DISPARUS EN AFRIQUE DU NORD

1952 - 1964

Mise à jour le 28.08.2014

TOULON 30 AOUT : Journée mondiale des disparus ... hommage aux disparus en Afrique du Nord française

En quelques années, grâce à l'action courageuse des familles de disparus, aidées par les associations de Français d'Afrique du Nord et leurs amis, la reconnaissance de la réalité des enlèvements en Algérie, en violation des accords d'Evian du 19 mars 1962, est désormais officialisée par l'article 2 de la loi du 23 février 2005-158. Une étape importante vient d'être franchie par l'attribution le 5 novembre 2009 de la mention "Mort pour la France" à M. Paul TEUMA disparu le 5 juillet 1962 à Oran. Il reste à reconnaître les responsabilités, à rendre un hommage officiel aux victimes et à réparer les torts causés aux familles. Une action à laquelle chaque Français doit participer.

28.08.2014>RECHERCHE RAPIDE : ACTUALITES - ARCHIVES - ACTION DE JPN - ASSOCIATIONS - CERCLE ALGERIANISTE - 5 DECEMBRE - CHANSONS - CIRC DOCUMENTAIRES - MANIFESTATIONS - LIEUX DE MEMOIRE - LISTE ALPHABETIQUE DES DISPARUS - LIVRES - MEDIAS - MEMORIAL NATIONAL QUAI BRANLY- PARIS - MEMORIAL DE PERPIGAN - MEMORIAL VIRTUEL - MENTION " MORTS POUR LA FRANCE" - ONU - 1er NOVEMBRE 1954 - PERPIGNAN - SOLDATS DISPARUS - TEMOIGNAGES

RECHERCHE PAR NOM : - Marie-Claude BARBAGELATA-TEUMA - Hervé BOURGES Hervé - Raphaël DELPARD - Odile FROUMENT - Marc LAFFINEUR - Mick MACOTTA - René ROUBY - Francis WEBER -

ACTUALITES *** ACTUALITES *** ACTUALITES *** ACTUALITES *** ACTUALITES ***

INSCRIPTION DES NOMS DES VICTIMES CIVILES QUAI BRANLY A PARIS : Contactez le Secrétariat d'Etat aux AC et aux Rapatriés

CHANSON POUR LES DISPARUS EN ALGERIE : Mick MACCOTTA chante "Le Mur de Perpignan"

DISPARUS EN ALGERIE : M. Paul TEUMA, disparu le 5 juillet 1962 à ORAN, reconnu officiellement "Mort pour la France"

------------------------ JOURNEE MONDIALE DES DISPARUS - TOULON 30 AOUT 2014 ------------------------

TOULON

HOMMAGE AUX DISPARUS EN AFRIQUE DU NORD FRANCAISE

Pieds-noirs, Harkis, Soldats métropolitains

1952 - 1964

Le 30 aout 2014 à 11 heures

Journée Internationale des Personnes Disparues.

Les Associations de la Maison des Combattants de TOULON,

le Comité National "Non au 19 mars 1962", le CLAN-R, Jeune Pied-Noir

et les associations de Français d'Afrique du Nord et Patriotiques

Annonce envoyée à Var Matin:

"Plusieurs associations de Français d'Algérie déposeront des gerbes, samedi 30 août 2014 à 11 heures
devant la stèle des Martyrs de l'Algérie Française, Porte d'Italie à Toulon. Ils rendront ainsi hommage aux Disparus de la guerre d'Algérie (1954/1963), volontairement exclus de la Journée Internationale des personnes disparues"

Contact : Hervé CUESTA

Tel : 06 60 73 80 92 - mailto:herve.cuesta@bbox.fr

------ INSCRIPTION "A LA SAUVETTE" AU MEMORIAL NATIONAL DU QUAI BRANLY A PARIS --------

NON A UN "HOMMAGE" A LA SAUVETTE : M. Marc LAFFINEUR, un peu de dignité !

L'événement de cette semaine prochaine : une étonnante cérémonie en "hommage" aux disparus de la guerre d'Algérie !

A QUOI JOUE LE GOUVERNEMENT ?

NON A LA CEREMONIE PREVUE EN CACHETTE PAR MARC LAFFINEUR !

A l'attention des Familles de Disparus, des Présidents d'Associations et de nos 4 millions de compatriotes et descendants.

NON A L'HOMMAGE A LA SAUVETTE DE M. MARC LAFFINEUR !

Invitation reçue aujourd'hui samedi 25 février pour une cérémonie prévue dans 3 jours le 28 février !

Comment les familles de disparus et leurs amis de province peuvent-ils envisager matériellement de se rendre à cette cérémonie ? Leurs billets de train et d'avion seront-ils pris en charge par le Secrétaire d'Etat aux Anciens combattants et, accessoirement, en charge des « Rapatriés »

Que signifie « hommage aux victimes civiles et aux disparus en Afrique du Nord » ? Quelles « personnalités » ont été conviées à s'y associer ?

Comment se fait-il que Monsieur Marc LAFFINEUR ait annoncé cette cérémonie dans un entretien à Nice Matin

le 20 février 2012 sans en parler « au groupe de recherche » sur les disparus, ni à M. FREMONT ?

A l'attention de M. Jean-Félix VALLAT

Monsieur le Président, Cher Compatriote, Cher Jean-Félix,

Nous sommes surpris de ton appel à « venir nombreux » pour  cautionner cette commémoration de dernier moment prévue par M. Marc LAFFINEUR et qui ne semble pas à la hauteur de l'hommage national qu'attendent depuis 50 ans les familles des victimes civiles françaises pour les crimes commis à l'égard de leurs parents et proches par l'organisation terroriste du FLN, avant et à partir des « Accords d'Evian » 19 mars 1962, avec la complicité active l'Etat français, comme vient de le découvrir 50 ans après l'historien Jean-Jacques JORDI au travers des archives officielles.

Nous ne comprenons pas comment un « groupe de recherche » a pu travailler en catimini durant des années sans informer à la fois les familles de disparus et les autres associations de Français rapatriés, pourtant leurs collègues au sein du Haut Conseil des Rapatriés et ailleurs. Pourquoi les 4 millions de Français rapatriés et descendants n'ont-ils pas été informés des travaux de ce groupe, notamment les 43 familles de disparus qui en 2002 ont déposé plainte contre X pour « crime contre l'Humanité » et les Associations, comme Jeune Pied-Noir, qui les ont activement soutenues ? Ou encore pourquoi les milliers de familles qui, grâce au Cercle Algérianiste, ont désormais un lieu de mémoire à Perpignan ont-elles été tenues à l'écart ? Pourquoi ne pas en avoir parlé lors de la réunion, initialement clandestine, du 22 février dernier avec M. FREMONT ?

Faut-il être émerveillé qu'il ait fallu 4 ans de travaux en cachette pour que M. Jean-Jacques JORDI publie le résultat de ses recherches dans les archives officielles sur les disparus, auxquelles il a été le seul historien autorisé par M. Renaud BACHY à avoir accès, ou s'étonner qu'il n'ait pas plus tôt attiré l'attention des autres historiens et de l'opinion publique sur les horribles vérités dont il venait de faire la découverte tardive ? Des vérités déjà publiques depuis 50 ans ! Pour un des deux historiens officiels  « spécialistes » de la « guerre » d'Algérie, avec Benjamin STORA, formés par l'Université française depuis 25 ans cela semble dénoter soit une très grande naïveté, soit une bien faible curiosité.

Lors de la projection le 8 février dernier à l'Assemblée nationale du film « La Valise ou le Cercueil » de nos amis Charly et Marie Havenel, nous avons longuement discuté de la « stratégie » des Associations de Français rapatriés face à l'Etat français. Nous étions d'accord pour reconnaître qu'il y a celles qui, se sentant trop faibles, sont prêtes à accepter le peu que leur donne un Etat qu'elles estiment trop puissant pour être combattu, et il y a celles qui se battent dans toutes les circonstances pour que TOUS les Français rapatriés obtiennent Justice et Vérité . Il y a celles qui ne doivent leur survie provisoire qu'aux subventions de l'Etat, et il y a celles qui mènent depuis des décennies leur action librement grâce au soutien constant de leurs adhérents et amis. Nous attendons depuis 5 ans la publication, pourtant obligatoire, des subventions accordées par M. Renaud BACHY aux associations de Français rapatriés.

Depuis le 25 septembre 2008, 42 Associations de Français rapatriés, d'Anciens Combattants et Amis ont engagé une campagne nationale d'annonces payantes dans Le Monde et Le Figaro . A ce jour 11 annonces ont été publiées pour un budget de 100.000 euros financés à 80% par les dons reçus de 1600 lecteurs de ces quotidiens et les soutiens des 42 Associations signataires . Ces annonces demandent au Chef de l'Etat, M. Nicolas SARKOZY, de tenir ses engagements envers les Familles de Harkis, d'européens et de Soldats français disparus. C'est-à-dire, ce qui devrait théoriquement être reconnu ce mardi 28 février par M. LAFFINEUR Pourquoi ces associations n'ont pas été conviées à s'associer à la préparation de cet hommage ?

La cérémonie du mardi 28 février - pourquoi d'ailleurs cette date et non celle du 5 décembre comme l'avait annoncé M. Renaud BACHY lors de ses vœux le 26 janvier 2012 ?  (cf. http://jeunepiednoir.pagesperso-orange.fr/jpn.wst/MIR.htm#voeux11 ) – n'aura de sens que si le Chef de l'Etat la préside en présence de tout le gouvernement et, qu'à cette occasion, il tienne publiquement son engagement du 31 mars 2007 en annonçant que le gouvernement dépose un projet de loi de « reconnaissance de la responsabilité du gouvernement de 1962 dans l'abandon et le massacre des Harkis, les milliers de disparus européens et soldat français après le 19 mars 1962. » C'est la seule position acceptable pour les Associations de Français rapatriés si elles veulent être cohérentes depuis le message qu'elles ont collectivement adressé au Chef de l'Etat le 22 septembre 1995. Message signé par 200 Associations (dont ton association et la MAFA) et plus de 16.000 Français.

Nous comptons sur ton intervention auprès de MM. LAFFINEUR, FREMONT, ABOUD et accessoirement de M. BACHY, pour leur demander :

que le Chef de l'Etat préside la cérémonie le 28 février 2012 , en présence de tout le gouvernement, des parlementaires et de tous les partis politiques. Dans ce cas, toutes les mesures doivent être prises par le gouvernement pour que l'ensemble des familles des victimes puissent être présentes en leur offrant les moyens de transport leur permettant de s'associer à cet hommage à leurs parents disparus. C'est la moindre des choses après 50 ans d'attente et 5 ans d'inactivité du gouvernement actuel. Comme cela paraît peu réaliste, même pour un gouvernement qui désire rattraper en quelques semaines 5 ans de retard,

2° qu'en cas d'impossibilité, une autre date soit trouvée en concertation avec les Associations actives et libres pour donner à cette cérémonie son caractère de reconnaissance nationale officielle de la responsabilité de l'Etat dans le « crime d'Etat » du 19  mars 1962. Les dates proches qui nous paraissent les mieux adaptées sont celles du samedi 10 mars à 15h ou du dimanche 11 mars 2012 à 11h. Cela permettrait en effet aux familles de province de prendre leurs dispositions.

3° qu'il soit demandé à tous les parlementaires de s'associer à cette reconnaissance du Chef de l'Etat par le vote en urgence d'une loi reconnaissance officielle des crimes du 19 mars 1962.

qu'une large publicité soit faite par l'Etat en concertation avec les Associations libres par voie d'annonces dans la presse et à la télévision pour informer l'ensemble des 4 millions de nos compatriotes directement concernés et tous les Français désirant s'associer à cet hommage.

A cet effet, nous organisons , avec la Convention Nationale des Rapatriés, un Colloque à l'attention des historiens, journalistes, parlementaires, élus, intellectuels, consciences morales universelles, candidats à la présidence de la République, responsables associatifs et simples citoyens. Ce colloque aura lieu au centre de Paris.

INVITATION AU PREMIER COLLOQUE INTERNATIONAL VIRTUEL ET REEL - PARIS 

« LES ACCORDS D'EVIAN : CRIME D'ETAT ET/OU CRIME CONTRE L'HUMANITE ? »

Ce colloque fait suite au colloque international de la LICRA et de la LDH du 4 février 2012 à Paris sur « La tragédie des Harkis : crime contre l'Humanité ? » et accompagne celui organisé à Evian les 17 et 18 mars 2012 : « 50 ans après les Accords d'Evian »

Les participants aux deux autres colloques sont courtoisement invités à répondre au questionnaire mis à la disposition de toute personne intéressée, par simple demande par courriel.

Restant à ta disposition pour t'aider dans les contacts avec l'Etat afin de réaliser une cérémonie digne de l'attente des familles de disparus,

Je te prie de croire, Cher Jean-Félix, à l'expression de mes fraternelles salutations.

Bernard COLL Secrétaire général de JPN

BP 4 – 91570 Bièvres - 06 80 21 78 54

De : JF Vallat [mailto:armr@novirusmail.net]
Envoyé : samedi 25 février 2012 14:22
À : 'AGUERA-BILLES Elise'; 'ALBERTELLI Louis'; 'AMBROSINO Gisele'; 'ARTZ Fred'; 'BARISAIN Pierre'; 'BARTOLINI Jean Pierre'; 'BAUDIER Yves'; 'BAUQUESNE Manou'; 'BELVISI Armand'; 'BENA Evelyne'; 'BERNARD Francine'; 'BESTOZO Paul'; 'BISSUEL Henri'; 'BONNIER Gilles'; 'BOUFFARD Jacques'; 'BOURET Bertrand'; 'CAMICCI Marcel'; 'CANET Marie Antoinette'; 'CASALONGA Jean Yves'; 'CAZAL Anne'; 'CEPI Jean Vincent'; 'CERVERA Bernard'; 'CLEMENT Georges'; 'COLL Bernard'; 'COLLIN Jean François'; 'COROMINAS Gisele'; 'CUESTA Herve'; 'DDD1'; 'DESCAVES Pierre'; 'DIEMER Hubert'; 'DOMENECH Serge'; 'DUCOS ADER Colette'; 'DUPEYROT Gerald'; 'ECHO ORANIE'; 'ERNST Jean Pierre'; 'ETIENNE Henri'; 'EZAGOURI Viviane'; 'FADDA Denis'; 'FARRUGIA Claude'
Objet : Liste des Disparus au Quai Branly le 28 février

Chers amis,

Le juste combat mené par le Groupe de Recherche des Français Disparus en Algérie (GRFDA), soutenu par l'ARMR et la MAFA ainsi que par les associations ALGERIANIE, ANFANOMA, ASSOCIATION DU 26 MARS, SOUVENIR DES FRANÇAIS DISPARUS, et les associations amies, s'appuyant sur le remarquable travail de Colette DUCOS ADER, concrétisé par le livre de Jean Jacques JORDI « Un silence d'Etat », a abouti à ce que le mardi 28 février, M. Marc LAFFINEUR, Secrétaire d'Etat auprès du ministre de la défense et des anciens combattants, présidera une cérémonie au cours de laquelle les noms des civils européens enlevés portés disparus en Algérie entre le 1 er novembre 1954 et le 31 décembre 1962 seront inscrits sur la colonne centrale du Mémorial National de la Guerre d'Algérie et des combats du Maroc et de la Tunisie, Quai Branly à Paris.

Venez nombreux !

Amitiés

JF VALLAT

PS : nous n'avons reçu le carton officiel d'invitation qu'aujourd'hui….

---------- INSCRIPTION AU MEMORIAL NATIONAL DU QUAI BRANLY A PARIS ----------------

HOMMAGE AUX VICTIMES CIVILES

POUR FAIRE INSCRIRE VOS PARENTS ET PROCHES ASSASSINES OU DISPARUS EN ALGERIE POUR AVOIR VOULU RESTER FRANCAIS

CONTACTEZ AU SECRETARIAT D'ETAT AUX ANCIENS COMBATTANTS ET AUX RAPATRIES

24 mars 2010

TRES IMPORTANT

Famille de victimes civiles et militaires françaises de la guerre d'Algérie et des combats du Maroc et de Tunisie, conformément à l'article 2 de la loi du 23 février 2005, demandez l'inscription au Mémorial National du Quai Branly
du nom de vos parents tombés pour la France en Afrique du Nord française.

Voir pour les conditions d'attribution sur Internet :
http://www.mutuelleepargneretraite.fr/r384-cartes-titres-combats.html#mplf

Faites parvenir votre demande au
Secrétariat d'Etat à la Défense, aux Anciens Combattants et aux Rapatriés

à Mme Odile FROUMENT, Conseiller technique aux Rapatriés auprès de M. Hubert FALCO
SEDAC - 37, rue de Bellechasse - 75007 Paris - Tel : 01 44 42 11 24 ou 01 44 42 10 30

Les noms des victimes seront accessibles du monde entier sur le site Internet de la DMPA :
http://www.memoiredeshommes.sga.defense.gouv.fr/spip.php?page=base_recherche&_Base=MPF1418&_Action=1

TENEZ NOUS INFORMES DE VOS DEMARCHES - JPN BP 4 - 91570 BIEVRES

---------------------------------------- CHANSONS POUR LES DISPARUS ------------------------------------

CHANSON POUR LES DISPARUS

A POUR TOUTES LES FAMILLES DE DISPARUS

Mick MACCOTTA chante le "Mur des Disparus"

Auteur-Compositeur-Interprète

24 mars 2010

Bonjour à toutes et à tous,

En me rendant à Perpignan, en octobre 2009, je suis allé me recueillir sur "le Mur des disparus" - peut-être que certains d'entre vous n'en ont pas entendu parler - il s'agit d'un mur où sont inscrits tous les disparus d'Algérie, d'avant juillet 1962 - ces disparus représentent des milliers de personnes dont on ne sait ce qu'elles sont devenues.... je me suis dit qu'il fallait que je fasse, pour la mémoire, pour notre communauté, une chanson sur cette tragédie - que je rappelle au peuple français, à travers cette musique et ces paroles ce que nous avons vécu - j'ai voulu dire aux français de métropole non seulement en plus de l'exode de l'été 1962, que nombre de familles et amis, sont toujours à la recherche, et dans la douleur, de leurs proches, qui, malheureusement, disparus subitement, ne reverront jamais - Pris par le temps, en concerts et en tournées en France et à l'étranger et, pour exemple, après m'etre produit récemment en Tunisie, je rentre à peine avec mes musiciens d'une tournée au Sénégal, j'ai tenu à travailler pour le temps que je pouvais consacrer, avec toute mon équipe sur cette chanson pour pouvoir la présenter au public en mars, ce mois où l'on ôse fêter ces fameux accords d'évian - tant pis pour d'éventuels ennemis qui auront vocation à me critiquer, quant au contenu de ma chanson - mais, moi, je n'oublie pas que ma terre de naissance et d'adolescence était là-bas!!!! Je n'oublie pas que si j'étais jeune en juillet 62, mes parents qui avaient passé la "cinquantaine" ont dû retrouver un autre pays, une autre vie avec une famille éparpillée dans tout l'exagone - j'ai la chance d'être artiste et de pouvoir m'exprimer donc.... je le fais à travers cette chanson que j'ai appellé tout simplement .....LE MUR DES DISPARUS .....

Si elle vous plait, n'hésitez pas à la transmettre à vos relations.... c'est le lien d'une histoire qui continue à travers nous.....que nous comprenons parce que nous avons tous vécu le même destin. Cliquez sur le lien ci-dessous et vous verrez et entendrez :

Amitiés et à bientôt - Mick MACCOTTA.

Veuillez cliquez sur le lien ci-dessous pour visionner "Le Mur des Disparus"

http://www.youtube.com/watch?v=tsj5T7OspfE

Mick MACCOTTA

Auteur-Compositeur-Interprète - http://www.mickmaccotta.com - mailto:contact@mickmaccotta.com

Information communiquée par Suzy Simon-Nicaise

D'autres auteurs ont composé des chansons en mémoire des disparus de l'Algérie française : Enrico Macias, Jean-Paul Gavino,Jean-Pax Mefret notamment. Merci de nous faire connaître les autres artistes ayant consacré une chanson aux disparus français en Algérie.

------------------------------------------ MORTS POUR LA FRANCE --------------------------------------------

DISPARUS "MORTS POUR LA FRANCE"
A la veille de la journée nationale du 5 décembre en mémoire des victimes civiles et militaires de la guerre d'Algérie et des combats du Maroc et de Tunisie

UNE ETAPE IMPORTANTE POUR TOUTES LES FAMILLES DE DISPARUS ET VICTIMES D'ATTENTATS EN AFRIQUE DU NORD

M. Paul TEUMA, enlevé et assassiné à ORAN le 5 juillet 1962
reconnu officiellement "MORT POUR LA FRANCE"

Cette a été adressée par le :

MINISTERE DE LA DEFENSE
Direction des Statuts et Pensions et de la résinsertion sociale
Rue Neuve Bourg l'Abbé - BP 552 - 14037 CAEN Cedex
Tel : 02 31 38 45 14 - Fax : 02 31 38 45 84
Courriel : mailto:disprs-sdspcaen@sga.defense
Affaire suivie par Mme GUILLO

HOMMAGE AUX FAMILLES DE DISPARUS

Le long combat de Mme Marie-Claude BARBAGALATA-TEUMA vient d'aboutir à une décision importante de l'Etat, celle de reconnaître "mort pour la France" son père, enlevé et assassiné le 5 juillet 1962 lors du terrible massacre d'Oran par le FLN qui coûta la vie à plusieur milliers de Français de toutes origines. Cette décision, selon ses termes, semble en effet s'appliquer à toutes les victimes civiles de la guerre d'Algérie et des combats du Maroc et de Tunisie. En effet, M. Paul TEUMA est reconnu "Mort pour la France" par suite d'un "acte de violence constituant une suite directe de faits de guerre". Or le 5 juillet 1962, la France n'était plus en guerre contre le FLN depuis le 19 mars 1962 et le gouvernement avait officiellement abandonné sa souveraineté sur nos départements algériens depuis 3 juillet 1962. Nous tenons à féliciter Mme BARBAGALATA-TEUMA pour sa persévérance, sa tenacité et son courage pour obtenir Vérité et Justice pour son père. Mme BARBAGALATA-TEUMA fait partie des treize familles de disparus qui, dépassant le cap de leur douleur personnelle, ont brisé le mur du silence en acceptant de déposer le 13 juillet 2002 une plainte contre X pour "crime contre l'Humanité et complicité de crime contre l'Humanité".

APPEL AUX FAMILLES DE VICTIMES ET A LEURS AMIS

Nous vous invitons à demander dans les meilleurs délais, si cela n'a pas encore été fait, pour vos parents et proches disparus ou assassinés en Afrique du Nord l'attribution de la mention "Mort pour la France". Pour l'Algérie, toutes les victimes civiles assassinées, torturées ou disparues durant la période du 1er novembre 1954 et les derniers crimes commis contre des civiles et des militaires, c'est-à-dire le 5 juillet 1964 doivent être reconnues comme "Morts pour la France". Il en est de même pour les victimes françaises en Tunisie et au Maroc entre 1952 et 1956. La date du 5 juillet 1964 correspondant à l'assassinat en France du jeune SAINT-AUBIN par les Services spéciaux français, et bien le dernier "acte de violence constituant une suite directe de faits de guerre", puisque l'Etat français visait un responsable de la résistance française à l'abandon de l'Algérie. C'est une des raisons majeures pour lesquelles nous demandons que la date de commémoration des victimes civiles et militaires de la guerre d'Algérie et des combats du Maroc et de Tunisie soit transferée du 5 décembre au 5 juillet. En attendant cette décision de bon sens, nous appelons nos compatriotes à se mobiliser le 5 décembre 2009 pour que le Président de la République tienne l'engagement du candidat Nicolas SARKOZY d'avril 2007 : « Plusieurs milliers de Harkis ont été massacrés, au mépris des accords d'Evian. En l'absence de plan d'évacuation ou, il faut le dire, de volonté politique, seuls 10% d'entre eux purent s'établir en France entre 1962 et 1968… Le premier devoir c'est la vérité. Ne laissons pas l'oubli recouvrir la mort et les douleurs du passé ». «Je souhaite que les victimes françaises innocentes de cette guerre, jusqu'à l'indépendance, et je pense tout particulièrement aux victimes du 26 mars, se voient reconnaître la qualité de morts pour la France et que leurs noms figurent sur une stèle officielle afin que personne n’oublie ces épisodes douloureux ».

CONTACT POUR DEMANDER LA MENTION "MORT POUR LA FRANCE"

Faites vite parvenir cette lettre et le formulaire de demande de reconnaissance "Mort pour la France" aux familles de disparus et de victimes d'attentats terroriste en AFN durant la période 1952 - 1964. Merci.

Pour télécharger le formulaire de demande d'attribution de la mention "mort pour la France" cliquez sur :

FORMULAIRE MORT POUR LA FRANCE

MINISTERE DE LA DEFENSE
Direction interdépartementale chargé des anciens combattants
11, rue Lafon - BP 6 - 13251 MARSEILLE CEDEX 20

----------------------------------------------------------- MEDIAS ----------------------------------------------------

TELEVISION
SUR FRANCE 5

Documentaire de Christophe Weber

DISPARUS EN MISSION

Le tragique destin des militaires français prisonniers du FLN

Lundi 12 novembre 2007 à 20h40 (TNT)

Vendredi 14 décembre 2007 à 13h30 (Hertzien)

Le lundi 12 novembre à 20h sera diffusé sur France 5 (TNT) le documentaire réalisé par Christophe Weber " DISPARUS EN MISSION " sur le tragique destin des militaires français prisonniers du FLN. A l'aide de documents rares, de photos, d'extraits de films et de témoignages, Chrisophe Weber reconstitue les enlèvements de soldats français par le FLN, durant la guerre d'Algérie. Son enquête le mène jusque sur le sol algérien, où il recueille les paroles des derniers témoins de ces événements. Il revient ainsi sur le destin de ces centaines d'hommes dont on n'a jamais retrouvé ni la trace, ni le corps. Avec les accords d'Evian, en mars 1962, ces hommes sont déclarés «disparus en mission». Depuis, une chape de plomb pèse sur ces enlèvements, comme si les ministères de l'Armée et des Affaires étrangères ne voulaient apporter aucune réponse.

http://www.programme.tv/disparus-en-mission-720035.php

Voir aussi la rubrique MEDIAS

REVOIR LA VIDEO FR3 SUR LES DISPARUS - 2005

http://www.dailymotion.com/video/x9s6vn_algerieles-francais-disparus_news

------------------------------------------------ LIEUX DE MEMOIRE -----------------------------------------------

HOMMAGE AUX DISPARUS DE LA GUERRE D'ALGERIE

A PERPIGNAN LE 25 NOVEMBRE 2007 : INAUGURATION DU MUR DES DISPARUS

Dimanche 25 novembre 2007

A PERPIGNAN (66)

MUR DES DISPARUS : RECUEILLEMENT A PERPIGNAN

Crédit photos : Yves Marthot pour le mur des disparus et Hervé Cuesta pour les photos de la place de Jean Moulin

VIDEO SUR L'INAUGURATION DU MUR DES DISPARUS

Réalisée par le quotidien l'Indépendant de Perpignan (Groupe du Midi Libre)

Cliquez sur le lien ci-dessous (son et images)

Information aimablement communiquée par Antoine Méléo et Bernadette Ryter-Léonelli

http://www.dailymotion.com/relevance/search/le+mur+des+disparus/video/x3l5st_guerre-dalgerie-au-pied-du-mur_news

ADRESSE DE L'URL DE VISION DU DIAPORAMA REALISE PAR JEAN-LOUIS GRANIER

sur le site Bab-el-Oued Story :

http://babelouedstory.com/index.html

pour un accès direct au diaporama

http://www.babelouedstory.com/thema_les/disparus/perpignan_mur/disparus.html

Inauguration du mur des Disparus de la guerre d’Algérie, érigé par l’association de Rapatriés d’Algérie, le Cercle Algérianiste de Perpignan, dirigé par Madame Suzy Simon-Nicaise. Plus de 7.000 personnes ont assisté le dimanche 25 novembre 2007 à Perpignan, dans le sud de la France à l'inauguration d'un mur à la mémoire des disparus français et harkis de la guerre d'Algérie victimes du F.L.N. Sur ce " Mur des disparus, morts sans sépulture en Algérie (1954-63)", familles de Rapatriés d'Algérie et harkis (supplétifs musulmans de l'armée française) ont découvert les noms des 2.619 disparus sur dix plaques de bronze placées autour d'une figure allégorique " à la mémoire des disparus morts sans sépulture ". Erigé grâce à une souscription organisée par l’association de Rapatriés d’Algérie, le Cercle Algérianiste. Pour ceux qui n’étaient pas à Perpignan le 25 novembre dernier, vous pouvez regarder un diaporama de la cérémonie d’inauguration. Cordialement Jean-Louis Granier.

**************

ARTICLE PARU DANS L'INDEPENDANT - LUNDI 26 NOVEMBRE 2007

Le coeur serré par l'émotion, les plus proches parents de ceux dont le nom a été gravé dans le marbre du Mur des disparus ont laissé libre cours à leur détresse. Après 45 ans de silence, entre pudeur et cri du coeur, ils ont laissé leurs larmes dire ce que les mots sont impuissants à exprimer. Cher papa. Je me souviendrai toujours de cette journée du 20 juin 1962. J'avais dix ans, tu en avais quarante..." . Cher papa : deux mots simples brisent le silence. Restent suspendus dans l'air, malgré les efforts d'une tramontane prête à les emporter au loin. Ébranlent ces corps jusque-là drapés dans une dignité douloureuse. Et finissent par distordre ces visages, qui s'étaient pourtant promis de rester forts. L'histoire de ce petit garçon, écrivant à cette ombre qui a pour nom papa, c'est la leur. Celle de leur propre père, de leur mère. De leur grand-père ou de leur femme. De leur oncle, cousine, ami, fiancé. L'histoire de ce bout de leur vie dont ils se sentent amputés... "Nous ne saurons jamais si tu es mort, où, et comment, et si tu as souffert !" La voix se brise derrière le micro. Les larmes débordent des lunettes noires. Et même sous les couvertures de survie, seules taches d'or dans un océan de grisaille, on distingue clairement les reliefs que forment ces mains qui se serrent. "Je m'étais promis de ne pas pleurer". "Juin 1962... novembre 1956... avril 1962... printemps 1957... juillet 1962..." La litanie semble ne pas avoir de fin. Noms. Lieux. Dates. Âges. Pris au hasard d'une liste tissée de drames. Évocation de fantômes qui font tressaillir ceux qui n'ont cessé de penser à eux depuis quarante-cinq ans. Il est temps, semblent dire les sanglots silencieux. Il est temps de pouvoir dire au revoir à autre chose qu'à un souvenir. Sur son fauteuil, poussé doucement par sa femme, Boris répète, inlassablement. "Pour rien au monde... Pour rien au monde...". Pour rien au monde, il n'aurait manqué ce rendez-vous. Depuis que la maladie lui a fait élire ce fauteuil pour assise permanente, c'est son premier voyage. Un voyage de Lyon à Perpignan, dit-il. Ce qu'il ne dit pas, c'est que son voyage, il le poursuit jusqu'en Algérie, sur la route du souvenir. À l'époque où Boris courait sur d'autres rivages. "Aujourd'hui, j'aurais voulu être sur mes deux jambes. J'aurais dû être sur mes deux jambes", assène-t-il, comme pour dire qu'il s'est passé trop de temps. Josette a passé son doigt sur ce nom. Martinez. Comme pour le graver dans sa chair. Et son doigt s'est mis à trembler. Le tremblement a gagné tout son corps. "Je m'étais promis de ne pas pleurer", articule sa bouche derrière un rideau de larmes. Son père avait l'intention de rester. On lui avait dit qu'il pouvait rester. "Mais ils n'ont pas voulu de lui..." "Aujourd'hui, j'enterre mon père..." Viviane est pétrifiée. Viviane n'est que larmes. Elle avait 17 ans, le jour où elle a vu son père pour la dernière fois. "Aujourd'hui, j'assiste enfin à son enterrement". Elle voudrait dire autre chose, Viviane la Marseillaise. Elle voudrait dire l'indicible. Et c'est dans un seul souffle qu'elle finit par dire comment sa quête de quarante-deux années a brutalement pris fin : "Le quai d'Orsay a fini par m'envoyer le rapport de la Croix-Rouge, sans un mot d'explication, sans précautions. Froidement. Disant que mon père a été égorgé et jeté dans le four d'un hammam..." Viviane s'écroule dans les bras d'Élise. Des larmes plein les yeux, Elise n'est pas seulement venue soutenir une amie. Élise est venue, comme elle dit, reprendre son identité. "J'avais quatre ans. Avec mon père, c'est mon enfance qu'on a volée. C'est mon identité qu'on a enterrée, pendant quarante-cinq ans ". Élise, elle aussi, a reçu le rapport de la Croix-Rouge. Son père aurait été vu vivant, un mois après sa disparition. "Et qu'est-ce qu'elle a fait pour lui, l'armée ? Hein, qu'est-ce qu'elle a fait ?" Dans ce petit bout de Perpignan, les yeux rougis par trop de larmes le disputent aux colonnes vertébrales raides de trop de pudeur. Une pudeur que partagent Mohamed et Kader, venus simplement dire merci au nom de tous les harkis sans nom et sans sépulture. "Il ne faut pas oublier qu'on a été oubliés, disent-ils. Les harkis qui ont été honteusement abandonnés, c'étaient nos frères et nos soeurs". Leurs frères et leurs soeurs. Les pères de Josette, de Viviane, d'Élise. L'oncle de Christiane, qui a disparu en revenant de l'enterrement de sa propre soeur. Les enfants sans parents, et les parents sans passé. Hier, à Perpignan, les chemins de la douleur ont fini par croiser la longue route du souvenir.

Barbara GORRAND

Article communiqué par Christian PACAUD et Jacques TORRES

********************************

TEMOIGNAGE

Samedi, Palais des congrés, cars de CRS discrets, cars de touristes portant une affiche à la fenêtre arrière :"les disparus de la guerre d'algérie"... dès que je lis celà, une boule serre ma gorge, elle ne me quittera plus.... Dans le hall d'exposition , sont regroupés des panneaux affichant les journaux de l'époque: les visages des disparus, des cahiers de classe à l'encre délavée, des images de première communion ou de processions religieuses, des photos hélas trop connues d'enfants assasinés à El Halia, le commando Georges , les corps déchiquetés et torturés des harkis, les rapatriés , sur les quais prêts à l'embarquement, serrés autour des pauvres trésors qu'ils emportent....au moment de sortir , je me retourne une dernière fois , et je reste clouée sur place: je n'avais pas vu, au pied de ces panneaux, de vieilles valises déposées là....en vrac....témoins de notre exil... dimanche, ciel bleu magnifique, tramontane glacée , le canigou tout blanc est là , majestueux comme à son habitude.... les rues voisines du lieu de l'inauguration sont désertées par les autochtones, gitans et arabes, les volets des maisons sont clos....mais sortis de toutes parts , comme sortis de terre, les pieds noirs affluent , dans le silence : leur badge sur la poitrine.... le service d'ordre est bien fait , l'organisation parfaite: des CRS sont là pour guider ; beaucoup de rues sont interdites à la circulation, alors les autos immatriculées dans d'autres départements , tournent cherchant sans fin un endroit où se garer: mais, ils sont là, venus de toutes régions, empreints de dignité mais le regard égaré vers un passé qu'ils revivent dans une émotion violente: dans chaque visage de viel homme c'est mon père que je vois et dans chaque mise en plis , c'est maman qui est là!!! ils sont beaux nos ainés.... je les aime......la cérémonie est douloureuse car trop émouvante: il y a un représentant de chacune des trois religions, c'est bien....la légion est là avec sa musique, régiment toujours magnifique , toujours aimé, et applaudi....les noms des disparus sont tous appelés, leur famille est là , touchant, ultime caresse le nom gravé de celui qui fut un père , un fils...larmes de douleur, mais peut être apaisement.....Dieu aide les , ceux là , ils ont tant de peine....... aujourd'hui, mercredi, je ne suis toujours pas bien: trop de choses remontent à ma mémoire, mais il y a une chose dont je suis sûre c'est que je suis des leurs, une fille de là-bas, comme ils disent........en France . Je t'embrasse bien affectueusement Bernadette: j'espère t'avoir fait partagé un peu de mon émotion

Colette

***********************

COMMUNIQUE PRESSE DU CERCLE ALGERIANISTE

25 septembre 2007

Pour copier l'article faite un clic droit, puis "enregistrer l'image sous".

Entre le 1er novembre 1954 et l'année 1963, des milliers de personnes ont disparu en Algérie, notamment après le 19 mars 1962, sans que leurs familles n'aient jamais retrouvé leur trace ni le lieu de leur martyr.

Le 25 novembre prochain, à Perpignan, se déroulera, à l'initiative du Cercle algérianiste, soutenu par des centaines d'associations pieds-noires, de Harkis, d'anciens combattants, l'inauguration du Mémorial national des Disparus en Algérie de 1954 à 1963.

Ce Mémorial, entièrement financé par une souscription privée à laquelle ont participé plus de 2000 donateurs (familles de disparus, associations, particuliers) doit permettre, dans la dignité et le recueillement, de rendre un hommage solennel aux milliers de Français d'Algérie et de Harkis enlevés par le F.L.N. pendant la guerre d'Algérie, assassinés et disparus a tout jamais sans lieu de sépulture.

Plus de 45 ans après ces évènements dramatiques qui sont toujours l'objet d'un tabou, il était grand temps que le voile soit enfin levé sur cette page douloureuse, que ces disparus puissent être honorés et que les familles qui portent en elles toujours cette souffrance puissent enfin faire leur deuil.

Ce monument qui portera le nom de 2619 disparus dont la liste a été communiquée par l'Etat rendra hommage aussi aux dizaines de milliers de Harkis assassinés et qui n'ont pu être identifiés.

L'ensemble des associations de Français d'Algérie appelle à une grande mobilisation nationale autour de cet évènement exceptionnel qui s'inscrit également dans le droit-fil des engagements du président de la République, Nicolas Sarkozy, pour que l'Etat reconnaisse le drame des disparus.

***************

PROGRAMME COMPLET SUR LE SITE

http://www.cerclealgerianiste.asso.fr/contenu/dernierea.htm

Informations pratiques

Cercle Algérianiste des Pyrénées-Orientales

52, rue du Maréchal Foch - 66000 Perpignan - Tel : 04 68 35 51 09

mailto:cercle-algerianiste.perpignan@orange.fr

------------------------------------------------------------ CICR ---------------------------------------------------------

Mardi 6 février 2007

La France a signé la convention pour la protection des personnes contre les disparitions forcées en oubliant les milliers de Français disparus en Algérie de 1962 dont elle est responsable !

*******************

Une étape importante pour les familles de disparus

Communiqué de presse du CICR

Le président du CICR réaffirme son soutien à la Convention contre les disparitions forcées
Paris/Genève (CICR) – « Aucune guerre, aucun état d'urgence ni aucune raison impérieuse de sécurité nationale ne peut justifier les disparitions forcées », a déclaré Jakob Kellenberger, président du Comité international de la Croix-Rouge (CICR).


M. Kellenberger est arrivé aujourd'hui à Paris pour participer à la cérémonie officielle d'ouverture à la signature de la Convention internationale pour la protection de toutes les personnes contre les disparitions forcées.

« Le CICR se félicite du soutien que la France apporte à la Convention contre les disparitions forcées, et espère que tous les États suivront la même voie », affirme Jakob Kellenberger. « Cette convention constitue une première victoire pour les familles des disparus qui souffrent en silence. Ne pas connaître le sort d'un proche est insupportable. L'angoisse de ces familles, leur douleur et leur tristesse sont indescriptibles. »

Le CICR s'emploie inlassablement à prévenir les disparitions forcées dans les différents pays où il opère, et il souhaite que la Convention soit applicable le plus rapidement possible. Elle entrera en vigueur 30 jours après que 20 États l'auront ratifiée.

Informations complémentaires :
Frédéric Joli, CICR Paris, tél. : +33 1 56 54 11 11 ou +33 6 81 87 01 73
Carla Haddad, CICR Genève, tél. : +41 22 730 24 05 ou +41 79 217 32 26
ou sur notre site : www.cicr.org

FAMILLES DE DISPARUS, PRENEZ CONTACT AVEC LA CICR - TENEZ-NOUS INFORMES DE VOS DEMARCHES. MERCI

***********************

Nous vous laissons découvrir le surprenant communiqué de presse du Ministère des Affaires Etrangères annonçant cette importante avancée dans la protection des personnes dont chacun peut se féliciter. Les Français d'Algérie sont en droit de demander à l'Etat français pourquoi ils ont été écartés depuis 1979 de cette démarche internationale dont la France se vante d'être l'un des éléments moteurs. Pourquoi les dizaines de milliers de Français d'Algérie - Harkis, Pieds-noirs - et soldats du contingent qui ont été enlevés ne sont-ils pas pris en considération dans cette nouvelle démarche humanitaire ? Pourquoi leurs familles ne sont-elles pas invitées à la cérémonie du 6 février qui les concernent directement alors que l'Etat français, qui a reconnu par la loi du 23 février 2005 la réalité des crimes commis contre leurs proches en violation des accords d'Evian, va recevoir des délégations de disparus d'autres pays du monde ? L'Algérie est-elle invitée à signer cette convention internationale ? Ce sont les questions que nous vous invitons à poser au Chef de l'Etat, au Premier ministre, au Ministre des Affaires étrangère, à vos députés et sénateurs, aux intellectuels et aux médias.

Communiqué du Ministère des Affaires Etrangères

http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/mobile_article.php3?id_article=45655

(les parties soulignées en rouge sont de JPN)
Convention pour la protection de toutes les personnes

contre les disparitions forcées (6 février 2007)


La France a accueilli à Paris, le 6 février 2007 sous la présidence du ministre des Affaires étrangères, M. Philippe Douste-Blazy, la cérémonie de signature de la convention internationale pour la protection de toutes les personnes contre les disparitions forcées.

Cette convention a été adoptée par consensus, le 20 décembre 2006, par l’Assemblée générale des Nations unies. La cérémonie de signature, qui se tiendra sous le haut patronage du président de la République et sous les auspices des Nations unies, vient couronner plus de vingt-cinq années d’efforts déployés par les familles des disparus, les organisations non gouvernementales, les Nations unies et la France.

La France a notamment été à l’origine en 1979 de la première résolution présentée à l’Assemblée générale des Nations unies sur le thème des disparitions forcées et a présidé le groupe de travail à l’origine de la convention.

La signature de la convention marque un véritable progrès : ce texte comble un vide juridique en érigeant en crime, en temps de paix comme de guerre, les disparitions forcées, c’est-à-dire le fait pour un Etat d’enlever, directement ou indirectement, une personne, sans que jamais ses proches ne soient informés de son sort. En 2005, 535 nouvelles disparitions forcées ont été enregistrées dans le monde, tandis que 41 000 cas n’ont jamais été élucidés depuis 1981.

Ce nouvel instrument juridiquement contraignant permettra de satisfaire aux exigences de prévention, en interdisant notamment les lieux de détention secrets, ainsi que de justice, en reconnaissant aux victimes et à leurs proches un droit à réparation ainsi qu’à la vérité.

Plus de vingt-cinq ministres issus des cinq continents et une trentaine de représentants d’autres pays ont confirmé leur participation à cette cérémonie. D’autres personnalités de premier plan, telles que la Haute commissaire aux Droits de l’Homme des Nations unies, Mme Louise Arbour, le procureur de la Cour pénale internationale, M. Luis Moreno-Ocampo, le président du CICR, M. Jakob Kellenberger, et la présidente des ’’Mères de la place de mai’’, Mme Marta Vasquez Ocampo, y prendront également part, aux côtés de nombreuses ONG du monde entier.

Ce fort engagement de la communauté internationale, que la France salue, devrait permettre de recueillir dès le premier jour un nombre élevé de signatures et d’envisager l’entrée en vigueur de cette convention dans les meilleurs délais, pour laquelle vingt ratifications sont nécessaires.

*********************************************************************************

FAMILLES DE DISPARUS EN ALGERIE, AU MAROC ET EN TUNISIE 1952-1964 et AMIS

ENVOYEZ VITE PAR COURRIEL ET TELECOPIE UNE DEMANDE POUR ETRE INVITES

A LA CEREMONIE DU 6 FEVRIER 2007 A PARIS

Voir les sites de la PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE, du PREMIER MINISTRE, de L'ASSEMBLEE NATIONALE et du SENAT pour les adresses courriels.

Télécopie Présidence de la République : 01 42 92 81 79 / 81 17 / 81 45 / 81 22 / 81 93 / 80 21

Télécopie Premier ministre : 01 42 71 42 / 75 04

Jeune Pied-Noir vous invite aussi à saisir le Ministre de la Justice. La loi du 23 février 2005 reconnaît la violation des accords d'Evian de 1962 qui ont été signé par l'Etat français et le FLN. Eux seuls peuvent donc être à l'origine de la violation de ces accords après le 19 mars 1962.

Ministère de la Justice - 13, Place Vendôme - 75042 Paris Cedex 01 - Tel : 01 44 77 60 60

Service Communication - Sophie Chevallon - Tel : 01 44 77 63 39 - sophie.chevallon@justice.gouv.fr

Médiateur de la République - 7, rue Florentin, 75008 Paris - Tel : 01 55 35 24 24 - Fax : 01 55 35 24 25 - www.mediateur-republique.fr

Service Communication - Christine TENDEL - 01 55 35 22 40 - Fax : 01 55 35 22 45 - christine.tendel@mediateur-republique.fr

 

L'Onu adopte un traité contre les disparitions forcées

REUTERS | 20.12.2006 | 23:04

Par Irwin Arieff

NATIONS UNIES (Reuters) - L'Assemblée générale des Nations unies a adopté un nouveau traité international qui interdit aux Etats d'enlever des ennemis présumés et de les enfermer dans des prisons secrètes ou de les éliminer.

La "Convention internationale pour la protection de toutes les personnes contre les disparitions forcées" a été approuvée par consensus à l'assemblée, qui compte 192 pays, et sera proposée à la signature des gouvernements lors d'une cérémonie prévue le 6 février à Paris.

Des disparitions forcées ayant lieu partout dans le monde, le traité contribuera à les limiter à l'avenir ainsi qu'à traduire leurs auteurs en justice, a déclaré la présidente de l'Assemblée, Haya Rached Al Khalifa (Bahreïn).

Depuis 1980, on a enregistré plus de 51.000 disparitions forcées dans plus de 90 pays, a-t-elle souligné.

L'année dernière, quelque 535 nouvelles disparitions ont été signalées aux Nations unies, dont un grand nombre en Tchétchénie, en Colombie et au Népal.

Les négociations relatives au traité, entamées en 1992, ont fait suite aux disparitions et aux meurtres d'opposants commis sous les dictatures militaires latino-américaines des années 1970 et 1980.

EN VIGUEUR APRES 20 RATIFICATIONS

"La notion de 'personne disparue' est l'un des faits les plus horribles du XXe siècle", a déclaré l'ambassadeur argentin Cesar Mayoral devant l'assemblée. "Pour l'Argentine, elle a une signification particulièrement triste depuis que la dictature militaire des années 70 a systématisé cette pratique."

Officiellement, quelque 12.000 personnes ont été tuées ou ont disparu durant la "sale guerre" de 1976-83 en Argentine. Les groupes de défense des droits de l'homme font état de 30.000 morts.

La convention, qui entrera en vigueur trente jours après sa ratification par 20 pays, reconnaît à toute personne le droit d'être protégée des disparitions forcées et affirme que les victimes et leurs proches ont droit à la vérité et à des réparations.

Elle donne une première définition de la disparition en droit international - "l'arrestation, la détention, l'enlèvement ou toute autre forme de privation de liberté par des agents de l'Etat", suivie de la non-reconnaissance de cette privation et de la non-protection officielle des disparus par la loi.

Le nouveau traité qualifie la disparition forcée d'acte criminel qui ne saurait se justifier et dont les responsables doivent être recherchés et traduits en justice.

Il engage tous les gouvernements à interdire la détention secrète et les lieux de détention non déclarés, et reconnaît aux familles le droit de connaître le sort et le lieu de détention de leurs proches quand ils ont été arrêtés.

La convention crée en outre un comité chargé de veiller à son application et d'examiner les plaintes individuelles concernant des disparitions que les gouvernements n'ont pas reconnues.

Le Comité international de la Croix-Rouge, la Fédération internationale des droits de l'homme et Amnesty International ont salué l'adoption de la convention et ont exhorté tous les gouvernements à ratifier l'accord dans les meilleurs délais.

Les Etats-Unis, mis en cause dans le transfert d'activistes soupçonnés de terrorisme dans des centres de détention secrets à l'étranger, ne se sont pas adressés à l'assemblée, mais des experts disent ne pas s'attendre à ce que Washington ratifie le traité.

----------------------------------- LIVRES SUR LES DISPARUS EN ALGERIE -----------------------------

FRANCAIS VOICI LA VERITE : DE NOUVELLES PREUVES ACCABLANTES !

Les oubliés de la Guerre d'Algérie de Raphaël DELPARD - Edition Michel LAFON .

Disponible dans toutes les librairies depuis le 16 janvier 2003 - 20 Euros .

Il nous semblait que tout avait été dit sur la guerre d'Algérie. Or les recherches menées par Raphaël Delpard mettent en lumière des dossiers lourds, restés secrets depuis quarante ans.

- Les témoignages des appelés du contingent prisonniers du FLN qui, pour la premier fois, racontent les horreurs de leur détention

- La fusillade du 26 mars 1962 à Alger, où l'Armée française a tiré sur une manifestation pacifiste, tuant 80 personnes et faisant 200 blessés. Les familles ne sont toujours pas parvenus à faire ouvrir une enquête

- L'abandon des harkis par la France : 150.000 victimes.

- Les enlèvements de militaires et de civils français et musulmans pro-français : 25.000 personnes dont les corps n'ont pas été retrouvés.

- Le massacre de 2000 Français en une seule journée à Oran, le 5 juillet 1962.

- L'accord secret entre le gouvernement de la métropole et le FLN, dans le but de pousser les pieds-noirs à quitter l'Algérie au plus vite....

Des pages brûlantes, révélant des complots et des crimes d'Etat et montrant comment et pourquoi le silence a été organisé et prolongé par tous les gouvernement qui se sont succédé depuis.

Raphaël Delpard termine, avec ce troisième livre, un travail de mémoire entrepris sur l'Algérie avec 20 ans pendant la guerre d'Algérie et l'Histoire des pieds-noirs d'Algérie.

En vente 25 euros port compris - chèque à l'ordre de JPN - BP 4 - 91570 Bièvres

 

SOLDATS PRISONNIERS DU FLN

OTAGE D'AMIROUCHE

114 jours dans le Maquis de Kabylie pendant la guerre d'Algérie

de René ROUBY
LAVAUZELLE (Nouvelle édition - 2003)

A COMMANDER CHEZ L'AUTEUR

27 euros port compris

Résidence les Cormorans - Appartement 51 - 3, Quare Charles Gounod

60200 COMPIEGNE - Tel : 06 84 65 48 89

------- MEMORIAL DES VICTIMES CIVILES ET MILITAIRES - QUAI BRANLY - PARIS --------

HOMMAGE AUX VICTIMES CIVILES ET MILITAIRES

5 décembre 2002

Premier hommage aux victimes civiles

(Photographie Jeune Pied-Noir - Mention obligatoire - droits réservés)

Le 5 décembre 2002 au soir, les familles de disparus ont rendu un premier hommage à leurs proches disparus en déposant au pied du Mémorial du Quai Branly des photographies et fleurs en leur mémoire.

--------------------------------------- SOLDATS DISPARUS EN ALGERIE -----------------------------------

HOMMAGE AUX MORTS POUR LA FRANCE

1 novembre 2008

LA TOUSSAINT DES DISPARUS

Voici venu le temps de Toussaint, le moment de l’année où les familles honorent leurs morts en se rendant au cimetière familial.Pourtant, certains ne pourront accomplir ce devoir sacré, ce sont les parents des disparus pendant la guerre d’Algérie. Je pense particulièrement aux militaires français tombés aux mains du FLN et dont plus de 80% ne sont pas revenus c’est à dire entre 400 et 500 militaires au moins.Aucun chiffre officiel n’a jamais été donné. En tant que vice-président de la Commission Nationale des ex-prisonniers du FLN rattachée à l’UNC , je m’occupe des prisonniers portés disparus et c’est à ce titre que j’écris cette lettre . Depuis près de cinquante ans, les parents de ces disparus ont multiplié les démarches, les courriers , les interventions de toutes sortes pour avoir des informations sur ces disparitions . Sans résultat.

L’arrivée de Nicolas Sarkozy avait fait naître un grand espoir, notamment son discours du 05 décembre 2007 à l’Elysée dans lequel il déclarait " Aux familles des soldats disparus,qui sont morts pour la France, je dis qu’il est du devoir de l’Etat de tout faire pour rechercher et rapatrier leurs corps.Cette question ne pose pas de difficulté de principe. Je l’ai réglée avec les autorités algériennes lors de mon déplacement." Depuis, silence complet. Que demandent les familles des militaires disparus ?La recherche et le rapatriement des corps. Il n’est peut-être pas possible de retrouver tous les corps, mais pour la plupart, c’est possible surtout grâce à l’ADN. Je donnerai seulement deux exemples :

- Le 26 avril 1958, trois militaires français tombés aux mains du FLN en Algérie près de la frontière tunisienne étaient fusillés " après jugement " en Tunisie et la sentence était annoncée par le FLN. Il s’agit du sergent Richomme Robert, du soldat Feuillebois Jacques et du soldat Decourtreix René .On pourrait facilement savoir où leurs corps ont été enterrés
- Autre exemple, les 20 militaires de la Compagnie Nomade enlevés aux Abdellys, village près de Tlemcen, dans la nuit du 31/10 au 1° /11 1956 . Dans le film –reportage de Christophe Wéber, " Disparus en Algérie " présenté sur la Cinq, un des auteurs de l’enlèvement indique l’endroit , une faille rocheuse près de la frontière marocaine où les corps ont été jetés après avoir été égorgés.

Alors, je pose une nouvelle fois la question : y a-t-il de bons et de mauvais prisonniers ? De bons et de mauvais disparus ? Qu’ont fait les gouvernements pour obtenir leur libération ? Qu’ont-il fait pour essayer de retrouver leurs corps ?
Le silence des médias et surtout des élus est assourdissant. Je sais que je recevrai , peut-être, les réponses préimprimées que je connais par cœur. Mais j’écris pour que les responsables ne puissent dire " On ne savait pas "
J’emprunte à Guillaume d’Orange la formule qui me permets de continuer le combat
" Il n’est pas nécessaire d’espérer pour entreprendre ni de réussir pour persévérer "

Jean-Pierre ROCHE - Vice-Président de la Commission Nationale des ex-prisonniers de FLN - Hyères, le 1e novembre 2008

 

------------------------------ DISPARUS : L'UNC LANCE UN APPEL A TEMOINS ----------------------

------------------------------------ MEDIAS ET DISPARUS EN ALGERIE ------------------------------------

Valeurs Actuelles n° 3608 paru le 20 Janvier 2006

France - Le scandale des disparus d'Algérie
Des archives nouvelles révèlent le sort atroce réservé aux Européens d'Algérie après le cessez-le-feu du 19 mars 1962
.

Je demeure engagé dans notre entreprise commune visant à traduire dans un traité d'amitié notre partenariat d'exception. Il y va de l'avenir de notre pays et de nos deux peuples. Ces lignes ont été adressées par Jacques Chirac, début janvier, à Abdelaziz Bouteflika. Plus que jamais, le chef de l'État souhaite la signature d'un traité d'amitié entre les deux pays. À quel prix ? Le président algérien n'a cessé, l'an dernier, d'appeler la France à faire repentance : « L'occupation (française) a adopté la voie de l'extermination et du génocide qui 'est inlassablement répété durant son règne funeste », accusait-il le 8 mai 2005 à Sétif.
Or, dans le même temps, la France lève le voile sur des archives effrayantes : elles concernent les enlèvements d'Européens et les sévices infligés aux harkis après le cessez-le-feu du 19 mars 1962. Il s'agit de documents du 2e Bureau conservés au Service historique de l'armée de terre : procès-verbaux de gendarmerie, dépêches et analyses du 2e Bureau, listes, photographies…
Sous la pression des familles de victimes et de la Mission interministérielle aux rapatriés, le Quai d'Orsay a autorisé en juillet 2004 l'accès aux dossiers des Européens disparus en 1962 : 2281 dossiers contenant les correspondances des ambassades et des consulats de France en Algérie, ainsi que des fiches individuelles d'enquête établies par le Comité international de la Croix-Rouge (CICR). Ce qu'y découvrent les familles des disparus confine à l'horreur.
« Probablement égorgé, cadavre jeté dans le four d'un bain maure (témoin européen anonyme). » Viviane Ezagouri-Pinto a lu ces mots le 24 août 2004, quarante-deux ans après la disparition de son père dans les émeutes du 5 juillet 1962 à Oran. « Pendant un an, j'ai perdu le sommeil, je ne pouvais plus m'approcher d'une source de chaleur sans pleurer », raconte cette Oranaise de 60 ans, anéantie par la brutalité de la nouvelle. Sans un mot de condoléances, le ministère des Affaires étrangères lui a envoyé le rapport établi le 21 août 1963 par la Croix-Rouge suisse, indiquant les circonstances terribles de la mort de Joseph Pinto. « Nous voulons savoir pourquoi la France a caché pendant quarante-deux ans qu'elle savait ce qu'étaient devenus ces gens », dit Jocelyne Quesada, vice-présidente de l'association des Oraniens.
Joseph Pinto était représentant de commerce. Il a disparu le 5 juillet 1962, date choisie par le FLN pour fêter l'iindépendance nouvellement acquise. La veille, les voitures de l'armée ont sillonné les rues d'Oran pour inciter les pieds-noirs, apeurés, à sortir de chez eux : « L'armée française garantit la sécurité des Européens. Vous ne courez aucun danger ! » Vers dix heures, Joseph Pinto décide d'aller sentir l'atmosphère. Le rapport de la Croix-Rouge précise : « L'enlèvement a eu lieu à 15 h 30, rue Léon-Djéan, à hauteur du n° 18… » Sa fille sort elle aussi rejoindre son fiancé. Tous deux sont arrêtés, mais rapidement libérés par un commandant de l'Armée de libération nationale qui la connaissait de vue.
Vers onze heures et demie, après un tir de rafale, civils et militaires musulmans de l'ALN entament une chasse à l'Européen. « On rafale, on égorge, on entasse les otages dans des camions qui les emmènent en direction de l'aéroport ou derrière le commissariat central. C'est la boucherie », raconte Geneviève de Ternant dans l'Agonie d'Oran. Le général Katz, alors commandant du secteur autonome d'Oran, accuse l'OAS d'être à l'origine du coup de feu initial. Le journal de marche du 4e zouave parle d'une rafale tirée par « un individu musulman (vêtu d'une robe verte) ».
Le 6 août 1962, les Pinto, en Algérie depuis cent dix ans, partent définitivement sur le bateau des rescapés du 5 juillet, l'Exodus. Jean de Broglie, secrétaire d'État aux Affa ires étrangères, leur envoie un courrier le 19 septembre 1963. Il parle de « forte présomption de décès », expliquant sans plus de précisions qu'« il n'y a malheureusement plus d'espoir de retrouver en vie Joseph Pinto ». Une lettre type envoyée à un très grand nombre de familles. En 1967, les Pinto reçoivent un certificat de décès, délivré automatiquement au bout de cinq ans. À chaque fois, il leur est répété que le gouvernement met tout en oeuvre pour le retrouver.
Plus de nouvelles jusqu'en 2004. Informée de l'ouverture des archives, Viviane remplit un formulaire sur le site Internet du ministère des Affaires étrangères. Un mois plus tard, elle lit la formule habituelle, « Ci-joint copie des documents conservés à Paris » avant de découvrir la terrible vérité : « Probablement égorgé ». « Je connais enfin le sort de mon père, mais à quel prix ! », déplore Viviane. Elle repense aux journées passées à chercher son père, dans les bureaux, les hôpitaux, les morgues, à la mairie, sans pouvoir accéder au stade où étaient parqués des centaines de prisonniers. Elle se souvient des photos des massacres prises par les gendarmes, sur l'une desquelles elle avait reconnu une marchande de loterie. « Les photos des cadavres existent, nous demandons à les consulter : nous avons le droit de savoir où ont été enterrés les corps de nos proches. »
Depuis août 1963, l'Algérie et la France étaient en possession des résultats de l'enquête concernant les disparus européens, résultats que les deux pays ont décidé de ne pas rendre publics. « Ils ont voulu étouffer l'affaire ! », clament les associations de rapatriés. Pour elles, le gouvernement de l'époque a empêché les militaires présents à Oran d'intervenir pour arrêter le massacre, se rendant complice des assassins. « L'armée est intervenue sur-le-champ », rétorque le général Katz. Une affirmation en contradiction avec le journal de marche et d'opérations (JMO) manuscrit de l'armée française, sur lequel figure, après la fusillade, cette indication : « Les troupes restent consignées. » Il y a eu cependant quelques actions individuelles, notamment celles des 2e et 4e zouaves ou du 8e Rima, qui ont permis de sauver un grand nombre de civils européens. « Il ne s'agit pas d'une intervention générale de l'armée française (…), mais de la décision de se soustraire partiellement à la rigueur des directives de l'état-major français, devant l'ampleur et la gravité inattendues des troubles », explique l'historien Jean Monneret dans la Phase finale de la guerre d'Algérie.
Abdelaziz Bouteflika veut que la France fasse repentance et la France veut son traité d'amitié. Le 17 octobre 2001, le maire de Paris, Bertrand Delanoë, a déposé sur le boulevard Saint-Michel une plaque « à la mémoire des nombreux Algériens tués lors de la sanglante répression de la manifestation pacifique du 17 octobre 1962 ».
L'an dernier, le gouvernement a demandé pardon pour les événements du 8 mai 1945 à Sétif. Oublier les victimes de la fusillade de la rue d'Isly à Alger le 26 mars 1962 ou les massacres du 5 juillet serait une injustice.

L'administration a fait preuve d'une froideur choquante.

Le 22 septembre 1995, Jacques Chirac avait reconnu la responsabilité du gouvernement de l'époque, affirmant : « La France, en quittant le sol algérien, n'a pas su sauver ses enfants… Il faut réparer aujourd'hui les erreurs qui ont été commises. » Dix ans après, Bernard Coll, secrétaire général de l'association Jeune pied-noir, demande « la reconnaissance officielle de la responsabilité de l'État, à travers l'abandon et l'absence de protection, la non-évacuation ou non-récupération des Français d'Algérie de toutes origines, harkis, pieds-noirs et amis, dans les massacres et disparitions » postérieurs au 19 mars.
L'administration française, en envoyant d'une manière aussi brutale le rapport de la Croix-Rouge, a fait preuve d'une froideur choquante. « Ils ne se sont pas rendu compte combien ça pouvait faire mal », explique Viviane.
Depuis, les choses ont évolué, et le ministère a changé d'attitude : les formulations se sont affinées. Au rapport envoyé à M. Fulgencio, dont la mère et le frère ont disparu, a été joint ce message de condoléances : « Dans cette douloureuse circonstance, soyez assurés que les plus hautes instances de la République sont sensibles à votre peine. » Avant d'envoyer le rapport, le Quai d'Orsay propose désormais un psychologue et vérifie que les familles sont soutenues et préparées au choc.
La campagne réduisant la présence française en Algérie à cent trente ans de violences et de morts est loin d'être terminée. Mais l'ouverture de ces nouveaux fonds d'archives laisse espérer une approche des faits plus objective et surtout plus historique, fondée sur des preuves tangibles.
Agnès Lacombe

http://www.valeursactuelles.com/magazine/france/index.php?num=3608&position=1&nb=3

------------------------------------------------- MANIFESTATIONS ----------------------------------------------

VALENCE - SAMEDI 14 et DIMANCHE 15 OCTOBRE 2006

Clique droit sur l'image et faites "Enregistrer sous" pour obtenir une copie de ce document.

CONTACT : Bernard CINI, Président du Cercle Algérianiste Drôme - Ardèche

Tel : 04 75 64 81 29 - bernard.cini@aliceadsl.fr

PROJECTION DU FILM "MEDIAS ET DISPARUS EN ALGERIE" REALISE PAR JPN - DIMANCHE 15 OCTOBRE A 15H30

---------------------------------------------------- ASSOCIATIONS -------------------------------------------------

Communiqué du 30 décembre 2006

Les organisatrices de la Marches du 5 juillet à Marseille soutenues par plusieurs familles de disparus ont constitué

Le Collectif de Défense des Familles de disparus
après les accords d’Evian

Nos différentes démarches : pétitions, lettre au président de la République, actions au près des députés, questions des parlementaires au gouvernement et proposition de loi demandant une commission d’enquête, marche du 5 juillet 2005 et 2006 sont restées sans réponse et nos attentes totalement ignorées.

44 ans après ces crimes, la plupart des familles demeurent dans l’ignorance du sort de leur disparus enlevés.

Cette indifférence d’Etat est inacceptable et inhumaine. Le Collectif a donc décidé d’ester en justice pour le respect de nos droits :

- Libre consultation de toutes les archives

- Connaissance du sort des enlevés-disparus en Algérie après les accords d’Evian.

- Détermination du lieu des sépultures

- Rapatriement des dépouilles

- Réparation des préjudices matériels et moraux subis par les victimes et leurs ayants droit

Cette action, complexe et difficile, nécessite l’implication de tous :

- Par vos témoignages et les justifications officielles censurées jusqu’à présent et qu’il nous faudra produire.

- Par vos dons, le coût financier de cette entreprise sera conséquent et de longue haleine

- Moralement, car les souffrances des familles vont ressurgir avec le rappel de ces faits horribles et des déchirements qui les ont accompagnés

- En relayant le plus largement possible ce communiqué pour sensibiliser le plus grand nombre de nos compatriotes

C’est un triple appel que nous lançons :

– Aux familles de disparus dont l’aide nous est indispensable pour la constitution des dossiers et avec qui nous partageons la douleur de l’absence.

– A toute la communauté des Rapatriés d’Algérie de toute confession pour leur soutien moral

– A chaque compatriote ou sympathisants à notre cause et à nos amis afin que leur aide financière si modique soit-elle nous aide à honorer les frais, de justice afférents à cette action

Nous espérons, avec vous tous, lever cette chape de plomb qui nous étouffe depuis plus de 4O ans et voir ainsi reconnaître les horreurs et les déchirements qui ont marqué notre Histoire.

Adressez vos adhésions, vos témoignages et vos dons au « Collectif des familles de Disparus »

(chèque au même ordre) 9, rue du Commandant Rolland Marseille 13008

Contacts : Viviane Ezagouri : 06 62 52 45 95 - Marie Claude Teuma : 06 10 32 16 51

Jeune Pied-Noir, qui est à l'origine des deux plaintes contre X pour "crimes contre l'humanité" déposées par 43 familles de disparus en mars et juillet 2002, apporte son total soutien à cette nouvelle initiative des familles de disparus.

pour en savoir plus : cliquez ici

 

5 JUILLET 1962 - 5 JUILLET 2006

MARCHE EN HOMMAGE AUX DISPARUS EN ALGERIE

ET AUX VICTIMES CIVILES

Manifestation de Marseille - 5 juillet 2006 (Photo de Mme Christiane GARCIA)

Nous vous conseillons de voir l'excellent reportage réalisé cette année par Claude GARCIA :

http://pnmohican.org.site.voila.fr/

********************************************

MANIFESTION 2005

Plus de 1500 participants à l'hommage aux Disparus - Marseille 5 juillet 2005

APPEL A TOUS LES FRANCAIS !
Marie-ClaudeTEUMA, Elise AGUERA et Viviane EZAGOURI

Toutes trois filles de disparus organisent avec le concours de la Maison des Rapatriés à Marseille et l'Amicale des Oraniens des B.D.R

Contacts : Mme Viviane EZAGOURI -Tel : 06 62 52 45 95

Maison des Rapatriés de Marseille - M. André ORDINES - Président

Tel : 04 91 77 96 84- Fax : 04 91 76 54 77

Avec le soutien des associations : CFNA - Coordination Nationale des Français d'Algérie, AJIR pour les Harkis- sud,

Avenir jeunesse Pied-Noir, Jeune Pied-Noir.

le Mercredi 5 juillet 2006 à Marseille

Rassemblement Devant métro Vieux Port 15 h 00
Marche vers la Préfecture pour déposer une motion
Dépôt de gerbe 17 h 30 monument des Rapatries Corniche Kennedy
Messe à l'Eglise du Sacré Coeur 19 h 00
(Avenue du Prado)

une marche silencieuse, en mémoire des disparus d’Algérie d'avant et d'après le 19 mars 62 aux victimes du 5 juillet 1962 à ORAN,
et à tous les victimes civiles française de toutes origines tuées et blessées par les attentats terroristes du FLN en Algérie

44 ans, de silence la vérité s'impose

VENEZ ENCORE PLUS NOMBREUX QU'IL Y A UN AN !

NOUS AVONS BESOIN DE VOTRE SOUTIEN


TEUMA MARIE-CLAUDE, AGUERA ELISE & EZAGOURI VIVIANE

Toutes trois filles de disparus organisent le 5 juillet à Marseille,
une marche silencieuse, en mémoire des disparus d’Algérie
après le 19 mars 62 et les victimes du 5 juillet 1962 à ORAN.
43 ans, de silence et de mépris, c'est trop pour ces disparus qui n'ont pas eu de sépulture,
ni tenter de les retrouver vivants
Ne les oublions pas.

****************************************************

Rassemblement devant métro Vieux Port - Mardi 5 juillet 2005 à 14 h 30
Marche vers le momument aux morts Canebière 15 H
Dépôt de gerbes à 15 h 30
Messe à l'Eglise du Sacré Coeur 17 h - Avenue du Prado MARSEILLE.

 

LES FAMILLES DE DISPARUS A SANTA-CRUZ

 

A l'initiative de Mmes Ezagouri, Teuma et Aguerra un important stand des familles de disparus en Algérie a permis à l'occasion du grand pélérinage de Santa-Cruz à Nîmes de recueillir plus de 50 nouveaux témoignages de familles de victimes de la tragédie d'Oran du 5 juillet 1962 et de disparus des différentes régions d'Algérie.
Plus de 500 participants à ce pélérinage, l'un des plus important de France, ont signé la pétition nationale demandant la reconnaissance de la responsabilité de l'Etat français de 1962 dans les massacres, disparitions, assassinats et séquestrations de Français de toutes confessions après le 19 mars 1962. Plus de 15.000 Français ont déjà adressé ce message au Chef de l'Etat.

 

--------------------------------------------- CERCLE ALGERIANISTE --------------------------------------------

CONGRES NATIONAL DU CERCLE ALGERIANISTE

Perpignan
22 au 24 octobre 2004

Colloque "1954 -1963 - Disparus en Algérie"

Avec la particiaption de Jeune Pied-Noir qui présentera pour la première fois son film
" Médias et les disparus en Algérie - 1962 à aujourd'hui"

Rendez-vous à notre stand

 

------------------------------------------------------- MEDIAS ---------------------------------------------------------
MEDIAS

PERPIGNAN : HOMMAGE AUX DISPARUS D'ALGERIE

NUMERO SPECIAL DU JOURNAL PRESENT

Mardi 4 décembre 2007

(JPN Information - mardi 4 décembre 2007)

Le quotidien Présent consacre une page entière de son numéro daté du mardi 4 décembre à l’inauguration du Mémorial national des disparus en Algérie à Perpignan, le 25 novembre dernier. Présent vous offre gratuitement la version électronique de ce numéro en format PDF, pour contribuer au souvenir de cet événement qui a rassemblé plus de 8 000 personnes pour des moments d’émotion et de justice. Vous trouverez également dans ce numéro un communiqué de Bernard Antony réclamant « Vérité pour l’Algérie française » à Nicolas Sarkozy, actuellement en visite officielle chez Bouteflika. Si ce numéro de Présent vous intéresse, vous plaît, vous émeut, nous vous invitons à le signaler à vos proches et amis afin qu’ils puissent eux aussi bénéficier de cette offre gratuite. Présent est le seul quotidien national à proposer un suivi régulier de l’actualité Pied-Noir.

CONTACT

Jeanne Smits - Directeur de la publication - Directeur de la rédaction

Présent - 5 rue d’Amboise - 75002 Paris - 01 42 97 51 30

Abonnement 17,50 euros par mois seulement pour la version Internet (abonnement que vous pourrez interrompre à tout moment) ou 27,50 euros par mois pour la version papier. Demandez par courriel un abonnement d’essai gratuit d’un mois sur Internet, ou de quatre semaines par la Poste (pour cette formule, participation de 15 euros : joindre un chèque à votre demande adressée par la Poste à Présent, 5 rue d’Amboise, 75002 Paris).

Pour plus d'information : http://www.present.fr

--------------------------------------- L'ACTION DE JEUNE PIED-NOIR ---------------------------------------

Avec le soutien de Jeune Pied-Noir, 43 familles de disparus ont pu déposer une plainte contre X pour "crime contre l'humanité" les 13 mars et 5 juillet 2002

Dossier sur ces deux plaintes en écrivant à JPN - BP 4 - 91570 Bièvres - 5 euros

1962 - 2003 : Pour la première fois en 41 ans,

un Président du Sénat reçoit une délégation de familles de disparus en Algérie

Les six familles reçues avec Me Altit, Raphaël Delpard et JPN, durant plus d’une heure par le Président Christian Poncelet. Seule une loi de reconnaissance de la responsabilité de l’Etat français pourra résoudre les séquelles des drames du 19 mars 1962.

Dossier JPN : 6 euros (Photo JPN - Droits réservés).

COMMUNIQUE DE PRESSE

Madame Nicole GUEDJ, Secrétaire d'Etat aux Droits des Victimes, reçoit une délégation de familles de Français d'Algérie victimes d'attentats et d'enlèvements durant la guerre d'Algérie (1954-1962). A l'initiative de l'association Jeune Pied-Noir, Madame Nicole GUEDJ Secrétaire d'Etat aux Droits des Victimes, elle-même rapatriée d'Algérie (Constantine), a reçu le 6 janvier 2005 pour la première fois, une délégation de familles de victimes civiles de la guerre d'Algérie (1954-1962). Cette délégation était composée de :

  • Mme Viviane EZAGOURI, dont le père, M. Joseph PINTO fut enlevé lors du massacre d'Oran du 5 juillet 1962. Elle-même et son époux ont été sauvés de façon miraculeuse.
  • Mme Claudette JAQUET née MAILLET, dont 5 membres de sa famille - sa mère, son frère, sa belle-soeur, son oncle et sa tante - ont été enlevés la 19 juin 1962 dans les communes de Oued-Imbert et Sant-Lucien (Sidi-Bel-Abbès).
  • Mme MATHIEU, dont le frère Christian MESMACQUE, a disparu à Oran le 5 juillet 1962 en même temps que Mme RICARD et ses quatre enfants, André CHIAPPONE et Julien BAGOUT.
  • M. Yves ROCA, dont le frère Yves ROCA fut enlevé le 4 septembre 1962 à Kouba (Alger).
  • M. M'hamed BADJI, fils de Harki qui, enfant, a assisté aux scènes d'humiliation, de torture et de massacre des Harkis
  • Mme Taouès TITRAOUI, fille de Harki, dont la famille fut sauvée par des officiers refusant d'appliquer les consignes d'abandon émanant des autorités officielles françaises,
  • Bernard COLL, pied-noir du quartier de Bab-el-Oued, co-auteur avec Taouès TITRAOUI du « Livre des Harkis ». N'ont pu s'associer à cette réunion pour des raisons de dernier moment :
  • M. Alain FERAUT, dont le père Eugène FERAUT a disparu dans la Mitidja le 16 mai 1962.
  • M. Boussad AZNI, vice-président du Haut Conseil des Rapatriés, fils de Harki, auteur de l'ouvrage « Harkis : crime d'Etat - généalogie d'un abandon ». Enfant il fut témoin des terribles conditions de vie des Harkis et de leurs familles dans le camps de Biais.
  • Me Emmanuel ALTIT, avocat des 43 familles de disparus en Algérie ayant déposé les plaintes contre X des 13 mars et 5 juillet 2002 pour « crimes contre l'humanité et complicité, génocide et complicité, enlèvement, séquestration et détention arbitraire ».

L'association JPN représentait Mme Nicole GUIRAUD, grièvement blessée à l'âge de 10 ans, lors du lâche attentat du Milk-Bar à Alger en 1956, qui demeurant en Allemagne et n'ayant pu se libérer pour cette réunion, a adressé un courrier pour faire part à Mme GUEDJ des attentes des victimes des attentats terroristes du FLN, et de leurs familles. Ce dossier reprend l'action menée en Algérie par son père, M. Raymond GUIRAUD, président de l'Association des Victimes Civiles Corporelles des Evénements d'Algérie (A.V.IC.C.E.A.L) dont tous les dossiers ont disparus lors de l'exode de 1962.

Lors de cette rencontre, Mme Nicole GUEDJ, très attentive et fortement émue par les témoignages des familles, a souhaité qu'une étude approfondie soit rapidement menée pour déterminer l'ampleur des problèmes existants.

Mme Taouès TITRAOUI
Maire-Adjoint, membre du Haut Conseil des Rapatriés, responsable Relations publiques de JPN
Bernard COLL
Secrétaire général de JPN

------------------------------------------------ DOCUMENTAIRES ------------------------------------------------

FILM "MEDIAS ET DISPARUS EN ALGERIE" REALISE PAR JPN

Jeune Pied-Noir est à l'origine des deux plaintes contre X pour crime contre l'Humanité déposées en 2002 et 2003 par 43 familles de disparus en Algérie. Ce film retrace l'action des associations depuis 1962.

Disponible en DVD auprès de JPN - BP 4 - 91570 Bièvres - Prix 35 euros port compris.

DOSSIER SUR LES DEUX PLAINTES : 30 euros (port compris)

------------------------------------------------- HERVE BOURGES -------------------------------------------------

France 2002 - Algérie, septembre 1962 - "L'ordre n'a pas triomphé : en certains endroits du territoire de petites bandes rançonnent, enlèvent, exécutent, ici une famille européenne, là des harkis, ailleurs celui qui possède une voiture ou un portefeuille bien garni."

Hervé Bourges "témoin et acteur" - L'Algérie à l'épreuve du pouvoir - 1967

Dès le début de la rébellion en Algérie, des milliers de civils hommes, femmes et enfants vont être enlevés par le FLN, qu'ils soient européens, juifs, arabes ou kabyles. L'objectif du terrorisme, arme des groupes minoritaires désirant accéder au pouvoir, est de contraindre les populations à obéir par la terreur. Après la "paix" du 19 mars 1962, si les corps des harkis massacrés sont laissés au regard de la population, les enlèvements massifs d'européens par le FLN ont pour objectif de pousser les pieds-noirs à fuir en abandonnant leurs biens. 3000, 6000, 9000 ou 25000 disparus: tant que l'ouverture des dossiers des enquêtes menées après 1963 par l'Etat français et de la Croix-Rouge Internationale ne seront pas accessibles, il est impossible déterminer le nombre réel de ces "sacrifiés" à la raison d'Etat. Sans leur mort l'Algérie n'aurait pu devenir indépendante. Cet exode forcé de 1.200.000 européens d'Algérie, dont 150.000 juifs, constitue une véritable "purification ethnique". Elle était souhaitée par les premiers dirigeants de l'Algérie algérienne qui ont été aidés par une poignée de Français venus construire un pays révolutionnaire et socialiste. Parmi eux se trouvait Hervé Bourges, l'actuel président de l'Année de l'Algérie en France.

Trois plaintes contre X pour crimes contre l'humanité ont été déposées en 2002 par les familles des victimes, harkis et pieds-noirs et Français de métropole. Il y a trop de survivants et de descendants des victimes pour que les Etats français et algérien ne soient conduits prochainement à reconnaître officiellement la réalité de ce crime d'Etat. Il appartient à chacun de nous d'oeuvrer dans ce sens pour que justice soit enfin rendue aux victimes et à leurs familles.

------------------------------------- TEMOIGNAGE D'UN RESCAPE ------------------------------------------

 

 

----------------------------------------------------- ARCHIVES ------------------------------------------------------

 

----------------------------------------------------- MEMORIAL ----------------------------------------------------

MEMORIAL DES VICTIMES CIVILES ET MILITAIRES - QUAI BRANLY - PARIS

POUR UN VRAI MEMORIAL NATIONAL EN HOMMAGE AUX VICTIMES CIVILES ET MILITAIRES DU TERRORISME FLN EN ALGERIE

 

PARIS 5 JUILLET 2003 - Hommage aux victimes du massacre d'Oran et aux disparus en Algérie

Le 5 juillet un dépôt de gerbes a été fait en mémoire des Français d'Algérie massacrés après la "paix" d'Evian du 19 mars 1962 en présence de l'UNC, du recours France et de Jeune Pied-noir.

-------------------------------- LISTE ALPHABETIQUE DES DISPARUS ------------------------------------

MEMORIAL VIRTUEL POUR LES DISPARUS EN ALGERIE

LISTE OFFICIELLE DIFFUSEE LE 23 SEPTEMBRE 2004 PAR LE MINISTERE DES AFFAIRES ETRANGERES (en maigre) COMPLETEE PAR LES INFORMATIONS DES FAMILLES DE DISPARUS, DE LA PRESSE ET DES ETUDES HISTORIQUES.

Mise à jour 15 décembre 2008

La mise à jour de cette liste sera faite progressivement à partir des informations fournies par les familles de disparus, par la presse de l'époque et les études historiques les plus crédibles - Merci de nous faire part des informations dont vous pourriez disposer.


Liste des dossiers ou fiches des disparus ou présumés disparus en Algérie
durant les derniers mois de la souveraineté française et
conservés dans les archives du ministère des Affaires étrangère

AVERTISSEMENT

La direction des Archives serait reconnaissante aux familles des personnes dont le nom figure dans la liste ci-dessous, de toute information complémentaire relative à ces personnes disparues ou présumées disparues.

"Pour que l'oubli ne les assassine pas une nouvelle fois"

Clic droit sur l'image, puis "Enregistrer sous" pour obtenir une copie de ce document et pouvoir l'éditer.

Pour les cérémonies du 5 décembre 2009 en hommage aux civils et militaires "Morts pour la France" en Algérie, au Maroc et en Tunisie, JPN a édité pour honorer les Français "Morts pour la France" en AFN, des planches photographiques autocollantes des victimes françaises : civils assassinés, harkis massacrés, pieds-noirs disparus, soldats métroplitains du contingent ou policiers tués ou assassiné en France, combattants de la résistance française à l'abandon de nos départements algériens tués ou fusillés, etc... Ces autocollants de la Mémoire peuvent être utilisés en toutes circonstances : lors de cérémonies, sur les lettres adressées aux pouvoirs publics (Président de la République, premier ministre, députés, sénateurs, hauts fonctionnaires, maires, élus, journalistes,...) "pour que l'oubli ne les assassine pas une nouvelle fois", selon la belle expression du candidat à la présidence de la République Nicolas SARKOZY le 31 mars 2007 devant les représentants de la communauté Harkis. Les familles des victimes et tous les Français rapatriés attendent maintenant que le Chef de l'Etat tienne en 2009 les engagements solennels du candidat en 2007.

5 PLANCHES DE 18 AUTOCOLLANTS OU ETIQUETTES AU FORMAT 46 x 63 mm

- Disparus et victimes civiles, Harkis et Français musulmans, Militaires du contigent et policiers, Combattants de la résistance à l'abandon de nos départements algériens et une planche regroupant ces différentes victimes.

"MORTS POUR LA FRANCE" EN ALGERIE ET EN FRANCE

SONT DISPONIBLES AUPRES DE JEUNE PIED-NOIR

Détails et envoi sur simple demande auprès de JPN : précisez bien l'adresse de livraison.
Contactez-nous par courriel : mailto:jeunepiednoir@wanadoo.fr

A

ABADIE Pierre
ABBOUD Ammeur
ABDALLAH Abdelkader
ABDAOUI Mouloud
ABDELLAH Abdelkader
ABDELMALEK Abdellaziz
ABDELOUAHAB Ali
ABDENNOUR Saad
ABECASSIS Joseph
ABED Bachir
ABELLY Marcel
ABIDE André
ABIKAZIR Sylvain
ABIZANDO Robert
ABOUKRAT Messaoud dit Prosper
ABRAMI Georges
ABRIEUX André
ABRIL François
ABUKRAT Prosper
ABZOUZI Khedidja
ACERES Théo
ACERES Théodore
ACHOR Mardaché (Mardochée)
ACHOU Jean
ACHOUR Mme (et sa fille)
ACKERMANN Catherine (née COPP)
ACKERMANN Clément
ACQUAVIVA Jacques
ACQUILINA André
ACQUILINA Esther
ADAM Philippe
AERNI Marcel
AGIUS Dominique
AGOSTINO (d') François et Norbert
AGRES Georges, Victor
AGUILA Maurice et sa fille (Mme François KRAUSS)
AGUILAR Antoine
AGUILAR Antoine
AGUILAR Marcel
AGUILLO José
AGUIRE Marcel et René
AGUIRRE André
AGUIRRE Louis
AHMED Farah
AID Ali
AIDAT M'Hamed
AININE Ali
AISSAOUI Laid (ou Said)
AKERMAN Clément et Catherine (née COLL)
AKHENAK M'hamad
AKIBA Emile
AKIR Monique
AKNIN Henri
AKOKA René
AKRICH Jacques
ALARCON Jean
ALARCON Maurice (Fabien)
ALARGEON Marcel
ALARY Marc
ALBA François
ALBALADEJO Antoine
ALBANO Yvon
ALBERA René
ALBERGE Etienne
ALBERTUCCI Joseph
ALBET Maurice, Charles
ALBOUY (ou ALBONY) Jean
ALCAIDE Edouard
ALCARAZ Charles
ALCARAZ Eugénie et Jean et Joseph
ALCARAZ Paul
ALCARAZ Serge
ALCERES Théodore
ALEMAN Charles
ALEMAN (ou ALLEMAN) Sauveur
ALEMANY François

ALEMANY Norbert
ALEMANY Norbert-André
ALENDA André
ALENDA Manuel
ALFONSO Franco
ALFONSO François (famille)
ALFONSO-FRANCO François (et sa famille)
ALFOSEA Francisco
ALI BEN ALLEL Messaoud, Derdouha
ALIAS Manuel
ALIMONDO Jean-Claude
ALIX Jeanine
ALLAMANE Jean-Pierre
ALLION Louis
ALLOUCH Laredj
ALLOUCH M.
ALLOUCHE Sibi
ALLOULA Claude
ALMANY Norbert
ALMICIRA
ALMIRA Ernest
ALMOUZNI Henri
ALMOUZNI Henri (ou Alfred)
ALONSO Morieno (ou Mariano)
ALONZO Lucien et Francisco
ALONZO Michel
ALONZO René
ALOUARI
ALTIAGA Louis
ALTIERI Noël
ALVADO Guy
ALVADO Jean-Paul
ALVADO Jean-Pierre
ALVAN (ou ALBAN) Mme (Veuve)
ALVAREZ Isaac
ALVAREZ Robert
ALVAREZ (ou S) Huguette (née LASSORT)
AMADIEUX Max
AMAEN Alex
AMAR Georges
AMAR Léon
AMAR Pierre
AMARA Mebarek
AMAT Michel
AMBROSINO Vincent
AMBROSIO épouse SAUVISENS
AMICHE Abdelkader
AMIRI Amar
AMIRI Mohamed
AMOUDRU Armand
AMOUYAL Jacques
AMPART Emile
AMSELLEM Simon
AMSILI Félicie
ANANITAS-COSTAS Mr et Mme
ANDLAUER Frédéric
ANDRE Roger
ANDRE Roger Roland
ANDRED Roger
ANDRES Robert
ANDRIEUX Louis
ANGELI (de) Jean-Claude
ANGELINI Jean
ANGER Denise
ANGER René
ANGLADA Antoine
ANGLADA Jean-Claude
ANGLADE Bernard
ANGLADE Michel
ANNE René
ANNEMEYER Paul
ANSELLEM Simon
ANTOINE Léon
ANTOINE Rolland
ANTOLINOS Jean-Claude
ANTON Antoine
ANTON Georges
ANTON Michel
ANTON Robert
AOUES Lounes
AOUIMEUR Mohamed
AOURDACHE Boussaoud
AOUSTIN Pierre
APARICI Sauveur
APPERT Jean-Pierre
APRIL François
APRIL Marie
APRILE M. et Mme
APRILE Raphaël
AQUILINA André
AQUILINA Esther
AQUILINA M.
ARAB El Achemi (dit Mohamed)
ARAB M.
ARABET Michel
ARANDA Alfred
ARANDA Alfredo
ARBASSETTE Marcel, José
ARCEUS Fernand
ARFI Isaac
ARFI (ou ARPHI) Isaac (ou Jacques)
ARGENTI Chantal
ARIAS (enfants de Jules ARIAS)
ARMAN Edouard, Jean
ARMAND André
ARMANDI
ARNAU Paul
ARNAUD Guy
ARNAUD Guy Charles
ARNAULT Claude
ARNAULT Norbert, Georges
ARNOLD
ARNOLD Georges
ARPHI Isaac
ARQUEZ François
ARQUIER Gilberte (née BATTUNG)
ARRIBA (de) Luis
ARRIGHI Augustin
ARROUACH Henri
ARROVITCH Alex
ARZU Salvador
ASCENSI André, Gilbert
ASCHOUR Messaoud
ASEGUINOLAZA Pablo, Manuel
ASSANTE Mme Andréa SANCHEZ, divorcée
ASSOUN Guy
ASTIER Marcel - Enlevé le 23 août 1962.
ATILANO Sierra
ATLAN Roger
ATTAL Amar Ben Said

ATTALI Emile
ATTALI Moïse
ATTENCIA Joseph
ATTIA
ATTIA Simon
AUBREE Robert
AUGAG
AUGIER Robert et son fils Richard
AUGIER Roger
AUGUSTE Dilmi
AUGUSTIN Jean-Marie dit Bouhafs
AUJOULAT Eugène, Jean-Claude
AUJOULAT Jean
AUSSIGNAC André
AYACHE Charles
AYACHE Marcel
AYAD Ali
AYAN (ou AYACHE) Marie-Thérèse
AYELA Yvon
AZENA José
AZERINE Mouloud, Mohamed
AZINCOT Joseph (et Mme)
AZIZA Albert
AZNAR Jean-Pierre
AZORIN
AZORIN Jean
AZOULAY Léon
AZUAR Jean et Lucien
AZUARD Lucien
AZUELOS Joseph
AZUELOS Michel
AZZAZ
AZZEMOUR Saïd ben Ahmed
AZZI Youcef
AZZOPARDI Jean
AZZOPARDI Salvator

 

B

BABOU Mohamed
BADENS Marcel
BADIA Joël
BADIA Nunziato
BADREDINE Marouf
BAELAN
BAEZA Claude
BAEZA François
BAEZA Gabriel
BAGATIN Guerino
BAGNY
BAGOU Armand
BAGOUT Julien
BAGOUT Lucien
BAGUR Claude
BAHI AZOUHOUM Mohamed
BAHRI Mustapha
BAIDAL Frédéric
BAILLE Maurice
BAILLETTE Marcel
BAJ Claude
BAKECH James
BAKEL
BAKTI (ou BAKHTI-BOUKERCHE
BALAGUER Antoine
BALAGUER Marcel
BALDETTI
BALDO Edmond
BALDO Jean-Baptiste
BALDOVI Henri
BALLADORE Pierre
BALLESTER Georges
BALLESTER Jean
BALLESTER Maria François
BALLESTER Vincente
BALLIN Suzanne
BALZINGER (Sergent)
BANDET Georges
BANIER (ou BARNIER) Alain
BANO (DEL) Jean et Mathilde (née CORTEZ)
BANON André
BANULS Georges
BAQUE Anne-Marie
BARAT Louis (Mme née PUCHEU Lucienne)
BARATAN Georges
BARATTE Michel
BARBERA Jean-Pierre
BARBIER Edmond
BARBIER Guy
BARCELO Edmond
BARCELO Jacques
BARCELO Maurice
BARDERO Paul
BARDET Denis
BARDIN Marie-Madeleine
BARDOT Paul
BAREK
BARILLEY Jean
BARIOULET Clément
BARJOU André
BARNABEU-RABATEL M. et Mme
BARRANCO René
BARRAUD Yves
BARREAUD Raymonde-Henriette (épouse de DELANNOY Marius)
BARRERA Odette (née CAPPAROS)
BARRIER Charly
BARRIER Charly
BARRIER Pierre
BARROS Manuel
BARROT
BARTH Marcel
BARTHE Georges
BARTHE Léon
BARTHELET Alain
BARTHERE
BARTHOLINI Yves
BARTHOLOME Suzanne
BAS Mireille
BASCOULERGUE Armand
BAUD Robert
BAUDIER André
BAUDIER André-Georges
BAUJARD Gérard
BAYARD Gilbert
BAYER Gérard
BAYLE Gérard
BAYLE Gérard, André
BAYLE (de) Marie-France (née PINGEON)
BAYONNAS Christian
BAZACOPOULOS Georges
BAZAN Georges (et M. et Mme BASILE)
BAZIZI Messaoud
BEAUCHAMP (de) Raymond
BECKER André
BECKER Mme
BEDJOU Mohand
BEDLOUDJI (ou BELDOUDJI) Ali
BEDOCK Adolphe
BEDOCK Adolphe
BEDOCK Moïse
BEDOCK Moïse (ou Maurice)
BEDOUI Arezki
BEHLOUL
BEKKAYE Lakhdar
BEKTA Rabah
BEL Robert (Mme née DOUX)
BEL MONTE François
BELABED Cherif
BELAHMADI Tahar (dit Khodja)
BELAIDI Mouloud
BELAKEBI Jeanne-Marie
BELARBI Abbes
BELARMINO
BELAROUCI Mme (née KHELIFA)
BELASCO Solange
BELBAHI Rabah
BELDA Joseph
BELDER
BELGACEM OTHMAN BELGACEM
BELHADJ Amar
BELINGER René
BELINGUIER Jules
BELKACEM Hamouine (et sa famille)
BELKAI Ahmed
BELKHEFA Hubert
BELKHIRE Abdelkader
BELLABES Mohamed, Larbi
BELLANGER Jean-Paul
BELLOD Joseph
BELLOTE
BELMONTET Alain
BELTRAN Francisco
BELTRAN Marie-Rose (née de CRUZ)
BELZ
BEN ALI (sous-préfet)
BEN GRIGUER Solange
BEN MAMAR Taieb
BEN MSAHAL Kheira
BEN SAID Elie
BEN SAID Prosper Paul
BENADJI Zahra
BENAISSA M'hamed Ben Hadj
BENAMOU Benjamin
BENAS Pierre
BENATTA Miloud
BENAVIDES Joseph
BENAYAD Cherif-Salah
BENAYAD-CHERIF Mohamed Salah
BENAYOUN Judas (et Mme)
BENAYOUN Sauveur, Félix
BENDJEBOUR
BENDRISS Mohamed
BENEDICTO Ramon dit Pequino
BENEJAN Jacques
BENEJEAN Jacques (Jackie)
BENEJEAN Jacques, Antoine
BENES Jean-Pierre
BENESTI
BENEVENTE
BENHAIM Joseph
BENHAMOU Abraham
BENHAMOU Camille (née ATHUIL)
BENHAMOU Hocine
BENHAMOU Liliane
BENHAMOU Nouchy
BENHAMOU Reine
BENHAMOU Renée
BENHAOUARA Abderrahmane
BENICHOU Simon
BENICHOU Valérie
BENIMILLO Pierre
BENKAELA
BENKAELA et HERNANDEZ
BENKEMOUN Elie
BENKIMOUN Albert
BENKOUAR
BEN-MAMAR Taieb
BENNAI Abdellah
BENNAMANE Amar
BENNE Claude
BENOIST Jules
BENOIT Eugène
BENOLIEL Georges
BENOLIEL Georges
BENOLIEL (ou BENNOLIEL) Elie
BENOLO Jules et Maurice et Paul
BENSAID Benjamin
BENSAID Charles
BENSAID Elie
BENSAID Marcel
BENSAID Paul, Prosper
BENSAID Prosper
BENSAIDI Ahmed
BENSIMON Henriette (née ARFI)
BENSIMOUM Esther
BENSOUSSAN Emile
BENYAMINE Salomon
BENYETTOU Amar
BENZAHRA
BENZAKINE Gérard et Prosper
BENZAL Louis
BENZAL Louis, Alain
BERDAT (ou BERDAH) Edouard
BERDJA Mohand
BERENGUER Claude
BERENGUER Emile
BERENGUER René
BERENGUER Roland
BERGON Clément
BERINGER Joseph
BERNABEU Thomas
BERNABEU-MURCIA Florence
BERNAD Francis
BERNARD Edouard
BERNARD Francis
BERNARD Josette
BERNARD Louis
BERNARD René
BERNARDI Louis
BERNARDI Lucette (née CANTON)
BERNARDI Pierre
BERNARDI René
BERTHELET Alain
BERTHELOT Robert
BERTHET
BERTHIER André
BERTHIER Marcel
BERTHOZ
BERTIC Gustave
BERTINO Gérard
BERTINO Jean
BERTOMEU Henri
BERTOMEU Lucien
BERTRAND Charles, Eugène
BERTRAND Guy
BERTRAND Jean
BERTUCCA (ou BERIOCA)
BESCHMOUT Gérard
BESKRI Djillali ben Mohamed
BESNIER
BESSARD Marcelle
BESSARD Yvonne
BESSE André
BESSE André-Paul
BESSIS Jean-Claude
BETTAN Suzanne (née BENGUIGUI)
BEUGNET Madeleine
BIALOTA Boleslaw
BIANCHI Giovanni
BIANCONI Jean-Pierre
BIEBER Adolphe
BIEBER Adolphe
BIEBER Frère André-Marie
BIELHER
BIGAND Raymond
- BILLES Guy (photo), pétrolier, père de famille, disparu à Beni-Mérad le 5 mai 1962 avec 3 collègues de travail : Roger BILLOTTE, Roger ISELER et Michel GONTHIER.
BILLIERES (de) Mme
BILLOTTE René
BILLOTTE Roger
BINILLO Joseph
BIRBES Paul
BISCOS Auguste
BISQUERT Robert
BISQUET Robert
BIXIO Emile
BLACHETTE Jacques
BLAIN Marcel
BLAIS Jean-Pierre
BLANC Marie-Louise
BLANCHARD Pierre
BLANCHARD Raymond
BLANCO Claude
BLANCO Claude-Désiré
BLANES Salvador
BLANQUER Vincent
BLASCO Victor
BLATT Guy
BLER Antoine
BLER Paul
BLIEFFELD Albert et Mme (née PASTOR) et Alexandre
BLIER Paul et Antoine
BOCACINO
BOCEL Yves
BOEHM Jean
BOERI Henriette (épouse PONS François)
BOFFA Pierre et Jules
BOFFA Rémy
BOFFA Rémy Pierre Ernest et Rémy Jules Gaston
BOHNKE Gérard
BOHNKE Gerhard
BOILLEE Docteur Roger
BOIRIE Mathieu
BOIRIE Robert
BOIRIE Robert-Mathieu
BOIS
BOISSIER Andrée, (photo)
BOIX Eliane
BOIX Henri
BOJARSKI Jean, Ladislas
BOKHTACHE Kheira
BOL Victor
BOLE Fernand et Felix
BOLLIET Albert
BOMBINED
BON REPOS
BONAMY Gérard
BONANO Georges
BONAT Alain
BONAT Liliane (née MARTELLON)
BONIFACI Michel
BONILLA Jean-Louis
BONILLA Marcel
BONIN de BEAUMONT Guy
BONJOUR Jean-Louis
BONNA Alain (et Mme) et DUFOUR Georges
BONNAFOUX Ernest
BONNAI (époux)
BONNEAU Roger
BONNEFOI Guy
BONNEFON André
BONNEFONT Richard
BONNET Georges
BONNETIER-LAGROFF Maria-Teresa
BONNIER Roger
BONNIN de BEAUMONT Guy
BONSANDO-ESPEDITO
BONY Jean
BORDAS Robert
BORDERES Pierre
BORDES Gérard
BORDIER Pierre
BORG André
BORG Jean-Pierre
BORIES (famille)
BORONAT François
BORRIS Pascal
BORTELLA Thomas
BORY André
BOSC Albert
BOSC Gilbert, Armand
BOSC Ignace
BOSCH Claude
BOSCH Jeanine
BOSE Albert
BOSSER Charles
BOTELLA Aline et Huguette
BOTELLA François
BOTELLA Thomas
BOTERO (ou DOTERO) Claude
BOU Jean-Paul
BOUADJADJA Abdelkader
BOUAKKAZ Mohamed
BOUALI Mostefa
BOUANICH David
BOUBEGGAR Cheikh et Mohamed
BOUBEKEUR Abdelhadi
BOUCASSE Yves
BOUCHAIM Brahim
BOUCHAMA (née LOJAIC)
BOUCHE Adrien, Paul
BOUCHENTER Ahmed ben Hannou
BOUDAOUD
BOUDIAF Mekki
BOUDJOUHALI Mohamed
BOUEZDA Fernand
BOUILLET Hervé
BOUISSON Claude
BOUIX Jacques
BOUKERCHE Bakhti
BOUKHARI Ahmed
BOUKKERA Abderrahman
BOULAY Ahmed
BOULEFRAD Mohammed et Hammar
BOULEM Tayeb et Mme (née BETTAHAR)
BOULET Adrien
BOULET Bernard
BOULETE (ou BULETE) Antoine Joseph
BOURBAI Kaddour
BOURGAREL Berthe
BOURGEOIS Gilbert
BOURGEON
BOUROUH Tahar ben Kaddour
BOUSQUET Maurice
BOUSSEMARD François
BOUSSIER Andrée
BOUSSILA Abdelkader
BOUTIER Jacques
BOUTRIN Albert
BOUTRIN Hubert
BOUVARD Léontine (née TREMAULT)
BOUVARD Léontine (née TREMONE) et fils
BOUVIER Charles
BOUYNE Pierre
BOUZEBIBA Mohammed ben Saïd Ould Mohammed
BOUZID Omar
BOYER Gérard
BOYER Lucien
BOZA Ernestine
BRABSCHE Helmut
BRACHEDIA Lahouri
BRAIZAT Théodore
BRANON Antoinette (née MAILLET)
BRANON Georges
BRANON Germaine
BRANSI
BREMOND Valentine
BRETAUDEAU Georges
BRETON Oscar
BREUER Georges
BREUER Georges Désiré
BREUILH Chantal
BREUILH Robert
BRIDAI Ali ben Haddat
BRIGUEL Jean, Joseph
BRISVALTER Michel
BROCHARD Yves
BRODIN Jean
BROSCHI Albert
BROTONS Antoine
BROTONS Pascal
BROTSCHI Albert
BROTTONS Pascal
BROUSSE Gabriel
BROUTA Bernard
BRUCHEN-HAUSSER Rudy
BRUDER
BRUEL Pierre
BRUGERE Gaston
BRUGUEROLLES Marcel
BRUN Aristide
BRUN Paul
BRUNAUD Pascual
BRUNAUD Sylvestre
BRUNET Edmond
BRUNLET Raymond, (photo)
BRUNO Yvon
BRUNO SALEL Jean-Claude
BRUNOT
BRUSTIER Georges
BUBBE Andréa (divorcée DUBORPER)
BUCHETTE Francis
BUCHMAN (et fils)
BUGARSKI Denise
BUIGUES Georges
BUIGUES Manuel
BUISSON Armand
BUISSON Arnaud
BULETTE Marcel Antoine
BURICAND Joanny
BURKHARDT Gottfried
BUSCA Michel
BUSOTTI
BUSTOS Charles
BUSTREEL Jean-Louis
BUTIGIER Roger
BUTON André
BUZON (de) Jean
BUZON (de) Jean-Frédéric

 

C

CABALLERO Alphonse
CABRERA Annette (épouse COLLADO Pierre)
CABRERA Antoine
CABRERA Antoinette
CABRERA Charles (et sa famille)
CABRERA Emmanuel
CABRERA Laurent
CABRERA Marcel et Philippe
CACERES Esteben
CAFFONE Claude
CAGNAC Paulette (née HOUDIER)
CAGNAC Pierre
CAILLAUD Henri
CAITUCOLI Paul
CALAMARTE Christian
CALANDINI Charles Louis
CALATAYUD Jean-Baptiste
CALATAYUD (ou CATALAYUD) Armand
CALBO Jean
CALIESA
CALIFANO Givo
CALIGARIS Laurence
CALLEJA André
CALLEJA Jean et Isabelle (née ANDREU)
CALLEJON Pierre
CALMON Pierre
CAMALONGA Guy
CAMBES Louis
CAMBIER Adrien, Léon
CAMBORIEUX Louis
CAMILLERI Robert
CAMPANG Guillaume
CAMPELLO François
CAMPILLO Georges
CAMPILLO Paul
CAMPO Paulo
CAMPOS Raymond
CAMPOS-MATHIOTE
CAMPS
CAMPS Gabriel
CAMPS Pierre
CANADAS-GIL Francisco
CANALES François
CANICIO Gabriel
CANICIO Louis
CANIZARES Salvador
CANO Antoine
CANO Marie-Madeleine
CANON Alexandre
CANOT
CANOVA Roger
CANOVAS André
CANTAU
CANTO Joseph
CANTON André
CANTON José
CANTON Lucette
CAPARROS Joseph
CAPO René
CAPOL (de) Auguste, Georges
CAPOLONGO Nicolas
CAPOMACCIO François
CAPRANO Guildo
CAPUANO Georges
CAPUANO Jean
CAPUANO Lucien
CAPUANO Pascal
CARAMANTE Jean
CARASCO René
CARASCO (ou CARRASCO) Raymond-François
CARATINI Charles
CARATINI Georges
CARAYON Jean-Marie
CARAYON René
CARBUCCIA Ange et Marius
CARCAGNO Alexandre
CARCELES Joseph
CARCELLES Joseph
CARDONA Antoine
CARDONA Jacques
CARDONA Jean
CARDONA Joséphine (née RUSSO)
CARDONNA Jean Gabriel
CARILLO Antoine
CARISIO Paul
CARLIER Marcel
CARLIERE Norbert
CARLIN Pierre
CARLOTTI Laurent Jean
CARMONA Antoine
CARMONA Juan
CARMONA Mme (et sa fille Christiane)
CAROULT Roger
CARPENTIER Valentin
CARRASCO Raymond François
CARRERAS Vincent
CARRIERE Jean
CARRIERE Jean-Claude
CARRIERE Jean-Marie
CARRIERE René
CARRIO Henri
CARRION Manuel
CARRION Norbert
CARTIER Joseph
CARTIN Charles
CARVALHO Manuel
CASADO Aimé
CASANO Victor
CASANOVA Antoine
CASANOVA Claude
CASPAR Yolande
CASSADO Jean
CASSAGNE Célestin et Paul
CASSAR Jean-Paul
CASSAR Louis
CASSAR Marcel
CASSAR Marie-Louise (et ses 2 enfants)
CASSAR Paul
CASSAR Paul Jean
CASSIGNAC René
CASSIS Maurice
CASTAGNO Albert
CASTAGNY Jean
CASTANO François
CASTANO Michel
CASTANO Vincent
CASTEL Jean-Pierre
CASTEL Louise et Evelyne
CASTELLO Ange
CASTELLO Angel
CASTELLO Joachima
CASTELLO Louis
CASTHAUS Jean
CASTILLA Antoine
CASTILLO François
CASTILLO Jean et Ambroise
- CATALA (ou CATHALA) François (photo), entrepreneur, père de famille, disparu à Vialar (Oranie) le 21 juin 1962 avec 6 membres de la famille MARUCHI.
CATALANO Vincent
CATALANO Vincenzo
CATALDO Laurent
CATELIN Michel
CATELLA Charles
CATTAL Laurent
CATUOGNO Hubert
CATURLA Justine
CAUBET Georges, Albert
CAUTANZO
CAVAILLE Jean Henri
CAVILLON Michèle (et ses 2 filles)
CAYEULAS Louis
CAZAYOUS Pierre et Yvette (née SOUYRIS)
CAZEAUX Pierre
CAZO Tony
CAZORLA François
CAZORLA Joseph
CECI Jacques
CEFARIELLO Aniello
CEJUDO Jean
CEJUDO Joseph
CELESTIN Joseph
CENA Robert
CENDRAS Christian et Jean-Emile
CERDA Jacques
CERDAN Jean
CERDAN Jean Vincent Marcel
CERDAN Joseph
CERTARI Georges
CERTOUX
CERVANTES André (et Mme)
CERVANTES-GOMEZ Damien-André
CERVILLA Fernando
CESARE Roland
CESARE Sauveur
CETTOUR
CHABANEL Camille
CHABASSIER Marthe Chantal
CHABROL Jacques
CHABROL Roger (et Mme)
CHACHOUE Kaddour
CHACON François, Camille
CHADEAU Simone
CHAIB Hammou et Saïd
CHAIBI Abdelkader
CHAIBI Ali
CHAILLE (MERLAND de CHAILLE) Gérard
CHAIR Ammar
CHALABI
CHALAH Mohamed
CHALANÇON Pierre-Paul
CHALUPA Frantisek
CHAMBAUD Albert
CHAMBE Gabriel
CHAMPARDO André
CHAMPION Jacques
CHAMPVERT Micheline (épouse DUBOS)
CHANDO Simone (née DELKISSI)
CHANDO Vincent
CHANDO-DELKISSI
CHAPPON Maurice, François
CHAPPOTIN (de) Guy
CHAPUS Jean
CHAPUT Jean
CHARBON Michel
CHARBONNIER Marcel
CHARLES Louis
CHARLET Maurice
CHARLOT Marcel
CHARPENET Jean-Louis
CHARPENET Odile
CHARRAS André
CHARRIER René
CHARRUT Léopold
CHASSAIN
CHASSAIN Raoul
CHASSARA (ou CHASSERA) François
CHASSINE Paul
CHASSINE (ou CHASSIGNE) Bernard
CHASTEAU Roger, Alain et Denise
CHASTEL Edouard
CHATAIN Aimé
CHAUMONT Emmanuel
CHAVANNE Michel
CHAVERIAL
CHEBAT Abdellah
CHEBR Richard et Roland
CHEDED Antoine
CHEMTOB Albert
CHENDRI Sailma
CHERGUI Djilali
CHERPITEL André
CHERUBINO Gérard
CHETRIT Emile
CHEVALIER Gérard
CHEVALIER (ou CHEVALLIER) Jeanne
CHEVILLARD Maurice
CHEVREUIL Marcel
CHEVRIN Raoul
CHIAPPONE André
CHIARELLI Jean (Capitaine)
CHIBANE Kellil
CHICHE Emilie
CHICHEPORTICHE Maurice
CHIKH Djilali
CHILLAUD Claude Georges
CHILLAUD Henri
CHIRAUX Jacques
CHLOUCH Mouchy
CHODZINSKI Hélène et Bernadette et Brigitte (ses 2 enfants)
CHOLLET Adrien
CHOURAQUI Georges
CID Alfred
CIFRE Henri
CIJULO Joseph
CIPELLI Luigi
CIZANCOURT (de) Christian
CIZANCOURT (de) Tristan
CLAUDET Colette (née CANILLAC)
CLAUDET Marc
CLAUDET Pierre
CLAUS Huguette (et ses 2 fils François-Paul et Jacques)
CLAUZEL Danielle
CLAUZEL Guy
CLAVEL Auguste
CLAVEL Jean, Angelo
CLAVEL Noël
CLAVIER Paulette
CLERC Jean
CLEUZION Michèle
CLEUZIOU Emile
CLEUZIOU Michèle
CLIMENT Raymond
CLOCHARD Raoul ou Paul
CLOITRE Suzy
CLOUYEN Alain
COBACHO Pierre
COCO PIETRO
COCOLUTTO Jean
COHEN Georges
COHEN Jacki
COHEN Mimoun
COHEN René
COHEN Yvonne
COHEN SOLAL Binhas Meyer
COIN Marceau
COLARUTOLO Vincent
COLBRANT Georges
COLL René
COLLOMB Marceau
COLNEY Armand (et sa femme)
COMBES Louis
COMPANY Alexandre
COMPERE Josette
COMTE Serge
CONDOUMI
CONEGERO Paul-Jean
CONIL Jacqueline
CONSOLADE
CONSTANT Adolphe
CONSTANZA Maurice
CONTE Fernand
CONTRAIN
COQUIL Paul
COQUIN Alexandre
CORBINO Pascal (et famille)
CORDON Robert
CORNU Roger
CORRIERI Serge
CORSO Gilbert
CORTES Gilbert
CORTES Henri
CORTES Jean
CORTES Joaquin (Joachim)
CORTES Marcel
CORTES Trinita
CORTESI Jacky
COSTA Henri
COSTA Jean
COSTAGLIOLA DI POLIDORO Vincent
COSTE Jean-Pierre
COT Anne (Veuve)
COTTE Denis
COTTERAY Christian
COTTERAY (ou COTTRAY) Adrien
COTTIN
COUDERC Claude
COUDRIN Jean-Pierre
COUILLET André
COULON Camille
COULON Jean
COUNILLON Georges
COUNIOT Bernadette
COURANJOU Yves
COURETTE Roger
COURIOL Jean-Norbert
COURT
COURTOT Claude, Eugène
COURVOISIER Guy
COUTANT Jean
COUTURIER Paul et Henri
COVAREL Maximin
- COVES Georges (photo), dessinateur, 27 ans, disparu à Alger le 25 Juillet 1962 avec 27 autres personnes.
COVES Pierre
COVES Rémy
COVIAUX Roger
COZAR Georges
COZZOLINO Antoine
CRECI Charles
CREMADES Gertrude
CREMADES Joseph
CREPET Roger
CRESCENZO (di)) Raphaël
CRESPO Edouard
CRETIN (dit VERCEL) Daniel
CRITICOS Constant
CROCE Félix
CRUCHET Emmanuel
CRUZ Alphonse
CRUZ André
CRUZ Assomption
CUBURU Joseph
CUCHET Jean
CUENOT Joseph
CUESAS André
CUESAS Raymond
CUINTANA Joseph
CURATOLO Michel
CURSAC René
CURTIL Jean, Roger
CUSTA Henri
CZERKINSKY Grégoire

 

D

DAADI Idir
DADAR
DAGHOUD BERKHANE
DAHAMANI Dahan
DAHAN Joseph
DAHAN Paul, Félix
DAHAN Paul-Elie
DAHBANE Abdelhafid
DAHMANE Saïd
DAIRI Yahia Ben Méridja
DALBIES Joseph
DALICIEUX Michel
DALMAS Marc
- DAL SANTO René, 36 ans, disparu le 23 juin 1962 avec sa femme, Maria CANO, 35 ans, et leur bébé Bernard âgé de 2 ans. (DAL SANTO René et sa famille)
DANIELO Roland
DANIERE Henriette
DANIERE Paul et Henriette (née MAZARD)
DANJOU époux
DANTHOINE André
DAOUDI Louis
DAOUDI Lounis
DARDIGNAC Gaëtan
DARMON Aizer
DARNENCOURT Henri
DAURAT Marius
DAUTREMANT Georges
DAVID Pierre
DAVO Emile
DAVO Honoré
DE BEAUMONT Guy
DEBAYLE Marie-France (née PINGON)
DEBLOOS Jacques
DEBONO Pierre
DEBRINCAT Paul
DECOMBE Henri
DECONGRA Gaspard
DEFFIEUX Marcel
DEFRANCESCO Jean
DEFRASNES Pierre-Jean
DEGARDES Paul
DEGGAG Amar
DEHKICI Paulette (née MICHEL)
DEHOUCHE Hamanou ben Mohand
DEL RIO Thomas
DELADERRIERE Henri
DELAMARE Mme
DELAMARE Robert, Claude
DELANOY Marius et Raymonde (née BARREAUD)
DELAPORTE Roland
DELAUNAY Denise (née BOUHENIE)
DELAYAT Marie-Thérèse (épouse DORLEANS)
DELCROS (ou DELUROS) Raymond
DELENSEIGNE Alexandre
DELEUIL Henri
DELEUZIERE Antoine
DELFAUD Barthélémy
DELFAUD Emile et Marthe (née PHILIPPE)
DELIERES
DELKHICI
DELKHISSI Paulette Palmyre
DELL'ISOLA Vincent
DELLYS Areski
DELMAS Alexis
DELMAS MARSALET Jean-Baptiste Adrien
DELORME Raymond
DELOSRIOS Joseph
DELOUYA Jacqueline
DELSAUX Jean-Louis
DEMANGE
DEMARTEAU Jean
DEMULA Gaspard et Laurette
DENIS Fernand
DENIS Pierre
DENIS René
DENIS Yves
DENOS Yves
DERIDER Henri
DERNAUCOURT
DERON Georgette, Alain et Gérard
DERON Max
DEROUCHE Moktar
DERRADJI Berigertiha
DERUBIA Alphonse
DERUILLEZ Julie
DESANI Henri
DESCANTES Lilian
DESCOINS
DESISSART Robert
DESJARDINS Aline (née GRACIA et Mme VALLE et Mme JACQUINOT)
DESMARES Jean-Jacques
DESMIDTS Marie-Jeanne
DESMONTS Yves
DESORMEAUX Evelyne
DESOTEUX Georges
DESROZIERS Serge
DESSI Edouard
DESSOLA (ou DESOLA) Jean-Pierre
DESSOLIERS André
DESSY Edouard
DESVERGNE Jean-Pierre
DEVY Christian
DEYRES Gilbert
DHERS Jean
DHOYE Ginette
DI LIBERTO Yactone et Philippe
DI MAGLION Nicolas (Mme)
DI MEGLIO Francis
DI MEGLIO Jean (et Mme)
DI MICHEL Elio
DI SARRO Paul
DIAZ Albert
DIAZ Antoine
DIAZ Daniel
DIAZ Eugène
DIAZ Jeanne et Daniel, son fils
DIAZ José
DIAZ Louis
DIAZ Manuel
DIAZ Roland
DIBATISTA Vincent
DIEHR Ernest
DIEZ Elie
DIFFERT Louis
DILMI
DIMEGLIO Francis
DINVAUT Bernard (et WEISSE Monique)
DIROSA Jean-Pierre
DISCALA Edouard et Robert
DIUDARY René
DJAFERI
DJELLAD Saïd
DJELLAL Bachir
DJEMAOUNE Mohand
DJERBOUA Kriem ben Abdelkader
DJOUBRI Lahcène
DOLL Hervé
DOLLE James
DOMECK René
DOMENECH Maurice
DOMENECH Robert
DOMENEGHETTY Jacques
DOMENEGHETTY Louis Jacques
DOMINGUEZ Edouard
DOMINIQUE Léon
DONATO Gabriel
DONCEL André
DONENECH Maurice
DONNAT Gaston et Joëlle
DONOMROS Julien
DOTERO Claude
DOUCENE Faticha
DOUCET Marcel
DOUTRELIGNE Alfred
DOUTRELIGNE Jean-Alfred
DOYARD Georges
DREYFUS (Docteur)
DRUGEAULT Jacques
DUBOCAGE Gilbert
DUBORPER Andréa (née BUBBE)
DUC Jeanne (divorcée DOMENECH)
DUCHANGE Pierre
DUCOU Léonie
DUFOUR Georges
DUFOUR Jean-Louis
DUMAS Maurice
DUNY Hippolyte
DUPLIERTO
DUPORT Emile
DUPRAT Rémy (ou René)
DUPUIS Alfred
DUPUIS Auguste
DUPUIS Henri (disparu le 6/05/1962)
DUPUIS Henri Auguste (disparu le 27/05/1962)
DUPUISA Andréa
DUPUY Cyrille (dit Blak)
DUPUY Pierre
DURA Michel (et sa famille)
DURA Pierre
DURA Séraphin
DURAN André
DURAND Laurent
DURAND Pierre André
DURANTE Georges
DUTRUEL Sergent Maurice Yves
DUVAL Marcel
DUVOISIN André
DUVOISIN Jules
DYZERS Serge

 

E

EBERLE Victor
ECKERT Heinrich
EDUE
EGEA Francis
EGEA Lazare
EGIO Maria Rosa de la Santissima Trinidad
EICHAKER Jean-Louis
EL AICHI Mohamed
EL MAADI Abderhamane
ELBAZ Isaac
ELBAZ Meyer
ELBAZ Mihir
ELBAZ Mouchy Guemam
ELKREIR Aïssa
ENENAS Raymond (et GOMEZ Julien)
ENRIQUE MARTINEZ Manuel
ENTHOVEN
ERADES Serge
ERADES Thérèse
ERRADES Marcel
ERRERA Joseph
ESCACHE Henri Joseph
ESCANEZ Michel (et fils)
ESCARABAJAL Gabriel
ESCHINI Enrico
ESCOLA André
ESCOLANO André
ESCORTEL François
ESCRIVA André
ESCRIVA Fernand
ESCRIVA Francis
ESCRIVA Georges
ESCRIVA Jean-André (dit Jean-Claude)
ESCRIVA Joseph
ESCRIVA Joseph
ESCRIVA Marcel
ESCUDERO Emile
ESCUDERO Fulgence
ESPEUT Norbert-Paul-Louis, (photo)
ESPI François
ESPINOSA Vincent, Albert
ESPOSITO Anne-Mathilde
ESPOSITO Antoine et Jeanne (née SCHEMBRI)
ESPOSITO François
ESPOSITO Jean Antoine
ESPOSITO Lucien
ESPOSITO Mathieu
ESPOSITO Renée (née BLASCO)
ESTACHY Maurice
ESTEBAN Christian
ESTEBAN Mme
ESTEBAN Paul Christian
EUGENE Auguste
EULIER André
EURIP Saturnin
EVRARD Roger
EVRARD Roland
EWERT Hugo (ou Ingo)
EYROLLES
EZAGOURY Jacques
EZEMAR
EZEMART

 

F

FABBI Christian
FABBU Christian
FABIANI Catherine et Joseph et leur père
FABRE Gaston
FABRE Georges
FABRE Raoul
FABREGAT Manuel
FABRET François
FABRI Christian
FAGET Bernard
FAGET Lucien
FAGET Marcel
FAGLIN
FAGUEZ Georges
FAILLA François
FAIZANT Lucien
FALANGA Christophe
FALANGA Suzanne (née PASSAT)
FALCONE Daniel
FANDACCI (ou FONDACCI ) Emile
FANOLI Georges
FARAGO Camille
FARESSE Mme (et sa fille)
FAROULT Roger
FAROUX Eliane
FAROUZ Georges
FARRESSE Sauveur
FASS Antoine
FATAH GUEMOUNI
FATTACCIOLI (ouFATTACIOLI) Jean-Pierre
FAURE Roger
FAVIN Albert
FAVRE Aimable
FAVRET
FEDELICH Sébastien
FEGHI (ou FEGUI) Charles
FEKKACHE Mohamed
FEKKAR Lakhdar
FELDIS Gilbert
FELICES Robert
FELL Pierre
FELLAH Mammar
FEMENIA André dit Dédé (Amédée)
FEMENIA Lucien
FEMENIAS
FENECH Félix
- FERAUT Eugène (photo), Agriculteur, père de famille, 61 ans, disparu à Oued-el-Alleug le 15 mai 1962
FERDINAND Armand
FERDJOUKH Allaoua
FEREZ Pierre
FERIO Jean
FERNANDEZ Albert
FERNANDEZ Daniel
FERNANDEZ Emmanuel
FERNANDEZ José
FERNANDEZ Mamine
FERNANDEZ Pierre
FERRA Christiane
FERRANDO Alphonse
FERRANDO Yvon et Gilbert
FERRANDO-ANDRES Vicente
FERRER Baptiste
FERRER époux
FERRER Francisco
FERRER Gabriel
FERRER Georges
FERRER Jean-Baptiste
FERRER Marc
FERRER Sylvain
FERRER Vincent
FERRIER Jacques
FIASCHI Gilbert François
FICI Salvador
FIESCHI Jean-Jacques
FIGUEREDO (SANCHEZ) Antonio
FILIALI Mohammed
FILIPONE Jean
FILIPPI Maurice
FILLALI Mohammed
FILLOUX Yves, Paul
FINBEINER Marius
FIORE Gérard
FIORENTINO Augustin
FIORINI Daniel
FISCHER Elvire (née LIROLA) et Sylviane (sa fille)
FLAMANT Jean-Francois (et père)
FLAMENT Jacques et Max
FLANDRIN Armand
FLORES Jean-Louis
FLORET
FLORIDA Thomas
FLORIOT Mme
FLORIS Paul
FLOURE Adolphe
- FLOURE Daniel , moniteur en agriculture, pieds-noirs marié à une Française musulmane, père de 2 enfants de 2 et 3 ans, disparu le 5 juillet à Oran à l'âge de 32 ans.

FLUBACHER René
FOLLACO Casimir
FOLLIOT (ou FOLLOT) Jacques Etienne
FONDACCI Emile, André
FONT Barthélémy
FONT Joseph-Pascal
FONT Roger et Agnès
FONTE René
FONTHERAND Théodore
FORNER Paul
FORNET Pierre
FORTUNY Adrien
FOUARES François
FOUBERT Guy et Pierre-René
FOULON Claude Raymond
FOULON Emile
FOULON Jean-Claude
FOUQUE Paul
FOUQUE Paul
FOURNIER René
FOURNOT Marthe (épouse PATALANO)
FRAGANO Jean-Luc
FRAGANO Paul
FRAISSE Camille
FRAISSE René, Camille
FRANCESCHI Jean André
FRANCESCHINI
FRANCESCHINI Sauveur
FRANCK François
FRANCO Antoine
FRED Camille
FREDJ Gisèle et Jean-Pierre et Paul
FRENDO Clément
FRITZ Albert
FUENTES Cécilien ou Cecilius
FUENTES Joachim
FUENTES René
FULGENCIO Joseph (José) et sa mère Incarnacion
FUMAT Jeanne (née MILLE)
FURET Georges
FUSTER
FUTIN Simone (Mlle)

 

G

GAADOUI Laoufi
GABERACO Mme
GABRY Adèle
GACEM (ou GHACEM) Ahmed
GACEMI Abdelkader
GACHE Fernand
GACHET Jean-Claude
GADEA Juan Ramon (Jean)
GAFFORY Gérard Maurice
GAGNARDO Fernand
GAGNIERE (ou GAGNAIRE) Francis
GAHOUAL Senoussi
GAILLARD René
GAILLARDO Joseph
GAILLOT Roland
GALANO Césaré
GALATOLA André
GALEA Raymond
GALERA Daniel, Georges
GALERA Françoise
GALERA Lucien
GALERA Manuel
GALI Slimane
GALIANA César et Manuel
GALIBERT Jean-Pierre
GALIBERT Xavier
GALICE Marcel
GALINDO Augustin
GALINDO Gaspard
GALINDO Jules
GALINDO Michel
GALINDO Miguel
GALIZERA Boualem
GALLARDO François
GALLARDO Maria Raphaëla (née SERRANO)
GALLEA Adrien
GALLEANI Michel (et Mme)
GALLEGO Ramos
GALLEJA André
GALLO Marcel
GALOIN Gérard
GALTIER William
GALVAN Jean
GAMUS (ou CAMUS) Joseph
GANACH Amor
GANDEREAU Henri
GANICA Germaine
GAONA Claude
GAOUA Moussa
GARAUD Jean-Claude
GARAUD René, Pierre
GARCIA Antoine (enlevé le 11/08/1962)
GARCIA Antoine (enlevé le 5/07/1962)
GARCIA Antoine (né le 19/09/1909)
GARCIA Antoine (né le11/10/1923)
GARCIA Antoine Théodore (enlevé le 11/06/1962)
GARCIA Antonio
GARCIA Armand
GARCIA Augustin
GARCIA Christian Vincent
GARCIA Claude
GARCIA Emile
GARCIA Fernand-Joseph et Jacqueline
GARCIA François
GARCIA François
GARCIA Gabriel
GARCIA José (Joseph)
GARCIA Joseph (enlevé le 5/07/1962)
GARCIA Joseph (né le 26/08/1913)
GARCIA Joseph dit Pépico ou Pepitco (né en 1910)
GARCIA Léopold
GARCIA Manuel
GARCIA Marcel
GARCIA Marie-Louise et Odette
GARCIA Marie-Rose
GARCIA Paul, Eugène
GARCIA Pedro
GARCIA Raymond
GARCIA Roger
GARCIA Thomas
GARCIA Vincent Joseph (né le 01/02/1906)
GARDEY André
GARDIN Jean-Claude
GARENCON Jean
GARETS (DES) Olivier
GAREY Marie
GARGI Dominique
GARGUILO Charles
GARIGO Joseph
GARIJO Jean
GARIPUENSO Ignace
GARNIER DES GARETS Olivier
GARRAUD Jean-Claude
GARRAUD René Pierre
GARREAU Roger
GARRIC
GARROS Georges
GARROS Jean
GASPARD Jean
GASSEN Alain
GASSION Denise
GASSMAN Mme
GATIPON-BACHETTE Serge (et sa famille)
GAUCHEROT Yvon
GAUCI Henri
GAUCI Roger
GAUCIRON René
GAUDER
GAUDIO Dominique
GAUGA Francis
GAUTHIER Camille
GAUTHIER Henri
GAUTHIER Pierrette
GAUTHIER Raymond
GAUTHIER René, Francis
GAYA Pierre
GAZO Antoine
GAZO Emmanuel
GEAY
GEIS Heinz
GELY Gilbert
GENDRE Jean
GENER Jean-Pierre
GENRE Maurice
GEOFFROY Marius et Claude (cf.CABRERA,FAROULT,MAUBOURGUET)
GEOFFROY Patrick
GEORGES
GERARDET Louis
GERBAUER Hans, Peter
GERBER Germaine, Veuve (née GRUCKER)
GEREZ Antoine
GERINGER Edmond
GERMAKIAN
GERONDE Edmond
GERVAIS Claude
- GEX (M. et Mme) Louis et Solange (née VARNIER) (photo), enlevés le 19 juillet 1962 dans leur ferme à Beni-Amran (Dept. de Tizi-Ouzou) à l'âge de 50 ans et 54 ans.
GHAZI Maamar
GHENDOUSSI Arezhi (Mme Veuve, née SIFI Rosa)
GHENNASSIA Roger
GHEUNASSIA William
GIABICANI Charles
GIDEL Jean-Etienne
GIES André
GIGNEZ Félix
GIL Clémentine
GIL François
GIL Joseph
GIL Juste
GILLES Guy
GILLES Jean-Pierre
GILLOUS Pierre et Luce
GIMENEZ Claude
GIMENEZ Edmond, Emile
GIMENEZ Ignacio
GIMENEZ Jeanne
GIMENEZ Joseph
GIMENEZ Marcel
GIMENEZ Michel
GIMENEZ Vidal
GINER Guy et Julien
GINESTE Daniel
GINESTOU
GIOCOSO Jean
GIRARD Emile et Amélie (née GROSSET)
GIRARDET Louis
GIRAUD Georges
GIRAUD Pierre, Henri
GIRAUD Serge
GIRONA Roger
GIROVIN Fernand (et son épouse)
GISBERT Louis
GIUDICELLI Pierre
GIUNGUITE
GLIMENT Azemar, José
GNIESTE Daniel
GODFROID
GODNICH Victor
GODTTENBACH
GOEHRI (ou CHOERI) Daniel
GOETTEBACH Henri-Louis
GOIG François
GOLDBERGS Dsintra
GOMAR Alphonse
GOMES Pierre
GOMEZ Aladin-Jésus et Robert
GOMEZ Antoine
GOMEZ Emile
GOMEZ Eugène
GOMEZ Jean-Pierre
GOMEZ Julien
GOMEZ Laurent (ou Lorenzo) et Marguerite (née PIZZA)
GOMEZ Mathieu (et sa famille)
GOMEZ Pierre-Emmanuel
GOMEZ Pierre-Paul
GOMEZ Robert
GOMEZ Yvon
GOMINA Jean-Pierre
GOMIS Philippe
GOMIZ Jean
GONALONS Georges
GONTHIER Michel
GONZALES Antoine
GONZALES Christian, Raymond
GONZALES Claude
GONZALES Frédéric
GONZALES Henri
GONZALES Raymond, Jean-Pierre
GONZALVES Auguste
GONZALVES Jean Raphaël
GONZALVEZ Auguste
GONZALVEZ Jean-Raphaël
GOOS Walter
GORDOLON Alexandre
GORNES Jean
GOTNICH Victor
GOUARINOS Jean
GOULMINE
GOURGUE Jean-Pierre
GOUYOT M.
GOZIM Kouider
GRABY Germain Désiré
GRACIA Charles-André
GRANAT Thadié
GRAND (LE) Jean
GRAND-PERRIN
GRASSET
GRASSO Paul
GRAUMANN Gilbert et Janine
GRAVELINES Julien
GRAZIANI Roger
GREARD Pierre
GREGOIRE Jean-Louis
GREGOIRE Martial
GREGORI Jean
GRESSET (ou GRÉZET) Hervé
GREVY Alain
GREZET (ou GRENET) Hervé
GRIEDER
GRIFFIN Gérald
GRIGUER (ben) Solange
GRILLE Maurice
GRIMALT Jean-Claude
GRIVEL Claude
GROB René
GROCE Félix
GROSSE Albert
GROULEZ Paul
GROUSSET Maurice
GROUT Marie-Paule
GRUBER Jean (et Mme)
GRUCKER Germaine (divorcée GERBER)
GUARDIOLA Jean-Charles
GUARGUILO Charles
GUASCHE
GUBILO Albert (Mme Veuve)
GUEDIN Claude
GUEDJ Jacques dit Haïou
GUEDOUAH Méméchacha (ou Diazia)
GUEGAN Julien
GUENNEBAUD Yves
GUENZET Ahmed
GUERIN Antoine (Mme Veuve)
GUERIN Jacques
GUERIN Jean-Pierre
GUERINET Léon
GUERIT Fernand
GUERRA Julien
GUERRERO Robert
GUERROUCHE Rabah
GUESSAS Saïd
GUEYDON Raymond
GUEYRAUD Claude
GUIARD Georges, Jules
GUICHENE Pierre
GUIDAT Adrien
GUIDAT Berthe (née VITI)
GUIDO Janvier
GUIGLI Jérôme
GUIGOT Francis
GUILABERT Robert
GUILABERT Roger, Michel
GUILHEM Blanche (née TRESCASES)
GUILHEM Louis (et Mme)
GUILHEM Mlle
GUILHEM (ou GUILLEM) Louis
GUILLAMONT Jules
GUILLAUME Paul
GUILLAUMONT Jules
GUILLEM Alfred
GUILLEM Gilbert
GUILLEM Louis et Blanche (née TRESCASES)
GUILLEMIN Jean
GUILLER Albert
GUILLERMIER André
GUILLOT Albert
GUILLOT Pierre, Gabriel
GUINARD Ulysse
GUINHEM (ou GUILLEM) José
GUIRADO Raphaël
GUIRADO René
GUIRLANDA Lucienne
GUITTADORE Victor
GUITTIERREZ (ou GUTIERREZ) René-Jean ou Pierre Jean
GULIANO Antoine (et Mme)
GUMIEL Antoine, José
GUMIEL Claude
GUMINA François
GURREA Julien
GUTTADORE (ou GUITTADORE) Victor
GUTTIERREZ René-Jean (ou Pierre-Jean)
GUYOT Josette
GUZMANN Jean

 

H

HAAS Gaston
HABAY Jean
HABDI
HABRANT André
HACHELAF Abdelkader
HADEF Hocine
HADJADJ (ou HADJAJ) Doukha Mardochée (ou Nardochée)
HADJARI Challa Lahouani
HADNI Yolande
HAFECI Khelifa
HAISS Lakdar
HALALI Cheik Hadj ben Amar
HALLER Albert
HALLER Saadia (née KESSAIRI)
HAMDI El Hadj ben Mohamed
HAMEROUCH Rabah
HAMIACH Esther
HAMIANI Ahmed ou Mohammed
HAMIDI Hamida
HAMIMI Abderrahme
HAMMADI Ramdane
HAMOUDI Ben Aïssa
HAMOUMOU Ali
HAMZA Francis
HAMZA Sadi
HAMZI Youssef
HANCHOUR Ali
HANDBERGER Robert
HARO Anne
HARO Damian
HAROUCHE Louis
HASSANTE Andréa (née SANCHEZ)
HASSOUN Yvette
HATTEAU
HAUVUY Gilberte (Veuve)
HAZZEM Salah
HEBRARD Fernand
HEDELBERGER Marc
HEIDELBERGER (ou HEDELBERGER) Ginette (née BEAUFILS)
HEINTS Guy
HELFRICH Marcel
HELOU LE BERRE
HENAULT Robert
HENNANI Mohamed
HENNI-CHEBRA Ahmed
HENRIQUE Manuel
HERBAEZ Mme
HERBAUD Gaston
HERBRETTEAU Pierre
HERMITTE
HERNANDEZ André
HERNANDEZ Antoine, Paul
HERNANDEZ Joachim
HERNANDEZ Joséphine (née GONZALES)
HERNANDEZ Manuel
HERNANDEZ Manuel (enlevé le 22/06/1962)
HERNANDEZ Manuel (enlevé le 5/07/1962)
HERNANDEZ Manuel, Antoine
HERNANDEZ Marcel
HERNANDEZ Pierre
HERRERA Blas
HERRY Norbert
HESTRE
HESTROFFER Joël Marc
HESTROFFER Marceau
HEYBERGER
HIDALGO Paul, André
HIEL Victor
HILDAGO Paul André
HIS-TILLDLES Joseph
HOELLARD Marcel
HOFFMAN(N) Adolphe
HOFMAN Jean-Paul
HORTAL Anne-Marie (née GERARD)
HORTAL Mme veuve Vincent
HORTAL Vincent
HOSCHEID Pierre
HOSPITAL Jackie
HOUART Alain
HOUELER Christian
HOULMIERE Georges
HOUT
HUBERT Claude, Gaston
HUBERT Gaston
HUBERT Philippe
HUCHELOUP Paul
HULNE Charles (et sa famille)
HUMBERT
HUSTE Christian
HUSTE Martial

 

I

IBACH Paulin
IBACK Louis
ICHLEF (et son épouse)
IDRI Mohand
ILIGUY Suzanne
IMBERT Marie
IMPROTA Antoine
INIZAN Maurice
INNOCENZI Antoinette (née MALLAS)
INVERSINI Roger
IOWA Pierre
ISELER Roger
ISLER Roger
ISMARD
ISOLA (DELL'ISOLA) Vincent
IVANES François
IVARRA Jean
IVARS Francisco
IVORA (ou YVORA ou YVORRA) Bernard, Marcel

 

J

JABOREL-MOLINIER
JACONO (ou YACONO) Henri
JACQUEMAIN Cyr
JACQUEMIN
JACQUEMOND Julien
JACQUET Michel
JACQUINOT Francis
JACQUINOT Juliette (et Mlles VALLE et DESJARDINS(veuve, née GRACIA))
JAILLET Guy
JAIS Prosper
JAMAIN Jean-Paul
JAME Jean
JAMES Père et fils
JANEL Marcel
JANOWSKI Yan (ou Jean)
JANSOLIN Baptistin
JARRY Raymond
JAUK Franz
JAULNEAU LABARRE Xavier
JAULNEAU-LABABRE Noël, Bernard
JAYET Guy
JEREZ Antoine
JIANELLA Henri (et Mme)
JLIGUY
JOLLY Emile
JOLLY Roland et Auguste
JONQUILLE
JORDAN Camille
JORDAN Yvon
JORDY Joseph
JORET Alfred
JORRO François
JORRO Louis
JORRO Pierre
JOSEPH Michel
JOSEPH-VALTRAUD Michel
JOSSE René, Francois, Marie
JOST Jeanne et LAURIOL Louise (sa soeur)
JOUANIDA (ou JUANIDA) Armand-Guillaume
JOUANNEAU Mme
JOULAIN
JOUNARD Marcel
JOURDE Roger
JOURNIAUX
JOUVET Armand
JOUY Félix
JOVER André
JOVER Antoine
JOVER Henri, Clément
JUAN Antoine (né le 10/06/1917)
JUAN Antoine (né vers 1907)
JUAN Antoine Armand
JUAN François
JUAN Henri
JUAN Jacques André
JUAN Jean-Baptiste
JUAN Joachim
JUAN Joseph
JUAN Raphaël
JUANEDA Arnaud
JUANICO Jean-Jacques
JUANICO Jean-Joseph
JUANIDA Armand, Guillaume
JUANIGO Jean-Jacques
JUARL Armand, Antoine
JUGUIN Pierre
JUGUIN Pierre, Henri
JULIEN Henri
JUNGST Gérald
JUNIOT Charles
JUNIOT Paul Charles

 

K

KADDOUCHE Julie
KADDOUSSI
KADEM Yvonne
KADOUCH Jonas
KAFALGY Lady
KANDEL René
KAROUN Abderrahmane
KASSIS Pinhas-Roger
KASSIS Roger
KEBIR Melha (épouse RADJI)
KEBIR Mohamed
KEBLI Mohamed
KEDDAR Abderahmane
KEDIR Hassan
KENDIL Boualem
KHATIR Ben Ameur Ben Ahmed
KHEROUS Suzy
KIDER Amar
KIMMOUN Félix
KINTZLER Germaine
KOHLER Hélène
KONDRATIEFF Antoine, Jean
KONEC (de) Emile
KOP
KOUIDER Benokba
KRAMES Joseph
KRITICOS Constant
KUADRI (ou KOUADRI) Abdelkader
KULUS André
KUNTZ Fritz, Martin

 

L

LABBADI Mohamed, Arab
LABORDA Antoine
LABREZE Bernard
LACHERET Robert
LACHGAR Brahim
LACOTTE Alfred
LACOUR
LACROIX Arthur
LACROIX Charles
LACROIX Gabriel
LADET (ou CADET) Marie-Rose
LAFFONT
LAFFORGUE Joseph
LAFIFI Roger, Louis, Jean
LAFOURCADE Jean Robert
LAFUMAT Jean-Louis
LAFUMAT de VALMY Jean-Louis
LAGER Alain
LAGRANGE
LAISNE-BOISCOUT Mme
LAJOU André
LAJOU Guy
LAKDAR Jean-Pierre
LALANGE Marcel
LAMASSOURE Jean-Pierre
LAMBERT Pierre Paul
LAMBOLEY Guy
LAMOUR (ou LACOUR) Georges
LAMOUREY
LANDRY Jean-Pierre
LANDSDELL Georges, Robert
LANG André
LANG François
LANGIANO Guy
LANGUILLE André
LANOIX Henri, Paul
LANSAMAN (ou LANSAMAM) André
LANTRES Jean-Pierre
LAPERGE Georges
LAPEYRONNIE Jacques
LAPIERRE Jean
LAPIERRE Sergent
LAPLACHE René
LAPLANA (ou SAPLANA)
LAPLUME Joseph
LAPORTE Roger
LAPUERTA André
LARGE Georges
LAROSA Edouard et Marie-Thérèse
LARROQUE Claude
LASCOURS Roger
LASRY Edmond
LASRY Henri
LASSORT Albert
LAURENS Lucien
LAURENT Georges
LAURENT Paul
LAURES-OULES Gustave
LAURIET Michel (et son épouse)
LAURO Georges
LAURO Jean-Jacques
LAVAL (disparu le 25/06/1962)
LAVAL (disparu le 31/08/1962)
LAVALLEE Paul
LAVEDAN Emile
LAVESNE
LAVILLE Raymond
LE GALL Henri
LE MOUILLOUR René
LE PIOUFLE Jean
LEBER Roland
LEBON
LEBRE Aimé
LEBRUN (M. et Mme)
LECLERC Yves
LECLERE Maurice (et Mme)
LECOANET Roger, Paul
LECOURT Jean-Pierre
LEDONNE Antoine
LEDUC Edmond
LEFEVRE Jacques, Nicole (née BLONDEL) et leurs enfants
LEGAL Jean-Claude
LEGENDRE Norbert
LEGER Guy
LEGRAND Jean
LEGUAC Henri
LEGUET Louis
LEIBER Francis
LELIEVRE Alphonse
LEMAITRE Edmond
LEMERRE (ou LEMAIRE)
LEMICHEL Raymond
LEMOFFE Gérard
LENGLET Jacques
LENGRAND Edouard
LENORMAN François
LENORMAND Jean-Augustin
LENY Yves
LEON Georges
LEONARD Paul
LEONZI Georges
LEPAUL Henry
LEQUIN Louis, Achille
LEROUL Ginette
LEROY Charles, Robert
LESAGE Georges
LESCALIER Guy
LESCARRET André
LESCURE André
LETIENT Rudolphe
LETOURNEAU Gilbert
LEVALTIER Yves
LEVI (ou LEVY) Baruk-André
LEVY André
LEVY Baruk André
LEVY Charles
LEVY Claude-Prosper
LEVY Gaston
LEVY Jean-Louis
LICHTENBERGER époux
LIGNAC (Maréchal des Logis)
LILLO Vincent
LIMINANA Manuel
LIMINANA Michel
LINARES Emmanuel
LINARES François
LINARES Henri, Joseph
LIONS Jacques
LIQUIER M. et Mme
LIRANTE Lucien
LISCHER Marie-Louise
LISSARE Denis
LIUCCI Christine (née VALENZA)
LIUCCI Laurent
LIVENO
LIZOLA Angel
LLASER Norbert
LLEBA Etienne
LLEDO Jaime
LLIDO André-Louis et Guy
LLINARES Emmanuel
LLINARES Henri
LLOBEL Robert (ou Roger)
LLODRA Vincent
LLORCA Julien
LLORIA Augustin
LOACES Paul
LODEY Louis
LOFFREDO Jean-Edmond
LOFREDO (ou LOFFREDO) Jean
LOHIER Hubert
LOISELET Jean-Pierre
LOMBARDI
LOMBARDO Muzzio
LOMBARDO Raymond
LOMMAGE Georges
LONGO Julien
LOPEZ (Docteur) Charles Antoine
LOPEZ Albert
LOPEZ André
LOPEZ Conception
LOPEZ Edouard
LOPEZ Emile
LOPEZ Eusebio (ou Eugène)
LOPEZ Henri
LOPEZ Jacques
LOPEZ Jean (né le 27/01/1929)
LOPEZ Jean (né vers 1920)
LOPEZ Jean-Paul
LOPEZ Joachim
LOPEZ José
LOPEZ Joseph (enlevé le 17/04/1962)
LOPEZ Joseph (enlevé le 30/06/1962)
LOPEZ Joseph (né en 1914)
LOPEZ Joseph (né en 1916, cf SALORT-IVARS, TIJERAS)
LOPEZ Joseph (né le 14/02/1914)
LOPEZ Joseph (né le 30/07/1916)
LOPEZ Marcel
LOPEZ Pierre
LOPEZ Placide (né le 12/05/1911)
LOPEZ Placide (né vers 1945)
LOPEZ Umberto et Mercédès (née SERRA)
LOPEZ Vincent
LOPEZ Yvonne
LOPEZ MARTINEZ Jean
LORENTE Joseph
LORENZO Jean
LORENZO Pierre
LORREARD Roger
LOUADJED Larbi
LOUBET Paul
LOUBIERES
LOUERA Henri
LOUKAL Yahia
LOUMAGNE Victor
LOURAKI Elie et Hélène
LOVERA Henri
LOZANO Gilbert et Louise (née MARTINEZ)
LUBRANO Eugéne
LUBRANO Joseph
LUBRANO René, Marcel
LUCAS Emmanuel
LUCAS Francisco
LUCAS Gabriello
LUCAS Pierre
LUCCI (ou LIUCCI) Laurent
LUCIANI Christophe (et Mme)
LUDWIG Pierre
LUPESCOU Marcel
LUPO Christian
LUQUE Emmanuel, Vincent(dit Nanou)
LUQUE Jean-Yvan
LUQUE José
LUQUE Vincent
LUQUE Yvan
LURENBAUM Fernand
LUSARDY Jean-Marie, René

 

M

MAAS Rodolphe
MABRANI Georges
MACCOTA Baptista et Prieto
MACCOTA Sauveur
MACIA Jeanne (née ORTIZ) et ses 3 enfants
MACIA Jean-Pierre
MACIA Pierre, Raymond
MACONE Damien
MACRON Henri
MADERS Alain-Henri
MAGAN Antoine
MAGGINI M.
MAGLIO (di) Mme
MAGNIN
MAGYAR Joseph, Jean
MAHFOUF Mouloud
MAHUL Guy
MAIGRE Claude
MAILLAND (ou MAILLANT) Maurice
MAILLARD André
MAILLET Edmond et Mme
MAILLET Germaine (née JULIAN)
MAIRE Xavier
MAIRET Robert
MAITE Gérard, Alain
MAKLOUF Hassene
MALAISE Bernard
MALAISI André
MALDANO (ou MALDONADO) Jean-Baptiste
MALING Jean
MALLEUS Marcel (et Mme)
MALLEVAL Roger
MALVAUD M.
MANCA Antoine
MANCHON Jean
MANCUSO Casimir
MANGAN
MANGIAPANI Joseph
MANIGUERA Frank, José
MANSOUR Amar
MANSOUR Mohamed
MANSOURI Ahmed
MANUEL Henri
MANZANO Jackie
MAQUET René, Alfred
MARCADAL Norbert (famille)
MARCH Marcel
MARCHAND Albert
MARCHESE Armand
MARCHICA Guy
MARCIANO Ischoua (ou Ishoua)
MARCO Jean
MARCOLLOT
MARESA (ou MARESSA) Joaquim
MARGRAIN Gilbert
MARGRAIN Jean
MARGUILLET Marcel
MARI Catherine
MARI Georges
MARI Roger
MARIE Marcel
MARIGNANE Roger
MARIN Jean
MARIN Joseph et Henri (son fils)
MARINELLI François
MARINEZ Marie (divorcée AMICE)
MARKES
MARLIER Robert
MARMOL Mathieu
MARONNAUD
MAROT Michel
MAROTTE Georges, José
MAROUF Ahmed
MARRON Victor
MARRUCHI (famille)
MARRUCHON Jean
MARS
MARTEL Frédéric
MARTELLON Liliane épouse BONAT
MARTHE Claude (veuve CARTIER)
MARTHE Roger
MARTI Ferdinand
MARTIN Claude Maurice
MARTIN Denis
MARTIN Fernand
MARTIN Georges Charles
MARTIN Jean-Claude
MARTIN Jean-Paul
MARTIN Joseph
MARTIN Louis
MARTIN Lucien, Pierre
MARTIN Manuel
MARTIN Raymond
MARTINAUD Jean
MARTINET Alfred
MARTINET Georges
MARTINEZ Alphonse
MARTINEZ Antonio
MARTINEZ Auguste et Conception (née LOPEZ)
MARTINEZ Augustin
MARTINEZ Carmen
MARTINEZ Dolores
MARTINEZ Emile
MARTINEZ Emmanuel
MARTINEZ Ernest
MARTINEZ Fernand
MARTINEZ Fernando
MARTINEZ François-Joseph
MARTINEZ Gaëtan
MARTINEZ Henri
MARTINEZ Jean
MARTINEZ Jésus et Mme
MARTINEZ José
MARTINEZ Joseph
MARTINEZ Joseph (enlevé le 30/05/1962)
MARTINEZ Joseph (enlevé le 5/07/1962)
MARTINEZ Louis
MARTINEZ Louise (épouse LOZANO)
MARTINEZ Manuel
MARTINEZ Maurice
MARTINEZ Michel
MARTINEZ Mme et sa fille
MARTINEZ Pierre
MARTINEZ Raphaël
MARTINEZ René Michel
MARTINEZ Robert
MARTINEZ Serge
MARTINEZ Victor
MARTINEZ Vincent (enlevé le 16/08/1962)
MARTINEZ Vincent (né le 26/02/1911)
MARTINEZ Vincent (né le 6/04/1906)
MARTINEZ Yvan
MARTINEZ Yvon
MARTINEZ-ENRIQUE Manuel
MARTINOU Albert
MARTY Justin
MARTY René

Famille MARUCHI, agriculteur, disparu à Vialar (Oranie) le 21 juin 1962 avec François CATALA.
MARUCCHI Edmond (2 ans)
MARUCCHI Edmond (66 ans)
MARUCCHI Guy
MARUCCHI Louisette
MARUCCHI Paule
MARUCCI Claude
MARUCHI (famille)
MAS Daniel, Louis
MASCARO Guy
MASCARO Pierre
MASCAROT Jean-Claude
MAS-ESTEBAN Joseph
MASQUEFA Henri
MASRI (ou BASRI)
MASSART René
MASSE
MASSON Antoine et André
MASSONIE Paul
MASSOT Roland
MATEI Albert
MATEU Georges
MATHIAS André
MATHIEU Gabriel
MATHIEU Jacques
MATIGNON Jacqueline (née WEINLAND)
MATTAR Bouzid
MATTEI Albert
MATTEI Marcel
MATTEI Norbert
MAUBOURGUET Bernard
MAUBOUSSIN Mme et Bernard (son fils)
MAUCATEL Mme
MAUDES Gilbert
MAUNIER Gabriel
MAUREL Fortuné
MAUREL René
MAURICE Pierre (Capitaine)
MAURIS Joseph
MAURON Henri
MAUX Yves
MAYEN (ou MAHEN) André
MAYER (ou MEYER) Robert
MAYOR Marie-Rose (née SALVA)
MAYOR Pierre
MAYOR Pierre et Marie-Rose (née SALVA)
MAYOR René
MAYZOUE Clément
MAZELLA
MAZELLA Claude
MAZELLA Georges
MAZELLA Georgette (née FLORIOT)
MAZEMA
MAZOUZ Mme Ali (née BACHIR BEY)
MAZOUZI Mohamed
MAZOYER Henry
MAZZIA Hyacinthe
MECH Ahmed
MEDIONI Abderrahmane
MEDOUNI Julie
MEER (VAN DER MEER) Hendrikus
MEFTAHI Mohamed
MEGLIO (di) Francis
MEHIDI Mohamed
MEKKI Mohamed
MEKLATI
MELCHIOR Raymond
MELE Fernand
MELIA Gilbert
MELIA Jean
MELLINAS René
MELLOD Joseph
MELONI Auguste
MENAA Saïd
MENACHES Vincent
MENAGE (ou MENAGER)
MENAGER René
MENAI Zohra (née KOUARICHE)
MENARD Eugène
MENDIL Saoud
MENGUAL Antoine
MENIOLLE de CIZANCOURT Tristan
MENOUAR
MENUT Eliane (épouse MENAGE)
MERAB Ahmed
MERARBI Abdelkader
MERCABAL Jean
MERCADAL Alfred
MERCADAL Jean (né le 18/09/1899)
MERCADAL Jean et Marie (née CERVEZA)
MERCADAL Jean et Marie (née CERUERA)
MERCADAL (ou MARCADAL) Norbert, Colette (née MULLER) et leurs 3 enfants
MERCARDAL Jean
MERCE Fernande (épouse BARTZ)
MERCIER (docteur)
MERCIER Jacques
MERIDJEN Joseph
MERINO René
MERLAND de CHAILLE Gérard
MERLE André
MERLE DES ILES Marc
MERLO
MERNIZE Larbi Ben Makhlouf
MERRE (LE) Lieutenant
MERROUCHE Edgard
MERZOUG Abdelmadjid
MERZOUKI Amar
MESMACQUE Christian, (photo), disparu à Oran le 5 juillet 1962 avec 7 autres personnes

MESMAQUE M.
MESPLE Jean
MESQUEDA Vincent, Jean
MESQUIDA Jean-Pierre
MESSAILLI Abdelkader
MESSAOUDI André
MESSEGHEM Abdallah
METAYER Albert-Marcel
METAYER Mireille
METIDJI Rabah
MEUNIER Edmont
MEUNIER François
MEYER Claude
MEYER Robert (?)
MEYSSONIER
MEZRAR BENDAOUD (sergent)
MIARA Martial
MICHAUD Fernand
MICHEL Eugène
MICHEL Jacques
MICHEL Marius dit Fernand
MICHEL Roger
MICHEL Simon
MICHEL (di) Elio
MICHON Louis
MICO Michel
MIELI Lucien
MIGAT Paul
MIGLIACCIO Louis
MIGUEL Jean-Joseph
MILANINI Antoine, André
MILH Wilhelm
MILIA Paulette (née BERTHOMEU)
MIMRAN Georges, Joseph
MINANA Antoine (espagnol)
MINARDI Domenicino( ou Domenico)
MINARES
MINARRO Lucien
MINGOUALO
MINGUET Simone
MINGUEZ Guy
MIR Paul
MIRA Albert
MIRA François, Albert
MIRA Louis
MIRAILLES Alberto
MIRAILLES Jean-Claude
MIRAILLES René
MIRAVAL Jacques
MISSIOURI Amar
MITTELBERGER Jean
MIVIERE (ou RIVIERE)
MOCQUILLON Pierre
MOGICA Etienne
MOHA Charles
MOHER Jeanne
MOI Jacques
MOJICA Jules, Louis
MOJICA Louis
MOKNECHE Dahmane
MOKTARI Khelifa
MOLDA Antoine
MOLEINS (ou MOLINS) Charles
MOLINA Henri
MOLINA Louis
MOLINES Claude
MOLINES Gérard
MOLINES Jacques, Claude
MOLINES Jean (enlevé le 5/07/1962)
MOLINES Jean, Roger
MOLINES Yves
MOLL François
MOLLA Marcel
MOLLA Raymond
MOLLARD Marcel
MOLLAT du JOURDAIN(ou JOURDIN) François
MONER Jeanne
MONER Mme et son fils Henri
MONGINET Marguerite (née BOURDIN)
MONICA (della) José
MONJO Paul, Laurent
MONNIER
MONROCQ Aline (née JACQUES)
MONTABRIC Eugène
MONTAMAT Gisèle
MONTBERTRAND Emile, (photo)
MONTERO Aimé
MONTET (Révérend Père) Pierre
MONTET Robert (Père)
MONTI Laurent
MONTIEL Albert
MONTIEL Dominique
MONTIEL François
MONTIEL Joseph, Albert
MONTO René
MONTOYA José
MORAGUES Armand
MORAGUES Michel
MORALES José
MORAND Jean, Isidore
MORAND Théodore, Victor
MORANGE Louis, Jean
MOREAU Albert
MOREAU Martial
MOREAU Paul
MORELIERE Célestin
MORELL Salvador
MORENO Antoine
MORENO Antoinette
MORENO Carmen (née MARTINEZ)
MORENO Francis
MORENO François
MORENO Marie (née LAUER) et INCAME Françoise (née LAUER)
MORERA Jean
MORERA Manuel
MORERE Pierre (dit Forestier)
MORERE Roger
MORERE (dit Forestier) Pierre
MOREY Gilbert
MORILLAS Antoine
MORIN (Mme)
MORLA Maurice
MORMILE Yves
MORNAND Emile
MOUCHOT Maurice
MOUDJEBEUR Mohamed (famille)
MOUGEOT Georges
MOUILLOUR (LE) (Caporal-Chef)
MOUKLI Georges
MOUKLI Henri
MOULINIE Jules
MOUROT André
MOUROT Clément
MOUROT Renée ou Berthe (née JULIEN)
MOUSSA Abdallah
MOUSSAOUI Ouali
MOUSSAOUI Rachid
MOUTON Albert
MOZANO Ignacio
M'RAIM Saïd
MUCCIO Joseph et François
MULET Lorenzo
MULLER Eugène
MULLER François (?)
MULLER Heinrich
MULLER Henri
MULLET Joseph
MUNOZ André
MUNOZ Antoine
MUNOZ Norbert
MUNSCH Pierre
MUNY Charles
MURACCIOLE (M. et Mme)
MURAT Catherine (veuve, née PIZZO)
MURCIA (de) Jean
MURCIA (de) Jean-Noël
MURCIANO-COHEN Abraham Albert
MUREJANO
MURGIA Joseph
MUSLER Jean-Louis
MUSLER Pierre

 

N

NACHTRIP Georges, Gérard
NADAL Raphaël
NAGLE André
NAKACHE Sylvain
NAMAN Robert
NATHAN Félix
NATOLI Sauveur
NAUNY Serge
NAVARRE Charles
NAVARRO Antoine
NAVARRO Damien
NAVARRO Emile (et Mme)
NAVARRO Germain
NAVARRO Gilbert
NAVARRO Jean-Paul
NAVARRO Robert
NAVARRO (ou NAVARO) Damien
NEBUNU Jean (russe)
NEBUNU Michel (français)
NECHAB Ahmed
NEGRE Lucien
NEGRIER Jean-Louis
NEGRIGNAT René
NEOFITI Jean
NERY Claude
NEVEU Félix
NICOLAS Albert, Jules
NICOLAS André et Raoul
NICOLAS Edmond
NICOLAS Etienne
NICOLI Fernand (Docteur)
NIEL Joseph
NIETO Gaëtan
NIETSCHKE Adolphe
NOBLET M. et son fils Adrien
NOEILLAND François
NOEL Yvan
NOGUERA Augustin
NOISIER Pierre
NORMAND Emile
NOTELET Guy
NOUGE Jacques
NOURY Jean-Claude
NOUVION Pierre (Mme) et son fils Philippe)
NUIZ Vincent
NURCIA (de) Jean-Noël

 

O

OBGI Ferhat
ŒIL Rémy
OLEN Christiane, (photo)
OLESIA Félix
OLIBET (ou OLLIBET) Philippe
OLIEVERO Auguste
OLIVARES Manuel
OLIVER Vincent
OLIVIER Julien
OLLEN Christiane
OLZENSKY (ou OLZINSKY) Charles
ORCEL Jean Paul

- Famille André ORFILA, 51 ans, Françoise ORFILA, 48 ans et leur fils Bernard 14 ans disparus avec 4 autres européens et 20 Français musulmans le 13 juin 1962 à la ferme de Rochemont, Birtouta (Alger)
ORFILA Aimé-René et Françoise (née CARDONA)
ORFILA Amédée
ORFILA André
ORFILA Antoine et Bernard
ORFILA Edmée (née FERRER)
ORFILA François
ORFILA Georges
ORFILA Raphaël
ORFILA Yvon
ORIENTE René
ORMIERES Yolande (née SOREZ)
OROSCO
ORQUIN Michel
ORTS Alphonse (et son épouse)
ORTS Antoine, André
OUABED Mohamed
OUADJED Larbi
OUALI
OUALID (Docteur) Jean
OUAMER( ou OUAMMAR) Mohand
OUBATA Ben Youssef
OUDJANE Miloud et Fatima (née MEDDAHI)
OUDJEBOUR Akli
OUSTRIC Jean-Claude

 

P

PACCIONI Joseph
PACE Carlos
PACE Liliane
PACHOLSKI Stanislas
PACINOTTI Laurent
PACOT
PADILLA Carlos (Charles)
PADILLA Charles
PADILLA François, Joseph
PAGNOUD Raymond
PAILLARD Vincent
PALACIO Henri
PALLIER Pierre
PALLISER Serge
PALUMBO Nicolas, Mario
PANIER Pierre
PANKOWSKY
PANNIER
PANNOSSIAN Suzanne (épouse TAUPIN)
PAOLETTI
PAOLI Hubert
PAPPALARDO Lucien
PAPPALARDO Pierre
PARACHE Guy
PARAIRE Claude
PARASCANDELLO(ou PARASCANDELO) André
PARDO Raymond
PARGNY Guy
PARGRAIN Albert
PARICAUD Henri
PARIS Georges
PARIS-CASTILLON (ou PARIS) Michel
PARRA Antoine
PARRON Jean-Manuel et
PARRON Marguerite (née LAURENT)
PARSETTO Vincenzo
PARTENNS
PASCAL Bruno
PASCAL François, Paul
PASCAL Frédéric
PASCAL Louis
PASCAUD Charlotte (née TANDS)
PASCAUD Marcel
PASCAUD Raymond
PASCUAL Jean-Pierre
PASQUALE (de) Armand
PASQUALINI Marius
PASQUEDA Armand
PASQUIER Gérard
PASQUIER Jean-Louis
PASQUIER Noël
PASQUINOT François
PASTOR André
PASTOR Claude
PASTOR François
PASTOR Henri
PASTOR Jacques
PASTOR Jean Raymond
PASTOR Manuel
PASTOREL Jean
PASTOU (ou PASTOR) Fernand
PASTURO
PATALANO Marthe (née FOURNEAU)
PATALANO Michel et leur fille
PAUL MM.
PAYA Barthélémy (et sa famille)
PAYA Henry
PAYA (ou PAILLARD) Vincent et Henri
PAYSSERAND Robert
PEALES Oscar
PEANO Nicolas
PECAUD Paul
PEDRE Michel
PEFAU Aurélien et Christian, Pierre
PEILLET Mme
PELAES Oscar
PELHERBE Armand
PELICAN René
PELLET Marcel
PELLETIER Robert
PELLICAN Raspail
PELLISER Jean-Claude
PENALBA Antoine
PENALBA Michel, Joseph
PENEN Christian
PENNACHIO Geneviève
PENNIELLO Dominique (et Mme)
PENOET Louis
PENY Henri
PEPAYON Albert
PEPE Daniel
PERA Joseph
PERAL Jeanne (Mlle)
PERALES Antoine
PERBOST Marcel, Georges
PERDEK Huguette (née FLAMERMONT)
PERE Louis
PEREA Antoine
PEREA José
PERELLO Pierre (et Mme)
PERES Claude, Huguette
PERES Laurent
PERES Robert
PERETO Marcel
PERETTI Jean
PEREZ Alain
PEREZ Alphonse
PEREZ André
PEREZ André (enlevé le 6/07/1962)
PEREZ Antoine (né vers 1903/1904)
PEREZ Claude
PEREZ Dominique
PEREZ Edmond, Louis
PEREZ Emmanuel
PEREZ François (23 ans en 1963)
PEREZ François (né le 13/03/1909)
PEREZ François ou Francisco
PEREZ Henri (né le 13/07/1896)
PEREZ Henri, André (né le 27/07/1921)
PEREZ Hilaire
PEREZ Jean-Pierre (disparu le 14/06/1962)
PEREZ José
PEREZ Joseph (enlevé le 21/05/1962)
PEREZ Joseph (enlevé le 25/06/1962)
PEREZ Joseph (né le 4/12/1924)
PEREZ Joseph (né le 7/12/1920)
PEREZ Laurent
PEREZ Lucien
PEREZ M. (enlevé le 13/05/1962)
PEREZ Miguel
PEREZ Raymond
PEREZ Robert Paul
PEREZ Roger
PEREZ Vincent, Jules
PERIO Jean
PERISSE Denise Marie Gratienne (née FURTEAU)
PERLE François
PERLES François
PERNETTE Paul
PERRE Georges
PERRE Jacques
PERREA Luis
PERREZ Juan
PERRIN Joseph
PERSEVAL Mme Rémi-Jean
PERSIC M. et Mme Anton
PESSARDIERE Bernard
PETAILLAT Albert, Henri
PETIT Albert
PETIT Marcel
PETITJEAN Bernard
PETITJEAN Claude (et Mme)
PETRUS Antoine Claude, Henri
PETRUSA Albert et Antoinette (née MONTIEL)
PETRUSSA André
PEYRET Christian
PEYRET Marius
PEYRET Norbert
PEYRONNET Françis (ou François) Raymond
PEYRONNET Maître François
PEZET Georges, Eugène, Elie
PFINDER Rolf
PIANA Jacky
PICHAUD Robert
PICHETTO Georges
PICHON Abel
PICHON Georges
PICHON Léon
PICHON (ou PLICHON) Alain
PICO Marcel
PICO Robert (et famille)
PICO Roger Albéric Auguste
PICQUART Jean
PIERAC Jacques
PIERRA Edmond
PIERRAT Denis
PIERRAT Gilbert Emile
PIERRAU Roger
PIERREL André
PIERROT (épouse BENDJOUADI)) Eliane Julie Léonie
PIETRI (famille)
PIFFAULT Marius
PIGELET Claude
PIGNATA Luigi
PILKIEWICZ Romain
PILLON (ou PILON) Pierre Luc
PILON Luc
PINCE (époux)
PINI Louis (Maréchal des Logis)
PINOT André (et Mme)
PINTO Joseph
PIPITONE Raphaël
PIPOLO Bernadette
PISSIS Henry Noël Georges
PISTOLET Jean-Claude
PIZANO Julien
PIZZAFERRI Etienne
PIZZINATO Giovanni
PIZZO (de) Michel
PLA Vincent
PLANES Jean-Claude
PLANTE Rolland
PLANTIER Mustapha
PLUTINO Andrée
PLUTINO Michel
PODEVA Victor
POILBLANC Yves
POIRIER Jacques, Lucien
POL (DI) Angelo
POLICIANO Donato
POLONIATO Robert, Louis
POMAR André
POMARES François
POMMIER Jean
PONS Albert
PONS Denise (née BRUNNER)
PONS Georges
PONS Jean
PONS Jean-Pierre (et Mme)
PONS Joseph
PONS Louis
PONS Marcel (né en 1906 ?)
PONS Michel
PONS René
PONS Vincent
PONTET Jean Robert
PONTEYRAU Théodore
PONTIER Gustave
PONTIER Henri, Victor
PORTE Norbert, Auguste
PORTELLI Jean-Pierre
PORTERO François
PORTIER Gustave
POST Claude
POSTIGO Lucien
POSTILS José
POTHIER André
POUIDOU-MECHIN
POUJADE Georges
POUJADE Jean
POUJADES Juan
POULAT Félix
POUPENNOT Guy
POURCEL Jacqueline
POVEDA Victor
POZZI André
PRADE Lucien
PRADELLE Marius
PREVES
PRIERE Gérard
PRIETO Grégoire, Jean
PRIETO Jean
PRIETO Vincent
PRINCEAU Jacques
PROST Roland
PROUETTE (Mme)
PROVOST Jean-Claude
PRUDENT Alexandre
PRUDHOMME Henri Jean-Louis
PRUDHOMME (ou PRUD'HOMME) Henri
PRUDHON René, Claude
PUCHEU Henri
PUERTAS Nicolas
PUJALTE Antoine
PUJOL Jean Joseph
PUJOLLE Jean
PY Eloi
PY Paul

 

Q

QUADRANO Pierre (ou Joseph)
QUAMACHO-ESCOPIER
QUARRE du VERNEUIL Christian
QUESADA Clément
QUILICHINI Auguste
QUINTANA Joseph

 

R

RABET Michel
RACHETE Jacqueline
RACLIN Robert
RACZACK Denise
RADOMSKI (ou Y) Bruno
RAFA Kerrouche
RAFAEL Armand
RAHAL Benazouz
RAINERO
RAIS Henri
RAMBEAUD Marcel
RAMBOUR Bernard
RAMIREZ Joseph
RAMIS Michel
RAMON Antoine
RAMOS Diego et Alain
RAMOS Thomas
RANDAVEL Georges
RAPALLA Jean
RAT Henri (Mme Veuve)
RATEAU Martial
RATEL Juliette (née DALBOUSE)
RATEL Paul
RAUBIER André
RAUSCHER Paul
RAUYER Pierre, Marcel
RAVAILHE Georges
RAVEL Jean-Baptiste et Paul Philippe
RAYMOND Paul Daniel
RAYNAUD Alexandre (ou REYNAUD)
RAYNAUD Louis
READO Julia (née GAUTHIER)
REAL Guy
REANO
REBI Tahar
REBUFFA Alesio
RECAZIN Bernard
RECH Joachim
RECHIDI Tahar
RECHTENWALD Octave
RECORD Line
REDON (de) Madame, Albert et Marie-Thérèse
REGIDOR Manuel
REGIS Georges
REGNIER Fernand
REGNIER Guy
REGO (de) Roger, Michel
REICHERT Guillaume (père)
REIG François
REISSIER Jacques
REJNOWSKI Karl Heinz
REMY François
RENARD Joseph
RENAUDIE Roger
RENAULT Jean
RENOULT Albert
RENOUX Aimé
RENUCCI René
REPETO Antoine
REQUENA José
RERY Jean
RETY Manfred
REVEILLE Jules, Emile
REVI Paul
REY André
REYDON Marie-Antoinette (née VALENZUELA) et sa fille Maryline
REYNAUD Alexandre
REYNAUD Alphonse Johanny
REYNAUD André
REYNOND Pierre
REZIG Miloud
RIAS Maurice
RIBERON Antoine
RIBES Marcel
RIBOULE-SAULNIER Alice
RICARD Benaross (épouse DARMOND Edouard)
RICARD Georges Jacques
RICARD Jeanne (et ses 4 enfants)
RICCIARDI Lucien
RICCIO
RICHALET Denis
RICHARD Albert
RICHARD (née Allag) Odette
RICHOMME Robert
RIDA Ben Hammadi
RIDDER (de) Henri
RIERA François
RIERA Vincent
RIGAL Fernand
RIGAUD
RIGODANZO Louise
RINCON Faustin
RINCON Ramon
RIOLAND Renée
RIOS (DELOS RIOS) Joseph
RIOT Marcel
RIOT Pascal, (photo)
RIOU Marcel
RIOU René
RIOU Roland
RIPOLL Blaise
RIPOLL Joachim
RIPOLL Marceau
RIPOLL Marguerite
RIPOLL Philippe
RIPOLL del PUERTO Joachim
RISPOLI André (dit VELLEGIN)
RISTORI Jacques
RITTIEN Henri
RITZO Christian, Lucien
RIUTORT Jean-Pierre
RIVERA Henri
RIVOIRE
ROBERT Constant
ROBERT Jean
ROBERT Louis
ROBERT Marie-Thérese (et ses 2 enfants)
ROBERTE Alfred
ROBIN
ROBLES Edouard
ROCA Alphonse, Lucien
ROCA Fernand
ROCA Joseph
ROCA Marie
ROCA (de) Raphaël
ROCAMORA Antoine
ROCAMORA Laurette (née NAVARRO)
ROCAMORA Marius
ROCCA Joseph
ROCHER Arlette
ROCHEREAU
RODE Paul
RODIER Armand
RODRIGUEZ Antoine
RODRIGUEZ Edouard
RODRIGUEZ Félix
RODRIGUEZ François (né le 21/06/1912)
RODRIGUEZ Hubert
RODRIGUEZ Indolaccio
RODRIGUEZ Jean (disparu le 06/07/1962)
RODRIGUEZ Jean (né le 3/02/1936)
RODRIGUEZ Jean (né le 8/11/1938)
RODRIGUEZ Joseph
RODRIGUEZ Marcel
RODRIGUEZ Raymond
RODRIGUEZ Roger
RODRIGUEZ Yves
RODRIGUEZ Yvon
ROGÉ Robert
ROGLER Jacques
ROLAND Daniélo (dit Tintin)
ROLAND Georges
ROLLIN Henri
ROMAIN Raymond
ROMANETTI Yves
ROMANO Anne (née PERRE)
ROMBI Georges, Noël
ROMEO Louis
ROMERA Casimir
ROMERO Pierre
RONDA Freddy
RONDOLAT René
RONZI Serge Roger Jean
ROPERO Adèle
ROPERO Emmanuel (et Mme et 2 enfants)
ROQUES Camille
ROQUES Georges
ROQUES et ROUILLY
ROS André
ROSA André
ROSA José
ROSA (di) Jean-Pierre
ROSE Raymond
ROSEAU
ROSELLO Lucien
ROSELO (Mme)
ROSILLO (ou ROSELLO) Vincent( ou Vincente)
ROSSIER William
ROTH Jean-Claude
ROUANET René
ROUBACH Marcel
ROUGIER Marcel
ROUILLY Claude
ROUSSEAU Jean-Claude
ROUSSEAU Pierre
ROUSSEL Pierre Jean-Philippe Armel
ROUSSELET André Roger
ROUSSET Jean-Marie
ROUVIERE Roger
ROUX Khadra (née KARMANI)
ROUZE Louis
ROVET Georges
ROVIRA Georges
ROVIRA René, Diego
RUBIO Antoine
RUBIO Joseph
RUBLINE Jacques
RUET Charles
RUIS Fernand
RUIZ Alexandre
RUIZ Antoine et son fils Michel
RUIZ Cécile (et famille)
RUIZ Claude
RUIZ Eugène
RUIZ François et Vincent
RUIZ Jean
RUIZ Jean-Baptiste
RUIZ Joseph
RUIZ Michel et Antoine
RUIZ Pierre, François
RUIZ René
RUIZ Vincent
RUIZ-SALMERON José
RUSSEL Yvon

 

S

SAADA André, Charles
SAADA Joseph
SABATIER Joseph
SABATIER Paul, Maurice
SABATIER Roger, Félix
SABOURIN Marcel
SACHAMBER Pierre-Jean
SAEZ Antoine
SAEZ Félix
SAF Abdelkader
SAGNIER Pierre Jean Félix
SAHRAOUI Mohamed
SAIAH Bouali ben Abdelkader
SAID Abdelkader Ould Amar
SAID Georges
SAID Mohand
SAID (ben) (ou BENSAID) Prosper
SAIDI Messaoud
SAILLARD André Joseph (Abbé)
SAINT-DIZIER M.
SAINT-JEAN Jean-Paul
SAKET-BELAGREG (époux)
SALA Alphonse
SALA Serge
SALADIN Jean-Pierre
SALAMANO Roger
SALAÜN Jean Marie
SALAZAR Antoine
SALCEDO Adolphe
SALES Mme et Mlle
SALIGNAC
SALINAS Emmanuel
SALMERON Jean-Philippe
SALMI Djelloul
SALON Jean-Marie
SALORD Jean Pierre
SALORT-IVARD
SALORT-IVARS Miguel
SALVADOR Victor
SAMACOITS Claude
SAMMUT Charles
SAN MARTIN Jean-Pierre
SAN PEDRO (de)
SAN PEDRO (de) Joseph
SAN PEDRO (de) Manuel
SAN ROQUE Antoine
SANCHEZ Alfred
SANCHEZ Andréa (divorcée ASSANTE)
SANCHEZ Antoine (et Mme)
SANCHEZ Barnabé
SANCHEZ Daniel
SANCHEZ Emile
SANCHEZ Emmanuel et François
SANCHEZ Eugène
SANCHEZ François
SANCHEZ Jean-Claude
SANCHEZ Jésus
SANCHEZ José
SANCHEZ Joseph (40 ans)
SANCHEZ Joseph (disparu en sept. 1962)
SANCHEZ Joseph (disparu le 03/05/1962)
SANCHEZ Louis
SANCHEZ Norbert
SANCHEZ Paul, Jeanne (née BURGOS)
SANCHEZ Pierre
SANCHEZ Raphaël
SANCHEZ René
SANCHEZ Robert
SANCHEZ-FIGUEREDO Antonio
SANCHEZ-HASSANTE Andréa
SANDJAK Mohamed
SANDRAS Michel
SANGLIER
SANIAMARIA (Révérend Père) Vincent
SANJUAN Louis
SAN-PEDRO Joseph
SANS Henri
- SANS Raymond (photo), disparu le 4 avril 1962 à Oran à l'âge de 23 ans
SANSUISENS M. et Mme (née AMBROSINO Catherine)
SANTACREU Gustave
SANTACREU Jean-Pierre
SANTAMARIA Alain
SANTAMARIA Jean-Claude
SANTAMARIA Vincent Jaimes
SANTANDER Maria-Dolorès
SANTAPAU Albert Paul
SANTERRE Georges
SANTIAGO Jean Joseph
SANTIAGO Serge
SANTIGO Antoine et Joseph et Juan
SANTO (dal) René et Marie et Bernard
SANTOLINO Auguste, Claude
SANTON
SANTOS Fernand
SAORINE Aimé
SAPLANA José-Luis
SARAGOSSE Claude et Jean
SARAOUI Ahmed
SARAT Belkacem
SARI Aoumar
SAROSI-SZABO
SARRE
SASTRE Jean-Laurent
SAUNIER Claude et Marius
SAURAT Jean et Jean-Joachim (son fils)
SAUVETON Paul, Joseph, France
SAUVEUR
SAUVIGNON
SAYAH Bouali
SCARAMELA Riccardo
SCAVINO Sergent
SCHAEFFER Siegfried
SCHAMBER Pierre-Jean (ou Jean-Jacques)
SCHAUB Philippe
SCHEMBRI Georges
SCHIESSER Karl
SCHMITT
SCHNEIDER Eric
SCHNITT Camille
SCHOTT Robert
SCHOUKROUN Aron
SCHWARTZ Karl
SCHWARTZ(ou SCHWARZ) Karl
SCHWEITZER Hilaire Jean
SCIANO DI COLA Jean-Michel
SCOGNAMILLO Georgette
SCOTTO Auguste
SCOTTO DI CARLO
SCOTTO di VETTIMO Jacques
SCOTTO DI VETTIMO Jean-Jacques
SCOTTO DI VETTINO Joseph Jean-Philippe
SEBAN
SEBAOUNI Salomon
SEBBAH Abraham
SEBBAN Alain (ou David)
SEBBAN Charles
SEBBAN Daoud
SEBBAN David
SEBIH Saad
SECCONDI Jules
SECOND (Mme)
SEGADO Francis
SEGADO Jean
SEGARRA Jean-Simon
SEGARRA Joseph
SEGMA
SEGUI Aimé
SEGUI André, Maurice
SEGUI Armand
SEGUI Gérard
SEGUI Léon, André
SEGUI Mme (née BELERTES)
SEGURA Antonio
SEGURA Claude, Antoine
SEGURA Edouard
SEGURA François et Françoise (née LLORENS)
SEGURA Françoise
SEGURA Jean
SEGURA Louis, Angel
SEGURA Pierre et Mme (née FABRA Pilar)
SEGURA Placide
SEGURET Pierre
SEILLES Robert
SELLEM Isaac
SELLEN Michel
SELLES Ahmed
SELLES François
SELOIVE Gérard
SELVA Alexandre
SELVA Jean-Pierre
SEMONIN Henri
SENDRA Gabriel, Georges
SENDRA Jacques
SENDRA Jean-Pierre et Jean-Claude
SENEKUE
SENGEISSENNE Alfred (et son fils)
SENS Martin
SERER René
SEROR Emile
SEROUGNE Ernest
SEROUGNE René
SERRA François
SERRA Martin
SERRANO Charles
SERRANO Guy
SERRANO Paul
SERRE Jacques
SERRER René
SERROR Emile
SERRUYA Prosper
SESINI Yvon
SEVILLA Juan-Samson et Mme (née SANCHEZ Pilar) et Joseph
SEVILLA Vincent-Marcel
SGARAMELLA Riccardo (Italien)
SIAB Ali
SIAD Mohand
SICOT Henri
SICSIC Jean-Jacques et Colette (née COHEN)
SIERRA-SUAREZ Atilano (ou Atiliano)
SIGUENZA François
SIGUENZA Georges
SIGURET Claude, Gaston
SILVA (da) Josué
SIMON Anne-Marie (épouse RAVEL)
SIMON Antoine
SIMON Gilbert
SIMON Jean
SIMON Marcel
SIMONE Albert
SIMONE Gérard
SIMONTE Gérard et Caroline (née SCHRECK)
SINTES Antoine
SINTES Christian et Marcel
SINTES Jean-François
SINTES Jean-Michel
SINTES Jean-Pierre
SINTES René Georges
SINTES Roger Henri
SITGES Marie-France
SLIMANI Abdelkader
SLUBACHER Eric René
SMATI André
SMATI Ferhat
SMINA Joseph
SNADJA François
SNP BEN MASSAOUD Mohamed
SNP DAHMANE Lakhdar
SNP MOHAMED ben MESSAOUD
SOLA Guy
SOLA Manuel
SOLARI Jacques
SOLDANI Louis Antoine
SOLEILHAVOUP Jeanne
SOLEIROL Fernand
SOLER Alfred
SOLER Carmelo
SOLER Ernest
SOLER Jean
SOLER Jean-Baptiste
SOLER Marcel
SOLES M.
SOLIVERES Robert
SOLLER Jean-Baptiste
SOLLIERS (de) (Docteur) Henri
SORABELLA Yves
SORGENTI Sauveur
SORIA
SORIA Joseph
SORNET Lucien
SOUCEK Jean-Baptiste
SOUDRY Elie
SOULE François
SOUMA Francis
SOUMA Louis
SOURZAC Henri
SPIAGGIA René
SPORTOUCHE Georges
SPUNIL
SRETCHKOWITCH(ou SIETCHKOWITCH Georges)
STALLANO Jean-Pierre
STALLANO Pierre, Jean
STALSA Michel
STAROPOLI Henri
STECKERS (ou STERKETZ ou STECKENS) François
STEFANSKI Annie Sabine (divorcée NOUGARO)
STEFFEN Ginette (née GAVORY)
STRAUSSLER Jean
STURLA (Mme)
SUAREZ Emmanuel
SUAVET Charles
SUBIRY
SUBRE Maurice
SUIRE Georges
SURDEL Stanislas
SUREDA Joachim
SURET (ou SUCHET) Claude

 

T

TABET Léon
TACHON Joseph, André
TADRIST Meziane
TAHAR Auguste
TAHAR Eugène Auguste Alphonse
TAIBI Mohammed
TAILHAN Marcel
TAILLAN Paul
TAILLANT Roland
TALAITI Rezzig
TALMAT Mohamed (sergent)
TAMA Gabriel
TANGUY René
TANNER Emile et Simone (née CHAMET)
TANNEUR René
TANNEUR Roger, Joseph
TARABELLA Bernard
TARAGNAT (ou TOURAGNAT) Gérard
TARANTO Alfred
TARI-BALASTRE (ou TARIBALBASTE ou TARI-BALBASTRE) Antoine
TARTERAT Gérard
TARTONNE André
TAVERNIER Claude
TAZIBT Mohammed
TCHERNOW Georges
TEGARDEZ Paul
TEHALLAIT Mekkia
TEISSIER Alain, Edgar
TEISSIER Clément
TEISSIER Paul
TELLACHE Rabah
TEMESE Achille Charles
TEMESE Victor
TEMKHIT Mohamed
TEMSIT René
TEPPET Denis
TEREZ Paul
TERNIER Claudine (né SIMON)
TEROL Antoine
TEROL Joseph
TEROL Joseph-Antoine
TERRADE Pierre (dit BRANCA Pierrot)
TERRAL René
TERRASSE
TERREZ Paul
TERRIER Claudine (née SIMON)
TERRIN Jean-Pierre
TESSIER Paul Clément
TESSON Ferdinand (dit Dino)
TESTA Jean
TEUMA Paul
THEUX de MEYLANDT (de) Hervé et Denise Marguerite
THEUX de MONTJARDIN (de) (M. et Mme)
THIBAULT Jean
THIBAULT Marc
THIBAUT Claude
THIBAUT Jean
THIBERS Lucien-Yves
THIBON Jules
THIEL Pierre
THIER Ernest
THIERSTEIN Pierre
THIREAU Edouard (ou Edmond)
THOMAS Jean
THOMAS Jean-Albert
THOMAS Joseph
THOMAS Louis Marcelin
THOMAS Roger
THOUVENIN Germain
THURIN Yvon
TIFFOU Edgar
TIJERAS François
TIJERAS Francois-Joachim
TIKNOUINE Mohamed
TINGUY (de) Pierre
TINSON Marie-France
TIREAU Jules
TISCIJASO
TISSERAND
TISSERANT Fernand
TIXIER Jean
TIZON Juan-Antonio
TLIDJAN Djelloul
TOCHE (Mme Vve) (et ses filles, Marie-Claire et Elisabeth)
TOESCA Edmé
TOESCA Gustave
TOLEDO Antoine
TOLEDO Emmanuel
TOMAZINA Marcelle
TORDJMAN Joseph
TORDJMAN Simon
TORRECILLAS Francisco
TORREGROSA Pierre
TORRENTI Fernand
TORRES André
TORRES Antoine
TORRES Claude
TORRES Georges (né vers 1935)
TORRES Henri
TORRES Julien
TORRES Michel
TORRES Mme (née vers 1930)
TORRES Vincent (né le 13/07/1912)
TORRES Vincent Emile (dit Néné né le 13/05/1920)
TORRES (DI) Marie
TORRES-DURAN Juan
TORRIANI René
TORTORA Joséphine
TOSCA A. Edmé
TOUATI Dahbia
TOUATI Marcel
TOUCHARD William
TOUIL Abdelkader
TOUITOU William
TOULIS Jean
TOURNEGROS René
TOURRES Georges
TOUS Martin (dit Tino)
TOUTAIN Pierre
TRAFFEN Gaston
TRAFFEY Gaston
TRAIB Laid
TRAMATULO Charles
TRAPP Georges
TREMINO Guy
TRENTINELLA Alain
TRESKOW René Louis
TREVEDY Jacques
TREZIERE Calixte
TRIARY Fernand
TRIAY Fernand
TRIBOULOY Camille
TRICOIRE Jean-Claude
TRIFAULT Gabriel
TRIGANO Prosper
TROLLIET Michel
TRONCON Claude
TRONEL Gérard
TRONQUET
TRUJILLO Evariste
TRUYOL Henri Roger
TUDO (ou INDO) Santiago
TULLOT Marcel
TUR Jean
TWIST

 

U

UGUETTO Denis
ULPAT Marcel
URIOT Georges et Germaine (née GERBER-GRUECKER)
UTRAGOT Alfred

 

V

VAIASICCA Guiseppe, Benito
VAILLANT Serge
VAILLE Paul
VALENTIN Léon
VALENZA Christine
VALERO François
VALLA Antoine
VALLADIER Evelyne (née HADJAJ)
VALLE Paulette (née BOEHM)
VALLET Alfred
VALLOT Georges
VALMONT-GINES Jean
VAN DER MEER Hendrikus
VAQUER (M. et Mme)
VAQUER Jean-Claude
VARGAZ-RUIZ Guy
VASQUEZ Henri
VASQUEZ Paul
VASSALO Albert (Mme)
VASSON François
VATTIER Madeleine (née CHAPULLIOT)
VAUBY Roger
VAUCHER Mme
VAUSSENAT
VAUTE Robert
VAUTE Roger, Jean Albert
VAUTRIN Louis (père et fils)
VAUTRIN Pierre
VELLA Gérard
VELLA René
VENUTTI Antoine
VERA Edouard
VERA Lucien
VERACRUZ
VERDET René
VERDO Joseph et Louise (née NAVARRO)
VERDON Elisabeth
VERDU André
VERDU Joseph
VERGES Georges
VERGES Pierre
VERGEZ Georges
VERGNES Maurice
VERNA Jacques
VERNET
VERNET René
VERNEUIL (QUARRE du) Christian
VERNHES Charles
VERNHES Charly (Mme Veuve)
VERNIER Jacques
VERNOU Pierre
VEROS Auguste
VEROS Camille (née MARTINOTY)
VEROS Henri
VEROS Victor
VERRA Lucien
VEUVE Laurent
VIAENE Jacques
VIALLANT Henri
VIANO Jules
VIAU Jeanne
VICAIRE César
VICENTE Frank
VICIANO Lucien
VICTOIRE (ou VICTORI) Maurice
VIDAL André
VIDAL Charles
VIDAL Gilbert Edouard Simon
VIDAL Guy
VIDAL Juan
VIDAL Laurent
VIDAL Pierre
VIDAL Roger
VIDAL-SEGUI Frédérico
VIENOT Albert
VIGGIANO Louis
VIGNAUW René
VIGNAUX Marcel
VIGNAUX René (et ALZINA Eliane)
VIGNEAU Pierre
VIGNES Louis
VIGNES Marceau
VIGNY Eugène
VIGUIER Paul
VILDEUIL Corinne
VILLA Antoinette (Veuve)
VILLARET Louis
VILLEGAS Vincent
VILLELA Josette
VILLERMIN André
VILON Bernard
VINAY Pierre
VINCENSINI Jean-Paul
VINCENT Albert
VINCENT Andrée (née AUDEBOURG)
VINCENT Henri
VINCENT Madeleine
VINCHON (ou VINCHAMP) Daniel
VIRUEGA Emile
VISCAINO Antoine
VISSERON Jean-Louis
VITET Gabriel
VITET Henri
VIUDES Antoine
VIVARELLIE Norbert
VIVES Antoine
VIVIER Prosper
VOEGELI Paul
VOLONAKIS Dimitri (ou Dominique)
VOLONAKIS Joseph
VOLPE Lucien
VOLTO Jean-Claude
VOTTCHAL Valentin
VUGUIER Paul
VUILLET Gilbert

 

W

WACLAW Wedleckowicz
WANDINGER
WAROUT René, Alfred
WAUTERS Louise (née PARDO), et ses filles
WAUTRIN Pierre et Louis
WEDLECHOWICZ Vincent
WEISSE Monique
WENDEL Marcel
WETZEL Gérard
WILLMANN Eugène
WILM Armand
WINDELS Raymond
WODJA Viscentj
WOLF Gustave
WOLF Henri
WOLF Maurice, Gustave
WUEST Georges

 

Y

YACONO François
YEREZ Tolédo-Angelo
YERN Jean
YNIESTA Roland
YUNG Robert, Octave
YURGESS Rolf
YVARS Eugène
YVARS Nicole
YVARS Paul
YVORA Bernard
YVORRA Arnaud
YVORRA Joachim
YZQUIERDO (ou ISQUIERDO) Joseph

 

Z

ZAEGEL Wilfrid, Norbert
ZAFARINO
ZAHOUANI Slami
ZAMMIT Bernard
ZAPATA Célestin (et famille)
ZAPATA Jean et Louis
ZAPULA Catherine
ZARAGOZA
ZARAGOZA Joseph
ZARAGOZA Joseph-Marcel
ZARAGOZA Manuel
ZARAGOZA-NAVARETTE Manuel
ZENAGUI BEN ABDELKADER Mohamed
ZENTAR Noël
ZERAFA Claude
ZERGUERRAS Abdermane
ZERRAL Tahar
ZERROUCKI Mohamed
ZERROUKI Ahmed
ZIDI Salah
ZIMMERMAN Jacques
ZINDER
ZMIROU Jocelyne
ZMIROU Mauricette
ZORNADA Giovani
ZOTTO
ZOUTAL Rabah
ZURIAGA Emile

-------------------------------------------- ADHESION ET SOUTIEN ---------------------------------------------

SOUTENEZ L'ACTION DES FAMILLES DE DISPARUS
PIEDS-NOIRS ET HARKIS
Envoyez directement vos dons à l'attention des Associations qui apportent un soutien concret aux Familles de Disparus français en Algérie

Demandez le dossier "1962 - Disparus en Algérie" à JPN BP 4 91570 Bièvres - 8 euros

--------------------------------------------- ADHESION ET SOUTIEN --------------------------------------------

POUR D'AMPLIFIER NOTRE ACTION, NOUS AVONS BESOIN DE VOUS !

SOUTENEZ DES MAINTENANT NOS ACTIONS ET PROJETS !

Jeune Pied-Noir, 33 ans de liberté grâce à votre confiance.

Adhérez pour 0 euros ! Explication

30 €, 50 € ou 100 € ou plus = 0 € !

Pour les dons à partir de 30 €, vous recevrez un justificatif fiscal permettant une déduction de 66% du montant du don de vos impôts et l'envoi d'un ou plusieurs ouvrages ou documents de votre choix d'une valeur de complémentaire de 34 % de votre don, ce qui réduit votre participation à 0 € ! Beaucoup de nôtres soutiennent des Associations humanitaires pour un montant annuel supérieur à plusieurs centaines d'euros par an afin de bénéficier de la réduction légale d'impôts. Pourquoi ne pas en faire bénéficier les Associations de Français d'AFN qui, pour la plupart, ont le droit de le faire ?

VOIR LE DETAIL DES OFFRES DE LIVRES ET DOCUMENTS SUR LA PAGE D'ACCUEIL DU SITE : ACCUEIL

CONTACTEZ-NOUS SI VOUS RECHERCHEZ UN OUVRAGE EN PARTICULIER : 06 80 21 78 54

Adhésion 15 € - Soutien 30 € - Bienfaiteur 75€ et plus

JPN - BP 4 - 91570 Bièvres

SOUTIEN INCLUANT L'AFFICHE DE LA CAMPAGNE "HOMMAGE AUX FRANCAIS D'AFRIQUE DU NORD"

GAGNONS ENSEMBLE !