Faites un don : déduction fiscale de 66% + 34% de livres, DVD, CD-Audio... offerts pour vous remercier = 0 euros !

Pour 2012, Jeune Pied-Noir, contrairement aux élections précédentes (voir Elections 2007), va demander aux candidats de s'engager sur un seul point : la reconnaissance de la responsabilité de l'Etat français de 1962. En effet, après 17 ans d'action sur ce thème depuis le Message du 22 septembre 1995, la solution à l'ensemble des attentes des Français rapatriés tient dans le respect de ce engagement pris par l'actuel Chef de l'Etat lorsqu'il était candidat lors des réunions du 31 mars 2007 avec les représentants de la communauté harkie et du 13 avril 2007 avec les représentants de la communauté pieds-noirs. Un engagement non tenu par Nicolas SARKOZY après 4 années de pouvoir. Et rien dans ses décisions actuelles, bien au contraire, ne permet de penser que le Président de la République respecte son affirmation des spots télévisés de sa campagne publicitaire présidentielle de 2007 : "Je tiendrai srupuleusement mes engagements". Et il ne reste que quelques mois avant le première tour de la présidentielle de 2012.

Le 7 mai 2011 a eu lieu à AGEN une réunion organisée par le RECOURS avec comme invité M. Renaud BACHY, Président de la MIR, qui a été nommé par le Premier ministre Directeur général de l'ANIFOM. A la suite de cette réunion le Président de la République n'a pas annoncé qu'il tient ses engagements des 31 mars et 13 avril 2007. Comme il ne l'a pas fait le 25 septembre 2011. La communauté des Français Raptriés peut désormais considérer qu'il ne le fera plus dans les mois à venir ce qu'il aurait dû faire dès le lendemain de son élection du 6 mai 2007. Pour la communauté "Rapatriés" il s'agit donc de se mobiliser une dernière fois pour obtenir des candidats ayant déjà fait acte de candidature pour la présidentielle de 2012 un double engagement : celui de reconnaître la responsablité de l'Etat français de 1962 dans le "crime d'Etat" du 19 mars 1962 et de faire voter, dès 2012, une loi définitive de reconnaissance de la Nation de ce crime d'Etat commis envers les Français rapatriés.

ACTUALITES *** ACTUALITES *** ACTUALITES *** ACTUALITES ***ACTUALITES ***ACTUALITES ***ACTUALITES

CONVENTION CANDIDAT/RAPATRIES : François HOLLANDE s'engage !

*** POUR EN SAVOIR PLUS *** POUR EN SAVOIR PLUS *** POUR EN SAVOIR PLUS *** POUR EN SAVOIR PLUS ***

Nous vous invitons pour compléter vos recherches à utiliser GOOGLE et WIKIPEDIA en mettant l'expression recherchée entre "guillements".

RECHERCHE PAR NOM : - B.AZNI - R. BACHY - P. BUISSON - J.CHIRAC - G. FORZY - F.HOLLANDE - Marine LE PEN - G.LONGUET - H.MEKACHERA - A. MELIANI - A.SANTINI - N.SARKOZY -

RECHERCHE PAR PARTI : - FN - LCR - LO - MEDIAS - PC - PS - REPUBLICAINS - UDF - UMP - Verts -

RECHERCHE PAR THEME : Appel aux responsables présents en 2007 - Archives - Associations - Charte Election présidentille 2012 - Colloque au Sénat 5 mai 2011 - Reunion au Sénat 24 janvier 2012 - Colloque du 17 mars 2012 - Déclarations des candidats - Election présidentielle 2012 Analyse JPN - Election présidentielle 2007 - FN - 2012 : Lettre ouverte Internet de JPN au Président de la République - LCR - LO - MEDIAS - PC - PS - RECOURS - Référendum 2000 - Stratégie "Rapatriés" pour 2012 Tribune libre oct 2011 - UDF - UMP - Verts -

ET AUSSI .... *** ET AUSSI ... *** ET AUSSI .... *** ET AUSSI ... *** *** ET AUSSI .... *** ET AUSSI ...*** ET AUSSI .... *** ET AUSSI ...

-------------- 2007 - 2017 : HISTORIQUE DES ELECTIONS PRESIDENTIELLES ---------------

HISTORIQUE DES ASSOCIATIONS DE FRANCAIS RAPATRIES

2015 - 2014 - 2013 - 2012 - 2011 - 2010 - 2009 - 2008 - 2007 - 2006 - 2005 - 2004 - 2003 - 1995 -

- 16 juillet 1995 : Jacques CHIRAC reconnaît la responsabilité de la France dans le drame de nos compatriotes juifs en 1943-45

- 22 septembre 1995 : Les Associations de Rapatriés réunies au Sénat sous la présidence du ministre Jacques AUGARDE signe le Message présenté par Jeune Pied-Noir destiné au Chef de l'Etat, Jacques CHIRAC, qui est ensuite remis à Guy FORZY, Délégué aux Rapatriés, en présence de Roger ROMANI. Ce message demande la reconnaissance de la responsabilité de l'Etat dans l'abandon et le massacre de 150.000 Harkis, Pieds-noirs et Soldats métropolitains après le 19 mars 1962 en Algérie.

- 1995 à 2008 : campagne de pétition nationale pour la reconnaissance de la responsabilité de l'Etat français signée par 200 associations et 16.000 Français

- Fin 2003 - 2004 : longs débats à l'Assemblée nationale et au Sénat sur la loi reconnaissance de la Nation et contribution nationale en faveur des Français rapatriés. A la demande du gouvernement, le rapporteur Christian KERT refuse d'ajouter au texte les amendements demandés sur la reconnaissance de la responsabilité de l'Etat dans l'abandon et le massacre des harkis et des peids-noirs après le 19 mars 1962, malgré les documents qui ont été remis à la commission. Travaux préparatoires : loi n° 2005-158. Assemblée nationale : Projet de loi n° 1499 ; Rapport de M. Christian Kert, au nom de la commission des affaires culturelles, n° 1660 ; Discussion et adoption le 11 juin 2004. Sénat : Projet de loi, adopté par l'Assemblée nationale, n° 356 (2003-2004) ; Rapport de M. Alain Gournac, au nom de la commission des affaires sociales, n° 104 (2004-2005) ; Discussion et adoption le 16 décembre 2004. Assemblée nationale : Projet de loi, modifié par le Sénat, n° 1994 ; Rapport de M. Christian Kert, au nom de la commission des affaires culturelles, n° 1999 ; Discussion et adoption le 10 février 2005. Voir débats 2003 et 2004

- Décembre 2004 : Amendement ALDUY-RETAILLEAU-PEYRAT sur la reconnaissance de la responsabilité de l'Etat

- Mai 2005 : Election de Nicolas SARKOZY

- 10 février 2005 : Lettre ouverte de JPN au Premier ministre Jean-Pierre RAFFARIN

- 23 février 2005 : vote de la loi n° 2005-158 du 23 février 2005 portant reconnaissance de la Nation et contribution nationale en faveur des Français rapatriés. Voir aussi Loi 23 février 2005

- Octobre 2007 : Consultation des Associations nationales par le CES à la demande du Premier ministre, François FILLON. Voir le rapport remis au CES par JPN à la rubrique : CES

- 25 sept. 2008 - 14 juillet 2014 : campagne "Vérité et Justice pour les Français rapatriés" de 22 annonces dans Le Monde, Le Figaro, La Provence, Politique Magazine, L'Echo de l'Oranie, Valeurs Actuelles dénonçant le "crime d'Etat" et le "crime contre l'Humanité" du 19 mars 1962 et demandant une loi de reconnaissance et de réparation. Parallèlement une enquête publque est lancée auprès de tous les "rapatriés" qui veulent bien répondre (cf. Questionnaire)

- 24 janvier 2012 :Le premier texte est présenté par Pierre DESCAVES lors de la réunion au Sénat du 24 janvier 2012.

- Mai 2012 : Election de François HOLLANDE

- 6 septembre 2013 : le texte est validé par les Assocations réunies à Port-Barcarès à l'occasion du 7e Salon du Savoir-faire Pied-noir organisé par l'USDIFRA.

- 16 juillet 2014 : le député Me Gilbert COLLARD dépose "votre loi" à l'Assemblée nationale

- 17 janvier 2015 : Lancement à AMIENS de la campagne "Faisons voter "votre loi".

- mars et décembre 2015 : Dans le contexte favorable des élections cantonales et régionales les 62 Asssociations et les 2010 donateurs de la campagne interviennent auprès du Gouvernement et des Parlementaires pour que la loi "Vérité et Justice pour les Rapatriés" soit présentée à l'Assemblée nationale pour être votée. Vous aussi participez à cette campagne pour faire voter "votre loi".

4 novembre 2015 : Réunion à l'Assemblée nationale avec les représentants des Groupes politiques sur le financement de la loi "Vérité et Justice pour les Français rapatriés". Reportage au JT de TVLibertés du 6 novembre 2015.

- 27 avril - 7 mai 2017 : Elections présidentielles

Notre objectif : en moyenne 100.000 € par famille de Français rapatriés

Voir la première proposition de barêmes en fonctions des préjudice subis à la page REPARATION- INDEMNISATION

Contact : mailto:jeunepiednoir@wanadoo.fr

------------------------------ 2017 : ELECTION PRESIDENTIELLE --------------------------------

Pour 3 millions de Français rapatriés, leurs descendants et amis, ensemble tous est possible !

POUR ETRE ELU IL FAUT 50% DES VOIX + UNE VOIX

CETTE VOIX C'EST LA VOTRE !

----------------------------------- 2012 : ELECTION PRESIDENTIELLE ----------------------------------

 

LETTRE OUVERTE A FRANCOIS HOLLANDE, CANDIDAT A LA PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE

Lequel des deux osera dire le premier la Vérité ?

Second tour. Quelle stratégie pour les "rapatriés" ?

Faites nous part de votre avis par courriel : mailto:jeunepiednoir@wanadoo.fr

APRES 17 ANNEES D'ACTION CONTINUE : 22 SEPTEMBRE 1995 - 14 AVRIL 2012

Nous avons gagné ensemble ! - Convention Candidat-rapatriés

UN GRAND MOMENT DE L'HISTOIRE DE FRANCE : LA FIN DE 50 ANS D'UN MENSONGE FRANCAIS

Samedi 14 avril 2012, après 5 années de silence et d'oubli, le Président de la République reconnaît la responsabilité de la France

dans l'abandon et le massacre des Harkis après le 19 mars 1962 en Algérie.

**********************************************

ELECTION PRESIDENTIELLE - Reconnaissant officielle du "crime d 'Etat" du 19 mars 1962: les candidats d'engagent !

 

----------------------- 2012 : DE GAULLE = CRIME CONTRE L'HUMANITE ---------------------

17 MARS 2012 : LA VERITE SUR LE 19 MARS 1962 !

De Gaulle est responsable d'un crime d'Etat et d'un crime contre l'Humanité !

 

(Photographie Jeune Pied-noir - droits réservés, mention obligatoire en cas de reproduction )

Suite au Colloque "Les Accords d'Evian : crime d'Etat et/ou crime contre l'Humanité ?" qui s'est tenu le samedi 17 mars au Pavillon Elysée Lenôtre à Paris, sous la présidence de Pierre DESCAVES, président de la Convention Nationale des Rapatriés, les participants en présence du président du CNC Roger HOLEINDRE, rejoints par les jeunes patriotes d'Action française, ont exprimé la vérité devant la statue du général De Gaulle :

De Gaulle est responsable du crime d'Etat et du crime contre l'Humanité du 19 mars 1962:

100.000 Harkis et leurs familles massacrés, des milliers de pieds-noirs et soldats français assassinés ou disparus.

Pour tout information - JPN - Bernard Coll: O6 80 21 78 54

Voir la TRIBUNE LIBRE dans HUFFINGTONPOST du 19 mars 2012

Reportage complet demain sur les manifestations contre le 19 mars !

------------------------------------- 24 JANVIER 2012 : REUNION AU SENAT ------------------------------

ELECTION PRESIDENTIELLE

Point sur l'élection présidentielle lors du Colloque du 17 mars 2012

Des candidats s'engagent à tenir les engagements non tenus de Nicolas SARKOZY !

50 ans après : Vérité et Justice pour les Français rapatriés

Marine LE PEN et Jean-Marc GOVERNATORI signent la Convention Etat/Rapatriés

mardi 24 janvier au Sénat, haut lieu de la République française

MEDIAS présents : Canal +, VALEURS ACTUELLES, LE POINT que nous remercions.

voir l'article : http://www.valeursactuelles.com/actualités/politique/mémoire-brûlante-d'algérie20120125.html

et nos amis de REPORTAGE 34, Frédéric Gourier et Berangère Montonati

venus présenter le film "LA VALISE ou LE CERCUEIL" de Charly CASSAN et Marie HAVENEL qui sera projeté

pour la première fois en région parisienne le samedi 28 janvier à 14 h à VINCENNES (Médiathèque Coeur de Ville derrière la Mairie)

Jean-Marc GOVERNATORI signant la Convention Etat/Rapatriés, président de l'Alliance- Ecologie - indépendante (4% aux dernières européennes)

Louis ALLIOT, Pierre Descaves, Bernard COLL, Jean-Marc GOVERNATORI dans le Salon Napoléon du Sénat, haut lieu de la République française.

Louis ALLIOT, représentant de Mme Marine LE PEN (20 % dans les sondages), interviewé par CANAL + . Un reportage doit être diffusé sur cette chaîne début février.

Pierre Descaves présente les doléances des Français rapatriés réunis à ANTIBES lors de la Convention Nationale des rapatriés des 3-5 décembre 2011

(Photographies de Mme Taouès TITRAOUI, droits réservés, reproduction interdite sans autorisation de Jeune Pied-Noir)

ARTICLES

Voir les liens :

http://www.france24.com/fr/20120129-a-perpignan-marine-le-pen-rend-hommage-harkis-rapatries

http://www.lepoint.fr/politique/election-presidentielle-2012/les-harkis-montrent-les-dents-24-01-2012-1423117_324.php

http://www.alliance-ecologiste-independante.com/index.php/actualites/dans-les-medias/revue-de-presse/179-dna-les-harkis-et-les-francais-dalgerie-font-chanter-leurs-3-millions-de-voix

***********************************************

LA CONVENTION CANDIDAT/RAPATRIES ADRESSEE A TOUS LES CANDIDATS A LA PRESIDENTIELLE

La Convention Etat/Rapatriés présentée à tous les candidats.

Sont signataires

Mme Marien LE PEN (Front National) déjà signataire de la pétition nationale à Port-Barcarès lors des Journées du Savoir-faire "pied-noir" organisées par nos amis de l'USDIFRA

Jean-Marc GOVERNATORI (Alliance Ecologie Indépendante), adhérent et soutien de Jeune Pied-Noir

LETTRE OUVERTE AU CANDIDAT A LA PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE

Monsieur François HOLLANDE

Le 30 avril 2012

Monsieur le Candidat à la Présidence de la République,

Par un message électronique du 24 janvier 2012 , v ous nous avez confirmé votre position depuis 2005 que « La France s'honorerait en reconnaissant ses responsabilités dans l'abandon volontaire de nos concitoyens rapatriés et en particulier des harkis en 1962 » . C'est désormais fait par la voix du Chef de l'Etat.

Le 14 avril 2012, suite à sa visite au camp de Harkis de Rivesaltes, dans son allocution à Perpignan pour la remise de la Grand-Croix de la Légion d'Honneur à notre ami le général François MEYER, un juste qui a sauvé ses Harkis en n'acceptant pas d'appliquer les ordres criminels alors imposés par le gouvernement du général De Gaulle à l'armée française, le Président de la République a en effet reconnu la responsabilité de la France dans l'abandon des Harkis après le 19 mars 1962. Cinq ans après son engagement solennel du 31 mars 2007 devant plus de 200 représentants de la communauté harkie.

Un abandon qui ne pouvait conduire, comme l'avait démontré le professeur Maurice Allais dans son ouvrage « L'Algérie d'Evian » (L'Esprit Nouveau, juillet 1962), qu'au génocide de la population pro-française d'Algérie. Un abandon dont la conséquence dramatique avait été annoncée par le général De Gaulle   lui-même dans sa conférence de presse du 23 octobre 1958 : « Quelle hécatombe connaîtrait l'Algérie si  nous étions assez stupides et assez lâches pour l'abandonner ».

S'il a fallu cinq années au Président de la République pour honorer son engagement du 31 mars 2007, c'est parce que cette reconnaissance marque une rupture difficile dans 50 ans d'un « mensonge français » comme l'avait déjà souligné dans son ouvrage en 2003 son conseiller Georges-Marc Benamou. Le Chef de l'Etat a affirmé récemment dans le Figaro du 22 avril : « Tout doit être débattu, sans hypocrisie, sans esquive sans faux-fuyant. Les Français ont le droit à la vérité ». Beaucoup de nos compatriotes Harkis et Pieds-noirs doutent encore de sa volonté officielle de « vérité ». Car en 1962 la « France » c'était le général De Gaulle. Pour que sa reconnaissance du 14 avril 2012 soit effective, il faudrait que   « sans hypocrisie, sans esquive et faux-fuyant » il reconnaisse le véritable responsable de l'abandon et du massacre des Harkis et de milliers des disparus pieds-noirs et soldats français et que la Nation l'entérine par une loi.  Par sa politique algérienne du 19 mars 1962, le général De Gaulle est responsable d'un crime d'Etat qui a conduit à un crime contre l'Humanité . C'est ce que nous affirmons, à la suite du professeur Maurice Allais, depuis 1990 dans les médias et récemment encore dans Le Huffington Post. Sans jamais avoir été contredit.

Si vous êtes élu Président de la République le 6 mai prochain, quatre millions de Français rapatriés et descendants qui vont avoir à s'exprimer dans une semaine souhaiteraient savoir si, en assurant la continuité de l'Etat, vous allez demander à la Nation de reconnaître par une loi cette vérité sur la responsabilité du général De Gaulle dans leur abandon le 19 mars 1962. Pour beaucoup de Français d'Algérie et leurs nombreux amis, seule la reconnaissance de cette réalité historique est susceptible de les convaincre de la sincérité de votre engagement électronique du 24 janvier 2012.

Nous vous prions d'agréer, Monsieur Candidat à la Présidence de la République, l'expression de très haute considération.

 

Bernard COLL - Secrétaire général de JPN - BP 4 – 91570 Bièvres – Tel :06 80 21 78 54

Pour l'ensemble des soutiens de la campagne «2008-2012 : Vérité et Justice pour les Français rapatriés ».

 

S'engage par courrier

François HOLLANDE

Pour obtenir une copie de cette lettre - O6 80 21 78 54 ou mailto:jeunepiednoir@wanadoo.fr

LES AUTRES CANDIDATS :

Mise à jour du 7 avril 2012

Nicolas DUPONT-AIGNAN : Lettre expliquant qu'il ne souhaite pas signer

N'ont pas encore répondu malgré 3 relances par lettre et plusieurs rappels par téléphone.

François BAYROU

Mme Eva JOLY

Jean-Luc MELENCHON

Nicolas SARKOZY

CEUX QUI N'ONT PAS REPONDU PARCE QU'ILS NE SE PRESENTENT PLUS !

Dominique de VILLEPIN (n'a pas obtenu les 500 signatures !)

Mme Corinne LEPAGE (n'a pas obtenu les 500 signatures !)

Christine BOUTIN (ne se présente plus !)

Jean-Pierre CHEVENEMENT (ne se présente plus !)

Hervé MORIN (ne se présente plus !)

Frédéric NIHOUS (ne se présente plus !)

Les autres candidats n'ont pas été contacter faute de temps.

MEDIAS : voir les articles de VALEURS ACTUELLES et le site Internet LE POINT du 3 février 2012

 

HARKIS : jusqu'à quand Nicolas SARKOZY va-t-il "oublier" son engagement du 31 mars 2007 ?

Faite un clic droit et "enregistrer l'image sous". A joindre à vos courriels ou à coller sur vos correspondances adressées à l'Elysée !

CLIQUEZ SUR L'IMAGE POUR VOIR LA VIDEO

CLIQUEZ SUR L'IMAGE POUR VOIR LA VIDEO

L'ENGAGEMENT DE NICOLAS SARKOZY DE 2007 : MEME L'AFP S'EN SOUVIENT !

 

 COMMUNIQUE DE PRESSE 

23 janvier 2012

A la veille du 50e anniversaire de l'abandon de nos départements algériens, du génocide des Harkis et de leurs familles, du massacre de milliers de disparus européens d'Algérie et soldats français, les Etats français et algérien s'apprêtent-ils à reconnaître

le « crime d'Etat » du 19 mars 1962 ?

La Convention Nationale des Rapatriés, présidée par Pierre Descaves et Jeune Pied-Noir, représenté par Bernard Coll son secrétaire général, organisent demain mardi 24 janvier un petit-déjeuner de presse au Sénat qui réunira, les candidats à la présidence de la République qui ont accepté de signer la Convention Candidat/Rapatriés qui leur a été adressée. Par cette convention, les candidats – dont un est donné parmi les quatre premiers dans les sondages - s'engagent à présenter, dès la première législature suivant leur élection, un projet de loi de reconnaissance de la responsabilité de l'Etat français dans l'abandon et le massacre des Harkis et de leur familles, dans l'enlèvement et l'assassinat de milliers d'européens d'Algérie et de soldats français après la signature des « accords d'Evian » du 19 mars 1962 par le gouvernement français et le seul FLN. Une loi répondant à l'attente formulée depuis le 22 septembre 1995 par plus 200 associations de Français rapatriés et d'anciens combattants d'Algérie.

Ce projet de loi prévoit que l'ANIFOM devienne l'instance unique de dialogue Etat/Rapatriés afin de préparer la loi-cadre permettant de solder définitivement en 2013 la dette de la Nation envers nos compatriotes « rapatriés » d'Afrique du Nord et d'outre-mer spoliés par la politique de décolonisation de l'Etat français. Selon la dernière étude de l'IFOP, plus de 3,2 millions de votants « pieds-noirs » sont concernés, auxquels s'ajoutent 800.000 voix de la communauté harkie et les millions de voix des Français « indignés », selon la formule de Stéphan Hessel, par l'injustice subie depuis plus de 50 ans par nos compatriotes. Cette conférence de presse sera suivie, dès le lendemain, d'un colloque à l'Assemblée nationale, présidé par le député Elie Aboud et le président de la Mission Interministérielle aux Rapatriés, Renaud Bachy, sur le thème des réparations dues par la France et l'Algérie dans le cadre des « accords » d'Evian qui les engagent et qui n'ont jamais été appliqués. Au cours de ce colloque interviendront des historiens comme Guy Pervillé qui dénonce depuis 1984 la responsabilité du général De Gaulle dans la fin dramatique de l'Algérie française et Jean-Jacques Jordi, qui vient de confirmer dans son ouvrage « Un silence d'Etat  » (Soteca – 2011), à partir des archives officielles, la réalité des crimes commis par le FLN et le pouvoir gaulliste contre les Français d'Algérie. Des crimes déjà dénoncés dès 1962 par le professeur Maurice Allais, prix Nobel d'Economie, dans son ouvrage « L'Algérie d'Evian  » (réédition JPN -1999).

Les samedi 28 et dimanche 29 janvier 2012, lors des 6 e Rencontres Internationales du Cinéma de Patrimoine de Vincennes, seront présentés les films documentaires coproduits avec l'ECPAD « Harkis, histoire d'un abandon »   de Mme Marcela Feraru et « Harkis, les sacrifiés » de Taouès Titraoui et Bernard Coll, film dont la diffusion par l'ECPAD a été interdit par la présidence de la République car il présente l'engagement pris devant la communauté harkie le 31 mars 2007 par candidat Nicolas Sarkozy de reconnaître, s'il était élu, la responsabilité de l'Etat dans l'abandon et le massacre des Harkis. Ce dimanche 30 janvier aura lieu aussi l'inauguration par le maire de Perpignan du Centre de Documentation des Français d'Algérie. Perpignan est la ville qui accueille déjà le « mur » des disparus sur lequel figurent les noms des milliers de Français d'Algérie et soldats métropolitains disparus après le 19 mars 1962.

Le 4 février 2012, lors du colloque International « La tragédie des Harkis : un crime contre l'Humanité » , qui se tiendra à Paris, la Ligue des Droits de l'Homme demandera aussi la reconnaissance officielle du crime d'état du 19 mars 1962. Ce colloque, animé par Audrey Pulvar, verra les interventions de l'historien Benjamin Stora sur les causes du génocide des harkis et du journaliste Georges-Marc Benamoun, auteur d' « Un mensonge français » (Robert Laffont, 2003) qui avait affirmé dans Paris-Match N°2841 du 30 octobre 2003 : «Il y a eu 80.000 harkis morts. Paris a systématiquement entravé leur sauvetage. De Gaulle est bel et bien complicité d'un crime contre l'Humanité ». Enfin, le 8 février, le film « La valise ou le cercueil » de Charly Cassan et Marie Havenel sera présenté pour la première fois à Paris à l'Assemblée nationale. A 11 heures aura lieu une première séance réservée aux parlementaires, puis à 13 heures une séance ouverte au public. Ce film, dont le succès ne cesse de se confirmer à chaque projection, devrait être prochainement programmé par une chaîne de télévision.

L'année 2012 sera-t-elle, comme fut, 50 ans après, pour nos compatriotes juifs l'année 1995, celle de la reconnaissance officielle par les Etats français et algérien du crime d'état dont les Français d'Algérie furent les victimes innocentes?

CONTACT PRESSE : Bernard COLL

Tel : 06 80 21 78 54 - jeunepiednoir@wanadoo.fr 

*********

DANS LES MEDIAS

SUR CANAL +

PRESENTATION DE LA CONFERENCE DE PRESSE DANS UNE EMISSION SUR LES "RAPATRIES" DEBUT FEVRIER

SUR SUD-RADIO DANS L'EMISSION DE ROBERT MENARD

Mercredi 25 janvier 2012 de 7 h à 9 h

Entretien avec les candidats signataires de la Convention Candidat/Rapatriés

ACHETEZ VALEURS ACTUELLES et LE POINT

Jeudi 26 janvier 2012

 

 

J- moins quelles heures !

SECOND TOUR DE LA PRIMAIRE SOCIALISTE

APPEL DU 16 OCTOBRE 2011 A TOUS LES FRANÇAIS

Diffusion 16 octobre 2011 – 11 heures

Exprimez-vous vite sur le résultat du second tour de la primaire socialiste !

Les meilleures prévisions seront présentées sur le site Jeune Pied-Noir

http://jeunepiednoir.pagesperso-orange.fr/jpn.wst/

Testez vite votre capacité à analyser le contexte politique des prochaines élections. Soyez votre propre institut de sondage ! Redonnez de l'intérêt à un événement politique qui risque d'être un gros « flop ». A vous de le dire dès maintenant en répondant en quelques minutes aux questions que tout le monde se pose.

QUEL VA ETRE LE RESULTAT DU DUEL AUBRY/HOLLANDE AU SECOND TOUR DE LA PRIMAIRE SOCIALISTE DU 16 OCTOBRE 2011 ?

1 – La participation sera-t-elle en hausse, identique ou en baisse ?      Hausse  - Identique  - Baisse ( un seul choix ! Supprimez les autres)

Votre estimation en nombre de votants :         ?????    millions.

Le pronostic de JPN : forte baisse de la participation due au peu d'intérêt de ce second tour, le résultat étant connu d'avance. Estimation : moins de 2 millions. Probablement 1.6580.997 votants en y intégrant les « sans-papiers », les « jeunes » non-inscrits adhérents du PS, et les bulletins ajoutés, etc...

2 – Quel va être le score des « impétrants » selon l'expression de A. Montebourg ?

Martine AUBRY  :  ??? %

François HOLLANDE :  ??? %

Le pronostic de JPN : HOLLANDE avec 59,95 % des votants (« sans-papiers » et « jeunes » compris).

3 – Comment résumeriez-vous en une phrase l'impression que vous laisse ces trois semaines de sur-médiatisation folle de ce non-événement ?

Le sentiment JPN : « La montagne a accouché d'une souris ». Le PS aurait mieux fait de choisir son candidat tout seul. Le résultat aurait été le même. Beaucoup d'argent, de temps, d'énergie, etc... dépensés pour rien au détriment des 95% de Français qui n'ont pas participé à cette fausse « primaire » qui en final est un vrai bide.

IMPORTANT : Faites vite parvenir votre avis avant ce soir 16 octobre avant 18 heures.

Il y aura de bonnes surprises pour les meilleurs scores !

Et bonne soirée à vérifier vos prévisions !

Bernard COLL

Secrétaire général de JPN

BP 4 – 91570 Bièvres

06 80 21 78 54

Copiez ce texte et adressez-le à : mailto:jeunepiednoir@wanadoo.fr

Reproduisez et diffusez vite cet appel à vos parents, proches et amis !

Vous pourrez ainsi en famille ou avec vos amis passer une bonne soirée. Que le meilleur gagne !

 

ELECTION PRESIDENTIELLE 2012

Mise en ligne le 6 octobre 2011

VOTRE OPINION AU SUJET DE LA "TRIBUNE LIBRE"

Les Français doivent-ils allez voter à la primaire socialiste des 9 et 16 octobre 2011 ? Si oui, pour qui ?

JPN mettra en ligne, avec l'accord des auteurs, les opinions répondant à une analyse raisonnée et constructive de la proposition de la "Tribune libre" du 3 octobre. Il ne s'agit pas d'engager un débat stéril mais de réfléchir ensemble aux occasions qui nous sont offertes de nous exprimer publiquement afin de briser l'omerta dont notre communauté est victime depuis 50 ans .

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

De : Jean Manuel RICHIER [mailto:jean-manuel.richier@wanadoo.fr]
Envoyé : mercredi 5 octobre 2011 21:51
À : Jean-Manuel Richier
Objet : Envoi d'un message : Faut-il voter à la primaire socialiste ?

    Ce document qui émane d'un des nôtres mérite toute notre attention. A priori pourquoi voter aux primaires organisées par un parti dont nous sommes totalement éloignés, et qui est grandement responsable de l'état actuel de notre pays ?

    En réalité, et après y avoir bien réfléchi, il faut voter pour au moins deux raisons :

    -    la première c'est qu'elle nous offre l'occasion unique et parfaitement démocratique de faire bouger les lignes dans le seul parti socialiste d'Europe resté marxiste. L'objectif : éliminer la vieille garde d'"apparatchiks" énarques qui n'a rien compris à la crise, et menace d'appliquer un programme "mitterrando-jospinien" doublé de clientélisme, qui à défaut de nous envoyer dans le mur, nous y sommes déjà, nous enfoncera irrémédiablement. Leur devise : "pourquoi faire du neuf quand on peut faire du vieux" ? Dans ces conditions il faut voter des deux mains pour A. MONTEBOURG.

    Bien sûr il n'a pas le profil idéal, mais c'est le moins pire et il a à mes yeux trois qualités :

     1/ son discours sur la crise est clair et pertinent, il nous faut reprendre le contrôle du système bancaire qui nous a mis dans la situation où nous sommes, et remédier autant que possible à cette mondialisation, dont DELORS a été le chantre, qui détruit notre tissu industriel et nous ruine à la longue,

    2/ son discours sur l'Algérie prônant une réconciliation et non comme HOLLANDE une repentance, est acceptable pour nous sans oublier que sa mère est harki,

    3/ c'est apparemment un homme honnête, son attitude dans l'affaire GUERINI, contrairement à AUBRY qui a biaisé constamment, est exemplaire.

-     La deuxième raison c'est que si cette primaire est un succès, la fausse droite gaulliste devra s'aligner tôt ou tard, et là encore nous aurons la possibilité de faire bouger les lignes pour tenter d'éliminer la vieille garde gaulliste, qui tient d'une main de fer la politique de notre pays depuis un demi siècle et a puissamment contribué elle aussi à le mettre dans l'état où il est..

    Le "hic" c'est l'adhésion aux valeurs de la gauche, mais si on y regarde de plus près qui pourrait être contre les valeurs républicaines (qui d'ailleurs ne sont pas de la gauche mais appartiennent à l'ensemble des Français), de "liberté, égalité, fraternité et laïcité", qu'elle s'approprie indûment ? Cela étant il ne faudra pas hésiter à faire remarquer aux "socialos" qu'ils ont eu comme camarades de l'internationaliste socialiste, dont S. ROYAL est la présidente,  les "camarades" BEN ALI, MOUBARAK, et GBAGBO, qui n'étaient pas spécialement adeptes de ces fameuses valeurs, ce qui fait des socialistes un parti de "pharisiens"; il faudra d'une manière ou d'une autre leur dire que nous ne sommes pas dupes. 

        Je sais que mon point de vue sera controversé, je ne suis pas socialiste, tant s'en faut, mais je vais voter sans états d'âmes, au moins pour essayer de changer les choses et en essayant de voir plus loin.

    Amitiés à tous

J-M Richier.

ELECTION PRESIDENTIELLE 2012

Mise en ligne le 3 octobre 2011

TRIBUNE LIBRE

Les Français doivent-ils allez voter à la primaire socialiste des 9 et 16 octobre 2011 ?

Si oui, pour qui ?

Le Parti socialiste appelle les Français à s'exprimer les 9 et 16 octobre sur le choix de leur candidat pour l'élection présidentielle. Cette demande concerne tous les Français. Limitée en effet au seul vote des Français "socialistes" ou de "gauche", la légitimité du candidat ou de la candidat(e) élu(e) serait très réduite et peu conforme à l'esprit de l'élection présidentielle qui veut que le (ou la) président(e) soit celui (ou celle) de tous les Français. En effet, le PS, selon ses propres chiffres, en limitant le vote à ses seuls adhérents n'aurait qu'une ou deux centaines de milliers de votants. Sur environ 45 millions d'inscrits et, probablement, 38 millions de votants c'est bien peu ! En ouvrant l'élection à tous les Français, le Parti socialiste espère convaincre 600.000 Français. Et rêve d'un score d'un million de votes ! Une légitimité qui restera cependant encore bien réduite.

Faut-il que les Français "non-socialistes" refusent cette ouverture, somme toute très cohérente, qui leur est si généreusement offerte? Notre logique cartésienne, qui est le propre de l'esprit français, conduit, semble-t-il, à une réponse négative. Notre sensibilité aussi car qui peut refuser cette main si amicalement tendue ? Dans ce cas, pour qui voter ? La réponse est soufflée par tous les candidats socialistes eux-mêmes : pour le candidat du vrai changement ! Qui à ce jour a exprimé le mieux, les sondages en font foi, ce changement tant attendu ? Quel est l'élément le plus novateur, pour ne pas dire le plus révolutionnaire-conservateur, en rupture avec un passé socialiste hérité du système Deferre comme avec celui de la majorité actuelle empêtrée dans la Francafrique gaulliste? Le seul candidat socialiste qui répond à ce changement radical est incontestablement Arnaud MONTEBOURG. Il est pour la VI e République, seule voie possible pour revenir à une constitution redonnant le pouvoir "au Peuple souverain" . Il désire ardemment sortir de 50 ans de "mensonges français" et d'une mondialisation folle qui conduit, dans une quiétude apparente, au suicide des Nations et des Peuples.

A cette analyse de bon sens s'ajoutent des arguments plus stratégiques. Quel(le)s sont les candidat(e)s susceptibles d'être au second tour ? Dans le contexte actuel, si l'on se réfère aux sondages, il n'y a que l'actuel Président de la République (s'il se présente), le ou la candidat(e) socialiste et Marine LE PEN. Il apparaît donc important pour les électeurs "non-socialistes", qu'ils soient pour le Président actuel ou pour Marine LE PEN, de voir au second tour s'affronter les deux candidats ayant leur préférence. Et les "non-socialistes" sont majoritaires en France. Le Parti Anti-Capitaliste de Jean-Luc MELANCHON, favorable à la VI e République, ne devrait-il pas aussi appeler à voter Arnaud MONTEBOURG ? Tous les Français lassés de 50 ans de dérive politicienne, peuvent-ils raisonnablement voir au second tour s'affronter un(e) candidat(e) de "droite" avec des vieux routiers du système comme Mesdames Ségolène ROYAL et Martine AUBRY ou François HOLLANDE ?

Tous ces arguments cohérents agitent déjà bien des consciences françaises "non-socialistes". Ces Français - qui représentent quand même 75 % des votants - vont-ils s'arrêter au barrage moral imaginé par les socialistes qui, conscients du risque, ont prévu de faire signer aux courageux votants une adhésion à une charte des valeurs de "gauche" et à verser une obole d'un euro dans leur caisse ? Mais les "valeurs" de gauche ne sont-elles pas celles des Droits de l'Homme , préambule de notre actuelle Constitution ? Les "10 millions de Français d'Algérie à part entière" et d'outre-mer (alors encore des départements et territoires français) qui ont été à l'origine de la V e République en votant le 28 octobre 1958 l'actuelle Constitution à 96,2 % n'ont-ils pas aussi un impérieux devoir moral de contribuer à changer un système dans lequel ils avaient placé leur espérance et qui a été la source de leur malheur ? Que coûte-il de répondre au vœu le plus cher des candidats socialistes ? Que représente cet euro symbolique pour des "capitalistes" de droite ? N'est-il pas un meilleur placement financier que de contribuer à ce "changement" qui redonnera cette confiance tant attendue des bourses et des banques ? Que représente-t-il d'ailleurs par rapport au coût d'organisation de cette "primaire" supporté par tous les Français ? Arrêtons-là les arguments invitant à aller voter les 9 et 16 octobre. Chacun peut laisser son imagination compléter cette brève réflexion. Les Français peuvent-ils en effet laisser passer cette occasion unique de s'exprimer à une élection aussi importante pour eux ? Ne faudrait-il pas qu'une primaire semblable soit aussi organisée pour le choix du ou de la candidat(e) de l'UMP ?

Personnellement, je crois que je répondrai à l'appel si fraternel du Parti socialiste. Je le ferai à la fois comme simple citoyen français et, l'année 2012 marquant le 50 e anniversaire de note exode, comme "rapatrié" d'Algérie. Faut-il rappeler qu'Arnaud MONTEBOURG est lui-même un descendant des héros de notre glorieuse Armée d'Afrique ? Une armée composée de nos parents, ces " Africains venus des colonies pour libérer le Pays" , en passant en 1943 par l'Italie sous les ordres du général Alphonse JUIN, un "pied-noir" de Bône, puis en 1944 par la Provence, commandés par le général Jean de LATTRE de TASSIGNY, pour aller tremper le 19 mars en 1945 ses drapeaux victorieux dans le Rhin.

J'irai voter sauf si l'on arrive à me convaincre du contraire de façon raisonnée ou sentimentale. Et puis, un duel Marine LE PEN et Arnaud MONTEBOURG au second tour n'aurait -il pas aussi le grand mérite de redonner de l'intérêt à une élection qui s'enlise depuis des mois dans les "affaires" d'un pouvoir partagé depuis 50 ans par les mêmes ? Qui peut croire encore que nous ayant conduit à la situation actuelle, ils seront capables de nous en sortir ?

Il ne reste aux Français "non-socialistes" que quelques jours pour s'exprimer. Votre avis concerne tous les Français qui s'interrogent. Mais à l'heure d'Internet tout va si vite ! Et puis la parole, le téléphone, la télécopie, la photocopie et tous les autres moyens de reproduction et diffusion sont à la portée de tous. N'est-ce pas là une illustration concrète du "Peuple souverain" ? Pourquoi s'en priver ?

Ensemble tout est possible. Montrons-le.

Bernard COLL

Secrétaire général de Jeune Pied-Noir

JPN - BP 4 - 91570 Bièvres - Tel : 06 80 21 78 54

--------------------- 2012 : QUELLE STRATEGIE POUR LES FRANCAIS RAPATRIES ? ------------------

ELECTION PRESIDENTIELLE 2012

Mise en ligne le 4 octobre 2011

VERITE ET JUSTICE POUR LES RAPATRIES

2012 : Quelle stratégie pour les Français rapatriés ?

L'analyse de Jeune Pied-Noir

Cette élection sera notre dernière chance d'obtenir la reconnaissance de la responsabilité de l'Etat français dans les drames ayant suivi le 19 mars 1962. Ne la laissons pas passer !

Force est de constater qu'après plus de 4 années et demi de pouvoir le Président de la République, Nicolas Sarkozy, n'a tenu aucun des engagements pris envers les associations de Harkis et de Français rapatriés notamment celui de reconnaitre la responsabilité de l'Etat français dans l'abandon et le massacre des Harkis et de milliers de Français de toutes origines en Algérie en 1962. De cette reconnaissance dépend en effet la solution définitive des problèmes moraux et matériels non résolus depuis l'exode des Français d'Algérie, mais aussi de tous ceux des Français rapatriés du Maroc, de Tunisie et d'Outre-mer spoliés par une décolonisation imposée par l'Etat français.

Dès 1995, les Associations de rapatriés, réunies au Sénat le 22 septembre, adressèrent leur premier message dans ce sens au Chef de l'Etat, alors Jacques CHIRAC, en présence du ministre Roger Romani et de Guy Forzy, délégué aux Rapatriés. Fort d'une action constante auprès des élus et des médias, soutenue par plus de 16.000 pétitions et l'appui la quasi-totalité des associations de Français rapatriés, cet appel a été repris en 2007 dans les engagemens de l'actuel Président de la République mais aussi par le premier secrétaire du Parti Socialiste d'alors, François HOLLANDE. Il y a donc en parole, mais pas en acte, un consensus des deux partis au pouvoir depuis plus de 40 ans, et aussi d'une grande partie de la classe politique pour reconnaître cette dramatique réalité.

La tâche qui attend maintenant les Français rapatriés et leurs associations est historique : obtenir dans les mois qui viennent, que Nicolas SARKOZY tienne "scrupuleusement" cet engagement et demande au parlement le vote d'une loi dans ce sens. Au delà du 5 décembre 2011, si cette promesse n'est pas tenue, l'actuelle Chef de l'Etat ne pourra plus la tenir de façon effective, le Parlement n'ayant plus le temps de la concrétiser par une loi.

Dans le cas où le Chef de l'Etat ne respecte pas sa parole d'ici là, quel Français rapatrié pourra encore croire, comme essaie de le faire entendre le gouvernement, que Nicolas SARKOZY le fera avant la campagne présidentielle d"avril 2012 ? C'est pourquoi, JPN invite les Associations et les rapatriés à titre individuel à demander dès maintenant aux autres candidats ayant déjà annoncés leur candidature à Présidence de la République, de s'engager sur la reconnaissance de la responsabilité de l'Etat français dans l'abandon et le massacre des Harkis et de milliers de Français de toutes origines en Algérie en 1962, en signant la CHARTE DE LA RECONNAISSANCE A L'ELECTION PRESIDENTIELLE DE 2012.

JEUNE PIED-NOIR - BP 4 - 91570 BIEVRES

--------------------------- 2012 : CHARTE A ADRESSER A TOUS LES CANDIDATS -------------------------

ELECTION PRESIDENTIELLE 2012

Mise en ligne le 4 octobre 2011

ENGAGEMENTS DEMANDES AUX CANDIDATS A L'ELECTION PRESIDENTIELLE DE 2012 PAR LES FRANCAIS RAPATRIES

Pour la reconnaissance de la responsabilité de l'Etat français dans le "crime d'Etat" du 19 mars 1962

Message aux candidats déclarés ou potentiels

Mmes Martine AUBRY, Eva JOLY, Marine LE PEN, Ségolène ROYAL et MM. François BAYROU, François HOLLANDE, Arnaud MONTEBOURG, Dominique de VILLEPIN, ... et ceux à venir

Madame, Monsieur,

Vous avez annoncé publiquement votre intention d'être candidat à la Présidence de la République en 2012. Une année qui va aussi marquer le 50e anniversaire de l'abandon de nos départements algériens, accompagné de celui des Français musulmans ayant cru aux engagements solennels du général De Gaulle de juin 1958 et d'un massacre collectif prévu et annoncé par celui-ci dans sa conférence de presse du 23 octobre 1958. Ce "crime d'Etat" désormais reconnu par toutes les tendances politiques comme par les intellectuels, journalistes et historiens favorables durant la guerre civile d'Algérie au FLN, comme Jean DANIEL, Jean LACOUTURE, Germaine TILLON, etc... Les faits historiques permettent d'accuser, comme l'a fait Georges-Marc BENHAMOU dans Paris-Match en 2003, le général DE GAULLE responsable d'un "crime comme l'Humanité", accusation la plus grave qui puisse être adressée à un Chef d'Etat, puisque jusqu'à présent elle était réservée aux seuls responsables nazis de la seconde guerre mondiale. Et ceci sans que la famille, les proches, les héritiers et défenseurs de De Gaulle n'engagent le moindre procès en diffamation ! Ce qui démontre la véracité de cette accusation. La seule réplique possible pour les complices de ce crime c'est l'oubli. Un oubli qui, selon les propres terme du candidat Nicolas SARKOZY le 31 mars 2007 devant les représentants de la communauté harkie réunie à son siège de campagne, devient un nouveau crime. En ne tenant pas "scrupuleusement" son engagement avant la fin de la législature, Nicolas SARKOZY va-t-il devenir un criminel "mémoriel" comme le genéral DE GAULLE le fut avec sa prédiction du 23 octobre 1958 suivie en 1962 du massacre de 100.000 à 150.000 Harkis et leurs familles, citoyens français ?

Il reste plus à Nicolas SARKOZY que quelques mois avant le 5 décembre 2011, pour éviter de devenir un criminel mémoriel. Comme candidat, vous avez la possibilité de le lui a rappeler, comme l'ont fait les Présidents de la Ligue des Droits de l'Homme, sans succès, le 6 mars 2010 et le 7 décembre 2011 par un lettre ouverte, et comme l'ont fait 42 Associations de Français de Harkis, Pieds-noirs et Anciens combattants par 10 annonces publicitaires parues dans LE MONDE et LE FIGARO du 25 septembre 2008 au 25 septembre 2011. Le 25 septembre 2011 pour le 10e anniversaire de la journée nationale en HOMMAGE AUX HARKIS.

Nicolas SARKOZY tiendra-t-il prochainement cet engagement alors qu'il ne l'a pas fait durant 4 années et demi de pouvoir ?

Dans l'hypothèse désormais la plus probable qu'il ne le fasse pas, les Français "rapatriés" vous demande dès maintenant de vous engager sur ce point et sur sa mise en application dès votre première année de mandat en 2012. C'est l'objet de la CHARTE que nous vous présentons aujourd'hui et que nous vous demandons de bien vouloir nous retourner dans les meilleurs délais.

------------------------------- ENGAGEMENTS SUR L'HONNEUR POUR L'ELECTION PRESIDENTIELLE DE 2012 -------------------------------

AUX CANDIDATS

Je sousigné, M................................................................................................................................... candidat à l'élection présidentielle de 2012, m'engage à reconnaitre la responsabilité de l'Etat français dans l'abandon et le massacre des Harkis et de milliers de Français de toutes origines en Algérie après le 19 mars 1962.

Je m'engage à tenir cet engagement dès la première année de mon mandat présidentiel par le vote d'une loi définitive de reconnaissance et de réparation de la Nation envers les Français rapatriés complétant la loi du 23 février 2005 et intégrant l'ensemble des lois et mesures prises par l'Etat français depuis la première loi de 1961.

L'article 1 de cette loi de reconnaissance reprendra votre engagement de reconnaissance de la responsabilité de l'Etat français dans le "crime d'Etat du 19 mars 1962" en s'inspirant des proposition formulées en 2004 lors de la préparation de la loi du 23 février 2005 par les parlementaires et les Associations de Français rapatriés et dont la synthèse peut se résumer ainsi :

ART.1 - La Nation reconnaît la responsabilité de l'Etat français dans les massacres, enlèvements, et disparitions postérieures à la date du 19 mars 1962, des civils européens, des militaires et des civils harkis, et de leurs familles engagées à leurs côtés.

La mise en application dès 2012 de cet article premier, sera définie une commission paritaire Etat/Rapatriés dont les propositions formulées dans un projet de loi-cadre sur 5 ans seront présentées au Parlement pour un vote avant la fin de l'année 2012.

A cet effet, la loi de reconnaissance votée dès la première législature, comprendra les articles :

ART. 2 - Il est créé une commission paritaire Etat/Rapatriés devant présenter au Parlement un projet de loi-cadre sur 5 ans portant sur l''ensemble des mesures morales et matérielles permettant de solder définitivement la dette de l'Etat envers tous les Français rapatriés.

ART.3 - Cette proposition de loi-cadre sur 5 ans sera votée par le Parlement avant la fin de l'année 2012.

Fait à, le ................................... Le candidat - Signature, précédé de la mention manuscrite "lu et approuvé"

 

 

A retourner à Jeune Pied-Noir - BP 4 - 91570 BIEVRES ou à l'Association qui vous aura présenté cette charte.

------------------------- 2012 : QUELLE STRATEGIE POUR NICOLAS SARKOZY ? ----------------------

ELECTION PRESIDENTIELLE 2012

Mis sur site le 22 avril 2011

QUELLE STRATEGIE POUR NICOLAS SARKOZY ?

 

----------------------------- JEUNE PIED-NOIR ECRIT AU CHEF DE L'ETAT -------------------------------

ELECTION PRESIDENTIELLE 2012

Mis sur site le 4 octobre 2011

LETTRE OUVERTE INTERNET *

AU PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE

* Une "lettre ouverte Internet" permet de bénéficier des facilités des "liens" pour approffondir sa connaissance d'un point important présenté ne pouvant être développé dans un courrier. Outre l'envoi en recommandé avec AR, servant de justificatif officiel, qui a été adressé au Chef de l'Etat et remis personnellement à plusieurs de ses très proches "conseillers" et à ses multiples conseillers "rapatriés", chacun pourra trouver les références et sources justifiant les raisons de notre demande. Les puissants moteurs de recherche mis à la disposition des 73% Français disposant aujourd'hui d'internet leur offrent les moyens de contrôle et de vérification de la véracité des propos du Chef de l'Etat et permettent à tout un chacun de s'assurer de l'exactitude et la fiabilité des informations diffusées par Jeune Pied-Noir. Dans le cas contraire, les personnes citées sont invitées à faire part publiquement de leurs éventuelles remarques et compléments susceptibles de permettre à nos compatriotes "rapatriés" de se faire une opinion personnelle afin de décider, ayant été bien informés, de ce qui leur paraître le plus efficace de faire pour que les Harkis, Pieds-noirs et Amis victimes de la politique de décolonisation et d'abandon volontaire de nos départements algériens obtiennent enfin, 50 ans après l'exode de plus d'un million de Français d'Algérie de toutes origines et confessions VERITE et JUSTICE. Il n'appartient pas à Jeune Pied-Noir, qui a toujours considéré les Français comme des personnes responsables, de donner des consignes de vote.

APRES 4 ANNEES ET DEMI PERDUES, IL VOUS FAUT VOUS DECIDER VITE MAINTENANT !

Monsieur le Président de la République,

Lors de la campagne présidentielle de 2007, vous avez pris des engagements solennels auprès de la communauté des Français rapatriés et de ses représentants Harkis, Pieds-noirs et Anciens combattants présents aux réunions des 31 mars et 13 avril 2007 organisées à votre siège de campagne. Comme candidat, vous nous avez présenté vos réponses aux attentes résumées par nos compatriotes dans leurs Chartes, Motions et Messages qui ont été présentés à vos conseillers, et plus particulièrement à M.Renaud BACHY, alors Secrétaire général de la MIR et organisateur de ces rencontres.

De tous leurs attentes, celle que les Français rapatriés ont placée en premier depuis le 22 septembre 1995, est de la reconnaissance de la responsabilité de l'Etat dans les drames vécus par les Français d'Algérie de toutes origines après le 19 mars 1962, et plus particulièrement l'abandon et le massacre des Harkis et les milliers de disparus européens. Depuis le Message au Président de la République présenté au Sénat le 22 septembre 1995, en présence du ministre alors en charge des "rapatriés" M.Roger ROMANI, et remis en main propre à Guy FORZY, alors Délégué aux Rapatriés, 200 Associations de Harkis, Pieds-noirs et d'Anciens combattant et 16.000 de Français réclament en premier lieu cette reconnaissance officielle du " crime d'Etat du 19 mars 1962". Le 31 mars 2007, par un engagement solennel vous annonciez que vous repondriez favorablement à cette attente si vous étiez élu Président de la République. Cela vous avez valu de longs appaudissements de tous les responsables Harkis réunis, et ceux de M.Hamloui MEKACHERA, alors ministre délégué aux anciens combattants qui était à votre droite sur la tribune. Etaient aussi présents à cette réunion M.Claude GUEANT et Mme Chantal JOUANO.

Lorsque le 13 avril 2007 vous vous êtes exprimé librement devant les représentants "pieds-noirs" pour leur faire part personnellement de vos engagements en réponse à leurs légitimes revendications morales et materielles, j'ai eu l'honneur de vous poser la question qui s'imposait à la suite de votre engagement du 31 mars : "Quand allez-vous reconnaître officiellement la responsabilité de l'Etat dans l'abandon et le massacre des Harkis ?". Vous avez instantémment affirmé avec force : "Avant la fin de l'année 2007 !". La vingtaine participants*, comme Philippe NOUVION président du RECOURS, qui étaient présents ont été frappés de la détermination de votre réponse qui avait fusé avec conviction. Cette réunion avait lieu en présence d'André SANTINI, ancien Sécrétaire d'Etat aux Rapatriés, de Christian ESTROSI, ministre et maire de NICE, des députés Christian KERT, président de la commission d'élaboration de la loi du 23 février 2005, Michel DIEFFENBACHER et Philippe VITEL membres de cette commission, qui vous entouraient sur le podium et que vous nous avez présentés comme nos futurs interlocuteurs potentiels. Ne disposant pas de trace officielle de cette rencontre, M. BACHY ayant demandé aux participants, contrairement à la réunion du 31 mars qui s'était déroulée en présence des médias, de ne pas filmer, de prendre des photos ou d'enregistrer vos propos puisque vous nous alliez nous dévoiler de façon confidentielle et intime, le fond de votre pensée et votre stratégie vis-à-vis de l'Algérie afin qu'elle participe, conformément aux "accords" d'Evian du 19 mars 1962, à l'indemnisation des biens spoliés.

Vous avez été élu le 6 mai 2007, et les meilleurs spécialistes ont reconnu que vous aviez séduit par vos engagements lors de vos meetings une grande partie des voix rapatriés de la région PACA dont le vote était plus traditionnellement Front National.

Le 5 décembre 2007, journée nationale en mémoire des "Morts pour la France" en Afrique du Nord, comme Chef de l'Etat vous nous avez reçu à l'Elysée après votre voyage de trois jours en Algérie. A 8 heures du matin, la voix de Marc MESSIER, grand reporter à EUROPE 1, annonçait dans un "flash" exclusif que vous alliez tenir le soir à l'Elysée votre engagement de reconnaître la responsabilté de l'Etat dans l'abandon et le massacre des Harkis. Cette annonce, conforme au propos que nous aviez tenus, M. Renaud BACHY l'avez personnellement confirmé à Jeune Pied-Noir le 27 novembre 2007 en recevant nous recevant loguement à la MIR, le jour même où il venait d'en être nommé président après le départ précipité de son predécesseur M.Emmanuel CHARON. Elle a été reprise tout au long de la journée du 5 décembre sur toutes les télévisions, notamment sur France 2 par M.Boussad AZNI, président de Comité National de Liaison des Harkis, vice-président du Haut Conseil des Rapatriés et aussi Conseiller de l'éphémère Secrétaire d'Etat aux Anciens combattants et "rapatriés" M.Alain MARLEIX. Au lieu de cette reconnaissance nous eûmes droit de votre part, le soir à l'Elysée, à une version allégée du discours de Constantine sur " la colonisation un système injuste ", une colonisation composée de braves gens - nos ancêtres "pieds-noirs" et "harkis" - qui construisaient des routes, des ports, des barrages, des écoles, des hôpitaux, une agriculture prospère en y laissant des dizaine de milliers de morts pour assainir les marécages ... bref qui bâtissaient un pays moderne, tout ce qui manquait à la Régence turque d'Alger, ce pays "sans nom" selon la belle expression d'Emile-Félix GAUTHIER, que le Roi des Français LOUIS PHILIPPE baptisa officiellement en 1838 du nom d'Algérie. Tout cela, comme l'a affirmé de façon sommaire l'ancien Ambassadeur de France en Algérie Bernard BAJOLET, sans être démenti par le gouvernement, sous les lois "injustes" de la République française durant les 132 ans d'occupation française (sic). C'est cet "oubli" de vos engagements, ce changement de cap et cette reconstruction de l'Histoire - dus, paraît-il selon M. Renaud BACHY et plusieurs journalistes présents dans l'avion vous ramenant le 5 décembre 2007 d'Algérie - à votre conseiller Henri GUAINO - que vous semblez avoir définitivement adoptés. Le soir même, les Associations conviées depuis des décennies aux réunion officielles Etat/Rapatriés - la Fédération Nationale des Cercles Algérianistes, le Comité de Liaison des Associations Nationales de Rapatriés (C.L.A.N.R.), le Comité de Liaison des Associations Indépendantes et Revendicatives de Rapatriés (C.L.A.I.R.-R.) et Jeune Pied-Noir - adressaient aux médias un communiqué de presse faisant part de leur profonde déception.

Ce point capital de la reconnaissance de la responsabilité de l'Etat, aujourd'hui première de toutes les revendications des "Rapatriés", figurait déjà en première position des 29 points revendiqués par le premier Haut Conseil des Rapatriés dans son bilan 2004, le seul HCR qui, sous la présidence de M.Alain VAUTHIER a réellement fonctionné, et dont Philippe NOUVIOU et Boussad AZNI étaient les vice-présidents. 

Pour éviter que vos engagements ne sombrent définitivement dans "l'oubli", de septembre 2008 à aujourd'hui, 42 Associations de Rapatriés et Anciens combattants, dont l'UNC, vous l'ont rappelé dans une campagne exceptionnelle de dix publicités payantes parues dans Le MONDE et Le FIGARO, deux quotidiens lus par toute la classe politique. Le 25 septembre 2010, à l'occasion de la 10e Journée national en Hommage aux Harkis, notre association vous a adressé le DVD "Harkis, les sacrifés", réalisé en co-production avec l'ECPAD avec le soutien financier de la DMPA, dans lequel est présenté ce temps fort de votre allocution : "Si je suis élu Président de la République, je veux reconnaître officiellement la responsabilité de la France dans l'abandon et le massacre des Harkis et d'autres milliers de "musulmans français" qui lui avaient fait confiance, afin que l'oubli ne les assassine pas une nouvelle fois."

Le 22 septembre 2012, la 10e annonce parue dans Le Figaro vous renouveler notre légitime demande. Après avoir entendu durant 4 années les 16 conseillers « rapatriés » de l'Elysée, de Matignon, et de 5 Secrétariat d'Etat aux Anciens Combattants et (accessoirement) aux Rapatriés MM. MARLEIX, BOCKEL, FALCO, JUPPE et LONGUET- dans l'ordre de leur nomination et départ souvent rapide - MM. Erard CORBIN de MANGOUX, Boussad AZNI, Cl APPUZESSE, Maxime TANDONNET, Xavier DELARUE, Eric ETIENNE, Alexandre PASCAL, et Mmes Mathilde LIGNOT-LELOUP et Odile FROUMENT, et dernièrement votre Directeur de Cabinet M.FREMONT, que les représentants des associations ont rencontrés, en présence de l'inamovible M.BACHY, lors d'une bonne quarantaine de réunions diverses et variées, comme M. FALCO lui-même lors de sa dernière réunion le 6 juillet 2011 au Secrétariat d'Etat, ou M. BACHY était à ma droite : "Nous posons vos questions à Matignon et à l'Elysée mais nous n'obtenons aucune réponse ni du Premier ministre ni du Chef de l'Etat".  Les annonces faites par M. BACHY dans son allocution de ses voeux aux "Rapatriés" le 26 janvier 2011 - allocution qui selon lui « n'avait pas vocation à être diffusée», selon sa réponse laconique à la diffusion imprévue faite par notre association, dans laquelle il expliquait que le site de la MIR est toujours en panne. Et ceci depuis des années !

Comme Chef de l'Etat vous êtes le seul à pouvoir tenir les engagements du candidat Nicolas SARKOZY.

Le 25 septembre 2011, vous avez honoré de votre présence, ce que vous n'aviez jamais fait depuis sa création en 2001 par Jacques CHIRAC, la Journée nationale d'HOMMAGE AUX HARKIS dont le Nation commémorera le 10e anniversaire le 25 septembre 2011. Une cérémonie au corus de laquelle vous n'avez même pas lu le discours préparé par M. Renaud BACHY. Un discours pourtant présenté dans la plaquette de 24 pages remise aux participants comprenant une histoire des Harkis émaillée à chaque page d'erreurs et de contradictions. Nous avions fait depuis 6 ans - d'abord à M.BACHY, puis aux 16 conseillers « rapatriés » rencontrés en quatre - la proposition d'un grand spectacle audiovisuel retransmis en direct sur une chaîne publique de télévision (France 2 nous doit bien cela depuis la diffusion le 23 janvier 2008 des "Porteuses de feu " documentaire faisait l'apologie du terrorisme FLN) comme cela le fût pour l'hommage au général LECLERC, pour LA LEGION ETRANGERE ou dernièrement pour LE SPECTACLE EQUESTRE DE SAUMUR. L'Etat français devait bien cela aux Harkis et à leurs enfants. L'argument de refus du budget nécessaire de 150.000 euros ne peut être accepté car cette somme ne représente pas ce que certaines associations de rapatriés ou non reçoivent de l'Etat en quelques années et ceci pour certaines depuis des décennies. A ce sujet nous vous serions reconnaissants de demander à M.BACHY de publier, comme la loi l'exige, l'usage qu'il a fait du budget de la MIR durant ces 4 dernières années et les subventions allouées aux associations de Rapatriés depuis 2003, date à laquelle ces chiffres ne sont plus accessibles. Une demande renouvelée ensuite plusieurs fois par écrit au président de la MIR et auprès du Groupe d'étude parlementaire « rapatriés » président par le député Elie ABOUD. Sans succès.

Il est de même pour l'hommage national officiel aux "Morts pour la France" en AFN du 5 décembre. Depuis sa création en 2002 par Jacques CHIRAC, ni vous comme Chef de l'Etat, ni François FILLON comme premier ministre n'avez trouvé le temps de parcourir les 500 mètres qui séparent l'Elysée et Matignon du Quai Branly. Ni l'un, ni l'autre vous n'avez estimé nécessaire de recevoir les familles de disparus de l'après 19 mars 1962, des victimes du massacre du 26 mars 1962 de la rue d'Isly à Alger ou des disparus d'Oran du 5 juillet 1962. Pourtant, en 4 années et demi de pouvoir, vous avez reçu personnellement à l'Elysée des dizaines de familles de victimes de « faits divers », et M. FILLON a tout de même trouvé le temps en 2007 de faire 7000 km pour aller honorer la mémoire deux françaises disparues en Argentine.

Faut-il reprendre tous les autres dossiers que M. Renaud BACHY connaissait aussi bien depuis 1994 ou il était déjà un "ami" des Français rapatriés :

- LE PLAN EMPLOI HARKIS (quels résultats ?),

- LE VOTE D'UNE LOI RENDANT POSSIBLE L'APPLICATION DE L'ARTICLE 5 DE LA LOI DU 23 FEVRIER 2005 PROTEGENT LES HARKIS DES INSULTES DONT ILS SONT REGULIEREMENT L'OBJET DANS LES MEDIAS (proposition de loi déposée en février 2010 par Raymond COUDERC, sénateur-maire de Béziers et grand ami d'Hubert FALCO, sans résultat à ce jour !)

- LES DISPARUS, LE RESPECT DE NOTRE HISTOIRE, LE 19 MARS, LE MEMORIAL de la FRANCE D'OUTRE-MER DE MARSEILLE (en attente depuis 27 ans !),

- LE RETOUR DU MUSEE LYAUTEY DE LA PORTE DOREE A SA VOCATION (devenu en 4 ans seulement le Musée de l'Immigration),

- LA FONDATION DE LA MEMOIRE (bien silencieuse depuis sa création il y a 6 mois par M.FALCO),

- NOTRE PRESENCE DANS MEDIAS (où sont les engagements de France 2 ?), 

- LE RENOUVELLEMENT DU 4e HAUT CONSEIL DES RAPATRIES (en panne depuis 13 mois !),

- LA REALISATION D'UN MEMORIAL NATIONAL A PARIS AUX UN MILION DE FRANCAIS D'AFN et DES COLONIES "MORTS POUR LA FRANCE" (2 réunions et puis plus rien !),

- LES ARCHIVES DE "L'ALGERIE FRANCAISE" DE L'INA (données à l'Algérie algérienne pour qu'elle réalise et diffuse sans droits ses propres « documentaires »), 

- NOS CIMETIERES EN ALGERIE,

- L'INDEMNISATION (enterrée par le rapport du CES du 19 décembre 2007),

- NOS LIEUX DE MEMOIRE comme LA STELE DE MARIGNAN et les autres condamnés, et aussi, entre autres, l'annonce du défilé des troupes algérienne le 14 juillet 2012 sur les Champs Elysées, l'hommage à Aimé CESAIRE, etc... Une réunion d'une demi-journée suffira-t-elle ?

La liste des attentes auxquelles M.BACHY aurait déjà dû obtenir depuis 4 ans des réponses du gouvernement et qu'il s'est montré impuissant de répondre lors des deux dernières réunions avec M.FALCO comme Secrétaire d'Etat aux "Rapatriés" et les Associations.

Dans ce contexte , est-il raisonnable de penser que vous tiendrez durant ces derniers mois de Président de la République les engagements vous n'avez pas tenus en 4 années et demi de pleins pouvoirs ? Vous seul pouvez encore répondre à cette question. Or seule une cette réponse favorable à cette légitime demande permettra d'apporter une solution de toutes les autres légitimes revendications de nos compatriotes.

Devant votre "oubli", les Français Rapatriés lassés par cette attente inutile de quatre nouvelles années s'ajoutant aux 45 précédentes, vont renouveler une nouvelle fois leur démarche auprès des candidats à l'élection présidentielle de 2012 en leur demandant de nouveau de s'engager publiquement devant les Français rapatriés, avec cette fois-ci, par précaution, l'engagement écrit de faire voter en 2012 un loi définitive de reconnaissance complétant la loi du 23 février 2005 (cf. notre site), regrettant d'être obligés avoir recours à cette démarche, la parole donnée n'étant plus, comme aux temps des paysans maquignons de nos provinces profondes, respectée par le "premier des Français". A l'époque, le non respect de la poignée de main entre hommes de parole suffisait pour jeter l'oppobre public sur celui qui n'avait respecter son engagement.

Cette lettre est, en quelque sort, un main qui vous tendue une dernière fois. Après, cela ne dépend que de vous.

L'année 2012 qui s'annonce riche en événements avec l'élection présidentielle, le 50e anniversaire de notre exode qui est aussi, il ne faut pas l'oublier celui de l'abandon de nos départements algériens et la naissance de l'Algérie indépendante dont nous fûmes chassés au nom du très démocratique slogan « La Valise ou le Cercueil » - titre et sujet de l'excellent film récent du cinéaste et réalisateur Charly CHASSAN - et ceci dans la Patrie des Droits de l'Hommes, malgré la Constitution française votée en septembre 1958 à 96,2% par les "10 millions de Français à part entière d'Algérie" selon la célèbre déclaration du général De Gaulle du 4 juin 1958 sur le Forum d'Alger, les "garanties" d'Evian, les Associations humanitaires et les hommes politiques de gauche et de droite au pouvoir devenus aussi amnésiques de leurs engagements précédents. Décidemment ces troubles de la mémoire inquiétants et persistants semblent plus particulièrement toucher cette catégorie de Français de 1962 jusqu'à aujourd'hui et semble vous atteindre aussi ?

Nous vous prions de croire, Monsieur le Président, à l'expression de notre Haut considération.

Taouès TITRAOUI - M'sila - 1950 - Fille de Harki, active depuis 1974, Membre du HCR depuis sa création - Elue local (3e mandat)
Responsable Relations Publiques de JPN

Bernard COLL - Alger - 1947- 4e génération - Père oranais - Mère : Algéroise - Formation : Ingénieur télécom et cadre marketing/communication - retraité. Actif depuis 1974. Nous sommes les auteurs, entre autres, du LIVRE DES HARKIS (JPN 1991) et du DVD HARKIS LES SACRIFIES (JPN 2010) et les concepteurs-réalisateurs de la campagne "HOMMAGE AUX HARKIS" - Secrétaire général de JPN
http://jeunepiednoir.pagesperso-orange.fr/jpn.wst/

-------- APPEL AUX MINISTRES, PARLEMENTAIRES, PERSONNALITES, RESPONSABLES RAPATRIES, PRESENTS LORS DES ENGAGEMENT EN 2007 DE NICOLAS SARKOZY -----------

ELECTION PRESIDENTIELLE 2012 Mis sur site le 18 avril 2011 VERITE ET JUSTICE POUR LES RAPATRIESAPPEL AUX MINISTRES, PARLEMENTAIRES, PERSONNALITES, RESPONSABLES RAPATRIES, PRESENTS LORS DES ENGAGEMENT EN 2007 DE NICOLAS SARKOZYLes Français "Rapatriés" que vous representé ne risquent-ils pas de s'étonner de votre long silence ?

Monsieur le Président, Cher Compatriote, Comme nous vous étiez présents le 31 mars et le 13 avril 2007, lorsque le candidat Nicolas SARKOZYN+ nous a présenté ses engagements pour répondre aux attentes de TOUS nos compatriotes (cf. sur notre site les Chartes "rapatriés" notamment celle du CLAN-R et la MOTION DU COLLECTIF de MARSEILLE du 13 MAI 2008 à la rédaction desquelles JPN a participé), ou qui eurent aussi le privilège d'être invités par le Chef de l'Etat lors de la mémorable soirée du 5 décembre 2007 à l'Elysée, au cours de laquelle le nouveau Président de la République devait tenir son principal engagement, comme il l'avait affirmé avec force le 13 avril 2007 en répondant à la question que je lui avait posée : "Quand allez-vous reconnaître officiellement la responsabilité de l'Etat dans l'abandon et le massacre des Harkis ?". Tous les participants, comme Philippe NOUVION alors président du RECOURS, qui étaient présents ont été frappés de la détermination de la réponse de Nicolas SARKOZY qui avait fusé en quelques secondes : "Avant la fin de l'année 2007 !". Ce que, le matin du 5 décembre 2007, EUROPE 1 puis toutes les télévisions avaient confirmé. Au lieu de cela nous eûmes droit, le soir à l'Elysée, de la part du Chef de l'Etat  à un "reprise" allégée du discours de Constantine sur " la colonisation un système injuste" , une colonisation composée de braves gens, nos ancêtres, qui construisaient des routes, des ports, des barrages, des écoles, des hôpitaux, une agriculture prospère en y laissant des dizaine de milliers de morts pour assainir les marécages ... bref qui bâtissaient un pays moderne, tout ce qui manquait à la Régence turque d'Alger dans ce pays "sans nom", que le Roi Louis Philippe baptisa alors d'Algérie. Tout cela, comme l'a affirmer l'ancien Ambassadeur de France en Algérie Bernard BAJOLET sans être démenti par le gouvernement, sous les lois de la République française durant 132 ans (sic). Philippe NOUVION peut vous en parler car il a rencontré cet étonnant représentant de la France. C'est cette reconstruction de l'Histoire, due probablement au très gaulliste conseiller Henri GUIANO, que semble avoir été définitivement adoptée Nicolas SARKOZY et son entourage. nous étonnons toujours du très long silence de la grande majorité des représentants rapatriés et Anciens combattants HARKIS/PN présents

ADRESSEZ-NOUS VITE VOTRE TEMOIGNAGE !

--------------------------- REUNION DU RECOURS A AGEN - 7 MAI 2011 --------------------------------

ELECTION PRESIDENTIELLE 2012

Mis sur site le 18 avril 2011

VERITE ET JUSTICE POUR LES RAPATRIES

LETTRE OUVERTE AU PRESIDENT DU RECOURS

Propositions de Jeune Pied-Noir pour contribuer aux attentes des Français "Rapatriés"

Monsieur le Président, Cher Compatriote,

Votre heureuse initiative d'une réunion avec M. BACHY met de rompre un silence de plus de 9 mois dans le dialogue Etat/Rapatriés.

Ne pouvant nous rendre à votre aimable invitation pour une raison de santé, nous vous prions de bien vouloir trouver, ci-après, nos premières réflexions et propositions pour contribuer à l'avancement des attentes de nos compatriotes spoliés moralement et matériellement par la politique de l'Etat français depuis 1962.

Nous nous étonnions en effet, et nous ne sommes probablement pas les seuls, du silence des Associations ayant participer au dialogue officiel l'Etat/Rapatriés suite aux vœux présentés à la communauté "Rapatriés" par M. Renaud BACHY le 26 janvier dernier, puis à sa nomination très discrète comme Directeur général de l'ANIFOM que nos compatriotes ont pu découvrir grâce à la diffusion des Bulletins JPN N°220 et N°221 (cf. le site JPN via Google).

Comme nous nous étonnons toujours du très long silence de la grande majorité des représentants rapatriés et Anciens combattants HARKIS/PN présents le 31 mars et le 13 avril 2007, lorsque le candidat Nicolas SARKOZYN+ nous a présenté ses engagements pour répondre aux attentes de TOUS nos compatriotes (cf. sur notre site les Chartes "rapatriés" notamment celle du CLAN-R et la MOTION DU COLLECTIF de MARSEILLE du 13 MAI 2008 à la rédaction desquelles JPN a participé), ou qui eurent aussi le privilège d'être invités par le Chef de l'Etat lors de la mémorable soirée du 5 décembre 2007 à l'Elysée, au cours de laquelle le nouveau Président de la République devait tenir son principal engagement, comme il l'avait affirmé avec force le 13 avril 2007 en répondant à la question que je lui avait posée : "Quand allez-vous reconnaître officiellement la responsabilité de l'Etat dans l'abandon et le massacre des Harkis ?". Tous les participants, comme Philippe NOUVION alors président du RECOURS, qui étaient présents ont été frappés de la détermination de la réponse de Nicolas SARKOZY qui avait fusé en quelques secondes : "Avant la fin de l'année 2007 !". Ce que, le matin du 5 décembre 2007, EUROPE 1 puis toutes les télévisions avaient confirmé. Au lieu de cela nous eûmes droit, le soir à l'Elysée, de la part du Chef de l'Etat  à un "reprise" allégée du discours de Constantine sur " la colonisation un système injuste" , une colonisation composée de braves gens, nos ancêtres, qui construisaient des routes, des ports, des barrages, des écoles, des hôpitaux, une agriculture prospère en y laissant des dizaine de milliers de morts pour assainir les marécages ... bref qui bâtissaient un pays moderne, tout ce qui manquait à la Régence turque d'Alger dans ce pays "sans nom", que le Roi Louis Philippe baptisa alors d'Algérie. Tout cela, comme l'a affirmer l'ancien Ambassadeur de France en Algérie Bernard BAJOLET sans être démenti par le gouvernement, sous les lois de la République française durant 132 ans (sic). Philippe NOUVION peut vous en parler car il a rencontré cet étonnant représentant de la France. C'est cette reconstruction de l'Histoire, due probablement au très gaulliste conseiller Henri GUIANO, que semble avoir été définitivement adoptée Nicolas SARKOZY et son entourage.

Par un Message au Président de la République présentée au Sénat et remis en main propre à Guy FORZY, alors Délégué aux Rapatriés et ancien Président du RECOURS, 200 Associations de Harkis/PN et 16.000 de Français réclament en premier lieu la reconnaissance du " crime d'Etat du 19 mars 1962", et ceci depuis le 22 septembre 1995 (cf. notre site), dont Philippe NOUVION, a été signataire lors du Congrès du Cercle Algérianiste de La Grande Motte en 2003. Ce que 42 Associations de Rapatriés et AC, dont l'UNC, ont rappelé au Président de la République dans une campagne de 8 annonces parues dans le MONDE et le FIGARO de septembre 2008 à septembre 2010 (cf. le site JPN).

Or ce point capital, première de toutes les revendications des "Rapatriés" n'apparait pas dans l'ordre du jour de votre réunion du 7 mai. Elle figurait pourtant déjà en première position des points revendiqués par le premier HCR en 2004 dont Philippe NOUVIOU et Boussad AZNI étaient alors les vice-présidents.  Or seule une réponse favorable de l'Etat à cette légitime demande permettra d'apporter une solution de TOUTES les autres attentes dont vous proposez de débattre . Cette revendication première a encore donné lieu récemment à de nombreuses actions des Harkis, Pieds-noirs et Amis à PARIS avec la présence pendant durant plus de deux ans de nos amis Zohra BENGUERRAH et Hamid BOURAI devant l'Assemblée nationale et en province, notamment dernièrement à NIMES, à l'action spectaculaire de la COORDINATION du MOUVEMENT HARKIS DU GARD ou à celles contre le 19 mars menées par des "jeunes pieds-noirs" comme Lionel VIVES, Jean-Yves BARRERE à BAYONNE, Bernard CINI à VALENCE, ou par les Associations à TOULOUSE, ISTRES, NARBONNE, NICE, ou PERPIGNAN.... aidés efficacement par le Cercle Algérianiste, le Comité Véritas, l'ANFANOMA, le CLAN-R, le Comité PACA Non au 19 mars 1962 du dynamique Hervé CUESTA, le CRI de notre ami Jaques TORRES, JPN, etc... Nous sommes désolés de ne pouvoir toutes les mentionner, mais en quelques secondes chacun peut suivre les actions de nos associations grâce à GOOGLE ou par l'excellent bulletin de presse quotidien du ponctuel Jean-Louis GRANIER ou encore par RADIO-TELEVISION PIEDS-NOIRS du dynamique Jean-Pierre ERNST ! A quelque jours près, votre réunion, si elle s'était tenue le 13 mai, aurait eu le caractère symbolique de marquer le 3e anniversaire de la grande manifestation de MARSEILLE due à nos amis André LORE et Jean-Paul SELLES et aux Associations qui les ont soutenus, dont le RECOURS. Une manifestation unitaire collective réussie que vous retrouverez comme temps fort de la communauté en fin du documentaire DVD "HARKIS LES SACRIFIES" que nous allons vous adresser par courrier.

Ce bref rappel, nous invite à vous demander s'il vous encore possible d'inscrire la "reconnaissance officielle par Nicolas SARKOZY, Président de la République française, du crime d'Etat du 19 mars 1962" dans les questions de votre réunion ?
 
M.BACHY aura-t-il la réponse ? Que pourra-t-il dire de plus aux personnes qui vont se déplacer, parfois de loin, pour entendre ce que nous ont dit durant 4 années les 16 conseillers « rapatriés » de l'Elysée, Matignon, du Secrétariat d'Etat aux Anciens Combattants et (accessoirement) au Raptriés que nous avons rencontrés, en présence ou non de M.BACHY, lors d'une bonne quarantaine de réunions diverses et variées, comme M. FALCO lui-même lors de sa dernière réunion le 6 juillet 2011 au Secrétariat d'Etat, ou M. BACHY était à ma droite :    "Nous posons vos questions à Matignon et à l'Elysée mais nous n'obtenons aucune réponse ni du Premier ministre ni du Chef de l'Etat". Les responsables "rapatriés" venus de loin pour le voir, auront-ils à cœur de faire dépenser à leurs associations plusieurs centaines d'euros pour entendre une redite des non réponses de M. BACHY, ou son discours du 26 janvier 2011 « qui n'avait vocation à être diffusé » (on se demande alors pourquoi il l'a prononcé ?) selon sa réponse laconique à notre diffusion imprévue, accessible gracieusement sur notre site ou disponible en DVD pour la somme modique de 13 euros port compris auprès de JPN ? Car le site de la MIR est toujours en panne. Et ceci depuis des années !

M. BACHY n'y est en effet pour rien dans cela. Seul le Chef de l'Etat peut tenir ses engagements en prenant enfin la décision de le faire. Sa réponse à ce jour ne tient-elle pas dans son silence et dans ses actes depuis 4 années de pouvoir ?

- Outre qu'il n'a tenu personnellement aucun de ses engagements, Nicolas SARKOZY n'a jamais honoré de sa présence une seule Journée nationale d'HOMMAGE AUX HARKIS depuis sa création en 2001 dont le Nation commémorera le 10e anniversaire le 25 septembre 2011. Nous serions heureux que le RECOURS apporte son soutien au projet présenté par JPN depuis 6 ans d'abord à M.BACHY, puis aux 16 conseillers « rapatriés », d'un grand spectacle audiovisuel retransmis en direct sur une chaîne publique de télévision (France 2 nous doit bien cela depuis la diffusion des "porteuses de mort" documentaire faisait l'apologie du terrorisme FLN) comme cela le fût pour l'hommage au général LECLERC, pour LA LEGION ETRANGERE ou dernièrement pour LE SPECTACLE EQUESTRE DE SAUMUR. L'Etat français doit bien cela aux Harkis et à leurs enfants. L'argument de refus du budget nécessaire de 150.000 euros ne peut être accepté car cette somme ne représente pas ce que certaines associations de rapatriés ou non reçoivent de l'Etat en quelques années et ceci pour certaines depuis des décennies. A ce sujet, pourriez-vous d'ailleurs demander à M.BACHY de publier, comme la loi l'exige, l'usage qu'il a fait du budget de la MIR durant ces 4 dernières années et les subventions allouées aux associations de Rapatriés depuis 2003, date à laquelle ces chiffres ne sont plus accessibles ? Un engagement verbal qu'il avait fait  pourtant lors de ses vœux en 2008 à Thierry ROLANDO, Président du Cercle Algérianiste, et moi-même lorsque nous lui en avions fait la demande. Une demande renouvelée ensuite plusieurs fois par écrit au président de la MIR et auprès du Groupe d'étude parlementaire « rapatriés » président par le député Elie ABOUD. Sans succès.

- Il est de même pour l'hommage national officiel aux "Morts pour la France" en AFN du 5 décembre. Depuis sa création en 2002 par Jacques CHIRAC, ni Nicolas SARKOZY, ni François FILLON n'ont trouvé le temps de faire les 500 mètres qui séparent l'Elysée et Matignon du Quai Branly. Ni l'un, ni l'autre n'ont estimé nécessaire de recevoir les familles de disparus de l'après 19 mars 1962, des victimes du massacre du 26 mars 1962 de la rue d'Isly à Alger ou des disparus d'Oran du 5 juillet 1962. Pourtant, en 4 années de pouvoir, M. SARKOZY a reçu personnellement à l'Elysée des dizaines de familles de victimes de « faits divers », et M. FILLON a tout de même trouvé le temps en 2007 de faire 7000 km pour aller honorer la mémoire deux françaises disparues d'Argentine.

Faut-il reprendre tous les autres dossiers que vous connaissez aussi bien que nous : LE PLAN EMPLOI HARKIS (quels résultats ?), LE VOTE D'UNE LOI RENDANT POSSIBLE L'APPLICATION DE L'ARTICLE 5 DE LA LOI DU 23 FEVRIER 2005 PROTEGENT LES HARKIS DES INSULTES DONT ILS SONT REGULIEREMENT L'OBJET DANS LES MEDIAS (proposition de loi déposée en février 2010 par Raymond COUDERC, sénateur-maire de Béziers et grand ami d'Hubert FALCO, sans résultat à ce jour !) LES DISPARUS, LE RESPECT DE NOTRE HISTOIRE, LE 19 MARS, LE MEMORIAL de la FRANCE D'OUTRE-MER DE MARSEILLE (en attente depuis 27 ans !), LE RETOUR DU MUSEE LYAUTEY DE LA PORTE DOREE A SA VOCATION (devenu en 4 ans seulement le Musée de l'Immigration), LA FONDATION DE LA MEMOIRE (bien silencieuse depuis sa création il y a 6 mois par M.FALCO), NOTRE PRESENCE DANS MEDIAS (où sont les engagements de France 2 ?), LE RENOUVELLEMENT DU 4e HAUT CONSEIL DES RAPATRIES (en panne depuis 13 mois !), LA REALISATION D'UN MEMORIAL NATIONAL A PARIS AUX UN MILION DE FRANCAIS D'AFN et DES COLONIES "MORTS POUR LA FRANCE" (2 réunions et puis plus rien !), LES ARCHIVES DE "L'ALGERIE FRANCAISE" DE L'INA (données à l'Algérie algérienne pour qu'elle réalise et diffuse sans droits ses propres « documentaires »), NOS CIMETIERES EN ALGERIE, L'INDEMNISATION (enterrée par le rapport du CES du 19 décembre 2007), NOS LIEUX DE MEMOIRE comme LA STELE DE MARIGNAN et les autres condamnés, et aussi, entre autres, l'annonce du défilé des troupes algérienne le 14 juillet 2012 sur les Champs Elysées, l'hommage à Aimé CESAIRE, etc... Une réunion d'une demi-journée suffira-t-elle ?

La liste des attentes auxquelles M.BACHY aurait déjà dû répondre depuis 4 ans, vous la trouverez aussi dans les comptes-rendus que JPN a diffusés dans ses Bulletins d'information relatifs aux deux dernières réunions avec feu M.FALCO comme Secrétaire d'Etat aux "Rapatriés" et les Associations (cf. le site JPN). N'ayant reçu des associations présentes à ces réunions aucune demande de correctif (sauf une précision de Gilles BONNIER sur les cimetières) ou d'ajout, nous pouvons penser que leur contenu répond à la réalité.

Dans ce contexte, est-il raisonnable de penser que Nicolas SARKOZY tiendra dans sa dernière année de Président de la République les engagements qu'il n'a pas tenus en 4 années de plein pouvoir ?
Ne faudrait-il pas plutôt que les Français Rapatriés organisent eux mêmes fin 2011 des ETATS GENERAUX  à PARIS pour demander – comme l'a fait fin 2004 avec efficacité l'USDIFRA et son Président, notre ami Gabriel MENE, à NIMES, avec le soutien de JPN – en invitant les candidats à l'élection présidentielle de 2012 et à leurs partis de s'engager publiquement devant les Français rapatriés, avec cette fois-ci, par précaution, de prendre aussi l'engagement de faire voter en 2012 un loi définitive de reconnaissance complétant la loi du 23 février 2005 ?  (cf. notre site). Une approche d'UNION DANS L'ACTION qui semble retenir l'attention de nombreuses Associations, comme Le RNFAA de notre ami Pierre DESCAVES.

Restant à votre disposition pour toute information complémentaire pouvant vous être utile dans la préparation de l'important réunion publique que vous avez pris l'heureuse initiative d'organiser, nous invitons tous nos compatriotes qui peuvent le faire à s'y rendre pour s'exprimer directement car il n'est pas mentionnée de restriction sur l'invitation, sauf peut-être la taille de la salle, problème pratique qui peut toujours se régler. Et aussi du restaurant si M. BACHY, qui n'a dû dépenser tout son budget de fonctionnement vu son activité durant ces 4 années, avait la bonne idée d'inviter tous les participants au déjeuner amical prévu après la réunion. Car selon ses propos du 26 janvier 2011, M. BACHY ne compte que des amis dans la communauté rapatriés, même ceux qui demandent comme notre ami Boussad AZNI Vice-président du HCR et du COMITE DE LAISON HARKIS et 20 Associations dont JEUNE PIED-NOIR sa démission depuis novembre 2008 ! Pour les responsables rapatriés qui ne peuvent si rendre, ils peuvent comme nous, vous faire part de leurs questions par Internet. C'est gratuit, rapide et tout le monde pourra ainsi être informés de leurs attentes et propositions.

Bon succès et gagnons ensemble pour que TOUS nos compatriotes obtiennent de l'Etat français, à l'occasion de cette année 2012 qui s'annonce riche en événements avec l'élection présidentielle, le 50e anniversaire de notre exode qui est aussi, il ne faut pas l'oublier celui de l'abandon de nos départements algériens et la naissance de l'Algérie indépendante dont nous fûmes chassés au nom du très démocratique slogan « La Valise ou le Cercueil » - titre et sujet de l'excellent film récent du cinéaste et réalisateur Charly CHASSAN - malgré les Droits de l'Hommes, la Constitution française votée en septembre 1958 à 96,7% par les "10 millions de Français à part entière d'Algérie" selon la célèbre déclaration du général De Gaulle du 4 juin 1958 sur le Forum d'Alger, les "garanties" d'Evian, les Associations humanitaires et les hommes politiques de gauche et de droite au pouvoir devenus aussi amnésiques de leurs engagements précédents. Décidemment ces troubles de la mémoire inquiétants et persistants semblent plus particulièrement toucher cette catégorie de Français de 1962 jusqu'à aujourd'hui.

Ne vous connaissant pas suffisamment, sauf pour vous avoir entrevu rapidement lors de quelques réunions Etat/Rapatriés, et souhaitant mieux connaître vos actions en faveur de nos compatriotes nous avons regardé le site du RECOURS, qui est le même que celui de MEMOIRE DE LA FRANCE D'OUTRE de notre ami PAUL MEFRET, dont tout les participants à NICE 1987 se souviennent du rôle fondamental dans le succès de cet événement international. Le site n'a pas été mis à jour depuis un certain temps, semble-t-il. Et via GOOGLE nous avons trouvé par votre nom "Gérard SCHETTINI" 48 résultats, mais malheureusement peu d'informations sur vous que :

- né à Sainte-Maure de Peyriac et que vous avez déjà reçu M. BACHY l'an dernier en janvier 2010

Votre lieu de naissance est-il une erreur du journaliste ? Merci de bien vouloir permettre aux destinataires de disposer d'informations plus fiables et complètes : né à, années, activités pour les "Rapatriés" depuis quand, résultats obtenus, etc... Mieux se connaître permet de mieux s'apprécier et notre Association désire contribuer à la promotion, dans la transparence, de tous les talents de notre communauté. Et Dieu sait s'ils sont nombreux !

Bien cordialement et restant à votre disposition,

Amitiés Harkis et Pieds-noirs

Taouès TITRAOUI - M'sila - 1950 - Fille de Harki, active depuis 1974, Membre du HCR depuis sa création - Elue local (3e mandat)
Responsable Relations Publiques de JPN

Bernard COLL - Alger - 1947- 4e génération - Père oranais - Mère : Algéroise - Formation : Ingénieur télécom et cadre marketing/communication - retraité. Actif depuis 1974. Nous sommes les auteurs, entre autres, du LIVRE DES HARKIS (JPN 1991) et du DVD HARKIS LES SACRIFIES (JPN 2010) et les concepteurs-réalisateurs, avec le regretté Jean-Claude KHIARI, de la campagne "HOMMAGE AUX HARKIS" - Secrétaire général de JPN

LA TRANSPARENCE DE JEUNE PIED-NOIR depuis 29 ans, c'est plus de 50.000 soutiens de Harkis/PN/AC durant cette période, et en 2012 le soutien financier de 42 Amicales et Associations de Rapatriés/AC/Amis, de 1500 adhérents et donateurs pour un budget de 48.000 euros dont 6500 euros de subvention de la DPMA pour la réalisation, en coproduction avec l'ECPAD, du DVD "HARKIS LES SACRIFIES". Taux d'indépendance dans nos projets 2012 : 86%. Par principe JPN ne demande pas de subvention de fonctionnement mais uniquement des subventions sur projet, ce qui donne à notre Association un taux de liberté de 100%.

Voir le site JPN et nos ouvrages pour notre parcours plus détaillé.
http://jeunepiednoir.pagesperso-orange.fr/jpn.wst/

* Sauf erreur de mémoire, ont participé à la réunion du 13 avril 2007 : Mmes Nicole FERRANDIS, MONTERO, Taouès TITRAOUI et MM Bernard CEPI, COLL, COLLIN, FADDA, LEVY, NOUVIOU, SAINSOT, SEROIN, VALLAT

---- QUELLE STRATEGIE POUR LES AUTRES CANDIDATS A LA PRESIDENTIELE DE 2012 ? ---

SPECIAL ELECTION PRESIDENTIELLE 2012

15 avril 2011

SECOND TOUR DE L'ELECTION PRESIDENTIELLE

Consensus sur la reconnaissance de la responsabilité de l'Etat français de 1962

Les Français d'AFN et d'Outre-mer rapatriés attendent des actes concrets immédiat de Nicolas Sarkozy et des engagements contractuels des autres candidats sur la reconnaissance officielle de la responsabilité de l'Etat français dans les drames qui ont suivi les accords d'Evian du 19 mars 1962.

Si Nicolas Sarkozy s'est clairement engagé à reconnaître la responsabilité de l'Etat français dans l'abandon et le massacre des Harkis, de leurs familles et de milliers de Français d'Algérie de toutes origines après le 19 mars 1962 (cf. Le Monde des 3, 21 et 22 avril 2007), si le Parti Socialiste, par la voix de son secrétaire général François Hollande, a déclaré être prêt à "reconnaître la responsabilité de l'abandon volontaire des harkis par le gouvernement français en 1962" (cf. Libération du 11 avril 2007), Mme Ségolène Royal n'a pas encore pris personnellement position sur cette demande des Français rapatriés, première de toutes leurs revendications. Elle a aussi refusé de recevoir les Associations de Harkis et Pieds-noirs avant son élection attitude injustifiable de la part d'une candidate à la présidence de la République, poste où elle deva représenter tous les Français, sans exclusion. Jeune Pied-Noir appellent les deux candidats à concrétiser par des actes forts leurs engagements avant le second tour, notamment en recevant une délégation de victimes du FLN et la répression de l'Etat français de 1962 et en répondant au questionnaire "Vérité et Justice pour les Français rapatriés".

Trois millions de Français rapatriés et leurs amis feront l'élection du prochain Président de la République

Français d'Afrique du Nord et d'Outre-mer et Amis soutenez notre action auprès des deux candidats en leur adressant des courriels, lettres, télécopies..
. soutenant notre demande

---------------------------------- QUELS CHOIX POUR LES ELECTEURS "RAPATRIES" ----------------------------

ELECTION PRESIDENTIELLE 201218 avril 2011QUEL CHOIX AU PREMIER TOUR POUR LES 2 MILLIONS D'ELECTEURS RAPATRIES?

Voter pour les candidats ayant signé la Charte de la reconnaissance officielle de la responsabilité de l'Etat français dans les drames qui ont suivi les accords d'Evian du 19 mars 1962, première de toutes les revendications des Association de Français rapatriés.

Les associations de Français rapatriés et ceux qui souhaitent les soutenir, ne doivent avoir qu'un seul objectif prioritaire, suite logique de l'action qu'elles mènent depuis le 22 septembre 1995, obtenir des principaux candidats à l'élection présidentielle la reconnaissance de la responsabilité du gouvernement français de 1962 dans les conséquences dramatiques pour les Français d'Algérie du non-respect des accords d'Evian qui a conduit à l'abandon volontaire et au massacre de plus de 100.000 harkis et de leurs familles, à l'assassinat et la disparition de plusieurs milliers de Français d'Algérie de souche européenne et de soldats métropolitains.

Il aura fallu 45 ans pour qu'aujourd'hui grâce à l'action inlassable des associations de Français rapatriés plus personne ne nie, à droite comme à gauche, la réalité de ces crimes.

Il est certain que l'électorat des Français rapatriés spoliés par la politique de décolonisation de l'Etat français, qui représente 3 millions d'électeurs sans lesquels aucun candidat ne peut être présent au second tour, va se porter massivement dès le premier tour vers les candidats qui ont répondu à leur principale attente.

Comment pourraient-ils en effet accorder leurs voix à Mme Ségolène Royal et à M. François Bayrou qui ont refusé de les recevoir, de les écouter et de répondre à leurs légitimes attentes marquant ainsi leur mépris pour cette catégorie de Français qui gène leur conscience et celles de leurs amis? Comment les Français d'Algérie et leurs nombreux amis métropolitains pourraient-ils accorder leurs voix à des candidats qui n'ont pas voulu s'engager personnellement sur la reconnaissance du crime d'Etat du 19 mars 1962, laissant le soin à leurs collaborateurs de prendre position ou de démentir leurs propos ?

Le dimanche 22 avril les Français rapatriés et leurs amis seront se souvenir de leur comportement indigne de candidats à la magistrature suprême de la France, fonction qui implique de représenter tous les Français sans exclusion.

Trois millions de Français rapatriés et leurs amis feront l'élection du prochain Président de la République

Français d'Afrique du Nord et d'Outre-mer et Amis reproduisez et diffusez largement

cet appel par tous les moyens possibles ! Merci.

------------------------------------------------------------ ARCHIVES ----------------------------------------------------------

22 avril - 6 mai 2012

L'objectid de JPN était de faire s'engager les candidats sur la reconnaissance officielle de la responsabilité de l'Etat Français de 1962. Pour les candidats chaque voix compte car l'important est d'arriver au deuxième tour. Une variation de quelques dizaines de milliers de voix pouvait faire la différence. Et nous sommes trois millions de Français "rapatriés".AU PREMIER TOURLes Français d'AFN et de leurs amis ont obtenu des engagements précis, écrits et publics des principaux candidats en réponse aux des lettres, questionnaires, chartes etc... qui leur ont été adressés. Certaines réponses auraient méritées d'être explicitées. Cependant sur le point essentiel de la reconnaissance de la responsabilité du gouvernment français de 1962, J-M Le Pen, N. Sarkozy et Philippe de Villiers se sont prononcés pour et le Parti Socialiste aussi par la voix de François Hollande.AU DEUXIEME TOUR

Le candidiat élu s'est engagé publiqument à reconnaître la responsabilité de l'Etat de 1962. Il s'est aussi engagé à tenir ses engagements ! Notre rôle constite donc maintenant à l'aider à tenir ses promesses envers les Harkis et les Pieds-noirs dans les délais les plus brefs.

------- DECLARATIONS DES CANDIDATS SUR LES RAPATRIES OU LA COLONISATION ---------

Tous les candidats ont reçu la lettre et le questionnaire "Vérité et Justice pour les Français rapatriés" présentant les attentes les plus significatives des Français spoliés par la politique de décolonisation de l'Etat français.

José BOVET - - Tel : - Courriel : Lettre JPN envoyée le 23 février 2007 - En attente d'une déclaration officielle du candidat José Bovet.CPNT - 245, Bd de la Paix - 64000 Pau - Tel : 05 59 14 71 71- Courriel : cpnt.fred@9online.frLettre JPN envoyée le 23 février 2007 - En attente d'une déclaration officielle du candidat Frédéric Nihous.

LES VERTS - 6, rue du Chaudron - 75010 Paris - Tel : 01 53 19 53 00 - Courriel : contact@voynet2007.frLettre JPN envoyée le 23 février 2007 - En attente d'une déclaration officielle de la candidate Mme Dominique Voynet.

LUTTE OUVRIERE - BP 233 - 75865 Paris Cedex 18 - Tel : 01 48 10 86 29 - Courriel communication : mauthey@wanadoo.frLettre JPN envoyée le 23 février 2007 - En attente d'une déclaration officielle de la candidate Mme Arlette Laguiller

LCR - 27, rue Taine 75012 Paris - Tel : 01 48 70 42 30 - Courriel : lcr@lcr-rouge.orgLettre JPN envoyée le 23 février 2007 - En attente d'une déclaration officielle du candidat Olivier Besancenot.

FRONT NATIONAL - Front National - 4 rue Vauguyon - 92210 St Cloud - Tél. : 01.41.12.10.00

Lettre JPN envoyée le 18 février 2007 - Réponse officielle confirmant le discours du 24 mars à Nîmes.

----------------------------- QUELLE STRATEGIE POUR LE PARTI SOCIALISTE ? --------------------------------

SPECIAL ELECTION PRESIDENTIELLE 2012

PARTI SOCIALISTE10, rue de Solférino - 75007 Paris - Tel : 01 45 56 77 00

15 avril 2011

JEUNE PIED-NOIR DEMANDE AUX CANDIDATS DE TENIR LES ENGAGEMENTS DU PS EN 2007

LETTRE OUVERTE A M. FRANCOIS HOLLANDE


Monsieur le Candidat à l’élection présidentielle,Les multiples appels et messages des Associations de rapatriés vous demandant de les recevoir personnellement sont, à ce jour, restés sans réponse. Votre « Lettre ouverte aux associations de rapatriés et de harkis » du 26 mars 2007, qui avait pourtant suscité un intérêt certain par son originalité et ses ouvertures, aurait mérité des éclaircissements et des précisions de votre part.Vous semblez ne pas vouloir rencontrer les Français rapatriés, qui sont pourtant pour beaucoup d’entre eux, comme vous, des « africains », ce qui est surprenant pour quelqu’un prônant le dialogue et la concertation avec tous les Français. Mais ce qui nous inquiète d’avantage c’est votre déclaration dans le débat d’hier de ne pas vous considérer engagée par les déclarations publiques faites en votre nom par François Hollande, Premier secrétaire du Parti Socialiste. Or sur la première de toutes les revendications des Français rapatriés, François Hollande a affirmé que le Parti Socialiste « reconnaîtrait la responsabilité de l’abandon volontaire des harkis par le gouvernement français en 1962 » en soulignant que cette décision était prise « dans la continuité des engagements de Ségolène Royal » (cf. dépêche AFP du 10 avril 2007).Que vous refusiez de ne pas recevoir les représentants des Français rapatriés est déjà choquant. Que vous n’assumiez pas les déclarations faites en votre nom par le premier responsable de la formation politique dont vous êtes issue constituerait une tromperie indigne, si vous étiez élue, de la première Dame de France, représentant le Peuple français, c’est à dire de tous les Français, rapatriés compris.Plus de trois millions de Français d’AFN et d’Outre-mer rapatriés et leurs familles attendent donc une de vous prise de position claire, avant le second tour, sur votre engagement ou non de reconnaître la responsabilité de l’Etat français de 1962 dans les crimes commis contre les Français d’Algérie après le 19 mars 1962.Dans cette attente,Nous vous prions de croire, Madame la candidate à la Présidence de la République, à l'assurance de nos sentiments les plus distingués.

Mme Taouès TITRAOUI, Membre du Haut Conseil des Rapatriés, Maire-adjoint Bernard COLL, Secrétaire général de Jeune Pied-Noir

Fichier pdf contenant le communiqué de presse AFP du 10 avril : CLIQUEZ ICI

 

SPECIAL ELECTION PRESIDENTIELLE 2007

11 avril 2007

le PS reconnaît le crime d'Etat du 19 mars 1962

Le consensus des candidats éligibles sur la reconnaissance de la responsabilité dans l'abandon volontaire des harkis et des pieds-noirs par le gouvernement français de 1962 marque la fin d'un mensonge d'Etat de plus de 45 ans.

Avec l'adhésion du Parti Socialiste, il aura fallu plus de onze années pour que tous les candidats en position éligible à la Présidence de la République reconnaissent une réalité historique admise désormais par une majorité de Français : le « crime d’Etat » du 19 mars 1962 qui conduisit aux massacre de plus de 100.000 harkis et à l'assassinat et à la disparition de milliers d'européens d'Algérie et de soldats français, en violation des accords d'Evian.C’est le 22 septembre 1995 que les associations de Français rapatriés réunies au Sénat demandèrent, sur une initiative de Jeune Pied-Noir, que soit reconnue officiellement la responsabilité de l’Etat français dans les massacres et crimes commis contre les Français d’Algérie (Dossier complet sur l’historique de cette action comprenant l’ensemble des lettres adressées à Jacques Chirac et François Mitterrand, leurs réponses et celles des Ministres concernés, les documents, communiqués et articles de presse – 30 € auprès de JPN – BP 4 – 91570 Bièvres).

Pour enregistrer le communiqué AFP et les articles de presse : Cliquez ICI

****************************************** TEXTE COMPLET DE LA DEPECHE AFN ********************************************
Partis-PS-présidentielle-harkis
Hollande rappelle les engagements de son parti sur les harkis

PARIS, 10 avr 2007 (AFP) - François Hollande, premier secrétaire du parti socialiste, a rappelé mardi que son parti "reconnaît la responsabilité de l'abandon volontaire des harkis par le gouvernement français en 1962", "dans la continuité des engagements pris par Ségolène Royal".
François Hollande a reçu ce mardi plusieurs associations représentant les harkis, selon un communiqué du PS.
Cette rencontre intervient après que l'association "Jeune pied noir", une des principales associations de rapatriés et harkis, a interrogé tous les candidats à la présidentielle sur les conséquences de la Guerre d'Algérie.
Au vu de la réponse de Ségolène Royal qui leur est parvenue la semaine dernière, "Jeune pied noir" avait regretté dans un communiqué qu'elle ne réponde pas "à la principale des attentes des Français d'Algérie, celle de reconnaître (...) les drames de la décolonisation".
Ils demandaient aussi à être reçus par elle "avant le premier tour de l'élection et non après celle-ci", si elle est élue, comme elle le leur proposait.
Dans sa lettre, en date du 28 mars, dont le texte a été transmis à l'AFP, Mme Royal s'engage à mettre en oeuvre, si elle est élue, une politique sur quatre thèmes : "devoir de connaissance", "travail de mémoire", qui doit pouvoir "se développer sans repentance ni amnésie", "solidarité et reconnaissance de la nation", avec des correctifs aux lois d'indemnisation des rapatriés, et enfin "engagement de l'avenir", avec "mesures d'aide systématique aux descendants de harkis qui s'investissent dans la vie économique, sociale et culturelle de la France".
Le communiqué du PS non seulement réitère la reconnaissance par le PS de l'abandon des harkis par le gouvernement, mais affirme que "la nouvelle majorité adoptera un texte sur cette reconnaissance explicite".
Il rappelle aussi que le groupe socialiste à l'Assemblée nationale avait déposé un amendement à la loi de février 2005 reconnaissant cet abandon, amendement qui "n'avait pas été accepté par la majorité UMP/UDF".
chc/jmt/sh

Lettre envoyée le 18 février 2007 - Réponse de la candidate reçue le 28 mars.

SPECIAL ELECTION PRESIDENTIELLE 2012
Paris - avril 2012

Lettre ouverte aux associations de rapatriés et de harkis

Dans le cadre de cette élection présidentielle, vous avez souhaité interroger les différents candidats sur les questions concernant le traitement des conséquences de la Guerre d’Algérie.
Je suis sensible à vos interrogations qui me relient à mon histoire personnelle et à celle de ma famille.
La Guerre d’Algérie et, plus largement la longue période de la colonisation, puis celle, plus courte, et souvent plus dramatique de la décolonisation, ont marqué le destin de nombreux Français.
Je souhaite répondre à leurs interrogations et proposer à la France une politique globale de réconciliation avec son histoire. Le calendrier nous dicte nos responsabilités. Le prochain Président de la République achèvera son mandat en 2012, année du 50ème anniversaire de la fin de la Guerre d’Algérie. Cette année-là doit être celle de la mémoire apaisée. A cette fin, et durant le quinquennat et la législature, je m’engage à mettre en oeuvre une politique structurée autour de quatre grands thèmes.
Mon premier engagement est celui du devoir de la Connaissance Le Gouvernement, sous mon impulsion, s’engagera à favoriser la recherche historique sur l’ensemble de la période de la colonisation par l’attribution de bourses de recherche, l’ouverture des archives, le soutien aux publications et l’organisation de colloques. Une commission indépendante sera créée pour traiter les grandes questions qui divisent aujourd’hui les Français :
- le rôle de la colonisation française
- les drames liés à la fin de la Guerre d’Algérie (le massacre des Harkis, la fusillade de la rue d’Isly, les tueries d’Oran, le rapatriement des Pieds noirs…).
Chaque année, le ministre des Anciens Combattants présentera au Parlement, dans le cadre du débat budgétaire, l’état de ces recherches.Mon deuxième engagement est celui du travail de Mémoire Celui-ci doit pouvoir se développer sans repentance, ni amnésie. Ni la mémoire de la colonisation, ni celle de la guerre d’Algérie n’ont vocation à développer la repentance franco-française mais, au contraire, elles doivent renforcer le partenariat franco-africain et avec les pays de l’ancienne Indochine.
Le Gouvernement, sous mon impulsion, s’engagera à créer une Fondation pour la Mémoire de la colonisation et de la décolonisation. Cette fondation devra fédérer l’ensemble des acteurs qui oeuvrent pour cette mémoire – associations de rapatriés, de harkis, d’anciens combattants et historiens.
Elle recevra la charge de la sauvegarde de l’ensemble des lieux du souvenir de cette période historique dans l’ensemble des pays concernés par cette histoire.
Elle sera également chargée de superviser la création des centres mémoriaux à vocation pédagogique. Enfin, elle aura compétence pour proposer les différents éléments historiques qui pourraient légitimement se retrouver dans les programmes scolaires.
Mon troisième engagement est celui de la solidarité et de la reconnaissance de la Nation. Je m’engage, tout au long de ce quinquennat, à conduire une politique qui doit approfondir ces droits inaliénables.
Dès ma prise de fonction, je demanderai la création d’une commission du bilan chargée de faire une étude exhaustive des interventions mises en oeuvre par l’État depuis 1962 en faveur des harkis, des rapatriés et des anciens combattants.
Cette commission, présidée par le président de la Cour des Comptes, fera des propositions afin de corriger ou de compléter les droits ouverts.
Je demanderai que ce rapport soit présenté au Gouvernement en novembre 2007 afin d’inscrire au budget 2008 les propositions qu’il retiendra et qui seront présentées au Parlement.
Dès à présent, je m’engage pour que ce Droit à Réparation s’exerce en particulier pour les enfants des harkis ayant transités au moins trois ans dans les camps d’hébergement temporaire, pour les harkis prisonniers de l’ALN, dont le statut devra être celui de prisonnier de guerre, pour les rapatriés oubliés par les différentes lois d’indemnisation et pour l’ensemble des rapatriés pour lesquels des correctifs seront apportés aux lois d’indemnisation.
Mon quatrième engagement est celui de l’avenir. Le Gouvernement, sous mon impulsion, mettra en place des mesures d’aide systématique aux descendants de harkis qui s’investissent dans la vie économique, la vie sociale et culturelle de la France.
Cet engagement pour l’avenir se traduira également par la proposition de la création d’une année de « la France dans le Monde » en 2012, année dont les rapatriés, les harkis, les anciens combattants seront les acteurs principaux.
« L’obligation de l’avenir » c’est aussi mettre la connaissance des hommes et des femmes qui ont construit les pays et les départements qui étaient sous la responsabilité politique de la France au XIXème et XXème siècle au service de la politique méditerranéenne et plus largement mondiale de la France d’aujourd’hui.
Élue Présidente de la République, j’aurai besoin de tous celles et ceux qui ont construit la France universelle. Ségolène ROYAL

Pour enregistrer la lettre de Mme Ségolène Royal en format pdf - Cliquez ICI

 

Ségolène ROYALE (socialiste)A Fort-de-France, Ségolène Royal dénonce le "colonialisme"
FORT-DE-FRANCE (AFP), 16:46
© AFP
La candidate socialiste à la présidentielle Ségolène Royal et Aimé Césaire, le 26 janvier 2007 à Fort-de-France en Martinique. La candidate socialiste à la présidentielle Ségolène Royal a prononcé une violente charge contre le "colonialisme" vendredi à Fort-de-France, ajoutant au passage une pique contre la droite et ses rapports avec les Renseignements généraux.Sous la halle qui abrite le marché, à proximité des étals et devant quelque 400 personnes, Mme Royal a rappelé qu'en 1978, à sa sortie de l'Ena, elle avait fait un stage à la préfecture de Fort-de-France, où elle avait demandé à rencontrer Aimé Césaire."Cette visite me fut interdite. Ce fut un choc pour moi", a-t-elle raconté, en affirmant qu'Aimé Césaire, ce "lutteur qui tenait tête au pouvoir conservateur", était "infréquentable" pour "l'Etat français et la droite de l'époque". "Mais a-t-elle vraiment changé, car cette demande de rendez-vous a du être inscrite sur ma fiche des Renseignements généraux", a-t-elle ironisé, faisant allusion à la violente polémique qui l'oppose à son rival UMP Nicolas Sarkozy autour de l'enquête des RG sur un membre de son équipe de campagne."J'ai mieux compris ce jour là, et je ne l'oublierai pas, ce qu'était le pouvoir néo-colonial", a-t-elle dit, en saluant "Aimé Césaire et tous les militants qui ont continué à parler malgré les baillons". "Il a fallu attendre François Mitterrand et 1981 pour que la liberté d'expression de ces militants soit rétablie sur les ondes. J'ai continué à nourrir ma révolte de ces mots incandescents", a-t-elle ajouté. Le discours sur le colonialisme d'Aimé Césaire "devrait être appris dans toutes les écoles de France", a-t-elle dit.Mme Royal s'en est également pris à "l'exécrable loi votée par la droite sur les soi-disant bienfaits de la colonisation". "Cette lecture révisionniste de l'histoire était inacceptable. Le colonialisme, c'est un système de domination, de spoliation, et d'humiliation", a-t-elle dit.

RAPPEL HISTORIQUE : Mme Royal ignore probablement que François MITTERRAND a été ministre de la France d'Outre-mer et qu'il était ministre de la justice lors des attentats terroristes du FLN en 1954-55 puis Garde des Sceaux et qu'à ce titre il a refusé la grâce de 55 condamnés à mort du FLN qui ont été guillotinés ! Derrière le tendre poète Aimé Césaire se cache un stalinien pur et dur, contempteur des crimes du communisme (100 millions de morts), ami de Frantz Fanon, intellectuel français auteur des "damnés de la terre" pour lequel Jean-Paul Satre, un autre humaniste, a écrit dans la préface de son ouvrage : "un bon colon est un colon mort. Cela fait deux hommes libérés, le colon et le colonisé". Il va s'en dire que tous ces braves gens étaient ou sont contre la peine de mort... pour les terroristes et les assassins. Pas pour les victimes pour lesquelles on ne peut plus rien faire et donc qui ne présentent plus d'intérêt. Ni leurs familles non plus.

Extraits du discours Ségolène Royal à Toulon le 17 janvier 2007"...Je veux une France qui assume avec lucidité une histoire partagée, respectueuse de toutes les mémoires et accueillante à tous les siens.......Ni amnésie, ni repentance, je veux une France capable de porter un regard apaisé et de poser des mots justes sur son histoire....

Je veux que les enfants des harkis et ceux des militants du FLN, ceux qui vont à la synagogue, à la mosquée, au temple, à l’église et ceux qui n’y vont pas fassent vivre entre eux cette valeur de fraternité qui est le plus beau message de la République, en refusant tous les communautarismes...."

--------------------------------------------- QUELLE STRATEGIE POUR L'UMP ? -----------------------------------

SPECIAL ELECTION PRESIDENTIELLE 2012

UMP - 55, rue la Boétie - 75008 Paris - Tel : 01 40 76 60 0025 avril 2012

Nicolas Sarkozy rend hommage aux pieds-noirs, aux harkis et aux supplétifs d'Indochine

EXTRAIT DU DISCOURS DE N. SARKOZY A ROUEN LE 24 AVRIL 2007

" .... Je veux dire que dans les colonies, tous les colons n’étaient pas des exploiteurs, qu’il y avait parmi eux beaucoup de gens courageux qui avaient travaillé dur toute leur vie, qui n’avaient jamais exploité personne, qui avaient construit des routes, des hôpitaux, des écoles, qui avaient enseigné, qui avaient soigné, qui avaient planté des vignes et des vergers sur un sol aride, qui ne devaient rien qu’à eux-mêmes, qui avaient beaucoup donné à une terre où ils étaient nés et qui un jour n’ont eu le choix qu’entre la valise et le cercueil. Ils ont tout perdu. Je veux qu’on les respecte.

Je veux dire que si la France a une dette qu’elle n’a pas réglée, c’est celle qu’elle a vis-à-vis de ceux qui en Indochine et en Algérie se sont battus pour elle et ont du quitter leur pays pour ne pas être assassinés.Je veux que la France reconnaisse sa dette, vis-à-vis des harkis et des supplétifs d’Indochine et qu’elle l’honore. C’est une question d’honneur et l’honneur pour moi c’est encore une vertu cardinale pour un homme comme pour une nation."

**********************************************************************

Mme Ségolène Royal évoque avec fierté l'Histoire de France

EXTRAITS DU DISCOURS DE SEGOLE ROYAL A MONTPELLIER LE 24 AVRIL 2007

"...Puis nous allons construire une France qui rassemble toute son histoire, ses trajectoires diverses, une France colorée, une France métissée dans laquelle plus aucune discrimination ne sera tolérée ....
Je veux rendre à la France la fierté de son histoire et de son action collective, je veux rendre à la France sa place, toute sa place au sein et au cœur de l’Europe, d’une Europe sociale qui luttera contre les délocalisations et qui se battra pour le progrès humain de tous ses habitants....."

Textes aimablement communiqués par Gilles Bonnier

----------------------------- QUELLE STRATEGIE POUR LE FRONT NATIONAL ? --------------------------------

SPECIAL ELECTION PRESIDENTIELLE 2007
13 avril 2007 : J-9

Recevant ce matin les associations pieds-noirs, Nicolas Sarkozy a confirmé qu'il reconnaîtra dès son élection la responsabilité de l'Etat français dans les drames qui ont suivi les accords d'Evian du 19 mars 1962, cause première de la situation actuelle de la communauté des Français d'Algérie.

Lors de sa rencontre du 31 mars dernier avec les associations de harkis, en présence M. Hamlaoui Mekachera ministre délégué aux Anciens Combattants, Nicolas Sarkozy avait déjà affirmé : "Si je suis élu, je veux reconnaître officiellement la responsabilité de la France dans l'abandon et le massacre des Harkis et d'autres milliers de "musulmans français" qui lui avaient fait confiance, afin que l'oubli ne les assassine pas une nouvelle fois."

Aujourd'hui, devant les responsables des associations nationales de Français rapatriés, en présence de M. André Santini, ancien Secrétaire d'Etat aux Rapatriés, et de M. Christian Estrosi, Ministre délégué à l'Aménagement du territoire , il a confirmé que pour répondre définitivement aux problèmes des Français d'Algérie il fallait revenir à la "cause" initiale de ceux-ci, c'est à dire le non-respect par la France des accords d'Evian du 19 mars 1962, date qui en aucun cas ne peut être reconnue comme celle de la fin de la guerre d'Algérie.

Nicolas Sarkozy rejoint ainsi les engagements de Jean-Marie Le Pen et de Philippe de Villiers. Si la candidate du Parti Socialiste ne s'est pas encore directement exprimée, François Hollande a rappelé le 10 avril dernier que son parti "reconnaît la responsabilité de l'abandon volontaire des harkis par le gouvernement français en 1962", "dans la continuïté des engagements pris par Ségolène Royal".

Developpant sa stratégie d'évolution de la relation franco-algérienne, Nicolas Sarkozy a affirmé qu'elle ne pouvait être bâtie sur une repentance unilatérale et sur la condamnation de l'oeuvre réalisée par la France dont il a pu apprécier l'importance lors de ses visites en Algérie. Une oeuvre dont les Français d'Algérie de toutes origines peuvent être légitimement fiers.

L'électorat des Français rapatriés spoliés par la politique de décolonisation de l'Etat français représente 3 millions d'électeurs sans lesquels aucun candidat ne peut être présent au second tour.

----------------------------------------------- QUELLE STRATEGIE POUR ? ------------------------------------------

SPECIAL ELECTION PRESIDENTIELLE 2007
4 avril 2007

Nicolas Sarkozy promet aux harkis reconnaissance et aide
31.03.07 | 17h21

PARIS (Reuters) - Nicolas Sarkozy a promis aux anciens supplétifs musulmans de l'armée française en Algérie, les harkis, et à leurs familles de reconnaître la responsabilité de l'Etat français dans le sort douloureux qui a été le leur.Le candidat de l'UMP à l'élection présidentielle, qui n'a de cesse de fustiger la "repentance systématique" qui "nourrit la honte d'être français", a fait exception devant une centaine de représentants de harkis reçus à son QG de campagne. "Je veux rendre hommage aux soldats que vous fûtes. Des soldats qui ont combattu dans l'armée française contre la rébellion indépendantiste de 1954 à 1962", a-t-il dit. "La nation a un devoir moral envers vous.""Si je suis élu président de la République, je veux reconnaître officiellement la responsabilité de la France dans l'abandon et le massacre de harkis", a-t-il ajouté, répondant ainsi à une des principales revendications de cette communauté. Nicolas Sarkozy a rappelé que 60.000 musulmans français avait été massacrés entre les accords d'Evian de mars 1962, qui mirent fin à la guerre proprement dite, et l'indépendance algérienne, en juillet 1962. Il a également rappelé que seulement 10% du million de harkis qui s'étaient placés sous la protection de l'armée française avaient pu s'établir en France entre 1962 et 1968."Je le dis : la France, en quittant le sol algérien, n'a pas su empêcher les massacres (...) Les harkis ne sauraient demeurer les oubliés d'une histoire enfouie. Ils doivent désormais prendre toute leur place dans notre mémoire", a-t-il ajouté. Nicolas Sarkozy s'est engagé à créer, s'il est élu, une "fondation pour la mémoire sur la guerre d'Algérie", qui serait dirigée par des rapatriés et participerait au financement d'événements, d'ouvrages et de films et à la promotion des harkis et de leurs enfants.DISCRIMINATION POSITIVELe candidat de l'UMP, qui s'exprimait en présence du ministre délégué aux anciens combattants, Hamlaoui Mekachéra, a d'autre part estimé que l'accueil des harkis rapatriés en France après la guerre d'Algérie avait été "indigne". Il s'est engagé à faire profiter ces Français musulmans et leurs descendants de la "discrimination positive" qu'il promet d'instaurer en faveur des secteurs de la population les plus défavorisés, notamment en matière de formation, d'accès à l'emploi, au logement et aux fonctions et postes politiques. "La France ne serait pas la France sans ces dizaines de milliers de travailleurs harkis qui ont participé à notre croissance. Ces travailleur sont aujourd'hui devenus des modèles de courage et d'intégration", a souligné Nicolas Sarkozy.Il a d'autre part dit "rêver" de "relations apaisées entre les deux rives de la Méditerranée". "Respectons toutes les victimes de la guerre d'Algérie", a déclaré Nicolas Sarkozy, qui a promis de continuer à travailler à l'amélioration de la circulation des personnes entre la France et l'Algérie, autre revendication des harkis. "Si je suis élu, je m'attacherai à ce qu'aucune discrimination ne soit possible entre citoyens français sur ces questions de circulation", a-t-il dit.Nicolas Sarkozy a enfin condamné l'"islamophobie", qui "ne s'explique pas" mais "se combat". "Quand en France on menace un musulman (...) c'est la République qu'on menace", a-t-il dit. "Il n'y a rien de plus semblable qu'un antisémite et qu'un islamophobe. Tous deux ont le même visage, celui de la bêtise."

Le nombre des harkis et de leurs descendants en France est aujourd'hui évalué à environ un million.

 

M. Sarkozy prêt à "reconnaître la responsabilité de la France dans l'abandon des harkis"LE MONDE | 02.04.07 | 15h14 • Mis à jour le 02.04.07 | 15h18

Recevant, samedi 31 mars, une centaine de représentants de la communauté harkie à son QG de campagne, Nicolas Sarkozy s'est engagé, s'il est élu, "à reconnaître officiellement la responsabilité de la France dans l'abandon et le massacre de harkis" en 1962. Le candidat de l'UMP, qui n'a pourtant de cesse de fustiger la "repentance systématique" qui "nourrit la honte d'être Français", a cette fois estimé que "la nation a un devoir moral envers" les anciens supplétifs musulmans de l'armée française en Algérie."Je le dis : la France, en quittant le sol algérien, n'a pas su empêcher les massacres (...)", a-t-il affirmé, répondant ainsi à une revendication forte et ancienne de cette communauté. "Les Harkis ne sauraient demeurer les oubliés d'une histoire enfouie. Ils doivent désormais prendre toute notre place dans notre histoire." M. Sarkozy a promis de créer une "fondation pour la mémoire sur la guerre d'Algérie". "C'est clair et très fort", "c'est une victoire, un tabou est levé" : les réactions au sein de la communauté harkie étaient unanimes samedi. "Un consensus doit se faire au niveau national", a insisté Fatima Besnaci Lencou, de l'association Harkis et droits de l'homme, qui a invité tous les partis à se prononcer en faveur de cette reconnaissance.

"DISCRIMINATION POSITIVE"
"Reste à espérer que cela ne demeure pas qu'une promesse de campagne", ajoutait Messaoud Kafi de l'Union nationale des Harkis associés et sympathisants. Le candidat de l'UMP s'est aussi engagé à développer pour les harkis une "discrimination positive forte et ciblée" et à travailler à l'amélioration de la circulation des personnes entre la France et l'Algérie, une revendication de la communauté. Une amélioration à laquelle, selon certains, il aurait pu travailler lorsqu'il était ministre de l'intérieur.

Laetitia Van Eeckhout
Article paru dans l'édition du 03.04.07.

----------------------------- QUELLE STRATEGIE POUR LES VERTS ? --------------------------------

SPECIAL ELECTION PRESIDENTIELLE 2012
18 avril 2011

LA RUPTURE !

Nicolas HULOT, François BAYROU

En présence de M. Hamlaoui Mekachera, ministre délégué aux Anciens Combattant, devant une centaine de représentants d'associations de harkis et de leurs enfants venus de toute la France, Nicolas Sarkozy a affirmé : " Si je suis élu Président de la République je veux reconnaître officiellement la responsabilité de la France dans l'abandon et le massacre des harkis et d'autres milliers de victimes civiles." Le candidat à l'élection présidentielle situe à 60.000 le nombre de harkis massacrés après le 19 mars 1962, en violation des accords d'Evian.

Cet engagement solennel répond à la demande unanime des Français rapatriés de toutes origines. Nicolas Sarkozy s'est aussi engagé à réparer les préjudices subis par les victimes recueillies dans les camps de la honte, à rendre hommage à l'Armée d'Afrique, à créer la Fondation de la Guerre d'Algérie qui sera animée et dirigée par les associations de rapatriés et de harkis, à s'assurer du respect des droits des harkis et de leurs enfants en France et en Algérie, notamment à garantir leur libre circulation et à veiller à une relation équilibrée et apaisée entre la France et l'Algérie.

Voir sur le site du candidat la vidéo de son discours aux Harkis
www.sarkozy.fr

----------------------------- QUELLE STRATEGIE POUR ? --------------------------------

SPECIAL ELECTION PRESIDENTIELLE 2012 ! 2011Dans son discours de Caen du 9 mars, Nicolas Sarkozy rappelle le devoir de la France vis-à-vis des Harkis et des Français victimes de la décolonisationExtrait du discours de Caen

".......Car la France n’a jamais cédé à la tentation totalitaire. Elle n’a jamais exterminé un peuple. Elle n’a pas inventé la solution finale, elle n’a pas commis de crime contre l’humanité, ni de génocide. Elle a commis des fautes qui doivent être réparées, et je pense d’abord aux harkis et à tous ceux qui se sont battus pour la France et vis-à-vis desquels la France a une dette d’honneur qu’elle n’a pas réglée, je pense aux rapatriés qui n’ont eu le choix au moment de la décolonisation qu’entre la valise et le cercueil, je pense aux victimes innocentes de toutes les persécutions dont elle doit honorer la mémoire. Mais la mode de la repentance est une mode exécrable. Je n’accepte pas que l’on demande aux fils d’expier les fautes des pères, surtout quand ils ne les ont pas commises. "

Information aimablement communiquée par Gilles Bonnier (AJIR) qui souligne qu'une malencontreuse coquille s'est glissée sur le site UMP, la fin de la phrase "surtout quand ils ne les ont pas commises" ayant été supprimée.

NOTE DE JPN : s'il est interessant de constater l'évolution du discours de Nicolas Sarkozy sur la réalité des drames vécus par les Français rapatriés, l'introduction de ce paragraphe peut laisser les historiens perplexes. Malheureusement pour notre Pays, les crimes de la révolution française, notamment contre les vendéens, ont inspiré les totalitarismes communistes. Le massacre prévisible des harkis et l'abandon des Français d'Algérie sont-il de simples "fautes" ou un réel "génocide" et un "crime contre l'humanité" ? Les victimes ne demandent pas la "repentance" de la France mais la reconnaissance officielle de la responsablité de l'Etat français d'alors pour les crimes commis contre les Français d'Algérie, en violation des accords d'Evian du 19 mars 1962, comme le précise l'article 2 de la loi du 23 février 2005.

--------------------------------------------- QUELLE STRATEGIE POUR ? -------------------------------------------

Nicolas SARKOZY (UMP)
Président de l’Union pour un Mouvement Populaire
Réunion Publique
Toulon - Mercredi 7 février 2007
EXTRAITS CONCERNANT LES FRANCAIS D'AFN et D'OUTRE-MERIci, à Toulon, comme partout en France, j’entends ce cri qui s’élève des profondeurs du pays et dont l’écho semble se répéter indéfiniment : « ça ne peut plus durer »...

Ça ne peut plus durer les valeurs de la France bafouée, l’histoire de France répudiée, la nation dénigrée...

Dans Toulon, vieille ville provençale tournée vers la mer, je suis venu dire aux Français que leur avenir se joue ici, en Méditerranée....
Quand je pense à la Méditerranée, je pense à l’homme européen qu’elle a fait naître. Je pense à cette part de moi-même, à cette part de chaque Français, de chaque Européen, qui donne le sentiment, face à la Méditerranée, d’un retour à la source, à l’origine de sa propre pensée, de sa propre identité.
Je pense aussi à cette part de moi-même qui me fait me sentir chez moi quel que soit le pays, quel que soit le rivage qu’elle baigne.
Nous sommes aussi les enfants de Cordoue et de Grenade, les enfants des savants arabes qui nous ont transmis l’héritage des anciens Grecs et qui l’ont enrichi.
Nous tous, Juifs, chrétiens, musulmans, non croyants, nous sommes les héritiers d’un même patrimoine de valeurs spirituelles qui donne à nos dieux et à nos civilisations tant de ressemblances.
Je pense au Dieu du père Christian, le prieur de Tibhirine assassiné par le GIA, dont la joie secrète sera toujours d’établir la communion avec les enfants de l’Islam et de rétablir la ressemblance en jouant avec les différences.
Je pense à la prière de Notre-Dame d’Afrique à Alger : « Priez pour nous chrétiens et pour les musulmans »....

Notre grand tort est d’avoir longtemps, trop longtemps, tourné le dos à la Méditerranée. Le drame algérien, l’occultation du passé colonial, la mode de la repentance ont contribué à nous rendre étrangers à ce qui avait été si longtemps et si naturellement un prolongement de nous-mêmes.
Que tous nos regards se soient tournés exclusivement vers le Nord et vers l’Est, que le Sud ainsi fût oublié intellectuellement, culturellement, moralement, politiquement, économiquement, que la Méditerranée cessât d’être un lieu d’où jaillissait pour nous la richesse, la culture et la vie, qu’elle cessât de représenter une promesse pour ne plus constituer qu’une menace, n’est pas pour rien dans la crise d’identité et la crise morale que nous traversons. Il faut dire les choses comme elles sont : en tournant le dos à la Méditerranée, l’Europe et la France ont cru tourner le dos au passé. Elles ont en fait tourné le dos à leur avenir. Car l’avenir de l’Europe est au sud.
Le rêve européen a besoin du rêve méditerranéen. Il s’est rétréci quand s’est brisé le rêve qui jeta jadis les chevaliers de toute l’Europe sur les routes de l’Orient, le rêve qui attira vers le sud tant d’empereurs du Saint Empire et tant de rois de France, le rêve qui fut le rêve de Bonaparte en Egypte, de Napoléon III en Algérie, de Lyautey au Maroc. Ce rêve qui ne fut pas tant un rêve de conquête qu’un rêve de civilisation.
Cessons de noircir le passé. L’Occident longtemps pécha par arrogance et par ignorance. Beaucoup de crimes et d’injustices furent commis. Mais la plupart de ceux qui partirent vers le Sud n’étaient ni des monstres ni des exploiteurs. Beaucoup mirent leur énergie à construire des routes, des ponts, des écoles, des hôpitaux. Beaucoup s’épuisèrent à cultiver un bout de terre ingrat que nul avant n’eux n’avait cultivé. Beaucoup ne partirent que pour soigner, pour enseigner. On peut désapprouver la colonisation avec les valeurs qui sont les nôtres aujourd’hui. Mais on doit respecter les hommes et les femmes de bonne volonté qui ont pensé de bonne foi œuvrer utilement pour un idéal de civilisation auquel ils croyaient. Il faut respecter ces milliers d’hommes et de femmes qui toute leur vie se sont donné du mal pour gagner par eux-mêmes de quoi élever leurs enfants sans jamais exploiter personne et qui ont tout perdu parce qu’on les a chassés d’une terre où ils avaient acquis par leur travail le droit de vivre en paix, une terre qu’ils aimaient, parmi une population à laquelle les unissait un lien fraternel.
Je veux le dire à tous les adeptes de la repentance qui refont l’histoire et qui jugent les hommes d’hier sans se soucier des conditions dans lesquelles ils vivaient, ni de ce qu’ils éprouvaient.
Je veux leur dire : de quel droit les jugez-vous ?
Je veux leur dire : de quel droit demandez-vous aux fils de se repentir des fautes de leurs pères, que souvent leurs pères n’ont commises que dans votre imagination ?
Je veux leur dire : n’avez-vous donc jamais été émus par la voix de Camus parlant pour tous ceux qui allaient devoir quitter la terre de leur enfance ? « j’ai aimé avec passion cette terre où je suis né, j’y ai puisé tout ce que je suis et je n’ai jamais séparé dans mon amitié aucun des hommes qui y vivent, de quelque race qu’ils soient. Bien que j’aie connu et partagé les misères qui ne lui manquent pas, elle est restée pour moi la terre du bonheur, de l’énergie et de la création. »
A tous ceux d’entre vous qui sont revenus des colonies en ayant tout abandonné, n’emportant avec eux que leurs souvenirs de jeunesse et cette nostalgie qui ne les quittera plus jamais, je veux dire que si la France a une dette morale, c’est d’abord envers eux.
Aux enfants des harkis qui ont servi la France, qui ont dû fuir leur pays et que la France a si mal accueillis, je veux dire que si la France doit des excuses et des réparations, c’est à eux qu’elle les doit.
A tous les anciens combattants de nos anciennes colonies, je veux dire la reconnaissance de la France et je veux rendre hommage à Jacques Chirac de leur avoir rendu justice.
Aux Algériens, aux Marocains, aux Tunisiens, à tous les ressortissants de nos anciennes colonies qui espérant dans la France sont venus y vivre, je veux que la France tende la main, qu’elle les accueille fraternellement, qu’elle ne leur offre pas la repentance mais la compréhension et le respect.
A celui qui veut devenir Français, d’où qu’il vienne, je veux qu’elle offre l’égalité des droits et des devoirs et la fierté d’être Français.
Mais je lui dis aussi qu’il doit prendre en partage l’histoire de France, qu’il doit accepter que le pays dans lequel il vient soit un vieux pays qui a commencé d’exister bien avant lui. Il doit comprendre que ce pays est un pays de liberté qui demande simplement qu’on le respecte et qu’on l’aime.
Je souhaite qu’on ne puisse pas vivre en France sans respecter sa culture et ses valeurs. Je souhaite qu’on ne puisse pas s’installer durablement en France sans se donner la peine d’écrire et de parler le Français. Et à ceux qui veulent soumettre leur femme, à ceux qui veulent pratiquer la polygamie, l’excision ou le mariage forcé, à ceux qui veulent imposer à leurs sœurs la loi des grands frères, à ceux qui ne veulent pas que leur femme s’habille comme elle le souhaite je dis qu’ils ne sont pas les bienvenus sur le territoire de la République française. A ceux qui haïssent la France et son histoire, à ceux qui n’éprouvent envers elle que de la rancœur et du mépris, je dis aussi qu’ils ne sont pas les bienvenus.
Ce que la France et l’Allemagne ont réussi à faire, les pays méditerranéens doivent pouvoir le faire aussi. Ils ne le feront pas en exigeant de chacun l’expiation de son histoire. La France n’a pas dit à l’Allemagne : « expiez d’abord, nous verrons après ».
Le moment est venu de dire à tous les enfants de la Méditerranée, comme le général de Gaulle à la jeunesse allemande : « soyez fiers d’être les enfants de grands peuples qui ont parfois, au cours de leur histoire, commis de grandes fautes et qui ont apporté au monde des trésors de pensée, d’art et de science ».
Votre avenir vous appartient, il est dans l’estime, la confiance, l’amitié mutuelles que vous vous témoignerez les uns aux autres.
Le temps est venu non de l’oubli, mais du pardon.
Le temps est venu non de réclamer vengeance une fois encore, mais d’aimer la vie tout simplement....

L’avenir n’est écrit nulle part.
Le pire serait de subir.
La politique n’est impuissante que lorsqu’elle ne veut rien.
Avons-nous assez pris conscience que la tragédie de la mondialisation se joue pour nous Européens, pour nous Français, d’abord en Méditerranée ?....

Si les Français le veulent, si vous le voulez, tout deviendra possible, tout deviendra possible pour vous, tout deviendra possible pour vos enfants, tout deviendra possible pour la France, tout deviendra possible pour la Méditerranée.
Vive la République,
Vive la France.

 

SPECIAL ELECTION PRESIDENTIELLE 2012

15 avril 2011

UDF - 133 bis rue de l'Université - 75007 Paris - Tel : 01 53 59 20 00

En attente d'une déclaration officielle du candidat - La lettre de sa directrice de campagne Mme Marielle de Sarnez en date du 8 mars mais reçue le 28 mars contredit les propos tenus à la télévision par François Bayrou. Pour enregistrer la lettre

François Bayrou demande que les responsables et les officiels français
assument le "drame historique des harkis"

En posant en direct à François Bayrou, la question du drame des harkis et de leurs enfants dans l'émission de Patrick Poivre d'Avor du lundi 26 février, le colonel Omar Laradji a permis d'aborder le problème des responsabilités que le gouvernement s'était refusé d'évoquer lors des débats parlementaires préparatoires à la loi du 23 février 2005 de reconnaissance de la Nation et de contribution national en faveur des Français rapatriés.La franchise et la clarté de la réponse de M. François Bayrou sont à son honneur.En reconnaissant que les harkis et leurs familles ont été « les victimes d’un drame historique » et qu’« il y a eu sans doute 100.000 victimes assassinées, vous le savez, au moment du départ de la France de l’Algérie en 1962. Beaucoup d’autres ont été abandonnées pour des raisons d’Etat», François Bayrou demande "qu'au moins les responsables français et les officiels français assument qu'en effet ils ont été les victimes d’un drame historique et il y a eu un drame historique et que nous sommes solidaires". Le candidat à la Présidence de la République ouvre le débat tant attendu par l'ensemble de la communauté des Français rapatriés sur la reconnaissance de la responsabilité de l'Etat français de 1962 dans les drames de la décolonisation et plus particulièrement dans les crimes commis en Algérie, en violation des accords d'Evian, comme le reconnaît déjà l'article 2 de la loi du 23 février 2005. La France et le FLN étant les seuls signataires de ces accords, eux seuls portent la responsabilité de cette violation.Trois millions de Français rapatriés attendent maintenant que les autres candidats s'expriment aussi clairement que M. François Bayrou sur la responsabilité du gouvernement français de 1962.Depêche Associated Press du 16 janvier 2007 (extraits)Au deuxième jour de son déplacement dans l’Hérault, le candidat UDF à l’élection présidentielle François Bayrou a présenté mardi, dans un café branché de Montpellier, ses propositions pour les harkis .......Pour les harkis, rencontrés lundi, il a proposé "la mise en place d’un institut de la mémoire". "Il faut les aider à expliquer et à faire comprendre leur vécu à leurs enfants et à nos concitoyens", a-t-il dit. "Aujourd’hui encore, ils ont du mal à trouver les mots. Il faut les aider à assumer leur histoire, si particulière en ce sens que leur drame, c’est d’être restés fidèles à leur serment". Autres propositions : "aligner les indemnisations des harkis sur celles des rapatriés d’Algérie et créer une commission qui règle les problèmes d’ordre administratif." AP

*******************************************************************************************************************

Jeune Pied-Noir écrit aux candidats à l'élection présidentielle1

5 avril 2011

Les quatre principaux candidats à l'élection présidentielle ont reçu une lettre personnalisée leur demandant quelles vont être leurs actions concrètes pour répondre aux attentes des Français rapatriés. Les autres candidats la recevront prochainement. Leurs réponses seront présentées sur notre site. Le rôle de JPN n'est pas de donner de consignes de vote mais de contribuer à permettre à chaque Français concerné par les problèmes de la décolonisation de se faire une opinion personnelle sur la crédébilité des solutions proposées par les candidats et, si possible, sur la sincérité de leurs engagements. Les Français d'Afrique du Nord et d'Outre-mer rapatriés et leurs nombreux amis étant majeurs, leur choix final dans l'isoloir leur appartient.

Ce qui est certain aujourd'hui, c'est qu'aucun candidat ne peut être élu sans les voix des 3 millions de Français rapatriés d'Afrique du Nord et d'Outre-mer !Pour enregistrer le fichier pdf sur votre ordinateur, faire un clic droit sur le nom, puis "enregistrer la cible sous"

Fichier pdf de la lettre à Francois BAYROU

 

Fichier pdf de la lettre àJean-Marie LE PEN

Fichier pdf de la lettre àSégolène ROYAL

Fichier pdf de la lettre àNicolas SARKOZY

Des lettres semblables vont être adressées à M HULOT,

 

SPECIAL ELECTION PRESIDENTIELLE 2012 !

15 avril 2011

AU GRAND ORAL DES CANDIDATS

les premiers engagements des candidats à l'élection présidentielle !

RECONNAISSANCE DE LA RESPONSABILITE DE L'ETAT FRANCAIS DANS LE CRIME DU 19 MARS 1962, REFUS DE TOUTE REPENTANCE, OUVERTURE DES ARCHIVES, MONUMENT NATIONAL EN HOMMAGE AUX FRANCAIS D'AFN ET D'OUTRE-MER, MORATOIRE DES DETTES, SAUVEGARDE ET PROTECTION DES CIMETIERES, DEFENSE DE LA MEMOIRE DE L'OEUVRE FRANCAIS EN AFRIQUE DU NORD ET OUTRE-MER, CREATION D'UNE FONDATION ET D'UN MEMORIAL, NOUVELLE LOI D'INDEMNISATION, COMPLEMENTS DE RETRAITES, MESURES SPECIFIQUES POUR LES ENFANTS DE HARKIS, LIBRE CIRCULATION DES HARKIS ET DE LEURS ENFANTS EN ALGERIE, SUPRESSION DU DZA,...

Photographies Jeune Pied-Noir ©reproduction interdite sans autorisation

LES PREMIERS ENGAGEMENTS PUBLICS DES CANDIDATSCETTE REUNION A ETE ORGANISEE PAR :USDIFRA - Les Renaudes - 83210 SOLLIES-PONTPrésident Gabriel MENE - Tel : 04 94 33 68 38 - Fax : 04 94 33 35 25 - Internet : www.pieds-noir.comContact : usdifra@wanadoo.fr - Chargé de communication - Claude Sandeaux : csandeaux@yahoo.frTel : 04 66 62 12 73 - Gsm : 06 69 21 79 16

Contact Paris : Bernard Coll - JPN. Gsm : 06 80 21 78 54 - jeunepiednoir@wanadoo.fr

 

SPECIAL ELECTION PRESIDENTIELLE 2012 !20 mars 2007DONNEZ VOTRE AVIS SUR LEprogramme "Vérité et Justice pour les Français rapatriés"

Tous les candidats ont reçu le programme "Vérité et Justice pour les Français rapatriés" qui leur permet d'exprimer de façon claire leurs engagements devant les attentes des Français spoliés par la politique de décolonisation de l'Etat français. Ce programme, synthèse des différentes plate-formes, chartes et programmes des associations, servira aussi pour les prochaines élections légistatives. Vous pouvez nous faire part de vos remarques, suggestions et propositions pour l'améliorer afin de mieux prendre en compte vos légitimes revendications en adressant un courriel à : jeunepiednoir@wanadoo.fr. Merci de votre participation.

« VERITE ET JUSTICE POUR LES FRANÇAIS RAPATRIES »
ELECTION PRESIDENTIELLE 2012
Deux question adressées à tous les candidats

Depuis les élections législatives de 1993, Jeune Pied-Noir adresse à chaque élection un dossier aux candidats de tous les partis politiques pour qu’ils puissent s’exprimer clairement sur les attentes des Français rapatriés. L’analyse des réponses reçues montre l’évolution du comportement des hommes politiques face aux drames vécus par les Français contraints à l’exode et spoliés par la politique de décolonisation de l’Etat français. La loi du 23 février 2005 reconnaît la réalité des crimes dont ils ont été les victimes, notamment ceux commis en Algérie après le 19 mars 1962, en violation des accords d’Evian (article 2). Quarante-cinq ans après, plus de 3.000.000 de Français rapatriés d'Algérie, de Tunisie, du Maroc et d'Outre-mer, qui avaient su donner en quelques décennies à des régions entières le visage de provinces prospères et en paix, demandent que toute la vérité soit dite sur leur histoire et que justice leur soit rendue. Vos engagements sur les questions fondamentales qui les concernent seront essentiels pour eux et leurs descendants dans leur choix du 22 avril et du 6 mai 2007.I – L’article premier de la loi du 23 février 2005 reconnaît les « souffrances éprouvées et les sacrifices endurés par les rapatriés » et la réalité des crimes commis contre les militaires et la population civile lors des événements liés au processus d’indépendance des anciens départements d’Algérie et des territoires placés sous la souveraineté de la France. Si vous êtes élu(e) Président(e) de la République française, vous engagez-vous à reconnaître officiellement la responsabilité de l’Etat français dans les crimes commis contre les Français d’Algérie après le 19 mars 1962, en violation des accords d’Evian ?

O OUI O NON

Sous quelle forme ?
O Déclaration solennelle devant le Peuple français.
O Signature du programme « Vérité et Justice pour les Français rapatriés ».
O Vote d’une loi définitive de reconnaissance de la Nation et de réparation pour toutes les victimes françaises
O Refus officiel de commémoration et de célébration de la date du 19 mars 1962.
O Réception d’une délégation de victimes civiles et militaires et de leurs familles….
O Vos autres propositions :
II – L’article 2 de la loi du 23 février 2005 associe les personnes disparues et les victimes civiles de massacres ou d’exactions commis durant la guerre d’Algérie et après le 19 mars 1962 en violation des accords d’Evian, ainsi que les victimes civiles des combats de Tunisie et du Maroc à l’hommage rendu le 5 décembre aux combattants morts pour la France en Afrique du Nord. Etes-vous favorable à la création d’un mémorial national nominatif à Paris pour toutes les victimes françaises de la décolonisation ? Si oui dans quel lieu ? O OUI O NON Dans quel lieu ?
O Quai Branly.
O Palais de la France d’Outre-mer Porte Dorée.
O Butte du Chapeau Rouge…
O Vos autres propositions :
La décolonisation a conduit à l'abandon des populations locales fidèles à la France. En Algérie, les historiens les plus crédibles situent l’ampleur du massacre des harkis et de leurs familles après le 19 mars 1962 entre 70.000 à 100.000 personnes et les victimes civiles de 10 à 25.000 personnes. Quelles mesures comptez-vous prendre pour que soit enfin connu le nombre réel de victimes de la décolonisation et des massacres de la population française d’Algérie ? O Ouverture de toutes les archives publiques et privées.
O Audition des témoins des drames vécus par les Français rapatriés.
O Création d’une commission mixte parlementaires-historiens-victimes.
O Constitution d’une commission parlementaire franco-algérienne…
O Vos autres propositions :
La relation entre la France et l’Algérie reste conditionnée par la présentation de l’histoire commune des deux pays. Quels points comptez-vous renégocier pour rétablir une relation équilibrée avec l’Algérie ? O Libre circulation des personnes et des biens, notamment pour les Harkis et leurs familles.
O Respect du principe de non-discrimination et de réciprocité des droits des citoyens des deux Pays.
O Respect des « accords d’Evian » : contribution de l’Algérie à la réparation des préjudices moraux subis et à l’indemnisation des biens spoliés.
O Sauvegarde, entretien et protection des cimetières et des lieux de culte français en Algérie.
O Rapatriement ou duplication des archives publiques et privées restées en Algérie.
O Vos autres propositions :
III - La loi du 23 février 2005 prévoit la création d’une Fondation de la Mémoire de la Guerre d’Algérie et des combats du Maroc et de Tunisie dont la vocation est, selon les débats préparatoires à la loi, d’apporter une vision historique de cette période et de déterminer les responsabilités des drames reconnus par les articles 1 et 2 de la loi. Quelles mesures envisagez-vous de prendre pour que cette Fondation soit créée et opérationnelle dans les plus brefs délais ? O Publication du rapport remis en juin 2006 au Premier ministre, resté à ce jour confidentiel.
O Création d’une commission mixte Etat-historiens et associations de Français d’AFN pour finaliser, voire élargir (fondation Harkis, ouverture aux rapatriés d’outre-mer) les objectifs et les statuts de cette Fondation.
O Promulgation du décret du Conseil d’Etat de création de cette Fondation avant fin 2007.
O Vos autres propositions :
IV – Alors que la loi avait été promulguée par le Chef de l’Etat, celui-ci, pour des raisons politiques a cru nécessaire de faire modifier, par un artifice de procédure, la phrase de l’article 4 reconnaissant « en particulier le rôle positif de la présence française outre-mer, et plus particulièrement en Algérie et à lui accorder une place dans les programmes scolaires ». Comptez-vous rétablir l’article 4 dans sa version initiale telle qu’elle a été votée par le Parlement exprimant le vœu de la Nation souveraine ? O OUI O NON Parmi les mesures culturelles et mémorielles demandées par les Français rapatriés quelles sont celles dont vous soutiendrez la réalisation dans les délais les plus courts ?O Mise en œuvre dès 2008 dans les programmes scolaires d’une présentation juste et équilibrée de l’œuvre française en Afrique du Nord et en Outre-mer.
O Reprise immédiate des travaux du Mémorial de Marseille actuellement abandonnés et refonte de son organisation pour y inclure de manière active les associations de Français rapatriés d’AFN et d’Outre-mer.
O Rapatriement ou reconstruction à Paris du Monument aux Morts d’Alger capitale de la France combattante en 1943-44, une des rares villes de France décorée de la Croix de guerre en 1947 et de la Légion d’Honneur en 2004 (non remise).
O Hommage solennel à l’Armée d’Afrique lors du 14 juillet 2007 et valorisation de son rôle fondamental dans la libération de la France en 1944-45.
O Retour à sa vocation première du Palais permanent des Colonies, vitrine de l’œuvre française Outre-mer, créé en 1931 par le Maréchal Lyautey Porte Dorée à Paris. Participation des Français rapatriés à son fonctionnement et à son animation.
O Ouverture de l’espace médiatique aux Français rapatriés par l’attribution d’émissions sur les chaînes publiques leur permettant de présenter eux-mêmes l’originalité de la culture française d’Afrique du Nord et d’Outre-mer.
O Protection et valorisation du patrimoine des Français d’AFN et d’Outre-mer notamment lors des Journées du patrimoine. Centralisation des archives publiques et privées dans des lieux accessibles à tous et par Internet.
O Appel aux compétences des Français d’AFN et d’Outre-mer pour la construction du nouvel espace euro-méditerranéen afin de faire bénéficier notre Pays de leur savoir-faire, de leur expérience et de leur dynamisme.
O Vos autres propositions :
V – L’article 5 de la loi du 23 février 2005 protège nos compatriotes Harkis et leurs familles contre les injures et diffamations dont ils ont été trop souvent l’objet. Etes-vous favorable à l’extension de cet article aux Français rapatriés d’origine européenne qui subissent encore trop fréquemment, 45 ans après leur exode, les mêmes injures et diffamations ? O OUI O NON Vos autres propositions : VI – La loi Santini de 1987 a permis d’engager un processus de réparation des préjudices moraux et matériels subis par les Harkis. Malgré ces mesures, nombre d’entre eux sont dans une situation précaire. Etes-vous favorable à la reprise individuelle de chaque dossier de Harki de la première génération de façon à permettre aux quelques milliers de survivants et à leurs veuves de vivre enfin dans des conditions dignes et humaines au Pays des Droits de l’Homme ?O OUI O NON Autre demande des Français rapatriés
O Suppression pour les Français d’Algérie de l’abréviation DZA (Algérie) des documents officiels et modification automatique par l’Administration du numéro d’identification 99 par les numéros d’origine 91, 92, 93 et 94
Vos autres propositions :
VII – Il y avait dans les harkas des Français de souche européenne engagés avec le même statut que leurs compatriotes algériens. Ces hommes ont été exclus de façon arbitraire des mesures de réparation en faveur des Harkis. Acceptez-vous leur intégration dans le dispositif général de réparation des préjudices subis par leurs camarades de combat Harkis ?O OUI O NON Vos autres propositions : VIII – La situation des enfants de harkis de la deuxième génération, voire de la troisième génération, ayant connu les camps, ainsi que celles des femmes de harkis, restent pour beaucoup d’entre eux précaire. Au préjudice moral de l’exode est venu s’ajouter celui des camps et de leurs conditions de vie inacceptables. Envisagez-vous le vote d’une loi de réparation pour ces victimes de l’histoire permettant leur intégration complète dans la société française ?O OUI O NON Vos autres propositions :IX – La loi du 23 février 2005 ne traite que très partiellement le problème de l’indemnisation des biens spoliés ? Acceptez-vous le vote d’une loi définitive d’indemnisation totale des biens perdus à leur valeur réelle pour tous les Français rapatriés d’AFN et d’Outre-mer ?O OUI O NON Dans un premier temps des mesures d’urgence s’imposent. Lesquelles comptez-vous engager dès votre élection ?O Suspension des poursuites, effacement des dettes et des intérêts sur les prêts contractés par les rapatriés du fait de la carence de l’Etat.
O Reconstitution des carrières pour les retraités spoliés de leur droits avec indemnisation des ayants droit en cas de décès des bénéficiaires
O Indemnisation des rapatriés spoliés une deuxième fois en Corse
O Report des délais de forclusion jusqu’à la mise en place d’une véritable politique de communication vers les bénéficiaires et leurs héritiers
O Vos autres propositions :
X – L’article 13 accorde une réparation forfaitaire aux personnes de nationalité française ayant été l’objet de condamnations ou de sanctions pour avoir voulu s’opposer à la politique d’abandon de l’Etat français de nos départements algériens, reconnaissant implicitement le bien fondé de leur action. Acceptez-vous l’extension de cette mesure à toutes celles et ceux qui ont eu à souffrir de leur engagement pour la défense de la souveraineté française en Afrique du Nord et Outre-mer ? O OUI O NON Vos autres propositions :Etes-vous prêt à accorder le titre de « justes » aux Français qui, refusant d’obéir aux ordres officiels, ont contribué à sauver des Français d’Afrique du Nord et d’Outre-mer, ainsi qu’à ceux qui les ont accueillis en France ou à l’étranger ? O OUI O NON Vos autres propositions :XI – La mise en œuvre des mesures en faveur des Français rapatriés nécessite la création d’un dispositif d’Etat adapté. Etes-vous favorable à la création d’un ministère des rapatriés ?O OUI O NON Vos autres propositions :Acceptez-vous que les postes créés dans les différentes instances de l’Etat pour la mise en œuvre du programme « Vérité et Justice pour les Français rapatriés » soient prioritairement attribués aux Français rapatriés et à leurs descendants ? O OUI O NON Vos autres propositions :Nous vous remercions de la sincérité de vos réponses qui seront largement communiquées à nos compatriotes rapatriés.Fait à le Le candidat (Signature)


A RETOURNER DANS LES MEILLEURS DÉLAIS A JPN - BP 4 - 91570 BIEVRES

--------------------------------------------- ADHESION ET SOUTIEN --------------------------------------------

POUR D'AMPLIFIER NOTRE ACTION, NOUS AVONS BESOIN DE VOUS !

SOUTENEZ DES MAINTENANT NOS ACTIONS ET PROJETS !

Jeune Pied-Noir, 34 ans de liberté grâce à votre confiance.

Adhérez pour 0 euros ! Explication 30 €, 50 € ou 100 € ou plus = 0 € !

Pour les dons à partir de 30 €, vous recevrez un justificatif fiscal permettant une déduction de 66% du montant du don de vos impôts et l'envoi d'un ou plusieurs ouvrages ou documents de votre choix d'une valeur de complémentaire de 34 % de votre don, ce qui réduit votre participation à 0 € ! Beaucoup de nôtres soutiennent des Associations humanitaires pour un montant annuel supérieur à plusieurs centaines d'euros par an afin de bénéficier de la réduction légale d'impôts. Pourquoi ne pas en faire bénéficier les Associations de Français d'AFN qui, pour la plupart, ont le droit de le faire ?

VOIR LE DETAIL DES OFFRES DE LIVRES ET DOCUMENTS SUR LA PAGE D'ACCUEIL DU SITE : ACCUEILCONTACTEZ-NOUS SI VOUS RECHERCHEZ UN OUVRAGE EN PARTICULIER : 06 80 21 78 54Adhésion 15 € - Soutien 30 € - Bienfaiteur 75€ et plusJPN - BP 4 - 91570 BièvresSOUTIEN INCLUANT L'AFFICHE DE LA CAMPAGNE "HOMMAGE AUX FRANCAIS D'AFRIQUE DU NORD"

GAGNONS ENSEMBLE !