicale des rapatriés d'Antibes et organisateur, avec son épouse, du Salon des Artistes et Ecrivains Rapatriés d'Antibes-Juan les Pins à la suite de son père Norbert Cépi, créateur du Salon.

HOMMAGE A JEAN CEPI

le 12 août 2015, la communauté des Français raptriés a perdu un ardent défenseur de la culture et de l'identité "pied-noir'

Chers amis et amies,

Vous qui habitez si loin, vous ne devez pas être au courant du décès de M. Jean CEPI, Président de l'Amicale des rapatriés d'Antibes et organisateur du Salon des Rapatriés de la même ville, survenu le mercredi 12 Août.

Ses obsèques seront célébrées

Jeudi 20 Août 2015 à 10h30

en l'église du Sacré Coeur d'Antibes et seront suivies à 13h00 de la crémation au crématorium de Cannes.

Voici les coordonnées de sa famille – 17, Av Thiers – 06600 Antibes - Tél : 04.93.34.91.92 – cepijean@orange.fr

Il avait 77 ans et l'article de Nice-Matin le qualifie de “Gardien de la culture Pied-Noir” – C'est un beau compliment – C'était aussi quelqu'un de bien et il va nous manquer. Notre souhait le plus important c'est que le Salon d'Antibes lui survive.

Amicalement à vous tous – Et pour certains d'entre-vous, RDV à Barcarés - Roger LIBOUREL

Contact : mailto:libourel.roger@orange.fr

Jeune Pied-Noir adresse à Mme Jean Cépi et à sa famille et proches ses sincères condoléances et ses pensées les plus affectueuses et fraternelles.

---------------------------------- HOMMAGE AU COLONEL CHATEAU-JOBERT --------------------------

Le Colonel Pierre Chateau-Jobert,
héros de la deuxième guerre mondiale et des combats d'Indochine et d'Algérie,
nous a quitté le jeudi 29 décembre 2005.

Combattant exceptionnel, sa fidélité à ses engagements envers les Harkis et les Pieds-Noirs
le conduira à rejoindre la résistance à l'abandon de l'Algérie française.
Jeune Pied-Noir adresse à sa famille et à ses proches ses plus sincères condoléances et ses dévouées amitiés.

La cérémonie religieuse a eu lieu mardi 3 janvier en l'église de Sartilly dans la Manche.
Le colonel repose au cimetière de Morlaix.

Pour mieux connaître l'action du Colonel Pierre Chateau-Jobert consultez le site: http://www.salan.asso.fr/

---------------------------- HOMMAGE AU Lt COLONEL FERNAND COLL ---------------------------

REMERCIEMENTS

Les enfants, petits-enfants et arrières petits-enfants, profondément touchés des marques de sympathie que vous leur avez témoignées lors du décès de Monsieur Fernand COLL, vous adressent leurs sincères remerciements pour vos messages de condoléances, votre présence et vos envois de fleurs

Lt-Colonel Fernand COLL

Voir son témoignage sur FR3

Le Lt-Colonel (ER) Fernand COLL, né à Oran, de l'Artillerie de Marine, Officier dans l'Ordre de la Légion d'Honneur, Croix de guerre 39-45, Croix de guerre TOE avec palmes (4 citations dont 2 à l’ordre de l’Armée) est décédé le vendredi 16 juin 2006 à l’âge de 89 ans. Il était le père de Jean-Michel Coll, fondateur des Laboratoires Quinton International, et de Bernard Coll, secrétaire général de Jeune Pied-Noir.

Incorporé en 1938 au 2e Régiment d’Artillerie Coloniale, il vécu, comme beaucoup de ses compatriotes d'Afrique du Nord, 7 ans et demi de guerre au service de la France. Elève aspirant à l’Ecole militaire de Cherchell - promotion « Victoire de Tunisie » - en 1943, lieutenant en 1947, il fait parti des troupes de pacification à Madagascar et rallie plus de 4500 malgaches en mettant en œuvre la méthode Galliéni-Lyautey. Ce sera sa première citation à l’ordre de l’Armée. De 1952 à 1954, il sert en Indochine dans l’Artillerie coloniale. Puis en 1955 en France, en 1957 en AOF et en 1960 en Algérie à la Direction de l’Etat-major interarmées d’Alger, il est chargé d’assurer le soutien logistique des Centres d’expérimentations nucléaires sous les ordres du Général d’Armée aérienne Jean Thiry. Fin 1961, expulsé d’Algérie il est affecté en Allemagne au 8e RAMA. En 1963, il rejoint la DIRCEN, puis quitte l’Armée en 1965 pour entamer une deuxième carrière à la Direction des Applications militaires du C.E.A, effectuant de nombreuses missions et séjours en Polynésie française, jusqu’à sa retraite en juin 1980. Elu premier maire-adjoint de Châtillon en 1983, il occupe cette fonction jusqu’en 1995 tout en menant parallèlement, comme président, la section de Paris des Amis de la Polynésie française et celle du Cercle Algérianiste de Châtillon, et comme vice-président, celles de la Légion d’Honneur 92 et de l’UNC 92. Membre de Jeune Pied-Noir, il était jumelé à une famille de Harkis de Châtillon.

Considéré par ses Chefs comme un élément d'élite, complètement désintéressé, d'humeur égale et très agréable, il connaissant parfaitement par expérience, la psychologie humaine. Diplomate né, toujours prêt à affronter tous les problèmes quels qu'ils soient, il savait les résoudre dans le sens de l'intérêt général et du bien des personnes concernées. Depuis plusieurs années il se savait atteint du mal qui l'a emporté. C’est avec la même force de caractère qu’il a surmonté ses souffrances sans jamais se plaindre.

La cérémonie religieuse a été célébrée le jeudi 22 juin 2006 en l'Eglise Notre-Dame du Calvaire suivie de l'inhumation dans la sépulture de famille du cimetière communal de Châtillon (92).

------------------------------- HOMMAGE AU CDT DENOIX de SAINT-MARC -----------------------------

La France rend hommage à un homme d'honneur

Le Commandant Hélie DENOIX de SAINT-MARC est décédé le 26 août 2013.

Ses obsèques ont eu lieu vendredi 30 août en la cathédrale de Lyon (place Saint-Jean 69005) à 15 heures.

La messe sera célébrée par le cardinal Barbarin

Les honneurs militaires seront organisés par le gouverneur militaire de Lyon

L'ADIMAD, à laquelle appartenait le Commandant Hélie DENOIX de SAINT-MARC, a été représentée par son Vice-Président Jean FAVAREL

Le Cercle Algérianiste par son président Thierry Rolando et de nombreux responsables de Cercles régionaux.

Hommage au Commandant Hélie DENOIX de SAINT-MARC

par le Général CA Bruno DARY, Gouverneur Militaire de Paris.

Le général Bruno Dary, le commandant Hélie Denoix de Saint-Marc et son épouse lors de la réception dans les salons du Gouverneur militaire de Paris.

(photographie Jeune Pied-Noir - Droits réservés. Reproduction interdite sans autorisation)

Mon ancien, mon commandant, et, si vous le permettez en ce jour exceptionnel, mon cher Hélie ! Nous vivons à la fois une journée exceptionnelle et un moment paradoxal : qui d'entre nous en effet n'a pas lu un seul de vos livres, sans avoir eu, la dernière page tournée, un goût amer dans la gorge ? La guerre est toujours une tragédie et vos livres nous rappellent que l'histoire est souvent une tragédie ; ils m'ont ramené un siècle plus tôt, quand le capitaine de Borelli, officier de Légion, alors au Tonkin, écrivait à ses hommes qui sont morts :

Quant à savoir, si tout s'est passé de la sorte, Si vous n'êtes pas restés pour rien là-bas,

Si vous n'êtes pas morts pour une chose morte, Ô, mes pauvres amis, ne le demandez pas !

Et pourtant, aujourd'hui, il n'est pas besoin d'interroger tous les présents, pour affirmer que tous sans exception sont très heureux de vivre ici ce moment exceptionnel ; ils sont heureux pour notre pays, incarné par sa République et son Président qui vient de vous décorer ; ils sont heureux pour la France, qui montre aujourd'hui qu'elle sait à la fois pardonner et reconnaître chacun selon ses mérites ; ils sont heureux pour vous, pour l'honneur qui vous échoit, pour le témoin que vous êtes, pour les mystères que vous avez soulevés, pour le courage que vous avez toujours montré ! Alors, permettez-moi d'être leur porte-parole et d'essayer d'exprimer tout haut ce que beaucoup ressentent intérieurement. Je parlerai au nom de ceux qui vous entourent et de ceux qui auraient aimé être là ; je parlerai au nom de tous ceux qui vous ont précédé, ceux qui sont partis, au hasard d'un clair matin, dans les camps de concentration, dans les brumes des calcaires tonkinoises, ou sous le soleil écrasant d'Afrique du Nord. Comme je ne peux les citer tous, j'évoquerai simplement le nom des trois derniers, qui nous ont quittés récemment, le commandant Roger Faulques, héros de la RC4, le major Otto Wilhelm, qui eut l'honneur de porter la main du Capitaine Danjou en 2006 à Camerone, et puis, le caporal Goran Franjkovic, dernier légionnaire à être tombé au combat, voici 15 jours en Afghanistan

Parmi ceux qui se réjouissent aujourd'hui avec vous, je veux citer en premier lieu, les légionnaires, vos légionnaires, ceux d'hier qui ont marqué toute votre vie et ceux d'aujourd'hui qui étaient sur les rangs et sous les armes durant la cérémonie. Vous avez dit et écrit que vous aviez vécu avec eux, les heures les plus fulgurantes de votre vie ! Eh bien, ils sont tous là, les petits, les sans-grade,  les sans-nom, les oubliés de l'histoire ! Ceux dont les noms ne figureront jamais sur un monument aux morts ! Ceux qui montent à l'assaut sans hésitation, ceux qui se battent la peur au ventre, mais le courage dans le cœur, et ceux qui sont tombés sans un cri ! Ils ont bâti la gloire de la Légion et de notre armée avec leur peine, leur sueur et leur sang. Parmi eux, comment ne pas évoquer vos légionnaires du 1 e REP, ceux des champs de braise et des brûlures de l'histoire ,  ceux qui, une nuit d'avril 1961, vous ont suivi d'un bloc parce que vous étiez leur chef ! Quand j'exerçai le commandement de la Légion étrangère, nous avons évoqué plusieurs fois ensemble cette aventure, votre sentiment et votre peine à l'égard de la Légion d'avoir entraîné des soldats étrangers dans une affaire française ; car la Légion, elle aussi, a payé le prix fort ! Avec les légionnaires, figurent aussi leurs chefs, vos camarades, vos frères d'armes, ceux de tous les combats, ceux du 2 e BEP de Raffalli, du 1 e REP de Jeanpierre, et puis, Hamacek, Caillaud et votre cher et fidèle ami, le Cdt Morin, camarade de lycée et compagnon de déportation. Ils ont partagé vos joies, vos peines, vos craintes, vos angoisses, vos désillusions et vos espérances.

Sont heureux aujourd'hui, les jeunes officiers, ceux de la 4 e génération du feu, ceux qui ont longtemps monté la garde face au Pacte de Varsovie, puis, une fois la menace disparue, une fois la Guerre froide gagnée, sont repartis dans de nouvelles aventures, en opérations extérieures, imprégnés de vos écrits, de votre expérience, de vos interrogations, de vos encouragements et de vos messages d'espoir ; ils sont repartis dans des circonstances bien différentes, mais, comme vous, ils ont toujours cherché à servir de leur mieux, guidés par leur devoir et leur conscience!

Et puis, parmi ceux qui se réjouissent, il y a ceux qui, un jour dans leur vie, ont dit ‘‘non'', fatigués des scènes d'horreur, des années d'occupation et des humiliations répétées. Contre toute logique, contre l'air du temps, contre l'attrait du confort et la sécurité du lendemain, ils ont dit non, et ils ont assumé leur décision en mettant leur peau au bout de leur choix ; dans ce long cortège, Antigone a montré le chemin, d'autres ont suivi et habitent encore ici, dans l'aile opposée des Invalides, celle d'Occident ; ce sont les Compagnons de la Libération, vos frères d'armes de la 2 e Guerre Mondiale, venus de partout et de nulle part, et qui, comme vous ont dit non, quand ils ont vu la France envahie.

Se réjouit aujourd'hui avec vous la foule silencieuse de ceux qui ont connu la souffrance, dans leur corps, dans leur cœur ou leur âme ; il existe un lien mystérieux, invisible, profond, indélébile qui unit ceux qui ont souffert. La marque de la douleur vous confère cette qualité de savoir regarder la vie autrement, de relativiser les échecs, même importants, de rester conscients que tout bonheur est fragile, mais aussi de savoir apprécier les joies simples de la vie, le regard d'un enfant ou d'un petit-enfant, le sourire d'une femme, la fraternité d'armes des camarades, l'union des âmes des compagnons.

Vous rejoignent aujourd'hui dans l'honneur qui vous est rendu, ceux qui, comme vous, ont connu la prison, la prison qui prive de liberté, et surtout la prison qui humilie, isole, brise, rend fou, et détruit l'être dans le plus profond de son intimité ; comment ne pas évoquer ce mineur letton du camp de Langenstein, prisonnier anonyme et qui vous a sauvé la vie ? Entre eux aussi, il existe un lien mystérieux : je me souviens de ce jour de septembre 1995, lorsque je vous ai accueilli au 2 e REP à Calvi, je vous ai présenté le piquet d'honneur, et au cours de la revue, alors que vous veniez de vous entretenir avec plusieurs légionnaires, vous avez demandé, avec beaucoup de respect et de pudeur, à l'un d'eux : « Mais, si ce n'est pas indiscret, vous n'auriez pas connu la prison? »  Et, malgré son anonymat,  il vous répondit que c'était bien le cas…

Et puis, parmi la cohorte immense, il y a ceux qui croyaient au ciel, et ceux qui n'y croyaient pas , tous ceux qui ont été ébranlés dans leur foi et leurs certitudes, pour avoir vu, connu et vécu l'horreur ; ceux qui ont douté qu'il pût exister un Dieu d'amour, pour avoir hanté les camps de la mort, qu'il pût exister un Dieu de fidélité, pour avoir dû abandonner un village tonkinois, qui avait cru à votre parole,  ou qu'il pût exister un Dieu de miséricorde, pour avoir été victime de parjures.  Et pourtant, au soir de votre vie, vous restez persuadé que rien n'est inutile et que tout est donné, que si le passé est tragique, l'avenir est plein d'espoir, que si l'oubli peut envahir notre mémoire, le pardon ne pourra jamais assaillir notre cœur ; c'est ce que vous avez appelé : ‘‘ l'Aventure et l'Espérance''

M'en voudrez-vous beaucoup si, parmi ceux qui se réjouissent en ce jour, je parle aussi des femmes ? Celles que l'on évoque souvent dans nos chants de légionnaires, Eugénie, Anne-Marie, Véronika ; celles dont les prénoms ont servi à baptiser les collines de Dien-Bien-Phu ; celles qui ont toujours tenu une place particulière dans votre vie de combattant et d'homme de lettres ; celles dont la beauté et le charme ne vous ont jamais laissé indifférent. Je me permettrais d'évoquer la première d'entre elles, Manette, qui comme elle s'y était engagée devant Dieu et les hommes, vous a suivi pour le meilleur, mais aussi pour le pire. Elle et vos quatre filles furent à la peine ; il est bien normal qu'aujourd'hui elles soient à la joie !

Enfin et au dessus de tout, ceux qui se réjouiront sans doute le plus, même si leur pudeur ne le leur permet pas, ce sont les hommes d'honneur ! Car l'étoile qui vous a guidé dans toute votre vie, restera celle de l'honneur, puisque vous lui avez tout sacrifié, votre carrière, votre famille, votre renommée, votre avenir et vos lendemains ! Et aujourd'hui, cet honneur vous est officiellement reconnu, car la France, dans sa profonde tradition imprégnée de culture chrétienne, a su pardonner et même plus que cela, elle a reconnu votre sens de l'honneur. Avant de conclure, vous me permettrez de citer ce général, qui, au cours d'un des procès qui suivit la tragédie algérienne, déclara : ‘‘ Choisissant la discipline, j'ai également choisi de partager avec la Nation française la honte d'un abandon ! Et pour ceux, qui, n'ayant pu supporter cette honte, se sont révoltés contre elle, l'Histoire dira peut-être que leur crime est moins grand que le nôtre !'' . Aujourd'hui, 50 ans plus tard, à travers l'honneur qui vous est fait, il semble que l'Histoire soit sur le point de rendre son verdict !

Mon ancien, vous arrivez aujourd'hui au sommet de votre carrière, militaire et littéraire ; mais comme vous le dîtes souvent, vous êtes aussi au soir de votre vie, à l'heure où l'on voit les ombres s'allonger. Tous ceux qui sont là sont heureux d'être auprès de vous sur ce sommet ; et ce sommet n'est pas qu'une allégorie ! Ce sommet est bien concret ; permettrez-moi de l'imaginer en Corse : toutes vos sentinelles du soir sont là, autour de vous, admirant le soleil couchant ; comme partout en Corse, le paysage est sublime, le spectacle intense ; la nuit s'est répandue dans la vallée, le soir monte, et l'on voit s'éclairer peu à peu les villages et leurs églises, les cloches des troupeaux tintent dans le lointain, et l'on admire le soleil qui disparaît lentement derrière l'horizon dans le calme et la paix du soir. Il va bientôt faire nuit et chacun de ceux qui sont là, qui vous estiment et qui vous aiment, ont envie de fredonner cette rengaine, désormais entrée dans l'histoire : ‘‘ Non, rien de rien ! Non, je ne regrette rien !''

Jeune Pied-Noir adresse toutes ses félicitations au commandant Hélie DENOIX de SAINT-MARC et à sa famille ainsi que sa reconnaissance pour la défense de l'Algérie française et de la population des Français d'Algérie.

Information aimablement transmise par M. Gilbert SANDMAYER.

------------------------------------ HOMMAGE A PIERRE DESCAVES --------------------------------

Trois ans après : Pierre Descaves toujours présent !

Mise en ligne le 7 mai 2017

19 MARS 2014: LA VERITE SUR TELELIBERTES JOURNAL 19 H : Entretien de Martial BILD avec Pierre DESCAVES et Bernard COLL

Plus de 43.000 visites !

JT DU JEUDI 16 AVRIL 2014 :

21 AVRIL 1961 : LA REVOLTE DES GENERAUX SALAN, JOUHAUD, ZELLER et CHALLE

Voir aussi la biographie de Pierre DESCAVES sur Wikipédia

Son action contre

le 19 mars 1962

Pierre DESCAVES

Son action pour la loi "Vérité et Justice pour les Français rapatriés"

Pierre DESCAVES

En sa mémoire, nous devons obtenir la loi que Pierre Descaves a initiée.

 

Les livres de

Pierre DESCAVES

Une action continue au servce de la France et de l'Algérie française

 

13 MAI 2014 : HOMMAGE A PIERRE DESCAVES

Mise en ligne le 13 mai 2014

(Photo JPN, mention obligatoire - droits réservés)

Les amis de Pierre Descaves sont venus nombreux lui rendre hommage

(Photo JPN, mention obligatoire - droits réservés)

*************************

Dernier entretien de Pierre DESCAVES

à Politique Magazine N°129 Mai 2014

En sa mémoire, obtenons la loi "Vérité et Justice pour les Français rapatriés"

Politique Magazine - www.politiquemagazine.fr - Tel : 01 42 57 43 22

****************************

HOMMAGE A PIERRE DESCAVES

L'exemple d'une vie de combat pour l'Honneur et la Vérité

Notre ami, le Président Pierre DESCAVES nous a quitté le 7 mai 2014.

Mise en ligne le 7 mai 2014

Pierre Descaves lors de la conférence de presse du 19 mars 2013

Ses obsèques auront lieu

Mardi 13 mai 2014 à 10h15

en la Chapelle de l'Est du Cimetière du Père Lachaise

Division 55 - côté du monument d'Adolphe Thiers.

16 rue Repos - Paris 20e (Métro Philippe Auguste)

La messe sera célébrée par le père Jean-Claude ARGOUACH

(Ni fleurs ni couronnes)

Voir le carnet Figaro du samedi 10 mai 2014

Après une longue vie de combats, Pierre DESCAVES menait depuis plusieurs mois une difficile bataille contre la maladie. Ses proches et ses amis ont eu le plaisir de le retrouver toujours aussi combatif lors de la conférence de presse du 18 mars 2014 au Pavillon Elysée Lenôtre et à l'occasion de ses interventions sur Télélibertés du 19 mars et du 21 avril derniers. L'hommage que chacun peut désormais lui rendre est de contribuer à l'aboutissement de l'action qu'il avait entreprise en présidant la campagne nationale "Vérité et Justice pour les Français Rapatriés" avec comme objectif le vote d'une loi définitive de réparation pour tous les Français victimes de l'abandon de nos départements algériens et de la décolonisation. Une proposition de projet de loi pour laquelle il avait mis toutes ses compétences de juriste et son énergie de patriote, guidé par sa devise : "La vérité de l'Histoire avant la paix des Mémoires ". Une vérité pour laquelle il s'était toujours battu avec honneur et loyauté. Une Vérité qu'il nous appartient désormais, en sa mémoire, de faire reconnaître officiellement par la Nation.

Jeune Pied-Noir adresse ses sincères et fraternelles condoléances à sa famille et ses proches.

Biographie de Pierre DESCAVES sur Wikipédia, cliquez sur Pierre DESCAVES

---------------------------------------- HOMMAGE à Ahmed DJEBBOUR ----------------------------------

La communauté des Français Rapatriés perd un de ses défenseurs
Hommage au député Ahmed DJEBBOUR

Nous avons la tristesse de vous annoncer le décès, survenu lundi 27 juin, de M. Ahmed Djebbour, qui fut député « Algérie française » d'Alger dans la première législature de la Ve République, de 1958 à 1962. Né à Ténès le 24 juillet 1931, blessé par un attentat du FLN en juillet 1958, il est élu quelques mois plus tard député d'Alger, dans le cadre du collège unique d'électeurs, et fait partie du groupe "Unité de la République".

Défenseur du développement de l'Algérie et des droits des Algériens dans le cadre du maintien dans l'ensemble français, Ahmed Djebbour était un ardent partisan de l'Algérie française. Dans ses interventions à l'Assemblée nationale il a dénoncé la faiblesse du pouvoir face aux crimes du FLN alors que l'Etat pouvait, grâce à l'action des Harkis, réduire très facilement le terrorisme contre la population civile.

Après l'abandon de nos départements d'Algérie, Ahmed Djebbour a accompli sa carrière professionnelle au sein de la Compagnie d'assurances française pour le commerce extérieur (COFACE), en qualité de chargé des pays arabes, où sa connaissance de la langue et de la mentalités arabes était fort précieuse. Ahmed Djebbour a  défendu les anciens supplétifs de l'armée en créant le Front national des rapatriés français de confession islamique (FNRFCI) dont il a assumé la présidence jusqu'en 1974.

Ahmed Djebbour était le père de deux filles dont Soraya, qui fut élue au conseil régional d'Île de France en 1986.

Jeune Pied-Noir présente ses sincères condoléances à son épouse, ses enfants et à sa famille.

Les obsèques de M. Djebbour ont lieu jeudi 30 juin à 11h15, au carré musulman du cimetière de Thiais.

Information aimablement transmise par M. Didier BEOUTIS.

------------------------------------------ HOMMAGE A JEAN FERRE -----------------------------------------

Hommage à Jean FERRE, Président créateur de Radio Courtoisie

Les Français d'Afrique du Nord et d'Outre-mer viennent de perdre un ami des plus fidèles.

Jean Ferré nous a toujours accueilli avec une grande amitié dans son émission dès que l'actualité le demandait. Bien que très fatigué, il avait tenu à maintenir le 29 juillet dernier la rencontre que nous avions prévue pour préparer l'annonce aux auditeurs de Radio Courtoisie du programme "1830-2007: Hommage aux Français d'Afrique du Nord" et la sortie début 2007 du premier "Who's Who des Français d'Afrique du Nord" dans lequel il souhaitait ardemment figurer. Au cours de cet entretien amical, il évoqua longuement son engagement pour la défense de l'Algérie française qui le conduisit des geôles gaullistes à l'exil en Espagne. Des souvenirs dont certains appartiennent à l’Histoire de France.

Jean Ferré était un homme de conviction dont l'exemple restera pour les générations futures. Son oeuvre se poursuivra longtemps encore grâce à cette création exceptionnelle, fruit de sa compétence d’homme de communication et de son grand talent d’animateur : Radio Courtoisie.

Le plus bel hommage que nous pouvons lui rendre n'est-il pas de tout faire pour assurer le maintien et le rayonnement de cette radio libre - la seule radio vraiment libre de France - dans l'esprit d’intelligence et de courtoisie voulu par son créateur ? En sa mémoire, nous invitons tous ceux et toutes celles qui sont animés des mêmes sentiments que Jean Ferré à contribuer généreusement, plus que d'habitude encore, au financement de "sa" radio, qui est devenue désormais la leur, afin de lui donner la diffusion nationale qu’il appelait de tous ses vœux.

Ainsi le message du Pays réel de Jean Ferré touchera enfin tous les Français et tous les amis de la France et de sa culture.

Nous invitons nos amis à s'associer à la messe qui sera dite en sa mémoire, lundi 16 octobre à 15h15 en l'église Saint-Germain, à Saint-Germain-en-Laye. Jean Ferré reposera ensuite auprès des siens dans le caveau familial à Saint-Martin-la-Rivière.

Jeune Pied-Noir adresse à sa famille et à ses proches ses sincères condoléances.

Adrien BADARACCHI, Président de Jeune Pied-Noir

Taouès TITRAOUI, Maire-adjoint - Membre du Haut Conseil des Rapatriés

Responsable des Relations publiques de JPN

Bernard COLL, Secrétaire général de Jeune Pied-Noir

Radio Courtoisie ne vit que des cotisations libres de ses auditeurs !
POUR PLUS D'INFORMATION
http://radio-courtoisie.over-blog.com/

Voir aussi le rubrique : Médias

------------------------- Mardi 15 décembre 2015 - Hommage à Guy FORZY --------------------

 

Hommage

à

Guy FORZY

Guy FORZY, Délégué aux Rapatriés en 1995

Aauteur

d'un document exceptionnel

Un ouvrage indispensable pour comprendre l'action de De Gaulle en Algérie

"Ca aussi c'était De Gaulle"

de Guy FORZY

Guy FORZY lors d'une conférence sur son ouvrage "Ca aussi c'était De Gaulle" au Cercle Algérianiste de NICE.

Guy FORZY, délégué aux Rapatriés, reçoit Jeune Pied-Noir en 1995

 

 

 

Voir aussi les articles sur Guy FORZY via Google

Voir les images de la semaine des Barricades d'Alger en 1960

LES FRANÇAIS RAPATRIES PERDENT UN AMI ET UN DE LEURS GRANDS DEFENSEURS

Hommage à Guy FORZY

Jeudi 17 décembre 2015

Fleurance-Vialar Douar Beni Maida

Marie Claire Forzy née Meynier son épouse

Jean Baptiste Forzy (T)

Gilles Marie & Petra Forzy

Aimery Forzy & Sandrine Delcourt

Christilla Forzy & Jean Christophe Chabaud

Sophie & Henri Doussau de Bazignan

Edouard Forzy

Ses enfants

Adrien, Niels,Axel & Ludovic Forzy

Rosabelle, Quentin , Albane, Tiphaine,Solenne & Tristan Forzy

Augustin, Jeanne-Emilie, Mathias,Nicolas & Marie de Lassus

Jean Baptiste Pauline& Octave Doussau de Bazignan

Vincent, Isabelle, Raphael & Etienne Doussau de Bazignan

Achille Forzy

Ses Petits-enfants et son arrière petit fils

Amandine, Celia & Lucas, Marie & Valentine, Gaspar

En Union avec Patricia Forzy-de Montbel (T)

Christiane (T) et Bill (T) Hind et leurs enfants

Aimery Forzy & Hélène et leurs enfants

Hubert (T) & Marie Luce Forzy et leurs enfants

Ses frères et sœurs

Ont la tristesse de vous faire part du décès du Rappel à Dieu

Guy Forzy

Né le 17 Décembre 1925

Croix de Guerre 39/45

Commandeur de la Légion d'Honneur

Ancien Délégué InterMinistériel aux Rapatriés (1995-1997)

Survenu le 15 Décembre 2015

La cérémonie religieuse aura lieu 

le 19 Décembre 2015 à 11h 15  

en l'Eglise Saint Laurent de Fleurance (32)

Les messages de condoléances doivent être adressés à Mme Claire Forzy à Fleurance.

************

Un ami nous a quitté.

17 décembre 2015

Guy FORZY lors de l'inauguration de l'exposition « Hommage à l'Armée d'Afrique » à Igny (91) en 1995

(Photographie Jeune Pied-Noir. Droits réservés, mention obligatoire)

C'est avec une profonde tristesse que nous avons appris le décès de notre ami Guy FORZY. Les Français rapatriés perdent un de leurs défenseurs historiques. Avec le capitaine Marcel RONDA, Guy FORZY était aux côtés du député Pierre LAGAILLARDE lors de la révolte des Barricades d'Alger en janvier 1960. Après la rédition du camp retranché, il rejoindra le "Commando Alcazar", puis après l'exode de 1962, Guy FORZY animera de nombreuses actions fortes qui ont permis de faire avancer le "dossier" Rapatriés, comme, en 1975, l'occupation de la Cour des Comptes à Paris par 200 agriculteurs harkis et pieds-noirs. Délégué aux Rapatriés, il a toujours soutenu l'action de Jeune Pied-Noir, notamment en remettant en main propre au Président de la République Jacques CHIRAC le Message des Associations réunies au Sénat, le 22 septembre 1995, sous la présidence de l'ancien ministre Jacques AUGARDE, alors président du Comité de Liaison des Associations de Rapatriés. Il participa aussi à de nombreuses rencontres organisées par JPN et présenta son ouvrage "C'était aussi De Gaulle" lors d'un des colloques "Histoire et Mémoire" organisés au Sénat par notre association.

Jeune Pied-Noir adresse à son épouse, à ses enfants, à sa famille et à tous ses proches, ses très sincères condoléances, le témoignage de sa reconnaissance et de sa fraternelle solidarité. Avec nos fidèles et dévouées amitiés.

Pour Jeune Pied-Noir

Taouès TITRAOUI - Bernard COLL

------------------------------------ HOMMAGE A AMEDEE FROGER --------------------------------------

HOMMAGE

17 novembre 2008

Amédée FROGER

Il était 10 h. 15 du matin à Alger, le 28 décembre 1956, quand près de l'angle des rues Michelet et Altairac, Amédée Froger, 74 ans, grand mutilé de la guerre 14-18 et souffrant encore d'une récente et grave opération, s'écroula sous les balles d'un lâche terroriste. Cette mort rendit encore plus sombres les derniers jours d'une année particulièrement meurtrière. Le dynamique Maire de Boufarik « était au soir d'une vie toute entière vouée au bien public et à l'idéal d'une Algérie heureuse dans le sein d'une France rénovée et puissante. " (Général Massu). Son grand patriotisme, l'autorité acquise dans tous les milieux l'avaient désigné comme l'adversaire le plus intraitable de la rébellion.. Et pourtant, comme pour le Bachaga Aït Ali et quelques mois plus tard le bâtonnier Ali Chekkal, on s'était abstenu d'assurer la moindre protection officielle autour de sa personne.

Boufarik, « la Reine de la Mitidja », ville symbole de l'éclatante réussite des pionniers français, eut le rare privilège de posséder de grands maires qui d' un impénétrable marais inculte firent une cité joyeuse et moderne, vivante et laborieuse au milieu d' un verger odorant et fécond. Dans la série de ces remarquables édiles, qui débuta avec Borely La Sapie, le président Amédée Froger occupe une place éminente et inoubliable.
Né le 23 mai 1882 à Philippeville, Froger tout jeune licencié en Droit fut mobilisé dans les Zouaves. Il accomplit une guerre de 14-18 douloureuse mais brillante. Marqué dans sa chair par de terribles blessures reçues sur le front ennemi et décoré de la Croix de Guerre sur place, il s'avéra inapte pour l'Infanterie.


Froger décida de reprendre du service dans la 1° Aviation de combat (Nieuport) et se révéla comme un pilote d' une valeur exceptionnelle. Le 28 décembre 1915, son avion fut abattu entre Soissons et Paris. Il resta 3 mois dans le coma et fut reconnu comme invalide à 75 %. Il s'installa à Boufarik dès la fin des hostilités et fut élu au Conseil général de l'Arrondissement en décembre 1919. Il en deviendra le Président de 1937 à 1944. Ayant fait son entrée au Conseil Municipal en 1922, il succéda trois ans plus tard au maire, le docteur Péduran. Cette même année, il entra aux Délégations financières et au Palais Carnot, se spécialisant dans les problèmes de transports maritimes, très aigus à l'époque. Ses interventions sages et mesurées, et toujours très biens documentées firent
autorité.

En 1948, dès la création de l' Assemblée algérienne, Froger fut élu délégué de la 14 ° circonscription (Boufarik). Apprécié par ses collègues des deux assemblées pour son exquise bonté et la sûreté de ses jugements. Il fut élu à l'unanimité Président des Maires d'Algérie. II sera également, de longues années, vice-président de la Fédération des Maires de France. Dans sa commune, et bien avant que des lois en fixent les impératifs, Amédée Forger réalisa d'innombrables oeuvres sociales touchant aussi bien la Santé Publique que l'Habitat ou l'Éducation. Pour rendre hommage aux immenses sacrifices des générations passées, il contribua très activement à faire ériger le Monument au Génie colonisateur de la France. Par sa rectitude sans faille et son ardeur combative, Froger faisait l' orgueil des boufarikois. Son grand coeur et ses qualités altruistes firent converger vers lui, au fil des ans, des amitiés sans nombre. Véritable guide et chef digne de ce nom, Froger emportait l'estime de ses rares adversaires, séduits par sa simplicité et sa spontanéité.

Ce fin lettré qui n'avait de plus grande joie que la lecture des Classiques avait la poésie pour violon d'Ingres. Ce dernier penchant fut un levier pour son action et un refuge contre l'ingratitude. En effet, le paradoxe de son existence fut de passer aux yeux de certains pour le porte étendard d'une prétendue oligarchie terrienne; lui qui, d'un total désintéressement, ne posséda jamais d'autres biens que le trésor d'une vie familiale heureuse l'affection de ses très nombreux amis et les fruits de son labeur quotidien. Le président Froger était aussi un très brillant causeur dont les conversations riches d' anecdotes et de souvenirs littéraires marquaient les mémoires. Plus que tout, cet homme était attaché à sa terre natale. Ses ancêtres de Bretagne s'étaient installés en 1836.

Le 6 février 1956 agrippé aux grilles du Square Laferrière, houspillé par les forces de police d'un gouvernement d'abandon, il fut le premier à crier son amour pour la patrie bafouée en hurlant ce qui devint notre devise: " Algérie française!" Ses obsèques rassemblèrent une foule impressionnante, venue de tout le pays. Les terroristes respectèrent pas ce deuil: quatre bombes provocatrices explosèrent dans les églises du Sacré C?ur, de St-Vincent-de-Paul, de Ste-Marie-de-Mustapha et dans la Cathédrale, une cinquième, sournoisement dissimulée dans le cimetière de St-Eugène, ne put produire l'effet meurtrier escompté: l'interminable cortège ayant été ralenti tout au long du parcours, cette bombe éclata " trop tôt " !

Le meurtrier du président Froger fut arrêté, quelques semaines après son ignoble forfait, par les légionnaires parachutistes du colonel Jeanpierre. Condamné à mort, à une époque où on ne refusait pas d'appliquer une sanction sous prétexte d'ignorer le crime, il fut exécuté le 25 juillet 1957.

John FRANKLIN - Maison des Raptriés d'Aix-en-Provence

Information communiquée par Hervé CUESTA - Les Anciens des Tournants ROVIGO
herve.cuesta@free.fr - http://tournantsrovigo.free.fr - 04.93.47.90.66 - http://oran1962.free.fr

Voir aussi la rubrique EXPOSITIONS

-------------------------------------- HOMMAGE AU COLONEL GARDES ------------------------------------

18 Juillet 2000 : Décès du colonel Jean GARDES

Le Président Guy LAMARQUE et les membres du Conseil d'Administration de l'ADIMAD - c/o ACUF 24, rue Feydau 75002 Paris - ont l'immense regret de nous faire part du décès de leur camarade le colonel Jean GARDES, ancien Président de l'Association, survenu le mardi 18 juillet. Les obsèques ont eu lieu le lundi 24 juillet en l'Eglise Saint Thomas d'Aquin à Paris. Jeune Pied-Noir adresse ses sincères condoléances à la famille et les proches du colonel Gardes. Articles de presse : "Le Monde" du 22/7 - La lettre deVéritas N°46.

------------------------------------------ HOMMAGE A RAOUL GIRARDET ---------------------------------

A VENIR

Voir Raoul GIRARDET sur WIKIPEDIA

-------------------------------------- HOMMAGE A MICHEL GONNAUD ---------------------------------------

La communauté des Français Rapatriés se souvient de ses défenseurs
En mémoire de Michel GONNAUD

26 août 2013

HOMMAGE AUX PIEDS-NOIRS

A UN COMBATTANT DU MAQUIS DE L'OUARSENIS ET DE L'ALGERIE FRANCAISE

M. Michel GONNAUD

qui nous a quitté le 9 juin 2013

1963, détention en France au camp de Thol : de gauche à droite : SINTES Robert, GONNAUD Michel, ANCEY jean pierre, BATALLER Serge

Extrait du site http://encyclopedie-afn.org/ALGERIE_POLITIQUE_O.A.S._CAMP_DE_THOL_PHOTOS

Sans le soutien de Michel Gonnaud il n'y aurait pas eu le « LIVRE DES HARKIS » (JPN, 1991). C'est en effet grâce à ses conseils et avec l'aide de sa société Médémo, ainsi qu'à celui de sa fille Caroline et de son amie Danièle qui en a réalisé la saisie informatique, que cet ouvrage a pu paraître. A l'occasion du 25 e anniversaire de l'exode, Michel Gonnaud avait réalisé et édité un livre sur l'Algérie française pour laquelle, comme combattant, il avait risqué de nombreuses fois sa vie. Cet ouvrage « 25 ans après : le guide du souvenir » (Médémo, 1987) reste une des références sur notre province perdue. Ce ne sont que deux faits parmi bien d'autres de son inlassable activité pour la défense de notre Histoire et de notre Mémoire. Adieu Michel, nous savons que tu seras bien accueilli au paradis des hommes d'honneur.

Jeune Pied-Noir adresse à son épouse Claudine, à ses filles Caroline et Sophie, à son petit - fils Julien ,

à ses proches ses sincères et fraternelles condoléances

Les messages de sympathie en mémoire de notre ami peuvent être adressés

à Jeune Pied-Noir qui les retransmettra à sa famille

------------------------------------------- HOMMAGE AUX HARKIS -------------------------------------------

HOMMAGE

22 janvier 2009

Nous avons appris le décès de Mme Leila MAIZIA, fille de Harki, décédé à l'âge de 48 ans. Mme MAIZIA, très active auprès des enfants du hameau de forestage du Logis d'Anne, près de Jouques (13),

Ses obsèques ont eu lieu le samedi 17 janvier 2008 au cimetière des Jouques.

JPN adresse à sa famille, à ses enfants et ses proches sa profonde émotion, ses sincères et fraternelles condoléances ainsi que sa reconnaissance pour son dévouement et son oeuvre pour les enfants de Harkis..

Information communiquée par Mme Taouès Titraoui

 

HOMMAGE

23 janvier 2009

Nous avons appris le decès de M.Haffit HAMCHAOUI, ancien des forces de police auxilaires de Paris

Ses obsèques ont eu lieu lundi 19 janvier 2008 à 11 heures au cimetière des Lisses (EVRY).

Mesdames et Messieurs les Présidents d'associations et portes drapeaux, nous sommes réunis aujourd'hui pour accompagner notre très cher Président, ami et frère d'arme, Monsieur Haffit HAMCHAOUI à sa dernière demeure.

Monsieur HAMCHAOUI est né le 26 Mars 1941 à BOUGIE en Algérie, dès l'âge de 18 ans, il s'est engagé dans l'armée Française au 1/570 Régiment d'infanterie en Février 1959, il a quitté l'armée en décembre 1960 pour rentrer dans la Force de Police Auxiliaire à Paris le mois de Janvier 1961, au 1er Juillet 1962, il fut intégré dans la Police Nationale où il a fait carrière jusqu'à son départ à la retraite en 1996 avec le grade de brigadier chef.

Monsieur HAMCHAOUI a été vice Président de notre Amicale pendant une dizaine d'années puis Président durant 4 ans, il était aussi vice Président de l'Union Nationale des Harkis, vice président de la commission des suivies à la Préfecture de Paris, membre du conseil à l'Office National des Anciens Combattants et Victimes de Guerre à Paris. Il est titulaire de plusieurs décorations dont: la Médaille Militaire, Médaille de l'ordre National de Mérite, de la Croix de la Valeur Militaire, de la Médaille de Combattant Volontaire, Médaille d'Anciens Combattants, Médaille d'honneur de la Police Nationale et la Médaille Commémorative d'Algérie.

Monsieur Haffit HAMCHAOUI était un grand militant pour la cause Harkie, il aimait aider les autres, il rendait aux adhérents énormément de services, il était toujours disponible au service de ses compagnons de la Force de Police Auxiliaire. Notre conseil d'administration, les membres du bureau et les adhérents sont accablés par le décès de l'ami et président de notre association. Il a servi la France avec fidélité et dévouement.

Les membres du conseil d'administration présentent à sa famille leurs sincères condoléances en leur souhaitant beaucoup de courage pour ce moment très difficile.

Ahmed GOUDJII - Président d'Honneur

JPN adresse à son épouse, à ses enfants, à sa famille et ses proches sa profonde reconnaissance ainsi que ses sincères et fraternelles condoléances.

Information communiquée par Gilles Bonnier et Ahmed GOUDJII

------------------------------------ HOMMAGE A JOSEPH HATTAB-PACHA --------------------------------

Une grande personnalité de l'Algérie française nous a quitté

Joseph HATTAB-PACHA

Joseph HATTAB-PACHA était le dernier descendant du Dey Hussein

Jeudi 22 octobre 2009

MARSEILLE - 12 mai 2008 - Conférence de presse. Une partie du Collectif du 13 mai 1958 en présence de la presse. De gauche à droite : le journaliste de Libération, Jocelyne Perez, Serge Domenech, Joseph Hattab-Pacha, Mme Viviane Ezagouri, André Loré, Alain Martin, Mme Simone Gautier, Kader Hamiche, Jean-Paul Spina, (photo JPN - Bernard Coll - Mention obligatoire - Droits réservés)

Une messe sera dite en sa mémoire à Nîmes-Coubresac

Dimanche 25 octobre, à 11 heures au Sanctuaire de SANTA-CRUZ

Contact : Antoine CANDELA

CSCO : Maison Diocésaine 6 rue Salomon Reinach 30000 NIMES
Téléphone: 04 66 26 33 42 ou 04 66 36 24 24 FAX:04 66 21 67 56
e-mail: mailto:marie-pierre.nourry@wanadoo.fr

Né à Alger le 5 février 1935, ardent patriote, condamné à mort par le FLN, il a été gravement blessé lors d'une tentative d'assassinat - une balle lui a été tirée à bout portant dans la nuque - qui le laissa pour mort et fut sauvé par miracle. Il participa activement aux événements du Forum à Alger en mai 1958. Maire de la Casbah d'Alger, Conseiller Général et dernier Président du Conseil Municipal d'Alger, il s'est élevé avec force contre la trahison gaulliste, ce qui lui a valu tortures et emprisonnement. Président du Comité VERITAS depuis 1994, il a fait résonner la vérité historique devant tous les politiques et toutes les autorités de l'Etat sans jamais être poursuivi, ni même démenti. Les Français d'Algérie perdent un de ses plus ardents défenseurs, passionné et infatigable lutteur pour la défense de la vérité historique, Joseph Hattab-Pacha, participait à toutes les grandes manifestations communautaires. Sa dépouille mortelle sera exposée au Funérarium Municipal, 380 A rue Saint Pierre à Marseille où ses compatriotes et amis pourront lui rendre un hommage à partir de vendredi 23 octobre.

Une messe sera dite en sa mémoire à laquelle sont conviés tous ceux qui veulent lui rendre un dernier hommage

Samedi 24 octobre, à 14 heures 30, à l’Abbaye Saint-Victor

Abbaye Saint-Victor – 3, rue de l’Abbaye – 13007 Marseille – 04 96 11 22 60

Venez nombreux rendre hommage à ce courageux et déterminé défenseur des Français d'Algérie.

Jeune Pied-Noir adresse à ses parents et proches ses sincères condoléances.

--------------------------------------- HOMMAGE AU Gl Edmond JOUHAUD ---------------------------------

A VENIR

Voir Gl Edmond JOUHAUD sur WIKIPEDIA

------------------------------------- HOMMAGE A NICOLAS KAYANAKIS ---------------------------------

La communauté des Français Rapatriés se souvient de ses défenseurs
Messe en mémoire de Nicolas KAYANAKIS

30 septembre 2010

mercredi 6 octobre 2010à 18h30

en l'église Saint-Germain l'Auxerrois, Paris 1er

à l'intention de Nicolas Kayanakis, rappelé à Dieu il y a deux ans.

De la part de sa famille et des ses amis.

voir sa biographie sur Wikipédia Nicolas Kayanakis

http://www.kayanakis.blogspot.com/

Merci de diffuser cette information à vos proches et amis.

UNE MESSE SERA CELEBREE EN MEMOIRE DE
Nicolas KAYANAKIS

rappelé à Dieu il y a un an
Le mardi 6 octobre 2009 à 10 heures
en l'Eglise Saint-Germain de l'Auxerrois - PARIS - 1er

HOMMAGE A UN AMI

mercredi 7 octobre 2008

Nicolas KAYANAKIS nous a quittés
Croix de la Valeur Militaire,
Docteur ès lettres,

Le 6 octobre 2008.

La messe de funérailles sera célébrée

le vendredi 10 octobre 2008,
à 11h00, en l'église Saint Germain de l'Auxerrois,
2 place du Louvre (Paris Ier),
suivie de l'inhumation au cimetière de Saclas (Essonne) -
Beaulieu 91690 Saclas

*****

Notre ami, Nicolas Kayannakis vient de nous quitter, au terme d'une 'longue maladie'... comme on dit.. Nous n'oublierons pas son rôle essentiel à la renaissance des Etudiants d'Action Française, aux premiers combats de l'Algérie Française, aux engagements dans l'O.A.S., ses engagements courageux, vigoureux et virils, Nous n'oublierons pas ses participations aux premiers camps Maxime réal del Sarte, avant que ceux - ci ne deviennent l'Université d'Eté de l'Action Française, Dès le début, il y avait croisé, connu, apprécié nos représentants étudiants de l'Algérie Française. Nous n'oublierons pas sa présence chaque fois qu'il a pu avoir l'occasion d'âgir pour ramener l'Action Française dans la droite ligne des méthodes et conclusions de ses véritables fondateurs, Nous n'oublierons pas son rôle essentiel dans la formation des Jeunes de l'Action Française à la réflexion stratégique, cette exigence de Stratégie qu'il a si vigoureusement portée politiquement et professionnellement! Nous avons apprécié ses présences et encouragements tant que la santé lui en a laissé la disponibilité.

Soyons nombreux à venir le manifester, vendredi 10 à 11 h.00 à Saint Germain l'Auxerrois, Soyons nombreux à venir le dire à son épouse, mais aussi à ses enfants, anciens eux aussi de l'Université d'Eté de l'Action Française, Soyons nombreux à venir les remercier de l'avoir entouré, soutenu jusqu'au bout et de lui avoir été fidèles ... Là haut, il a retrouvé ses vieux compagnons de combat, Pierre Sergent, Jean Marc Varaut, Pierre Boutang, et tant d'autres qui savaient ce que veut dire l'engagement! -
Bertrand LAMBERT

**************

Jeune Pied-Noir tient à s'associer à cet hommage à un homme de valeur et de courage qui a toujours été fidèle à ses engagements, et plus particulièrement envers les Harkis dont il avait apprécié les qualités militaires et humaines durant la guerre d'Algérie. Une fidélité qui lui vaudra d'être arrêté à Dax en septembre 1961, puis de nouveau à Paris en mai 1962, après son évasion de décembre 1961. Condamné à 10 ans de détention criminelle, il fera le "tour" des prisons françaises : la Santé, Fresnes, Toul, les Beaumettes, l'Ile de Ré... où séjourneront jusqu'en 1968 plusieurs milliers de Français qui n'avaient pas voulu renier leurs engagements envers les Français d'Algérie. Les Harkis et les Pieds-noirs, leurs doivent une reconnaissance éternelle - Bernard COLL, secrétaire général de JPN.

Nous adressons à son épouse, à ses enfants et parents, à ses proches notre profonde reconnaissance ainsi que nos sincères et fraternelles condoléances.

*********************************************************************************************************

UN OUVRAGE QUE TOUT JEUNE FRANCAIS DOIT LIRE

---------------------------------------- HOMMAGE A SALAH KERBADOU ----------------------------------

HOMMAGE A SALAH KERBADOU

26 août 2013

Salah KERBADOU

La communauté des Français rapatriés a eu la tristesse d'apprendre hier le décès du capitaine Mohamed MANSOURI, un fidèle et actif défenseur de nos compatriotes Harkis et Pieds-noirs. Nous vous invitons à vous rendre nombreux à son enterrement qui aura lieu :

HOMMAGE AUX HARKIS

LES FRANÇAIS RAPATRIES PERDENT UN AMI et UN DE LEURS FIDELES DEFENSEURS

M. Salah KERBADOU

Officier de la Légion d'Honneur, Médaille militaire, Président de l'Union Nationale des Harkis (UNH),

Membre du Haut Conseil des Rapatriés et de l'Union National des Combattants (UNC)

C'est avec une profonde tristesse que nous avons appris le décès de notre ami et collègue du Haut Conseil des Rapatriés. Notre communauté perd un de ses dévoués et fidèles défenseurs.

Ses obsèques auront lieu :
le Mardi 27 Août 2013 à 14h45

Au cimetière de Tremblay-les-Gonesses (93)

Jeune Pied-Noir adresse à son épouse, à ses enfants, parents et proches ses sincères condoléances

pour ce décès qui endeuille l'ensemble de la grande famille des Français rapatriés.

Les messages de condoléances et de sympathie en mémoire de notre ami peuvent être adressés

au Président de l'UNC SEVRAN – M. Pierre Fleury, pierre.fleury@unc-sevran.com

JPN adresse à son épouse, à ses enfants, à sa famille et ses proches, ainsi qu'à la communauté Harkie et à l'association ARACAN "Les Harkis au service de la France" qu'il présidait, sa profonde reconnaissance ainsi que ses sincères et fraternelles condoléances.

----------------------------------------- HOMMAGE A Mme LACHEROY -------------------------------------

Hommage à une grande dame de l'Algérie française

Jeudi 22 octobre 2009

Mme Chantal LACHEROY

épouse du Colonel LACHEROY

Le Conte et la Contesse Xavier de BARDIES MONTFA

Mme DARDAINE, Mme DUNOYER de SEGONZAC

sonfrère, sa belle-soeur et ses soeurs, neveux et nièces

ont la douleur de vous faire part du rappel à Dieu de

Madame Charles LACHEROY, née de BARDIES MONTFA.

Une cérémonie religieuse a eu lieu jeudi 22 octobre, à 15H30, en l'église de Montjoie (Ariège)

Une messe sera célébrée à une date ultérieure à l'Abbaye à Jouques, 13490.

------------------------------------------ HOMMAGE A GUY LAMARQUE --------------------------------------

HOMMAGE AUX FRANCAIS D'ALGERIE

Hommage à Guy Lamarque

(Samedi 19 janvier 2008)

Guy LAMARQUE, ancien président de l'ADIMAD, nous a quittés. Ses obsèques ont été célébrées le mercredi 23 janvier à 10h en l'Eglise paroissiale de La Celle-Saint-Cloud. Unissez-vous par la prière.

-------------------- 20 février 2016 - Hommage à Mme Jeanine de la Hogue -----------------

20 février 2016 - Hommage à Mme Jeanine de la Hogue

Jeanine de la Hogue

dont les obsèques ont eu lieu

jeudi 25 février 2016 à 15h 30

en l'Eglise Notre-Dame de l'Arche d'Alliance

81, rue d'Alleray - 75015 Paris

Mise en ligne le 22 février 2016

Une grande Française, fière de sa province d'origine, l'Algérie française, vient de nous quitter. Née Turin à Aïn-Temouchent en 1921, elle avait avec son père magistrat, parcouru l'Algérie et ses villes, notamment Tizi-Ouzou, Bougie, Constantine, Batna et naturellement Alger. Son mariage en 1941 lui avait permis de découvrir le Maroc, Dakar et la France. La guerre terminée, de retour à Alger, elle s'investit dans les oeuvres sociales du Secours catholique, pour les sans emplois, les prisonniers et les malades. Après l'exode forcé de 1962, Jeanine de La Hogue travaille dans différents emplois chez Flammarion, Tallandier puis comme journaliste à Atlas. Elle devient ensuite rédactrice en chef et directrice artistique de Sciences et Vie, du Journal de l'année chez Grolier et de l'Encyclopédie Focus chez Bordas. Elle a témoigné de son parcours dans l'ouvrage d'Alain Vincenot "Les pieds-noirs, les bernés de l'Histoire" ( Ed. L'Archipel, 2014)

Jusqu'au dernier moment, comme Pierre Descaves, Gabriel Mène et bien d'autres de la première génération de "rapatriés", Jeanine de La Hogue a mené un inlassable combat pour que la vérité soit dite et reconnue sur l'oeuvre de la France en Afrique du Nord. Responsable déterminée et active, elle crée et préside durant de longues années le Centre de Documentation sur l'Algérie C.D.H.A, puis elle se consacre avec la même détermination à Mémoire d'Afrique du Nord (M.A.N.) dont elle a assuré, entourée d'une équipe compétente et fidèle, jusqu'à la fin la publication de la revue " Mémoire plurielle " qui est désormais sur Internet.

Ecrivain de talent, Jeanine de La Hogue s'est d'abord attachée à faire connaître l'oeuvre des autres avant de promouvoir ses propres ouvrages qui sont pourtant indispensables à tous ceux qui désirent faire connaître et défendre l'oeuvre de la France en l'Afrique du Nord. Les livres " Mémoire écrite de l'Algérie depuis 1950 " ( écrit avec Simone Nerbonne), et " Des chemins et des hommes " (ouvrage collectif avec Anne-Marie Briat, André. Appel et Marc Baroli) constituent des sources inépuisables pour comprendre la fabuleuse épopée littéraire et humaine française au Maghreb.

Membre du Haut Conseil des Rapatriés, adhérente et soutien de nombreuses associations, toujours solidaire et disponible pour aider les autres, Jeanine de la Hogue laisse l'image d'une femme d'une grande humanité, courageuse et efficace. Comme beaucoup d'autres associations, Jeune Pied-Noir a bénéficié de son aide désintéressée et fraternelle. Qu'elle en soit ici modestement remerciée.

Jeanine de la Hogue est un exemple qui honore notre communauté. Elle a aussi, comme ses ancêtres, montré le chemin à suivre.

Jeune Pied-Noir adresse ses sincères condoléances à son époux, Jean de La Hogue, à ses enfants et ses proches, ainsi qu'à toute l' équipe qui va poursuivre, avec le même souci de sauvegarder de notre Mémoire, l'oeuvre si bien menée par leur présidente. Une équipe que nous vous encourageons à soutenir en souvenir de Jeanine de La Hogue notre regrettée amie.

Taouès Titraoui, membre du Haut Conseil des Rapatriés

Bernard Coll, secrétaire général de Jeune Pied-Noir.

Pour adresser un message à l'Association Mémoire d'Afrique du Nord
Siège social : 119, rue de l'Ouest 75014 Paris - Tel : + 33 (0)1 45 42 78 75

----------------------------------------------- HOMMAGE A LA LEGION -----------------------------------------

Présentée sur Radio Courtoisie dans l'émission de Roger SABOUREAU

La Légion Etrangère

L'HONNEUR D'UN RÉGIMENT

Le 1er REP de Zéralda au Fort de Nogent

Avril-mai-juin 1961

Date de la parution : mai 2011

Format du livre : 30 cm x 30 cm

Reliure : COFFRET CD + DVD + BROCHURE

Coffret 50e anniversaire

http://www.italiques.com/

• 1 CD de 45 mn • 1 DVD de 60 mn • L'album-souvenir illustré du 1er REP • Prix public : 39 euros en version normale ; 59 euros en version Collectionneur (La version Collectionneur contient en plus le CD « Les Inédits du Fort de Nogent »). Frais de port : 6 euros (envoi express sécurisé)

C'est un document rarissime que les Éditions Italiques offrent aux amateurs d'histoire et à tous les admirateurs de la Légion étrangère en publiant aujourd'hui, pour le 50e anniversaire de la dissolution du 1er REP, ce coffret justement baptisé L'HONNEUR D'UN REGIMENT.

On y trouve d'abord, réunie sur un CD, l'intégrale du 33-tours « Chants d'Honneur et de Fidélité » enregistré clandestinement en 1961 par les officiers du 1er REP pendant leur détention au Fort de Nogent après l'échec du putsch d'Alger, un disque légendaire tiré à 300 exemplaires pour les proches du Régiment, que les collectionneurs s'arrachent à prix d'or.

Après une dédicace au commandant de Saint-Marc dite par le lieutenant Henry Lobel, qui avait eu l'idée de cet enregistrement et l'avait réalisé au nez et à la barbe des autorités en détournant le matériel du service d'action psychologique du Fort de Nogent, et une imitation du général de Gaulle improvisée par un capitaine facétieux, on y entend les dix plus beaux chants de tradition de la Légion, enregistrés par un chœur improbable et éphémère d'officiers aux arrêts de forteresse qui comptait parmi ses rangs l'élite de l'Armée française : Le Boudin, Contre les Viets (chant du 1er REP), La Légion marche (chant du 2e REP), Légionnaires du 1er REP, Chant du 1er REC, Képis blancs, En Algérie, Westerwald, Ich hat einen Kameraden, En Afrique.

Après le célébrissime Je ne regrette rien qui prenait, en ces circonstances et avec les paroles frondeuses inventées par les officiers détenus, un sens auquel Piaf n'avait pas pensé, le CD se termine par une poignante lecture du poème À mes hommes qui sont morts, dédié par le capitaine de Borelli à tous les Képis Blancs tombés pour la France, que le sous-lieutenant Henry Lobel avait enregistrée sur le vif en 1958 au cours d'une émouvante veillée Camerone à Sidi Bel Abbès.

Contrairement aux rares copies pirates de ce disque d'anthologie qui circulaient jusque-là et qui n'étaient que des repiquages de vieux 33-tours assourdis et rayés, ce CD a été pressé à partir des bandes magnétiques originales haute-fidélité que le lieutenant Lobel avait précieusement conservées dans ses archives. Ici, la qualité du son est donc parfaite – et même, grâce au numérique, meilleure que celle d'un disque neuf de l'époque !

À ce CD événement s'ajoutent deux bonus inédits :

• L'album-souvenir du 1er R.E.P. qui n'avait pu être publié à l'époque par Henry Lobel, et qui voit enfin le jour 50 ans après la dissolution du Régiment

• un DVD de près d'une heure, contenant une interview dans laquelle le lieutenant Henry Lobel dévoile les coulisses de la production de son disque culte, la dédicace supprimée au dernier moment pour ne pas mettre en péril les officiers entrés dans la clandestinité, et un film inédit, tourné en 16 mm par l'épouse d'un des officiers, qui montre pour la première fois le 1er REP quittant le camp de Zéralda – un document exclusif pieusement préservé par Henry Lobel depuis très exactement 50 ans, et qui justifie à lui seul l'achat de ce coffret historique, au sens le plus fort du terme.

Pour quelques euros de plus (20 très exactement…), l'édition Collectionneur du coffret contient en outre un second CD qui rassemble les interviews et les documents sonores glanés par le lieutenant Lobel dans les couloirs du Fort de Nogent, ainsi que les chants plus intimes (et souvent gaillards, voire paillards) enregistrés à cette occasion : n'ayant pu trouver place sur le 33-tours, ces authentiques pépites sonores qui n'avaient jamais été entendues depuis constituent un « must » pour les fanas Légion… Une édition limitée, numérotée de 1 à 300, sera par ailleurs réservée aux premiers acheteurs selon leur ordre d'arrivée.

Pour réserver votre exemplaire du Coffret Anniversaire L'HONNEUR D'UN RÉGIMENT qui paraîtra courant mai 2011, envoyez sans attendre votre commande par courrier simple, accompagnée de votre règlement par chèque à notre ordre (frais de port forfaitaires de 6 euros pour un envoi express sécurisé quel que soit le nombre de coffrets ou et livres commandés).

Important : nous ne remettrons les chèques à l'encaissement qu'à l'expédition des coffrets. La souscription n'est donc pas possible sur notre site Internet, puisque le règlement par carte bancaire ne peut être différé.

------------------------------------------ HOMMAGE A ANDRE LORE ------------------------------------------

La communauté des Français Rapatriés perd un de ses défenseurs
Hommage à André LORE

André Loré à Nice le 18 juin 2011 lors de la manifestation Harkis/Pieds-noirs contre

l'inauguration de la statue De Gaulle par Christian Estrosi, député-maire de Nice.

(Photo Hervé Cuesta - Reproduction interdite sans autorisation - Droits réservés)

Andre Loré nous a quitté dans la nuit du 4 juillet. Il était né en 1936 en Tunisie. Ancien combattant d'Algérie, président de plusieurs associations patriotiques, il était de tous les combats depuis des décennies. Sa combativité était un exemple.

Il fut l'âme de la grande manifestation du 13 mai 2008 à Marseille et de la Motion qui fut adressé au Président de la République ce jour-là depuis la Préfecture de Marseille. Cette manifestation restera dans l'Histoire de la communauté des Français rapatriés car elle a été à l'origine de la campagne "2008-2012 : VERITE et JUSTICE pour LES FRANCAIS RAPATRIES".

Le 18 juin dernier, il était en grande forme pour manifester lors de l'inauguration de la statue De Gaulle à Nice. Hier soir il avait encore plein de projets en tête. La communauté des Français d'AFN perd un de ses meilleurs défenseurs. Mais son exemple est une invitation aux jeunes à venir poursuivre son combat pour que VERITE e JUSTICE soient enfin obtenues.

Jeune Pied-Noir et ses nombreux amis et admirateurs présentent à son épouse Dany et à toute sa famille leurs plus sincères condoléances.

La bénédiction aura lieu jeudi 7 juillet à 11 heures en la Cathédrale Notre-Dame de Nice

Remerciements à Hervé Cuesta

------------------------------------ 12 mai 2015 : HOMMAGE AU MAL LYAUTEY ------------------------------

HOMMAGE AU MAL LYAUTEY

PARIS

Mardi 12 mai 2015 à 11 heures

Dépôt de gerbes au tombeau du Maréchal sous le Dôme des Invalides

Allocutions et gerbes à la Statue du Maréchal, Place Denys Cochin

Hommage au Maréchal Lyautey - Ass Nationale Mal Lyautey - mailto:chateau-lyautey@wanadoo.fr - Tel / 03 83 25 12 12

Voir sa biographie sur Wikipédia : Mal Hubert LYAUTEY

-------------------------- 2 décembre 2015 - Hommage à Georges MELEO ----------------------

JEUNE PIED-NOIR PERD UN DE SES PREMIERS ADHERENTS

Hommage à Georges MELEO

Samedi 19 décembre 2015

C'est avec une très grande tristesse que nous apprenons le décès de M. Georges MELEO survenu le 2 décembre 2015. Conformément à ses souhaits, une cérémonie de crémation a eu lieu le samedi 5 décembre dans la plus stricte intimité. M. Georges MELEO a été l'un des premiers adhérents de Jeune Pied-Noir que nous avions eu l'occasion de rencontrer lors de nos réunions sur Paris lorsqu'il résidait dans la région. Nous savions combien il était attaché à l'Algérie et au souvenir de son père mort pour la France en 1914-18, dont le Monument aux Morts de Souk-Ahras, qui portait son nom, a mystérieusement disparu lors de son transfert en France. Il avait beaucoup travaillé pour résoudre cette énigme qui reste toujours sans réponse malgré nos interventions communes auprès du ministre Hamlaoui Mekachera, lui-même de Souk-Ahras. M. Georges MELEO participait activement au combat commun pour que Vérité et Justice soient rendues à toutes celles et ceux qui ont bâti et défendu l'Algérie française. En sa mémoire Jeune Pied-Noir adresse à sa famille et ses proches ses très sincères condoléances ainsi que ses fraternelles pensées.

Pour Jeune Pied-Noir

Taouès TITRAOUI - Bernard COLL

---------------------------- 28 novembre 2015 - Hommage à Gabriel MENE ----------------------

LES FRANÇAIS RAPATRIES PERDENT UN AMI ET UN DE LEURS GRANDS DEFENSEURS

Hommage au président Gabriel Mène

Dimanche 29 novembre 2015

Mme Chantal Mène, son épouse, ses enfants et ses petits enfants

ont la douleur de vous faire part du décès, survenu le 28 novembre 2015, de

M. Gabriel Mène

Ses obsèques religieuses auront lieu à SOLLIES PONT (83210)

le mercredi 2 décembre à 15h

à l'Eglise Saint-Jean Basptiste de Solliès-Pont

La bénédiction sera suivie de l'inhumation au cimetière du Pradet

"Les durs réalités de la vie vous rappellent sans cesse au devoir, même dans certains occasions où nous souhaiterions pas qu'il le fasse. Mais il y a des joies et des peines que nous ne pouvons pas garder et qu'il faut partager avec tous les membres de notre grande famille USDIFRA." Gabriel Mène.

Les messages de condoléances doivent être adressés à la famille de Gabriel Mène - 1191 Les Renaudes 83210 - SOLLIES - PONT.

************

Un ami nous a quitté.

Samedi 28 novembre 2015

C'est avec une profonde tristesse que nous avons appris le décès de notre ami le président Gabriel Mène le samedi 28 novembre 2015. La communauté des Français rapatriés vient de perdre un de ses plus anciens, de ses plus ardents, de ses plus combatifs et efficaces défenseurs. Depuis le début de notre combat commun, à aucun moment nous ne l'avons vu fléchir malgré les dures épreuves personnelles qu'il connaissait. La communauté des Français rapatriés lui doit un très grand hommage. En sa mémoire il appartient à chacun de nous de mener à terme son combat, celui d'obtenir une légitime reconnaissance et une juste réparation des préjudices moraux et matériels subis par tous les Français « rapatriés ». Jeune Pied-Noir adresse à son épouse, à ses enfants, à sa famille, à tous ses proches et nombreux amis, comme aux adhérents de l'USDIFRA, ses très sincères condoléances, le témoignage de sa reconnaissance et de sa fraternelle solidarité. Avec nos fidèles et dévouées amitiés.

Pour Jeune Pied-Noir

Taouès TITRAOUI - Bernard COLL

-------------------------------------- HOMMAGE A ALAIN MIMOUN ---------------------------------------

LES FRANÇAIS RAPATRIES PERDENT UNE DE LEURS GRANDES PERSONNALITES

le grand sportif et patriote français

Alain MIMOUN

C'est avec une profonde tristesse que nous avons appris le décès de notre ami Alain MIMOUN, connu de tous les Français ses exploits sportifs

et sa passion de la France. Notre communauté perd un de ses plus belles personnalités.

Ses obsèques auront lieu :
le mardi 9 juillet 2013 à 15 h15

en l'Eglise de BURGEAT (Corrèze)

Jeune Pied-Noir adresse à sa filles, ses parents et proches ses sincères condoléances

pour ce décès qui endeuille l'ensemble de la grande famille des Français rapatriés.

---------------------------------------------- HOMMAGE AUX HARKIS -----------------------------------------

HOMMAGE

16 janvier 2009

Capitaine Mohamed MANSOURI

La communauté des Français rapatriés a eu la tristesse d'apprendre hier le décès du capitaine Mohamed MANSOURI, un fidèle et actif défenseur de nos compatriotes Harkis et Pieds-noirs. Nous vous invitons à vous rendre nombreux à son enterrement qui aura lieu :

Lundi 19 janvier 2009 au cimetière de VILLENEUVE (04)

JPN adresse à son épouse, à ses enfants, à sa famille et ses proches, ainsi qu'à la communauté Harkie et à l'association ARACAN "Les Harkis au service de la France" qu'il présidait, sa profonde reconnaissance ainsi que ses sincères et fraternelles condoléances.

-------------------------------------------------- HOMMAGE A L'ABBE MOLIN -----------------------------------------------

Hommage à l'Abbé MOLIN
Aumonier émérite du Val-de-Grâce

L’abbé Pierre Molin est décédé, jeudi dernier à l’hôpital du Val-de-Grâce.

La messe d’enterrement aura lieu en
la Chapelle du Val de Grâce
Paris - VIe arrondissement

Lundi 7 décembre 2009 à 15 heures

De la part de SECOURS de FRANCE
et de tous ses nombreux amis.

Secours de France - 29, rue de Sablonville - 92200 Neuilly - Tél 01 46 37 55 13

-------------------------------------------- HOMMAGE A JACQUES PERRET -------------------------------

Nous vous invitons à découvrir le site en hommage à ce très grand écrivain français son article sur

"Nos chers rapatriés"

http://www.jacques-perret.com/index.php?sujet_id=2024&com=open

--------------------------------- HOMMAGE A Mme CLAUDE RAYMOND ------------------------------

LES FRANÇAIS RAPATRIES PERDENT UNE AMIE et UN DE LEURS MEILLEURS DEFENSEURS

Nous avons appris hier le décès de notre amie

Mme Claude Raymond,

présidente des Amitiés Oraniennes et de l'Echo de l'Oranie.

Ses obsèques auront lieu :
le lundi 25 mars 2013 à 16 heures

en l'Eglise Saint-Louis de Hyères (83400)
Ses enfants souhaitent une cérémonie la plus sobre possible,
sans drapeaux, sans abondance de fleurs.
Son seul souhait est d'être accompagnée du Chant des Africains.

La vie est ainsi faite, la cérémonie aura lieu en l'église Saint-Louis (les Oranais y verront un
symbole) le 25 mars, 51 ans jour pour jour après l'arrestation

de Claude et du Général Jouhaud au Panoramic à Oran.

Jeune Pied-Noir adresse ses sincères condoléances à sa famille et ses proches

ainsi qu'aux responsables et adhérents des Amitiés Oraniennes et de l'Echo de l'Oranie

pour ce décès qui endeuille l'ensemble de la communauté des Français rapatriés.


Merci à Gabriel Mène, J-F Collin et Lionel Vivès-Diaz pour leurs informations permettant ce modeste hommage.

------------------ 2011 : HOMMAGE AUX GENERAUX DU PUTSCH D'AVRIL 1961 -------------------

HOMMAGE AUX GENERAUX DE LA REVOLTE D'AVRIL 1961

18 avril - Mise à jour le 25/4/2011 - Reportage à venir

GRAND SUCCES DU DEPOT DE GERBES A LA STELE DES RAPATRIES

Une foule nombreuse présente pour le dépôt de gerbes. Un grand merci à André Loré et Michèle Soler.

(Photo Raphäl Pastor - Droits réservés, reproduction interdite sans autorisation)

CONTACTS : André Loré, Comité patriotique, et Michèle Soler, Cercle Algérianiste de NICE

Contact : Hervé CUESTA - 04.93.47.90.66 - herve.cuesta@bbox.fr

http://tournantsrovigo.free.fr - http://oran1962.free.fr

Voir aussi le site de Jean-Pierre ERNST
www.radiorpni.com - www.television-pieds-noirs.com - Tel : 03 80 48 01 85 - 06 73 11 50 35

Voir aussi les autres articles via Google

*****************************************************************************************

ET DE LA REUNION A NICE LE SAMEDI 23 AVRIL 2011

HOTEL WESTMINSTER, 27 Promenade des Anglais à Nice

Le dépôt de gerbes à 11 heures Square Alsace-Lorraine à Nice

Une salle comble. Un grand merci aux organisateurs.

(Photo J-L Granier - BEO - Droits réservés, reproduction interdite sans autorisation)

23 avril 2011 - Les 50 ans du putsch d'Alger du 23 avril 1961 à Nice - Avec dépôt de gerbes devant la stèle des Rapatriés, au jardin Alsace-Lorraine. Une table ronde est annoncée pour l'après-midi De 14 heures à 18 heures à la Maison du Séminaire, 29, bd Franck-Pilatte. Elle réunira des acteurs de cette « rébellion » et d'anciens membres de l'OAS, parmi lesquels Gaby Anglade, ancien membre des commandos Delta et actuel adjoint aux Rapatriés à Cagnes-sur-Mer, Pierre Descaves, à l'origine de la naissance de l'OAS en métropole, Roger Holeindre, écrivain, le Dr Jean-Claude Pérez, adjoint de Raoul Salan.

De gauche à droite  : Gaby Anglade, Jean-Claude Perez, Pierre Descaves, Roger Holeindre, Jean François Collin, Serge Jourdes.

(Photo J-L Granier - BEO - Droits réservés, reproduction interdite sans autorisation)

********************

SUCCES DE LA REUNION A NICE LE SAMEDI 23 AVRIL 2011

HOTEL WESTMINSTER, 27 Promenade des Anglais à Nice

************************* DEUX COMPTES RENDUS DE CES RENCONTRES *****************************

France, Avril 1961 - Avril 2011 : le square de la Honte ?

Comment qualifier l'affront fait aux Pieds-Noirs niçois en interdisant une cérémonie au square Alsace-Lorraine, lieu symbolique de nos dépôts de gerbes le 26 mars et le 5 juillet de chaque année. Cette fois, alors qu'il s'agissait du simple dépôt d'une gerbe par André Lore président du Comité d'Action Patriotique, Michèle Soler Présidente du Cercle Algérianiste de Nice et des Alpes Maritimes et de ce grand défenseur de notre vie de « là-bas », j'ai nommé Hervé Cuesta, nous voilà, ce 23 avril 2011, devant les portes du square Alsace-Lorraine fermées ! Une affiche indique « Fermeture pour raison de sécurité » Nous faisons peur ! Nous sommes les « ultras ».Un comble lorsque l'on sait que dans un premier temps cette cérémonie était acceptée par la Mairie… Est-ce à dire qu'il n'y a pas de coordinations et de suivi dans les bureaux de la cité ? La ville est-elle à ce point si mal gérée ?

Ce qui m'a fait honte, a fait honte aux nombreux participants de cette cérémonie, peut-être plus de trois cent personnes, c'est cet espace interdit ! Pourtant quel était le but de ce rassemblement ? Commémorer le putsch d'Alger du 21 avril 1961. Rappeler que des militaires et des civils espéraient attirer l'attention du pouvoir gaullien sur la pacification acquise de l'Algérie et que, si solution il y avait, ce n'était pas celle de De Gaulle : brader la province française d'Algérie au profit des terroristes du FLN, sans concertation avec les Français de ce territoire et les partis politiques arabes, différents du FLN meurtrier.

Au nom d'un pouvoir UMP en place, qui renie nos valeurs et notre patriotisme ; au nom d'un grand orient de France qui s'est élevé contre notre cérémonie dans les colonnes de Nice-Matin ; au nom de quelques socialo-communisants trouvant encore leur pitance dans le stalinisme défunt et de quelques faux pieds-noirs (?) progressistes, tirant d'obédiences radicales et libérales les arguments qui nous ont perdu entre 1954 et 1962, l'Etat français, par ses représentants locaux, nous interdisait l'entrée du square !

Du putsch des généraux au 19 mars qui marqua l'effritement de notre honneur de Français, les partis politiques et leurs alliés de l'ombre, avec l'UMP, adoubent dans les villes, quartiers, des places, rues, ou jardins, et s'opposent à l'histoire en acceptant cette triste horrible date des accords d'Evian. Celle du début des grands massacres en Algérie : le bled, rue d'Isly à Alger puis Oran. Et ce 23 avril, cinquante ans après, par la puissance d'un pouvoir politique qui s'émiette, notre cérémonie était annulée !

Quel camouflet à ces hommes d'honneur du 21 avril 1961. Quelle gifle aux femmes, aux hommes qui étaient là, pour cette cérémonie de Nice ! Face à nous ce jour là, cinquante années après notre fin de « là-bas », un cordon de police pour nous couper la route !

Alors, je me demande comment nos hommes politiques actuels, maire, responsables des lois comme le préfet ou le positionnement d'un évêque, bien pire en ce temps ou des chrétiens sont assassinés dans les pays musulmans ; comment tous ces personnages d'une époque triste, irresponsable, complexée, atteinte de la maladie de la victimisation qui nous rend esclave de l'étranger et de ses exigences, voient notre avenir ? Comment cette Nation, cette France où nos anciens des colonies ont perdu leur vie pour la sauver des désastres des guerres et que nous avions appris à aimer… comment elle sera demain ?

Le 23 avril 2011 finalement, les autorités locales se sont inclinés face à notre volonté a surmonté l'obstacle de la bêtise humaine:

LA GERBE A ETE DEPOSEE AU SQUARE ALSACE-LORRAINE.

L'après-midi, à l'hôtel Westminster, c'est une salle bondée, toujours sous l'initiative des responsables de cette journée, en partenariat avec le Clan-R, Veritas, et le RNFAA et sous la présidence de Pierre Descaves qu'une table ronde attendue, a débuté.

Elle nous a permis de revivre avril 1961 et d'apprendre quelques bribes de ces événements que nous ignorions de la préparation du putsch : son organisation ; le refus du général Challe de faire participer les unités Territoriales, des civils pourtant prêts à s'engager pour ce qui était une victoire annoncée, sans oublier l'organisation secrète parisienne - il n'était pas encore question de l'OAS - décidée à investir l'émetteur de la tour Effel et…à prendre l'Elysée !

Une aventure d'hommes de foi et de conviction pour l'amour d'une plus grande France. Ils avaient vingt ans et nous aussi !

Les différents conférenciers, Serge Jourdes, Gaby Anglade, Jean-François Collin, Jean-Claude Perez et Roger Holleindre nous ont fait l'honneur de raconter leurs luttes et leurs espoirs. Pour nous tous, c'est un enseignement à transmettre aux jeunes générations. En effet, chacun des intervenants nous a fait vibrés et convaincus que, si une grande page de l'Histoire de la France et de l'Algérie française avait, à partir de cet instant été emportée par les mensonges d'Etat, notre lutte pour la vérité n'était pas terminée !

Aujourd'hui ces personnes, ces héros, ont pris de la « bouteille », c'est vrai, cinquante ans après… comme nous tous d'ailleurs, mais quelle vigueur dans les propos, quelle conviction, quelle esprit de jeunesse et de battant dans les mots ! Leurs paroles ? Un véritable chant des Africains qui enflammait la salle !

Je conclurais en remerciant tous les initiateurs de cette journée et en notant que dans l'assemblée il y avait des personnalités connues pour leur engagement « Algérie française » : Mesdames Anne Cazal et Geneviève de Ternand, le Capitaine Ronda, Joseph Rizza, Jean-Paul Spina et Fred Artz. Assistaient aussi à cette conférence le fils du Colonel Argoud, le fils du Colonel de la Chapelle et bien d'autres anciens de ce temps d'espoir.

Il reste à souhaiter pour nos enfants, nos familles, autre chose que cette indifférence d'Etat que nous vivons, autre chose que cet étouffement et cette pression médiatique et politique malsaine qui cherchent à nous enterrer et à falsifier notre histoire.

Restons vivants et agissons !

Robert Charles Puig / Avril 2011

****** TEMOIGNAGE DE M. MALAJOU ******

Ce fut un sursaut de l'honneur. Ces généraux putschistes qui cumulaient à eux quatre 20 étoiles, ont préféré « l'honneur à la gamelle », comme l'a dit Hélie de Saint-Marc, l'un des participants à ce soulèvement. Pour cela, ils ont été dégradés, embastillés.

Chaque participant à la table ronde raconte sa participation en France et aussi en Algérie.

Le putsch avait échoué : dès les premières heures de cette première journée, les officiers du 1 er R. E. P. auraient pu s'en rendre compte. Ils avaient donné Alger à quelques généraux et colonels. Ceux-ci ne sauraient qu'en faire, ou n'en feraient rien de fort. Comment s'en débarrasser : ce serait vite une situation à la Ionesco.

Pourtant, on ne pouvait rêver opération plus brillante. Sans bruit, sans violence. A tel point que les civils endormis ignoraient les événements de la nuit. Il fallut le discours de Challe sur les ondes de France V pour qu'ils réalisent ce qui s'était passé. Alors éclata leur joie. L'espoir renaissait.

Ce ne fut qu'un feu de paille. Au fond, la « révolte militaire » comme la baptisera Challe , ne sera qu'un long week-end prolongé, un pont, comme on dit. Le 22 avril était un samedi. Le mardi 25 avril, tout serait terminé. Les bureaux reprendraient leurs paisibles activités et les rêveurs des djebels iraient se faire pendre ailleurs.

Les heures passant, le 1 er R. E. P. était employé à des tâches secondaires, des missions quasiment inutiles : des corvées de balayage, en quelque sorte. Ici, un « point névralgique » d' Alger encore à contrôler. Là, au G. G. ou au corps d'armée, la garde à assurer. Le régiment, ce fer de lance de la rébellion militaire, s'émoussait à ces besognes sans relief révolutionnaire. Ici, l'Amirauté, où il fallait montrer les dents pour ne pas avoir à mordre. Là, les studios de la R. T. F., boulevard Bru à occuper. Là encore, le central téléphonique Mustapha à surveiller...

C'est que le téléphone, où Challe était pendu, jouait le premier rôle. D'un bout à l'autre de l'Algérie, le général lançait le fil pour tenter de pêcher quelques ralliements de généraux. Pêche illusoire ... Pendant ce temps, les civils activistes étaient systématiquement écartés. Quelques officiers du R. E. P., Degueldre en tête, se tenaient en contact avec eux…….

Félicitations aux organisateurs comme j'ai peur d'en oublier un c'est un merci collectif pour ce bel après midi pluvieux à Nice. JLG

Les organisateurs prévoient la publication d'un DVD qui reprendra les interventions

Temoignages de MM. PUIG et MALAJOU reçus le 24 avril 2011 que nous remercions.

--------------------------------------- HOMMAGE A PHILIPPE REULET ---------------------------------------

HOMMAGE A Me PHILIPPE REULET AVOCAT DES HARKIS

ET DES FAMILLES DE DISPARUS EN ALGERIE

Me Philippe REULET était, avec Me Emmanuel ALTIT, l'un des deux avocats des plaintes contre X pour crime contre l'humanité déposées en 2001 par les Harkis et les familles de disparus en 2002 qui ont permis de faire connaître aux Français la réalité des drames vécus par les Français d'Algérie après le crime d'Etat du 19 mars 1962.

Une cérémonie en hommage à Me Philippe Reulet aura lieu le 22 novembre à 14h au Tribunal de Marmande, puis à 15h au cimetière de la ville.

Jeune Pied-Noir s'associe au deuil qui vient de toucher brutalement la famille de Me Philippe REULET et adresse à son épouse, ses enfants et ses proches ses très sincères condoléances.

Me Emmanuel ALTIT - M. Boussad AZNI - Me Philippe REULET lors de la plainte pour crime contre l'humanité déposée à Paris le 13 mars 2002 par 13 familles des disparus en Algérie après le 19 mars 1962.

Photographie Jeune Pied-Noir (© - Droits réservés - mention obligatoire)

----------------------------- HOMMAGE AU CPT MARCEL RONDA ---------------------------

HOMMAGE AU CPT MARCEL RONDA

Voir biographie sur le site des Amis du général Raoul SALAN

PRESENT !

Hommage à cet officier qui fut un des rares parmi les officiers d'Alger, à participer au déclenchement de la journée du 24 janvier 1960. Journée qui aurait pu être la journée de la victoire de l'Algérie française si tous les officiers UT d'Algérie s'étaient ralliés à notre appel avec leurs compagnies, en uniformes et en armes. Ronda, le capitaine Ronda, accompagné de Serges Jourdes, capitaine commandant la compagnie opérationnelle des UT, illustra ce jour-là la voie de l'honneur que n'a pas voulu suivre, ce 24 janvier 1960 la majorité des officiers UT d'Algérie. Ceux-ci n'ont pas réalisé que ce 24 janvier se jouait le destin de l'Algérie française et, par voie de conséquence, celui de la France et de l'Occident. Marcel, nous honorons ta mémoire en te disant tout simplement :

SALUT AU FRERE D'ARMES !

Jean-Claude PEREZ

---------------------------------------------- HOMMAGE AU GENERAL SALAN ---------------------------------------

BIOGRAPHIE DU GENERAL SALAN

Voir le site Les Amis de Raoul Salan et Wikipédia

HOMMAGE AU GENERAL SALAN

22 mai 2015

Cérémonie au cimetière de Vichy

Mercredi 10 Juin 2015 à 11 heures

Comme chaque année, L'ANFANOMA, section de Vichy, organise une cérémonie au cimetière de Vichy,

                    le mercredi 10 Juin à 11 h en l'honneur du Général d'Armée Raoul Salan,

 
avec la participation de l'ADIMAD et l"Association des Amis de Raoul Salan" .

À l'issue de la cérémonie devant la tombe du général Salan, une seconde gerbe sera déposée, au nom de l'ADIMAD, sur la tombe du
Lieutenant Axel Gavaldon. Les Présidents d'associations, leurs porte-drapeaux, et les porteurs de gerbes sont priés de se présenter à l'entrée du cimetière à 10 h 45.

Louis de CONDÉ, représentant de l'ADIMAD

Contact :   Téléphone : 04 70 32 26 38 09 77 34 98 79 - mailto:LdeConde@free.fr

Association des Amis de Raoul SALAN

Pour mieux connaître la personnalité du général Raoul SALAN : http://www.salan.asso.fr/

LIVRES DISPONIBLES SUR LE GENERAL SALAN

Dimanche 21 décembre 2008

JPN dispose d'un exemplaire l'ouvrage :

"SALAN Raoul, ex-général d'armée" par André FIGUERAS - Ed. La Table Ronde 1965

Prix : 20 € - Adhérent JPN : 15 € (port 5 €)

Voir le bon de commande à la rubrique LIVRES & DOCUMENTS JPN

HOMMAGE AU GENERAL SALAN

Dimanche 1 juin 2008

Messe en la Chapelle des Soeurs du Bon Secours

20 bis rue Notre-Dame des Champs - 75006 PARIS

SAMEDI 14 JUIN 2008 - A 11 HEURES

En mémoire du général d’armée Raoul Salan et pour le 10ème anniversaire de la mort de Madame Salan, Monseigneur Patrick Le Gal, Evêque aux Armées, célèbrera la messe annuelle en souvenir de ce grand Français, le samedi 14 juin à 11 h. à la Chapelle des Soeurs du Bon Secours, 20bis rue Notre Dame des Champs, Paris (6ème).

Nous lui en sommes très reconnaissants.

Pour le cinquantième anniversaire des événements de mai 1958 qui ont vu la cristallisation de l’œuvre de fraternisation entre Européens et Musulmans engagée par le général Salan, commandant en chef en Algérie, il est indispensable que nous soyons très nombreux à cette cérémonie. Venez en famille, avec vos amis. Il faut que la grande chapelle des sœurs du Bon Secours, 20 bis rue Notre Dame des Champs, Paris 6ème, soit remplie de la foule de ceux qui sont reconnaissants au général Salan de les avoir menés au combat en France, en Allemagne, en Indochine, en Algérie.

C’est la dernière grande cérémonie en l’honneur du général Salan. Elle sera rehaussée des chants du Chœur Montjoie Saint Denis

Bernard ZELLER

Président de l'Association des Amis de Raoul SALAN

Pour mieux connaître la personnalité du général Raoul SALAN : http://www.salan.asso.fr/

 

 

CEREMONIE EN HOMMAGE AU GENERAL RAOUL SALAN A BLOZHEIM (2000)

- Le diamanche 7 mai, Mme Dominique Sorlot, fille du général Raoul Salan, libérateur de Blozheim et de la région en novembre 1944, était invitée par Bernard Simon, maire de Blotzheim, aux cérémonies qui marquent depuis 56 ans la libération de la ville. Bernard Zeller, fils du général Zeller, rappela l'action du général qui dit "non" à tous les abandons, et des gerbes furent déposées "rue général Salan", à l'angle de la "rue du 6e Régiment d'Infanterie coloniale" qui commandait. - ACTION : adresser vos félicitations à l'organisateur (voir associations).

--------------------------------------- HOMMAGE A EDGAR SCOTTI --------------------------------------

HOMMAGE

16 janvier 2009

Hommage à Edgar SCOTTI

Edgar Scotti, né à Alger le 8 Août 1922, nous a quitté le 31 décembre 2008

Après huit années d’enfance à Tizi Ouzou, il passe sa jeunesse à Alger dans une famille unie. Il fréquente l’Ecole Saint Bonaventure chemin Yusuf puis l’école Clauzel à l’Agha et adhère au scoutisme au sein de la «8 me Alger » puis de la « 1ére Alger ».Il a conservé des relations étroites avec la « 1ére Alger »durant toute son existence et jusqu’à ces derniers temps.

Après le Brevet Elémentaire, Edgar s’oriente vers l’enseignement agricole et entre à l’Ecole d’Agriculture de Sidi bel Abbés,ce qui déterminera toute sa carrière vers les professions agricoles, d’abord et jusqu’en 1962 à l’Ecole Nationale d’Agriculture d’Alger(antérieurement Institut Agricole d’Algérie) à Maison Carrée en tant que professeur de pratique agricole, et ensuite à l’Ecole Nationale d’Agriculture de Grignon. Durant toute sa carrière, tant en Algérie qu’en Métropole, il était devenu un très bon technicien de l’agriculture et il forma plusieurs générations d’élèves aux métiers de la terre. A l’approche de la retraite,dans les années 1967-1970 Edgar Scotti exerça son métier à Toulouse Citée Administrative dans les services du Ministère de l’Agriculture. On comprend, dès lors, les nombreuses références agricoles rencontrées dans les textes d’Edgar.

Edgar Scotti est, cependant,durant toute son existence resté fidèle au passé familial, se souvenant de ses ancêtres marins et navigateurs, originaires de l’île d’Ischia, et notamment de son grand-père et de son arrière-grand-père qui tous deux avaient travaillé dans les divers chantiers du port d’Alger.Ce port qui était devenu le lieu de promenade de nos jeunes années, Edgar le connaissait dans ses moindre détails et en avait gardé le souvenir précis grâce à une mémoire sans faille qui n’était pas la moindre de ses qualités.

Un de ses mérites aura été d’écrire sur les heures sombres et sur certains événements dramatiques de son histoire comme ceux du 4 Août 1943 et le sacrifice du pilote André Urbani survenus en période de censure et qui auraient donc pu rester méconnus.

Georges SCOTTI - le 12 Janvier 2009

JPN adresse à son épouse, à ses enfants, à sa famille et ses proches sa profonde reconnaissance ainsi que ses sincères et fraternelles condoléances.

-------------------------------------------------- HOMMAGE A JO SOHET ----------------------------------------------

Communiqué Presse et radios N.C

12 novembre 2010

LA FEDERATION NATIONALE des CERCLES ALGERIANISTES,

LE CERCLE ALGERIANISTE DE NOUVELLE CALEDONIE,

VOUS FONT PART DE L'ACCABLANTE DISPARITION

de leur AMI,  ancien Président national et HONNEUR de NOTRE COMMUNAUTE

Monsieur  JO SOHET

Une veillée se déroulera le dimanche 14 novembre à partir de 18H 

au centre funéraire de Nouméa, 5° Km, ainsi que le lundi 15 novembre dès 13H.

Les obsèques et les honneurs militaires auront lieu le LUNDI 15 novembre à 15H30 

en la chapelle du centre funéraire, suivis de l'inhumation au cimetière du 5ème KM.

Yves Magnon  - Président du Cercle Algérianiste de Nouvelle Calédonie

BP 8876  -  98807 Nouméa Cedex - Tél: + (687) 77 60 88

Courriel :  mailto:yves_magnon@yahoo.fr

Jeune Pied-Noir s'associe à l'hommage rendu à Jo SOHET et à son combat exemplaire pour la défense de la France, de nos départements algériens et de la communauté des Français rapatriés. JPN adresse à sa famille, à ses proches et amis ses sincères condoléances et ses fraternelles amitiés. Jo SOHET a été un fidèle soutien de l'action de JPN notamment dans la défense de nos compatiotes Harkis. En 1986, il a présidé la cérémonie Hommage aux Harkis de Carcassonne en présence d'André SANTINI, du maire de la ville et d'Hélène BASTIEN-THIRY, filles ainée du colonel BASTIEN-THIRY.

Voir sa biographie dans WIKIPEDIA - Joseph SOHET

------------------------------------ HOMMAGE A JACQUES SOUSTELLE -----------------------------------

---------------------------- 2015 - Jacques SOUSTELLE par Alain HERBETH ---------------------

VIDEO

"Jacques SOUSTELLE, l'homme de l'intégration" sur TVLibertés !

Emission du 12 novembre 2015

 

AU FORUM N°4

Prochain déjeuner-débat "Jacques Soustelle, l'homme de l'intégration

 

Pour garder l'Algérie française

 

REPORTAGE SUR TVLIBERTES

12 novembre 2015

Jacques SOUSTELLE, l'homme de l'intégration

Déjeuner-débat autour de l'ouvrage d'Alain HERBETH

Un rencontre organisée par JEUNE PIED-NOIR, du Cercle TOCQUEVILLE

A PARIS 7e

Réservé en priorité

Aux adhérents de JEUNE PIED-NOIR, du Cercle TOCQUEVILLE

et aux soutiens de la campagne « Vérité et Justice pour les Français rapatriés »

Cher(e) Ami(e),

Nous serons très heureux de vous accueillir le jeudi 29 octobre à 12 h précises, lors du déjeuner-débat avec Alain HERBETH, auteur de l'ouvrage « Jacques SOUSTELLE, l'homme de l'intégration » qui évoquera les raisons de l'engagement pour « l'Algérie française » d'un homme au parcours universitaire, scientifique et politique exceptionnel. La politique d'intégration, dont il a été le promoteur en 1955-56, comme dernier Gouverneur général de l'Algérie, pour les 9 millions de Français d'origine arabo-berbère, peut-elle redevenir d'actualité face à l'arrivée massive de migrants étrangers n'ayant aucun lien historique et culturel avec la France ?

Le nombre de places étant limité à 35, les inscriptions sont réservées en priorité aux adhérents du Cercle Tocqueville, de Jeune Pied-Noir, plus particulièrement aux participants des diners-débats précédents, et aux soutiens de la campagne « Vérité et Justice pour les Français rapatriés » . Merci de bien vouloir nous confirmer votre présence par courriel ou par téléphone au   06 80 21 78 54 avant le 24 octobre.

Avec nos fidèles amitiés et au plaisir de vous retrouver le jeudi 29 octobre prochain.

PARTICIPATION : 39 EUROS – Chèque à l'ordre de JPN

Le nombre de place étant limité à 34 , la priorité est donnée aux adhérents de la campagne « Vérité et Justice pour les Français rapatriés », du Cercle Tocqueville et de JPN. Réservation prise dans l'ordre d'arrivée jusqu'au plus tard

le 24 octobre
UNIQUEMENT SUR RESERVATION :
Tél. : 06 80 21 78 54
Jeune Pied-Noir - BP 4 - 91570 BIEVRES - Courriel : mailto:jeunepiednoir@wanadoo.fr

ou au CERCLE TOCQUEVILLE -   didierbeoutis@yahoo.fr - Tél : 06.37.30.41.08

13 mai 2008


2 exemplaires de "l'ESPERANCE TRAHIE" en vente à JPN - 25 euros port compris en Colissimo

Bon de commande - JPN - Tel : 06 80 21 78 54

HOMMAGE A JACQUES SOUSTELLE

Membre de l'Académie française

Gaulliste et résistant de 1940, membre du Comité National de Londres, chef des services d'action secrète en 1943-1944, Commissaire de la République puis Ministre après la Libération, Jacques Soustelle, devenu leader parlementaire du R.P.F., assume en 1955 la charge de Gouverneur général de l'Algérie face à la rébellion naissante. Trois ans plus tard, au 13 mai, il joue un rôle déterminant et prend une responsabilité primordiale dans les événements qui ont ramené le Général de Gaulle au pouvoir. Ministre de la Ve République, il rompt avec le régime et son chef en janvier 1960. Pourquoi? Ce livre est le premier témoignage d'un observateur, qui fut aussi un acteur, sur la naissance et les débuts de la Ve République, et sur le déroulement du drame algérien jusqu'à la fin de l'année 1961. Engagé, son auteur ne se défend certes pas de l'être, et définit avec vigueur ses positions idéologiques et politiques, en même temps, il fait œuvre d'historien en révélant pour la première fois bien des faits ignorés dont a été formée la trame de cette période agitée. Son livre constitue un document dont nul, quelles que soient ses tendances, ne peut récuser la valeur.

Pour en savoir plus sur la vie passionnante de Jacques SOUSTELLE :

http://www.academie-francaise.fr/immortels/base/academiciens/fiche.asp?param=667

LIVRES DISPONIBLES - JACQUES SOUSTELLE

Mise à jour 10.7.2015

Voir sa biographie sur WIKIPEDIA - Jacques SOUSTELLE

Intellectuel et homme politique de renommée internationale, Dernier gouverneur général de l'Algérie française en 1955-56, nommé par Pierre Mendès-France, Jacques Soustelle a généralisé l'appel aux volontaires Français musulmans pour la défense des villages algériens avec les GAD, Groupes d'Auto-défense, et le créateur des SAS, Sections Administratives Spécialisées, qui avaient pour objet de palier l'absence de structure administrative modernes dans une grande partie de l'Algérie profonde. C'est grâce à son impulsion et devant le succès de son approche, que l'Armée française a augmenter progressivement le nombre de Français musulmans combattants avec elle. En 1990, il a préfacé avec Ali Boualam, le fils du Bachaga Boualam, le "Livre des Harkis" édité par JPN. Il a été jusqu'à son décès un fidèle soutien de JPN. Ses ouvrages sur l'Algérie française sont parmi les plus importants pour comprendre la "guerre" d'Algérie et le légitime combat de l'Algérie française.

JPN dispose de plusieurs ouvrages de ou sur Jacques SOUSTELLE

"Aimée et souffrante Algérie - 1956", "La page n'est pas tournée - 1963"... Nous contacter pour liste.

Prix : 20 € - Adhérent JPN : 15 €

(port 5 €)

Voir le bon de commande :

 

---------------------------------- HOMMAGE A ROBERT TABAROT --------------------------------

HOMMAGE A ROBERT TABAROT

D'Oran, Alicante, Cannes, Le Cannet :
Jeannette, son épouse ; Roch, Michèle, Philippe, ses enfants ; Ses petits-enfants ; Son arrière-petit-fils
Ont l'immense douleur de faire part du décès de
Robert TABAROT
Président national des Maisons du Pied Noir Ancien conseiller municipal de Cannes Chevalier dans l'ordre national du Mérite
survenu le jeudi 15 octobre 2015 dans sa 88e année.
La cérémonie religieuse a eulieu la samedi 17 octobre 2015, à 11 heures, en l'église Sainte-Philomène, au Cannet.

--------------------------------- HOMMAGE A ALAIN DE LA TOCNAYE -------------------------------

MESSE EN MEMOIRE

22 janvier 2009

d'Alain de la Tocnaye

Une grande messe à l'intention de d'Alain BOUGRENET de la TOCNAYE aura lieu le :

Vendredi 30 Janvier 2009 a 10h30

àl'Eglise St Nicolas du Chardonnet

Sermom de M l'Abbé Lorans

Merci encore pour votre présence et tous les témoignages de soutien, d'amitié et de fidélite que vous avez apportés lors

des obsèques de mon père. Amitié. Merci pour tout. Thibaut de La Tocnaye.

Message retransmis par l'ADIMAD

HOMMAGE

15 janvier 2009

Alain de la Tocnaye

Témoignage de Louis de Condé

Le Comte Alain de La Tocnaye est mort. J’ai connu Max, qui vivait déjà dans la clandestinité depuis un an, en mars 1962. Il devint mon chef et je servis sous ses ordres jusqu’au 22 août 1962, où nous étions ensemble sur la route du Petit-Clamart. Parce que j’ai échappé à la prison jusqu’en mars 1965, je ne le revis qu’en novembre 1966 quand je fus transféré de Fresnes au Fort Thoiras de Saint Martin de Ré. Puis Henri d’Armagnac, Alain de La Tocnaye et moi, nous avons suivi, pendant un an, les cours par correspondance de l’École du Chef d’Entreprise et des Cadres Supérieurs de Paris, jusqu’à l’obtention du diplôme; j’étais donc en contact permanent avec lui. L’ayant bien connu, je peux dire qu’il était un des hommes les plus extraordinaires que j’ai rencontrés dans ma vie.

Ce qui frappait chez Alain, c’était d’abord une remarquable intelligence, un caractère fortement trempé et une farouche détermination dans tout ce qu’il entreprenait, mais aussi une culture historique éblouissante, un sens critique aiguisé, un mépris colossal pour notre classe dirigeante, servis par une brillante élocution & une plume acérée, le tout allié à un sens de l’humour particulièrement percutant. Qualités que chaque lecteur peut retrouver dans son livre “Comment je n’ai pas tué de Gaulle”, témoignage essentiel sur la tragédie que nous avons vécue.

Un dur Breton, un chouan égaré au 20e siècle ? Peut-être, mais aussi un combattant, officier d’active, qui avait servi loyalement en Algérie, comme lieutenant d’artillerie d’abord, puis chef d’une Section Administrative Spécialisée, où ses dons d’organisateur ont pu se manifester amplement. Un homme courageux qui n’a jamais reculé, ni sur le terrain, ni devant ses juges...

Condamné à mort mais gracié, ce soldat était d’abord & avant tout un patriote, qui aimait la France notre pays, par dessus tout, tout autant que notre chef commun, le Colonel Jean-Marie Bastien-Thiry, fusillé le 11 mars 1963.

Je présente mes condoléances à son fils, mon ami Thibaut ; je remercie de tout cœur Jean-François Collin, Président de l’ADIMAD & la délégation de l’ADIMAD, qui représentent aujourd’hui, dans cette Église, nos camarades, les absents, les disparus & les vivants qui n’ont pu se déplacer pour rendre un dernier hommage à Alain de La Tocnaye.

Louis de CONDÉ, Lieutenant de l’ex Armée française

Voir à la rubrique "Livres et documents" le très beaux poèmes de Louis de Condé

HOMMAGE

12 janvier 2009

Alain de la Tocnaye

AFP : Alain de La Tocnaye est décédé

11/01/2009 | Mise à jour : 21:05 |

(Photo ADIMAD)

Alain de La Tocnaye, ancien membre de l'OAS condamné à mort en 1962 pour sa participation à l'attentat du Petit-Clamart contre le général de Gaulle puis gracié, est décédé le 9 janvier à l'âge de 82 ans à Cavaillon (Vaucluse), a annoncé sa famille dimanche dans un communiqué. Né le 26 novembre 1926, Alain de la Tocnaye, officier durant la guerre d'Algérie, avait rejoint l'OAS après le putsch des Généraux.

Arrêté une première fois en Algérie et rapatrié en métropole, il s'évade de façon spectaculaire de la prison de la Santé en 1962. Il organise alors avec Jean Bastien-Thiry l'attentat du Petit Clamart commis le 22 août de la même année contre le général de Gaulle. Condamné à mort le 4 mars 1963, il est gracié le 11 mars et sa peine est commuée en prison à perpétuité. Le colonel Bastien-Thiry sera lui fusillé.

Alain de la Tocnaye sera libéré par le général de Gaulle en 1968, avec les derniers prisonniers politiques partisans de l'Algérie française. Après sa libération, il publie en 1969 "Comment je n'ai pas tué de Gaulle" et écrit dans plusieurs journaux d'extrême droite. Il participe également au Parti nationaliste français (PNF) avant de rejoindre le Front national.

*******

Ses obsèques auront lieu mardi 13 janvier

en l’église de Gordes (84) à 15 heures.

JPN invite tous ses adhérents et amis de se rendre à Gordes pour y rendre un dernier hommage à Alain de la TOCNAYE. Une délégation de l’ADIMAD sera présente avec gerbe et drapeaux.

Jeune Pied-Noir tient à rendre hommage à Alain de la TOCNAYE, officier de valeur et d'un grand courage qui a toujours été fidèle à ses engagements, et plus particulièrement envers les Harkis dont il connaissait les qualités militaires et humaines pour avoir été leur camarade de combat durant la guerre d'Algérie. Sa fidélité lui vaudra de longues années de prison après une condamnation à mort. Il restera dans les geôles gaullistes jusqu'à l'effondrement de la "grandeur" fictive de De Gaulle en 1968. Alain de la TOCNAYE n'a jamais renié ses engagements envers les Français d'Algérie. Les Harkis et les Pieds-noirs lui en seront éternellement reconnaissants. Son témoignage ("Pour l'honneur et pour le plaisir" un disque extraordinaire où il raconte, entre autres, son évasion de Fresnes) et ses écrits ("Comment je n’ai pas tué De Gaulle" et ses autres publications) restent pour les générations actuelles et à venir. Les Français d'Algérie perdent un véritable ami.

Bernard COLL, Secrétaire général de JPN.

Nous adressons à son épouse, à son fils Thibaut de la TOCNAYE, à sa famille et ses proches notre profonde reconnaissance ainsi que nos sincères et fraternelles condoléances.

Dans cet extraordinaire 33T Alain de la TOCNAYE (Saint-Urbain - Paris - 1969) raconte son combat pour la défense de l'Algérie française. Depuis de nombreuses émissions de télévision ainsi que des films de fiction ont retracé l'action menée par les patriotes français qui combattu pour le respect de la Constitution de 1958 et l'intégrité du territoire en maintenant nos départements algériens au sein de la Nation.

Un livre essentiel sur les combats pour le maintien du respect des engagements du 13 mai 1958 envers la population de l'Algérie.

------------------------------------------------------ MEDIAS -------------------------------------------------------

RETROUVEZ AUSSI LES PORTRAITS DE NOMBREUSES PERSONNALITES HARKIS, PIEDS-NOIRS ET AMIS DANS

Chaque mois achetez "PIEDS-NOIRS D'HIER ET D'AUJOURD'HUI" , le magazine culturel et de loisirs des Français d'Afrique du Nord et de leurs Amis" - 5 euros

Abonnement : 6 mois : 25 euros - 1 an : 46 euros

SARL Editions du Grand Sud - Rés. Le Cap d'Or E2 - Corniche de Sauviou 83140 Six-Fours - Tel/Fax : 04 94 07 74 61

-------------------------------------------- ADHESION ET SOUTIEN ------------------------------------------

POUR D'AMPLIFIER NOTRE ACTION, NOUS AVONS BESOIN DE VOUS !

SOUTENEZ DES MAINTENANT NOS ACTIONS ET PROJETS !

Jeune Pied-Noir, 35 ans de liberté grâce à votre confiance.

Adhérez pour 0 euros ! Explication 30 €, 50 € ou 100 € ou plus = 0 € !

Pour les dons à partir de 30 €, vous recevrez un justificatif fiscal permettant une déduction de 66% du montant du don de vos impôts et l'envoi d'un ou plusieurs ouvrages ou documents de votre choix d'une valeur de complémentaire de 34 % de votre don, ce qui réduit votre participation à 0 € ! Beaucoup de nôtres soutiennent des Associations humanitaires pour un montant annuel supérieur à plusieurs centaines d'euros par an afin de bénéficier de la réduction légale d'impôts. Pourquoi ne pas en faire bénéficier les Associations de Français d'AFN qui, pour la plupart, ont le droit de le faire ?

VOIR LE DETAIL DES OFFRES DE LIVRES ET DOCUMENTS SUR LA PAGE D'ACCUEIL DU SITE : ACCUEIL

CONTACTEZ-NOUS SI VOUS RECHERCHEZ UN OUVRAGE EN PARTICULIER : 06 80 21 78 54

Adhésion 15 € - Soutien 30 € - Bienfaiteur 75€ et plus

JPN - BP 4 - 91570 Bièvres

SOUTIEN INCLUANT L'AFFICHE DE LA CAMPAGNE "HOMMAGE AUX FRANCAIS D'AFRIQUE DU NORD"

GAGNONS ENSEMBLE !